En ce moment

Archives du novembre, 2009

Insoupçonnable, Lynda La Plante

Par Christine Calmeau dans Concours ..., En poche , le 29 novembre 2009 15h56 | Ajouter un commentaire

insoupconnable21Anna Travis est une toute jeune fliquette, au palmarès impressionnant : après des études d’économie à Oxford, elle intègre la police et quitte très vite l’uniforme pour être affectée à la PJ : répression du banditisme d’abord, la Crim ensuite.

La nana est compétente, sans nul doute. Elle a du flair. C’est ce qu’il faut à son boss, enlisé avec toute son équipe dans une enquête douloureuse : la traque d’un obsédé qui tue des prostituées avec un modus operandi toujours identique… il leur attache les mains dans le dos avec leur soutien-gorge, les viole, pour finir par les étrangler en  3 tours de collant. Un vrai dingue donc, qu’il faut coffrer le plus rapidement possible. Il y a bien un suspect… sauf qu’il n’y a aucune preuve, et qu’Anna pourrait succomber à son charme !

Lynda La plante est britannique. Elle a publié plusieurs romans aux éditions du Masque, tous des best-sellers.

Ici, l’écriture est nette, précise, le récit rythmé. Et  même si l’histoire ne semble pas très originale au départ, on se prend au jeu et on se met volontiers à la place des flics pour participer à cette enquête. Une enquête qui connaîtra un dénouement  très réussi.

Il y a une suite :   »le Dahlia Rouge », paru au Masque.

Insoupçonnable, de Lynda La Plante, au Livre de Poche.

Charleston Sud, Pat Conroy

Par Christine Calmeau dans Nouveautés , le 23 novembre 2009 13h10 | Ajouter un commentaire

conroy

Il y a plus de dix ans maintenant qu’on attendait le nouveau roman de Pat Conroy. Après le  »Prince des Marées », après le  »Grand Santini », et surtout après  » Beach Music », c’est avec une impatience non dissimulée qu’on a cherché et retrouvé son nom parmi les ouvrages proposés lors de cette rentrée littéraire.

 »Charleston Sud » est un beau pavé de 583 pages, retraçant, pendant une vingtaine d’années, entre 1969 et 1990, une chronique familiale, amicale aussi.

C’est l’histoire de Leo King.  Leo, le narrateur, a 18 ans quand tout commence. A ce moment là de sa vie, le jeune homme a déjà dû faire face au suicide de son frère aîné, à sa mère plutôt complexe, dont la vie tourne presque exclusivement autour d’Ulysse, l’oeuvre de James Joyce. Leo qui preste  des heures de travail d’intérêt général sous contrôle judiciaire.

Bref, le quotidien du jeune homme n’est pas toujours simple, et pas toujours drôle tous les jours :  il n’a, par ailleurs,  aucun ami à qui se confier. Cela va changer avec l’arrivée dans son existence, de plusieurs adolescents de tous horizons : des jeunes issus de l’aristocratie locale, des orphelins des Appalaches, le fils de l’entraîneur noir de football et enfin ses deux nouveaux voisins, aussi beaux que mystérieux : Sheba et Trevor Poe.

A partir de ce moment là, la vie ne sera plus jamais la même . Ses amis et lui vont mettre un point d’honneur à faire sauter toutes les barrières que l’on peut trouver dans une ville comme Charleston à la fin des années 60 : religieuses, sexuelles, sociales et raciales. Une amitié mise à toute épreuve  quand Sheba, devenue star à Hollywood, viendra demander l’aide de ses amis pour retrouver Trevor, son frère gay, disparu à San Fransisco.

On n’a pas le temps de s’ennuyer avec  »Charleston Sud ». Une fois qu’on l’a commencé, on ne le lâche plus . C’est le genre de roman qui rend complètement associal : plus rien ne compte, excepté votre lecture. Celle d’une histoire  aux personnages plus qu’attachants, une saga, un hymne à une région magnifique, la Caroline du Sud. Un livre qui engendre beaucoup de tristesse une fois qu’on l’a refermé, tout simplement parce qu’il n’y a plus rien à lire et qu’on aurait plus que volontiers poursuivi un bout de chemin avec tous ses protagonistes, en se posant une question : avons-nous, nous aussi, une telle bande d’amis dans notre vie ?

 

Charleston Sud, de Pat Conroy, chez Albin-Michel

Le Truffaut des plantes d’intérieur Larousse

Par Christine Calmeau dans Concours ... , le 12 novembre 2009 20h36 | Ajouter un commentaire

truffaut

D’abord, les choisir.

Ensuite, les cultiver, les entretenir et surtout, surtout les garder le plus longtemps possible : il s’agit bien sûr de vos plantes d’intérieur : les vertes et les fleuries.

Le guide passe en revue 1500 spécimens : de la plante verte de base, style yucca, en passant par les plantes fleuries, des plus classiques aux plus bizarres, sans oublier les orchidées, les carnivores, les bonsaïs, les palmiers, les cactées ou encore les plantes grasses.

Difficile de trouver plus complet, puisque l’ouvrage présente non seulement tous les accessoires qu’il faut pour cultiver, et il explique aussi comment gérer la lumière, la température, l’arrosage et les différents soins à y apporter  mois après mois, tout au long de l’année.

Hyper intéressant aussi toute la partie consacrée aux 100 questions-réponses sur les problèmes les plus souvent rencontrés lors de vos cultures.

Le Truffaut est vraiment une bible : c’est LE livre qu’il vous faut si vous possédez des plantes d’intérieur. Inutile de chercher mieux, dans le genre,  cela n’existe pas !

Ici, pas besoin d’avoir la main verte, il suffit de savoir lire…

L’Homme marqué de William Lashner

Par Christine Calmeau dans En poche , le 10 novembre 2009 11h09 | Ajouter un commentaire

homme2Victor Carl est avocat. Sympathique, drôle, et il faut bien l’admettre, assez peu commode.

Sa vie sentimentale est un fiasco, il tombe amoureux environ toutes les 5 minutes, quand il ne noie pas son chagrin dans l’alcool. Un soir, plus imbibé que d’autres, il se laisse aller dans une boîte… Quand il se réveille chez lui le lendemain, il ne se souvient plus de rien, ou presque. Son costard est en lambeaux, et il souffre de douleurs à la poitrine. C’est que pendant sa virée, on lui a tatoué un coeur sur le torse. Un coeur et un prénom : celui d’une certaine Chantal Adair… qu’il ne connaît ni d’Eve ni d’Adam. Va falloir se secouer un peu pour tirer cette affaire au clair… Un nouveau challenge pour l’avocat, empêtré dans ses souvenirs, quand son père lui demande de lui rendre un service.

William Lashner a été avocat criminel aux Etats-Unis, avant de se lancer dans l’écriture de thrillers judiciaires qui cartonnent. A chaque sortie, les lecteurs répondent présents. Et il y a de quoi : les personnages tiennent la route, c’est bien écrit et le héros est plus qu’attachant : de quoi propulser Lashner en tête des ventes outre-Atlantique.

A conseiller fortement.

 

 »L’Homme marqué » de William Lashner,  Folio Policier, Thriller

Noces Bourgeoises de Roger Béteille

Par Christine Calmeau dans Concours ... , le 10 novembre 2009 09h27 | Ajouter un commentaire

noces21En 1936, bien loin de toute préoccupation économique ou politique,  Pauline Labarthe prépare son bac dans un pensionnat huppé et strict. Heureusement que son amie Emma est présente à ses côtés pour affronter le caractère revêche des bonnes soeurs.

Pour le père de Pauline, le quotidien est tout autre : rien ne compte plus que l’argent, les affaires et le statut social . Il faut faire tourner coûte que coûte l’entreprise familiale et leur magasin de tissus. Et c’est là le problème. Depuis le décès de la soeur aînée de Pauline, les Labarthe pourraient se montrer plus fragiles, et donc vulnérables.

Henri imagine  de marier sa cadette à son gendre. La jeune femme quitte donc le pensionnat pour regagner le domaine familial, la Vernière, et son destin…

 »Noces bourgeoises » est un très beau roman. Très élégamment écrit, dans cette atmosphère si particulière d’avant-guerre, dans cette famille si conventionnelle qui n’hésite pas à sacrifier la vie et les aspirations d’une toute jeune femme pour assurer le futur de tous.

Un très beau portrait, au charme désuet. Un roman qui vaut le détour.

 »Noces bourgeoises », de Roger Béteille, Editions du Rouergue