SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Nouvelle sortie ciné

Frankenweenie, la nouvelle créature du Docteur Tim Burton

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 17 octobre 2012 14h22 | Ajouter un commentaire

Le pitch ? Victor est un petit garçon qui n’a qu’un seul ami, son chien Sparky. Quand celui-ci meurt, Victor décide de le ramener à la vie… Mais cette résurrection va de pair avec d’autres monstrueuses conséquences…

« Frankenweenie » s’inspire bien entendu d’un des classiques du Cinéma d’Horreur : « Frankenstein » interprété par Boris Karlof et sorti en 1931. Un film qui a bercé l’enfance de Tim Burton. Il n’en fallait pas plus pour lui rendre hommage à travers ce dessin animé…

« Frankenweenie » met donc en scène des marionnettes, 200 au total dont 18 du héros Victor et 15 de son chien. Ce film utilise la technique du stop-motion. Chaque marionnette est en effet manipulée à la main. Pour obtenir une seule seconde de film et du mouvement, il faut prendre 24 photos et les projeter ensuite les unes après les autres. Bref, il a fallu plus de 2 ans de travail pour terminer ce long-métrage…

Avec « Frankenweenie », à la fois drôle et terriblement attachant, présenté en 3D et en noir et blanc (la nouvelle couleur à la mode à Hollywood… après le succès de « The Artist »), Tim Burton ressuscite le film de monstres, un genre vieux jeu qui trouve ici une incroyable modernité !

Trois questions à Tim Burton…

Alors que tous les studios proposent des dessins animés entièrement réalisés par ordinateur, vous, vous proposez un film d’animation à l’ancienne, fait à la main et en noir et blanc. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans cette idée folle ?

J’ai toujours eu des idées folles ! Pour moi, le noir et blanc fait intégralement partie de cette histoire. J’avais envie de revenir aux bases du film d’horreur. C’est une manière de capturer l’esprit de ces films !

Votre film, il est destiné aux enfants ou aux adultes ?

Je n’ai jamais visé aucun public en particulier. Je me souviens qu’à l’époque de la sortie de « L’étrange Noël de Monsieur Jack » on disait que mon film était effrayant alors que les gamins l’ont adoré. Je crois que certaines personnes oublient que certains classiques de chez Disney contiennent eux-aussi ce genre d’éléments… intenses !

C’est votre 3e film cette année après « Dark shadows » et « Abraham Linlcoln, chasseur de vampires » (Burton en était le producteur). Vous un véritable workahoolic…

Rassurez-vous maintenant je vais prendre quelques vacances… assez longues !

Pixar se… Rebelle!

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 18 juillet 2012 10h58 | Ajouter un commentaire

(Re)Belle Bérénice Bejo

« Rebelle » des Studios Pixar sort en salles aujourd’hui…

« Rebelle », c’est le dessin animé de toutes les attentes inattendues. D’abord, « Rebelle » devrait faire date dans l’histoire des Studios Pixar car il s’agit du premier dessin animé des producteurs de la trilogie « Toy Story » emmené non pas par un jeune héros mais bien par une héroïne. Ensuite, ils ont décidé de vous raconter l’histoire de Mérida, une jeune princesse qui ne veut pas devenir… une princesse ! Mérida veut décider seule de son avenir. Elle en a assez d’avoir sa mère sur le dos et se rebelle. Elle passe donc chez une sorcière qui lui prépare un mauvais sort. Voilà sa maman transformée en ours. Encore un détail, la chasse à l’ours est le sport national du pays…

Techniquement réussi, virevoltant, ce dessin animé revisite l’adolescence et les rapports mère-fille avec humour et tendresse. Quoiqu’un peu classique, « Rebelle » prouve, malgré tout, une fois de plus que chez Pixar, on aime ne pas faire comme les autres !

Côté doublage, on retrouve derrière Mérida la douce et talentueuse Bérénice Bejo. Après avoir connu une année folle avec la sortie de « The Artist », le film muet, Bérénice devient… une voix ! Un exercice qu’elle a aimé plus que tout, à l’image de son personnage. « Mérida est une jeune fille qui me ressemble mais tout dépend de l’âge », raconte l’actrice. « Dans le film, Mérida a 15 ans et moi à cet âge-là, je n’étais pas du tout rebelle. J’étais très docile. Je suis devenue rebelle plus tard. Je me suis affirmée plus tard. Mais aujourd’hui, mon tempérament et le sien sont identiques. Comme elle, il ne faut pas essayer de m’imposer quelque chose. Je vis au coup de cœur ! »

Point, pois et poil…

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 11 juillet 2012 16h44 | Ajouter un commentaire

Gros-Pois et Petit-Point mange dehors

« Gros-Pois et Petit-Point » de Lotta Geffenblad et « Le Lorax » de Chris Renaud sortent au cinéma…

Pour cet été et pour les plus petits, au cinéma, les dessins se suivent sans se ressembler… 

Les aventures de « Gros-Pois et Petit-Point » riment avec imagination, observation, expérimentation… et petit pois ou gros point d’exclamation… Voilà donc un film d’animation dit « en volume » ! Tout ce que l’on voit à l’écran a été réellement fabriqué ! Les personnages, les décors, les accessoires, tous ces éléments ont été construits à une petite échelle…

Bref, charmant, poétique et naïf, « Gros-Pois et Petit-Point » aborde pas mal de thèmes liés à la petite enfance avec un bonheur communicatif… à voir à partir de 3 ans !

Si vous aimez les petite bête à poils… longs, « Le Lorax » est fait pour vous. Tout aussi ronchonne que poilue, le Lorax est une étrange créature qui lutte  avec ardeur pour la protection de la nature. Un combat de longue haleine car dans ce drôle de pays, tous les arbres ont disparus…

A la base de ce dessin animé, on retrouve un livre écrit par le Docteur Seuss. Auteur et dessinateur, cet Américain, disparu en 1991 à 87 ans, est une véritable star outre-Atlantique. Ses histoires, balancées entre poésie et conte à la morale pertinente, ont été vendues à plus de 500 millions d’exemplaires dans le monde. Il n’en fallait pas plus ou moins pour que le Cinéma s’en empare !

L’histoire (d’Abraham Lincoln) avec une grande hache…

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 11 juillet 2012 13h57 | Ajouter un commentaire

Abraham Lincoln, chasseur de vampires

« Abraham Lincoln chasseur de vampires » sort en salles aujourd’hui…

Le pitch? A travers ce film, vous découvrez la double vie d’Abraham Lincoln. Le 16e président américain est, en effet, chef d’état le jour et tueur de vampires la nuit…

Derrière cette production qui mélange fantastique et faits historiques se cache un certain… Tim Burton ! A la base de ce film, on retrouve un livre culte aux Etats-Unis. Ce roman éponyme a été écrit par Seth Graham-Smith qui a ressuscité les zombies et autres sombres créatures. Seth a également signé le scénario du dernier film de Tim Burton, « Dark shadows » avec des vampires !

Depuis quelques années déjà, les vampires et les morts-vivants ont la cote à Hollywood. Comment expliquer ce succès ? C’est la question que j’ai posée à Tim Burton. Voici sa réponse: « Pour moi, il est difficile de répondre à cette question car je regarde des films de vampires et de monstres depuis que je suis tout petit… depuis que j’ai 5 ans. Pour moi, ce n’est pas une mode mais plutôt quelque chose que j’ai toujours aimé. Vous savez, les vampires existaient déjà bien avant la création du cinéma. Chaque continent, chaque civilisation, chaque culture possède ses propres histoires de vampires. C’est un folklore, une mythologie que tout le monde partage. C’est inconscient. Le cinéma se sert de tout cela sous des angles très différents. »

Que faut-il en penser? Réalisé avec des effets spéciaux saisissants, voilà un film à prendre au second degré entre légèreté et amusement car « Abraham Lincoln chasseur de vampires » réécrit et pulvérise l’Histoire avec un grand H et une grande hache…

Les Kaïra, une histoire de ouf!!!

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 11 juillet 2012 12h14 | Ajouter un commentaire

Les Kaïra, le film

« Les Kaïra » sort en salles aujourd’hui… Voici 3 raisons d’y aller…

1. Le Pitch? Tantôt chelou, tantot relou, ces Kaïra, pour « racaille » en verlan, se prénomment en fait Mousten, Abdelkrim et Momo. Teu-po d’enfance, ils ont toujours vécu dans la T-6 de Melun. Désespérément célibataires, ils passent leurs journées à ne rien faire. Jusqu’au jour où ils décident de se prendre en main et de devenir des stars du X…

2. Juste comme ça!? « Les Kaïra » c’est l’opposé du film « La Haine » de Mathieu Kassovitz. C’est, si vous voulez… «  L’amour » ! Car ils parlent beaucoup d’amour dans cette histoire. Si si…

3. Que faut-il en penser? « Les Kaïras » est une aventure qui a commencé sur internet avec un faux téléshopping de banlieue. Vu le succès rencontré par ce mini programme, il n’en fallait pas plus pour qu’un producteur s’intéresse à eux et leur propose un long-métrage… un film truffé d’invités surprises comme Eric Cantona et François Damiens. Bref « Les Kaïras », même si c’est un poil vulgaire (plus qu’un poil d’ailleurs), même si ce n’est qu’une série de sketches qui se suivent (et que presque toutes les bonnes blagues sont dans la bnade annonce), c’est une histoire de ouf!

C’est la vie en… Colorful

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 27 juin 2012 10h21 | Ajouter un commentaire

"Colorful" de Keiichi Hara

« Colorful » de Keiichi Hara sort en salles ce mercredi 27 juin…

Pour les plus de 12 ans, ne ratez pas « Colorful ». Inspiré d’un roman japonais publié en 1998, « Colorful » raconte l’histoire d’une âme qui revit dans le corps d’une nouvelle personne, un ado mal dans sa peau. Cet esprit découvre alors une vérité qui va bouleverser son existence.

Ce film d’animation aborde des thèmes difficiles comme le suicide, la prostitution des jeunes mais aussi les problèmes qu’ils rencontrent à l’école. D’un autre côté, il célèbre la famille et l’amitié…

Terriblement sensible et sincère, cette histoire douce-amère se veut, malgré les apparences, on ne peut plus optimiste…

« La part des anges » à consommer sans modération!

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 27 juin 2012 10h13 | Ajouter un commentaire

La part des anges de Ken Loach

« La part des anges » de Ken Loach sort en salles ce mercredi 27 juin.

Le pitch? A Glasgow, Robbie est constamment rattrapé par son passé de délinquant. Henri, l’éducateur qui lui est assigné, devient son nouveau mentor et l’initie à l’art du whisky ! De distilleries en séances de dégustation huppées, Robbie se découvre une réelle passion pour ce breuvage. Mais il a besoin d’argent pour commencer une nouvelle vie. Avec ses amis, Robbie va alors tenter de voler le plus cher whisky du monde…

Le saviez-vous? Le terme « la part des anges », l’expression qui a inspiré le titre de ce film, n’est autre que la partie du volume d’alcool qui s’évapore quand le whisky vieillit en fût…

Comme ça… « La part des anges » a été présenté à Cannes cette année. Avec ce film Ken Loach marquait sa 17e participation au Festival. Une nouvelle participation gagnante vu qu’il est reparti de la Croisette avec le Prix du Jury…

Critique… Coproduite par les frères Dardenne (comme quoi tout est possible), cette comédie sociale est non seulement efficace et touchante mais aussi fort drôle. Voilà bel et bien un film à consommer sans modération !

Rock’n'Roll… mops

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 20 juin 2012 14h50 | Ajouter un commentaire

Tom 'Axel Rose' Cruise

Commençons d’abord par un petit plan langue. « Rock of ages » est le titre du film qui nous intéresse et qui sort aujourd’hui. Bref, le titre de cette grosse production américaine a été traduit en français par… « Rock forever » ! Il est vrai que cette nouvelle nomination est beaucoup plus francophone, simple et compréhensible…

En attendant, ça parle de quoi ce « Rock forever and of ages » !? Il s’agit tout simplement d’une histoire hyper inédite. Drew ne rêve que d’une chose, devenir une star de la chanson. A Los Angeles, il rencontre Sherrie, une jeune provinciale qui partage le même rêve que lui. Le film « Rock Forever » raconte donc leur histoire d’amour vécue à travers les tubes de Def Leppard, Foreigner et Twisted Sister…

Mais dans ce film, la vraie star du rock, le chanteur qui met tous ces messieurs d’accord et qui fait craquer le coeur des filles, n’est autre que Stacee Jaxx. Un Jacee Jaxx interprété par Tom Cruise, toujours aussi étonnant… Notez qu’avec son look, bandana, taouages, torse nu et gros ceinturon, Tom est quand même plus proche d’Axel Rose des Guns and Roses que de Paul Stanley le leader du groupe Kiss. Dans ce film, Tom chante réellement et plutôt pas mal. C’est en réalité la seule et bonne surprise de « Rock forever » ! Sa reprise de « Paradise city » des Guns (encore eux) est à écouter. Sincèrement !

Du côtés des autres acteurs, dans ce film, on retrouve Alec Baldwin en cheveux longs qu’il fait virevolter au ralenti (parce qu’il le veut bien), Catherine Zeta-Jones (qui a refusé toute promo pour ce film vu ses grandes qualités), Mary J. Blige (R’n'B represent), Malin Ackerman (la nouvelle bombe blonde d’Hollywood), Paul Giamatti (par pitié Paul retourne dans le circuit indépendant, tu y es meilleur) et Russel Brand. Pour être honnête, seul Russel a trouvé sa voix ou sa voie dans cette adaptation sur grand écran d’une des plus célèbres comédies musicales de Broadway.

Pour le reste, sachez que ce « Rock Forever » pourrait être assimilé à un gros karaoké géant que seuls les fans du rock des années 80 devraient apprécier ! Et encore… Comme dirait l’écrivain Bret Easton Ellis: « C’est bien gentil de parler de Rock mais où est le Sexe et la Drogue dans ce film !? »

22 voila 21 Jump Street…

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 20 juin 2012 14h28 | Ajouter un commentaire

Les stars du remake de la série télé "21 Jumpstreet" épuisées... épuisant!

Les moins de 20 ans… que dis-je, les moins de 2 fois 20 ans ne s’en souviennent peut-être pas mais « 21 Jump Street » était une série télé culte dans les années 80. Une série qui a surtout lancé l’une des plus grandes stars d’Hollywood d’aujourd’hui: Johnny Depp alias Tom Hanson. Je me souviens, plus jeune, moi je voulais porter les mêmes bandanas que lui et les mêmes jeans troués. Johnny Depp c’était mon dieu à l’époque, mon habilleur… mon Karl Lagerfeld!

Bref, c’est dire si cette adaptation sur grand écran, je l’attendais avec une impatience non dissimulée. Voici donc en deux mots le pitch. Schmidt et Jenko (Jonah Hill et Channing Tatum) sont deux jeunes policiers mutés dans une unité spéciale située au n°21 de la rue du Saut, soit la Jump Street. Ils ont donc troqué leur arme et leur badge contre un sac à dos et un crayon. Leur mission : se servir de leur physique juvénile pour infiltrer un lycée gangréné par un trafic de drogue. Le problème, c’est que les ados qu’ils croisent ne ressemblent pas du tout à ceux de leur époque…

Je préfère vous le dire tout de suite, si vous lisez ce billet jusqu’au bout, sachez que vous allez découvrir la fin de ce remake. « Attention spoiler » comme on dit… En effet, dans la scène de fin, on retrouve… roulement de tambours… Johnny Depp! Tom Hanson fait une apparition dans ce film… comme toute l’équipe de la série originale. Si je puis me permettre, ce jour-là, Johnny, il aurait mieux fait de se casser une jambe. Ou il aurait mieux fait d’essayer de recoller son couple avec Vanessa. En fait, je suis certain que c’est ça qui a poussé Vanessa à le quitter…

Ce film n’est qu’une vaste blague de mauvais goût. C’est assez vulgaire et lourdaud… Un collègue en presse écrite a titré son article par un « C’est con mais c’est bon ». Personnellement, je m’arrêterais à la première partie de l’énoncé. En étant moins direct et plus nuancé, je crois que les fans de la série risquent d’être on-ne-peut-plus déconcertés par cette adaptation plus proche de la comédie de potaches que du thriller policier proposé par Johnny Depp et sa bande il y a 25 ans…

Benoit Poelvoorde, le dernier acteur punk!

Par Nicolas Buytaers dans Nouvelle sortie ciné , le 13 juin 2012 08h47 | Ajouter un commentaire

videos-cannes-2012-extraits-du-grand-soir-avec-benoit-poelvoorde-en-punk

Dans le film « Le Grand Soir », Benoit Poelvoorde incarne Not. Notez que Not est le plus vieux punk à chien d’Europe. Son frère, Jean Pierre (joué par Albert Dupontel), lui, est vendeur dans un magasin de literie. Enfin, il était vendeur dans un magazin de literie. Quand Jean Pierre est licencié, les 2 frères se retrouvent et se redécouvrent. Vous l’aurez compris, « Le Grand Soir » raconte l’histoire d’une famille qui décide de faire la révolution… mais à sa manière… Car ce film, outre son aspect comique avec quelques belles scènes complètement décalées, ce film donc, c’est aussi une critique virulente de la société de consommation.

Vous devez savoir que « Le Grand Soir » a été écrit et mis en scène par Benoit Delépine et Gustave Kervern, deux auteurs issus du Groland, drôle de pays imaginaire complètement barré…

Autre détail cocorico-esque, outre Benoît Poelvoorde, cette comédie mélo-dramatique est aussi emmenée par plusieurs têtes connues bien de chez nous comme Yolande Moreau, Serge Larivière et l’excellentissime Bouli Lanners (qui le temps d’une scène bascule dans le non-sens et le surréalisme noir-jaune-rouge)…

Pour être complet, je dois encore ajouter que ce film a été présenté au dernier Festival de Cannes dans la catégorie « Un certain regard ». « Le Grand Soir » est finalement reparti de la Croisette avec le Prix Spécial du Jury

Après les petits matins qui déchantent, « Le grand soir »… enchante… ou aurait tout pour enchanter s’il n’était pas qu’une suite de scènes pas toujours égales et drôles. On sent que le duo Delépine-Kervern s’est fait plaisir à travailler entre potes. Mais est-ce que ça suffit pour faire un bon film!?