SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Archives du février, 2012

L’heure d’avant, Colin Harrison

Par Christine Calmeau dans En poche , le 5 février 2012 10h22 | Ajouter un commentaire

9782264054548George Young vit à New York, où il est avocat. Un avocat un peu particulier  : il travaille au sein d’un cabinet qui a une clientèle très spécialisée. Un client unique en fait : une très grosse compagnie d’assurances internationale. Un nom synonyme d’argent. Un argent que George protège. C’est son job.

Jusqu’au jour où il reçoit l’appel de la veuve de son ancien patron. La vieille dame lui demande d’enquêter sur la mort de son fils et surtout sur l’heure qui a précédé le décès.

Pourquoi cette heure plus particulièrement ? Mystère !

Un mystère qui s’épaissit au fur et à fur que George avance dans ses investigations, et se rend compte que le fils en question, Roger Corbett a été victime d’un stupide accident : il a tout simplement été écrasé par une benne à ordures alors qu’il sortait d’un bar de Manhattan. Rien, à priori, qui puisse laisser penser à un meurtre.

Mais sa mère insiste : pourquoi Roger a-t-il passé 4 heures dans ce bar avant de mourir ?

Et puis, qui est Eliska ? Est-elle uniquement un mannequin de  »détails », ou ses mains, que tout le monde s’arrache, ont-elles d’autres secrets ? Enfin, pourquoi George est-il, depuis quelque temps, suivi par de petites frappes russes ?  Quel est le lien avec ces caisses de figurines de Noël découvertes dans l’appartement de la victime ?

Autant de questions auxquelles il devra répondre …

Mais les réponses pourraient bien changer son existence et le bouleverser à un point qu’il n’aurait jamais imaginé…

 »L’heure d’avant », paru chez Belfond Noir en septembre 2010,  chez 10/18 en poche, nous emmène à New York. C’est devenu une habitude pour Colin Harrison (  »Havana Room »,   »Manhattan nocturne  » ,   » la nuit descend sur Manhattan » ).  Un roman noir qui a d’abord été publié sous forme de feuilleton hebdomadaire dans le New York Times avant d’être retravaillé par l’auteur.

L’histoire d’un héros sympathique et un suspense qu’on lit avec beaucoup de plaisir.

 

 

 »L’Heure d’avant », Colin Harrison, 10/18

Un homme ordinaire, Yves Simon

Par Christine Calmeau dans Coup de coeur , le 3 février 2012 13h53 | Ajouter un commentaire

9782841115778 »Pourquoi faut-il attendre tant de temps pour oser prononcer les mots justes ? Le temps de la mort, celui des silences, le temps de l’absence ? Attendre que l’arrogance de la jeunesse se soit adoucie et que l’ajustement du regard et des mots vise ce qui a compté et non ce qui a manqué.  »

C’est avec cette question très forte qu’Yves Simon commence la lettre qu’il écrit à son père. André Simon, cheminot à la SNCF, cantonnier poseur plus précisément, est cet  »homme ordinaire ».

Un homme qui a épousé une femme seize ans plus jeune que lui, Yvonne.

Le couple n’aura qu’un enfant : Yves.

Yves qui n’a que vingt ans quand son père meurt, atteint d’un cancer. 

 »Il y a plus de 40 ans que tu as disparu et pourtant je te parle comme si le fossé du passé n’existait pas. Douloureusement je retrouve ton chemin. »

Celui d’un homme qui n’aura jamais fait de vague, qui n’avait pas d’ambition, d’une génération qui a connu deux guerres, trop jeune pour la première, trop vieux pour la seconde, en subissant peurs et privations.

André Simon qui ne fut le héros de rien écrit son fils. Un fils qui a parfois eu honte de son père, devant ses camarades, nés dans des familles plus riches, plus bourgeoises, honte de ce père qui semblait s’accommoder de la précarité, mais qui n’a jamais cessé d’aimer sa femme et son fils, d’un amour très simple et très fort.

 »Sans t’en rendre compte, tu fus le faiseur de miracles qu’il me fallait pour que je puisse m’envoler. »

Malheureusement, André Simon n’assistera jamais à cet envol, emporté trop tôt par la maladie. Il ne verra jamais ce fils qu’il aimait tant monter sur scène et devenir une des références de la chanson française.

Yves qui lui rend un hommage très touchant.

Une très belle déclaration d’amour dans ce tout petit bouquin d’à peine 80 pages. En nous rappelant, en passant, l’urgence qu’il y a à dire aux personnes de notre entourage, à nos amis, à nos parents, qu’on les aime…