En ce moment

Archives du mai, 2011

Un jour, David Nicholls

Par Christine Calmeau dans Coup de coeur , le 29 mai 2011 14h53 | Ajouter un commentaire

em

Em et Dex, Dex et Em.

 

Ces deux-là sont inséparables, au moins une journée par an, à la date anniversaire de leur rencontre, quoi qu’il arrive dans le monde.

 

Le 15 juillet 1988, c’est là que tout commence, dans une Grande-Bretagne dirigée par la main de fer de Maggie Thatcher.

 

Le 15 juillet 1988, Emma Morley et Dexter Mayhew viennent de passer la nuit ensemble, après la fête de remise des diplômes. Deux jeunes que tout oppose : Dex vient d’un milieu fortuné, il est séduisant et sûr de lui. Emma est d’origine modeste. Très mignonne, elle l’ignore, et est bourrée de complexes, de principes et de convictions.

Entre ces deux-là naît une improbable histoire.

 

Emma trouve du travail dans un restaurant bas de gamme, avant d’enseigner l’anglais et le théâtre à des ados difficiles. Elle partage sa vie avec un humoriste qui ne fait rire que lui. Dexter voyage beaucoup, brise les cœurs et finit par devenir animateur télé un peu célèbre, et se marie avec une jeune femme qui n’a pas grand-chose de commun avec lui.

 

Pendant 20 ans, même s’ils ont des vies diamétralement opposées, Em et Dex vont se perdre, puis se retrouver, pour encore se perdre et encore se retrouver, s’aimer, se détester,  avec beaucoup d’humour et de tendresse, pour enfin comprendre qu’ils sont faits l’un pour l’autre

 

On dévore l’ouvrage, et on maudit l’auteur de nous accorder une et une seule journée par an de leur histoire. Dans un style direct et fluide, David Nicholls nous offre ici une magnifique comédie romantique, un récit très émouvant. On y sourit, on y rit, on y pleure aussi.

 

Un peu de douceur et de tendresse dans ce monde de brutes, ça fait du bien !

 

‘’Un Jour’’ de David Nicholls, Belfond

Le jour où tu dois mourir, Marc Charuel

Par Christine Calmeau dans Nouveautés, Thriller , le 29 mai 2011 13h20 | Ajouter un commentaire

charuel1

Nous sommes le 9 août 2006. Alain Duncan prend quelques jours de repos au Cap Ferret, dans le bassin d’Arcachon, en France. Mais vacances ou pas,

le photographe de presse est toujours à l’affût d’un bon cliché. Ancien reporter de guerre, l’homme a roulé sa bosse sur tous les grands conflits de la planète, et aujourd’hui, celle qu’il guette derrière son objectif, c’est Amélie Mauresmo, la championne de tennis… on lui a assuré qu’elle s’entraînait tous les jours sur cette piste cyclable, ça fera toujours une bonne photo  à fourguer à Voici ou à Match, et de l’argent ma foi, plutôt facilement gagné.

Au même moment,  à quelques kms de là, dans une grosse villa de vacances, Madeleine Leclerc est au bord de la crise d’hystérie : la baby-sitter allemande de ses petits-enfants est en retard … Elle va devoir s’occuper elle-même de Charles et de Julie. A priori, rien à voir entre ces 2 non évènements, et pourtant …  car à partir du moment où Duncan découvre le corps atrocement mutilé de la baby-sit, l’horreur, je dis bien l’horreur ne fait que commencer.

Très vite une 2ième jeune femme disparaît, puis une 3ième…

 

Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître. Charuel signe ici son premier roman du genre. Un thriller très noir, parfois, c’est vrai que c’est un peu glauque, pour nous faire voyager, en France, en Thaïlande et en Birmanie, et l’auteur nous emmène dans un monde très très peu connu, celui des snuffs movies, où des mises à mort sont filmées puis revendues très discrètement pour des sommes astronomiques à des malades qui prennent du plaisir à visionner ces horreurs. Le livre est très dur, je vous préviens, c’est un des plus durs que j’ai lu, mais grâce à ce roman très bien construit, grâce à un suspense très bien mené, Charuel se hisse d’emblée au rang des meilleurs écrivains de thrillers .

 »Le jour où tu dois mourir », de Marc Charuel , aux éditions Albin Michel.