Archives du novembre, 2010

Faut-il (vraiment) craindre pour la Belgique ?

Par Ludovic Delory dans Décryptage , le 30 novembre 2010 12h40 | 3 commentaires

belga-picture-238234961Hourra ! Cocorico ! La Belgique vient de lever 2 milliards d’euros sur les marchés, en pleine crise eurozonesque, et cette performance est saluée par l’ensemble des observateurs. Preuve, disent-ils, que notre pays conserve une belle crédibilité sur les marchés des obligations et de la dette souveraine. Un peu de baume au coeur, dans une spirale négative pour tout ce qui touche de près ou de loin à l’euro. Les sauvetages de la Grèce et de l’Irlande n’ont pas calmé les appétits et la Belgique, dans ce contexte, est passée par le chas de l’aiguille. Les indicateurs macroéconomiques pèsent de plus en plus lourd sur la confiance: le chômage vient de dépasser la barre symbolique de 10% dans la zone euro, la croissance devrait encore ralentir (prévisions de 1,8% pour la Belgique en 2011), tandis que la monnaie unique touche aujourd’hui un nouveau plancher à 1,30 dollar.

Il y a aussi un facteur sous-estimé, me semble-t-il, dans les analyses : le risque systémique. Autrement dit, les probabilités qu’une crise belge contamine les autres régions du globe. A ce sujet, une étude basée sur les modèles physiques place notre pays au coeur du réseau systémique mondial, avec la Suisse et le Luxembourg. Après avoir étudié les interconnexions entre 82 pays dans le monde (importations, exportations), en tenant compte de critères comme le PIB et en y appliquant des modèles inspirés de la physique, voici ce que concluent les auteurs de cet article, paru le 25 novembre dans le New Journal of Physics : Lire la suite

Belgocontrol : des manquements, un audit et puis… plus rien

Par Ludovic Delory dans Décryptage , le 27 novembre 2010 09h25 | Un commentaire>

BELGIUM BELGOCONTROL YEAR RESULTS 2009Il est passé presque inaperçu, ce rapport du bureau de KPMG, daté du 26 janvier 2010 portant sur le fonctionnement et la gestion de Belgocontrol. Je dis « presque », car La Libre Belgique a publié, en mars, des articles sur ce « temple de l’incurie » qu’est devenu l’organisme détenant le monopole de la sécurité aérienne en Belgique.

Le rapport (128 pages), commandé par le ministre Schouppe, épingle divers manquements au sein de l’entreprise publique : manque de vision stratégique, existence d’un « shadow cabinet« , taux d’absentéisme très élevé. Et puis il y a aussi les coûts.

A la page 26 de ce rapport que je me suis procuré, on peut constater que Belgocontrol est, de loin, le plus cher des opérateurs aériens européens. Le coût par heure de vol y est de 671 euros, contre 439 euros pour Skyguide (l’opérateur suisse) et 563 euros pour LVNL (l’opérateur néerlandais). Tout cela pour une efficacité moindre. Car à la page suivante, et sur base d’un indice composite calculant la productivité par contrôleur aérien, le rapport octroie à Belgocontrol une productivité de 0,63, inférieure à la moyenne européenne. Pour info, LVNL et Skyguide obtiennent respectivement des scores de 0,79 et 1,16. Lire la suite

« Stop wasting our money ! »

Par Ludovic Delory dans Dans le monde , le 3 novembre 2010 19h00 | 6 commentaires

USA OBAMA RALLY CLEVELANDA mi-mandat, Barack Obama est déjà le président le plus dispendieux de toute l’histoire des Etats-Unis. A son arrivée à la Maison Blanche, c’est vrai, il a hérité du lourd tribut des années Bush : une dette de près de 10.000 milliards de dollars.  Deux ans plus tard, cette dette dépasse les 13.000 milliards $. Plus de 90% du PIB. Le pays a beau connaître l’une des pires récessions de son histoire, voilà des chiffres qui, s’ils sont communs en Europe, n’ont jamais été aussi alarmants du côté de l’Oncle Sam.

Aux USA, nombre de journaux, de blogs et de commentateurs (tant démocrates que républicains) se sont vite alarmés de cette accumulation de dettes. Une caricature célèbre représente Ben Bernanke, le patron de la Federal Reserve, en train de balancer les billets dans les airs depuis son hélicoptère (on en a même fait une figurine). Des compteurs en temps réel de la dette défilent toujours sur de nombreux sites Internet. En janvier, Fitch a menacé les Etats-Unis de perdre leur précieux AAA (Standard&Poor’s avait brandi la même menace sous Bush). Depuis lors, le trou s’est encore creusé et, avec un tel passif, n’importe quel autre pays mineur aurait déjà été dégradé par les agences de notation. Pour vous dire : un investisseur réputé vient de comparer la dette US à une arnaque en pyramide semblable à celle qui a envoyé Bernard Madoff en prison. Lire la suite