SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Bérénice Bejo, l’autre BB

Par Nicolas Buytaers dans Festival de Cannes , le 16 mai 2012 08h35 | Ajouter un commentaire
Une prière à Sainte-Bérénice

Une prière à Sainte-Bérénice

Ses initiales BB pourraient prêter à confusion mais ne vous y trompez pas, Bérénice Bejo n’a rien à voir avec Brigitte Bardot. Que du contraire :-) Après avoir été muette dans « The artist » présenté pour la première fois à Cannes en 2011, voilà qu’elle donnera de la voix sur la Croisette. En tant que maîtresse de cérémonie de ce 65e Festival de Cannes, c’est elle qui ouvrira la soirée (dès 19h30) et qui lancera les festivités. Cela méritait bien une rencontre et 3 questions…

A quelques heures de la cérémonie d’ouverture, comment vous vous sentez?
Je me sens de très bonne humeur. Je me sens aussi assez… angoissée. C’est un peu fort comme mot. En fait, j’ai pas mal peur! J’ai encore répété mon discours ce matin et je me suis dit que ce n’était pas simple ni facile comme statut d’être maîtresse de cérémonie ici à Cannes. Ce n’est pas évident en fait de parler à 3000 personnes de façon naturelle, d’être gentille, d’être sympa… C’est pas un rôle facile qu’ils m’ont donné Thierry Frémaut et Gilles Jacob, les responsables du festival.

Cela reste malgré tout un beau rôle…
Oui c’est un très beau rôle. Quand ils me l’ont proposé, je me suis dit que c’était une façn de boucler la boucle sur « The artist » qui a commencé ici l’année dernière. J’ai trouvéque c’était une belle manière de les remercier. En acceptant un rôle comme celui-là, je leur dis tout simplement merci… avec d’autres mots.

Vous aimez vivre ce festival dans des situations extrêmes. L’année dernière vous étiez enceinte et cette année, vous en êtes la maîtresse de cérémonie. Il n’y a pas plus stressant…
C’est exact. Mais bon, je ne choisis pas (elle sourit). Ca arrive et on fait avec. Tout ceci, ce n’est que du plaisir malgré le stress et l’angoisse. Même si je me trompe ou si je prononce un mot pour un autre, j’espère qu’on va me pardonner. Ce n’est pas la fin du monde.

Laisser un commentaire