En ce moment

Un super-héros appelé… à régner!

Par Nicolas Buytaers dans Rencontre , le 5 juillet 2012 11h20 | Ajouter un commentaire

Andrew Garfield plutôt à l'aise dans le costume de Spiderman

« The amazing Spider-Man » est sorti en salles depuis peu… Une suite à la trilogie de Sam Raimi? Pas vraiment. Parlons plutôt de reboot ou de changement dans la continuité…

A l’image de ce qui se fait en BD, où tous les 10 ans, plus ou moins, une remise à zéro est opérée pour une nouvelle génération de lecteurs, les Studios Marvel et Sony vous proposent donc une nouvelle lecture de Spider-Man. Dans le costume rouge et bleu du super-héros, on retrouve Andrew Garfield vu dans « Social network » (le film sur la création de Facebook). Oubliez donc tout ce que vous saviez déjà sur l’Homme-Araignée. Andrew vous raconte une nouvelle (et belle) histoire… tout aussi incroyable et spectaculaire !

Interpréter Spiderman, c’est un rêve de gamin devenu une réalité !?

Tout à fait. Petit, je jouais, comme tous les gamins, à Spiderman. Aujourd’hui je peux dire que je suis Spiderman…

Qu’avez-vous pensé quand vous avez enfilé pour la première fois son costume ?

Physiquement parlant, il n’a pas été simple à mettre. Vous devez savoir qu’il est assez inconfortable. Il n’a pas réellement été conçu pour l’être. En fait, il a surtout été conçu pour être beau à regarder. C’est le plus important finalement. Et pour revenir à votre première question, plus jeune, Spiderman, c’était un fantasme pour moi. En enfilant son costume, j’ai retrouvé toute une série de sensations et de sentiments liés à mon enfance. J’avais 3 ans quand j’ai reçu mon premier déguisement de l’Homme-Araignée. C’est dire si aujourd’hui ces sentiments sont profondément ancrés en moi. Avec cette proposition de rôle, on m’a offert un nouveau costume. Ce costume est un symbole très fort vu ce qu’il représente. Mais pour incarner Peter Parker, j’ai dû me détacher de ce symbole. Ce n’est qu’après que je me suis dit que j’étais libre de faire ce que je voulais… avec, je vous le répète, pas mal de démangeaisons dues au costume !

Et la comparaison entre votre interprétation et celle de Tobey Maguire proposée dans la trilogie précédente, elle vous fait peur ?

Pas du tout. Je n’ai pas rajouté cette pression-là sur mes épaules. Je sais qu’il y aura des comparaisons. Il y aura du pour et du contre. Je ne peux pas lutter contre quelque chose d’aussi subjectif que l’avis des spectateurs, des fans du héros. En plus, j’ai énormément de respect pour le travail de Tobey. J’avais 9 ou 10 ans quand je l’ai découvert pour la première fois. Il reste mon Spiderman ! A chaque fois que j’y repense, ça me rappelle tout ce que ce super-héros signifie pour moi et la passion que je lui voue ! Donc c’est un honneur de porter ce costume après lui. Je suis assez excité par l’idée de transmettre cette passion, à travers ce nouveau film, à d’autres petits garçons, comme je l’étais. Je vous le disais, ce costume est un symbole qui représente beaucoup de choses… quel que soit l’acteur qui le porte !

Laisser un commentaire