Archive Page 2

Comment contrer les drones ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 5 mars 2015 10h49 | Ajouter un commentaire

drone

Alors que les survols de drones au-dessus de zones sensibles se multiplient, le gouvernement français envisage plusieurs mesures pour une meilleure détection et neutralisation des engins indésirables.

D’après le ministre français de l’intérieur Bernard Cazeneuve, au total, « 60 survols de drones » ont été constatés au-dessus de centrales nucléaires ou de Paris depuis le 5 octobre, un sujet que le gouvernement français assure prendre “très au sérieux”.

Pour l’instant la police n’a interpellé personne à part une équipe de la chaîne de télévision Al-Jazeera qui faisait voler un drone au bois de Boulogne. Mais même si le drone a été confisqué et que le journaliste Tristan Redman a été condamné à une amende de 1.000 euros, cette télévision n’est pas à l’origine des vols qui inquiètent Paris.

Presque indétectables.

Le problème c’est qu’actuellement il n’existe aucune méthode éprouvée pour neutraliser ou intercepter des drones. Si un chasseur bombardier menace Paris on sait comment faire, mais les forces de sécurité classiques sont désarmées face à ces petits engins. Il n’existerait pas pour l’instant de système de défense anti-aérien, adapté à une menace qui vole entre 50 et 100 mètres d’altitude.

Le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, a remis un rapport confidentiel sur le sujet au Premier ministre fin janvier, et propose quelques pistes :

  • Une détection radar renforcée au-dessus des sites sensibles
  • Le brouillage du signal entre le propriétaire et son drone,
  • L’utilisation de canons à eau
  • L’emploi de lasers et autres systèmes de “mise en panne volontaire” des engins volants à l’approche de zones interdites.

Tirer n’est pas jouer.

Il ne s’agit pas de se contenter de placer des tireurs d’élite en faction, d’autant qu’au-dessus des zones habitées abattre un drone sans autre forme de procès pourrait être très dangereux. Le gouvernement cherche donc des solutions innovantes et un appel d’offres a été lancé en décembre ( budget 1 million d’euros), 23 projets sont actuellement en lice. Par ailleurs l’immatriculation de tous les appareils, y compris les plus légers, pourrait être imposée pour mieux identifier les propriétaires.

L’objectif du gouvernement est également de faire adopter une réglementation harmonisée au plan européen. La France organisera d’ailleurs le 28 mai à Paris un séminaire international sur la question. En attendant si vous voulez faire le petit malin en France avec un drone, ça peut déjà vous coûter jusqu’à 75 000 euros d’amende…

Et ça, c’est pas dro…ne !

 

 

Impôt sur la fortune

Par Christophe Giltay dans Divers , le 4 mars 2015 11h00 | Ajouter un commentaire

impots

On évoque beaucoup en ce moment l’éventualité de la création d‘un impôt sur la fortune en Wallonie. En France cet impôt existe depuis 1982, et son bilan est mitigé.

L’impôt sur la fortune a été créé en France en 1982 par le gouvernement de Pierre Mauroy. On était en pleine vague socialiste après la victoire de François Mitterrand en 1981, et cet impôt n’était qu’une des multiples réformes de gauche adoptée par le nouveau pouvoir à côté par exemple des nationalisations.

L’impôt sur la fortune qu’on appelait alors l’IGF (impôt sur la grande fortune) avait d’abord une fonction symbolique, idéologique même : faire payer les riches !

Supprimé puis rétabli.

Supprimé en 1987 par le gouvernement Chirac, il est rétabli au retour  de la gauche au pouvoir, par Michel Rocard, sous le nom de ISF : import de solidarité sur la fortune. En changeant le nom on change  aussi l’axe symbolique, il ne s’agit plus de punir les riches mais de les inciter à partager avec les autres…

Aujourd’hui cet impôt est payé par tous les foyers fiscaux qui détiennent un patrimoine de plus de 800 000 euros. Le barème est clair : Entre 800 000 et 1 300 000 euros 0,5 % , entre1 300 000 et 2 570 000 euros 0,75%, entre 2 570 000 et 5 000 000 euros 1 %, entre 5 000 000 et 10 000 000 euros1,25 % et au-delà de10 000 000 euros 1,50%

Quelques aberrations.

Il se paie tous les ans sur une déclaration volontaire, à noter qu’il suffit d’être en concubinage pour voir cumuler son patrimoine. Seuls les couples mariés sous le régime de la séparation et vivant sous des toits différents peuvent faire des déclarations individuelles. En 1982 on avait accusé cet impôt d’être un incitateur au divorce,  aujourd’hui on lui reproche plutôt de faire fuir les riches à l’étranger et notamment en Belgique.

Tout le patrimoine intervient dans le calcul d’où des aberrations comme ces paysans de l’ile de Ré, dont les maisons ont pris une valeur hallucinante depuis que les bobos y passent leurs vacances et qui, assis sur un tas d’or bien involontaire, n’ont pas les moyens de payer l’impôt.

Sont exonérées les oeuvres d’arts, les productions de l’esprit comme les droits d’auteurs, les entreprises si le patron en est le propriétaire, et les rentes pour handicap ou maladie.

Rentable …ou pas ?

Les experts s’affrontent depuis trente ans sur le bien-fondé de cet impôt.  En 2013, 312 046 foyers français ont réglé l’ISF, pour des recettes s’établissant à 4,39 milliards d’euros à l’État.

Mais les détracteurs affirment que l’expatriation fiscale a privé l’Etat d’au moins  15 milliards sur 6 ans. Le solde serait donc quasi nul ou en tout cas bien modeste. Ultime argument contre cet impôt : il embêterait les millionnaires sans gêner les milliardaires qui ont les moyens de tout planquer dans des paradis fiscaux.

Bref ami wallon, ne vous trompez pas de combat…cet impôt est un symbole, mais pas forcément un jack pot !

Et Martin Bouygues bougeait encore

Par Christophe Giltay dans Divers , le 2 mars 2015 09h00 | Ajouter un commentaire

Martin

Ce fut un peu  le scandale du weekend en France, la très sérieuse Agence France Presse a annoncé samedi la mort de l’homme d’affaire Martin Bouygues, propriétaire entre autre du groupe TF1. La nouvelle a été reprise par tous les médias… sauf que Martin Bouygues n’était pas mort.

Martin Bouygues c’est du lourd. Il a succédé en 1989 à son père Francis comme PDG du groupe qui porte son nom. A l’origine actif dans le bâtiment et les travaux publics, Bouygues est un des plus grands entrepreneurs du monde, il est aussi propriétaire de TF1 et du réseau Bouygues télécom troisième réseau téléphonique de France. Martin Bouygues représente avec son frère Olivier la 24e fortune de France avec 2,6 milliards d’euros, chiffre de 2013.

Infaillible.

Bref annoncer sa mort ça n’a rien d’anodin, d’autant que c’est l’AFP qui l’a fait or l’AFP est une des 3 agences mondiales d’information, de ces agences auxquelles sont abonnés la plupart des médias, et plus particulièrement pour l’AFP, tous les médias français. …

Quand l’AFP donne une info c’est seul cas où l’on ne vérifie quasiment jamais. Les journalistes de l’AFP sont payés pour le faire et ils ont la réputation d‘être infaillibles. A tel point que comme l’AFP le disait, le site de TF1 a également annoncé samedi la mort de son patron, sans vérifier, or il leur aurait suffi de passer un coup de fil pour savoir.

Monsieur Martin.

En fait Il y aurait quiproquo entre un journaliste de l’agence et le maire d’une petite ville de l’Orne…

D’abord a déclaré la directrice de l’information au journal Libération : «  il y a eu un mauvais tuyau d’un journaliste très bien informé d’habitude, ça a donné du poids à l’info»: Martin Bouygues serait mort dans l’Orne. Le service économie tente de joindre des représentants du groupe, sans succès. L’agence se tourne vers son bureau de Rennes, Gendarmes et pompiers confirment un décès, mais refusent de donner un nom. Un journaliste tente d’appeler le maire de la commune où le décès aurait eu lieu, puis celui de la ville voisine. «Le maire a répondu « oui, je confirme, c’était un ami ». Il expliquera plus tard qu’il croyait confirmer la mort d’un «Monsieur Martin», qui lui est bien décédé samedi matin. »

Une vérification superficielle.

Une enquête internet a été diligentée au sein de l’agence, mais même après les déclarations du maire, une seule source n’aurait pas dû suffire pour diffuser l’info. Et bien sûr vient tout de suite l’accusation d‘avoir voulu faire trop vite pour détenir un scoop. Sauf qu’avec l’AFP ce raisonnement fonctionne mal, l’AFP c’est 5000 dépêches par jours, 3000 photos, 200 vidéos, elle n’a pas besoin de ça. Bizarre quand même. Alors bien sûr on s’inquiète pour le journaliste fautif, la porte n’est pas loin, mais sa hiérarchie devra elle aussi rendre des comptes.

Par ailleurs le nom du PDG de l’AFP Emmanuel Hoog circulait dans Paris ces derniers jours pour prendre la présidence de France Télévisions, le principal concurrent de TF1.Voilà qui pourrait compromettre sa candidature… mais ce n’est sûrement qu’une coïncidence !

 

PS : Le prochain président de France Télévisions sera désigné entre le 22 avril et le 22 mai par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Il prendra ses fonctions fin août.

Le retour de « La coiffeuse »

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 février 2015 17h12 | Un commentaire>

Un Picasso,  volé en 2001 à Paris et estimé à plusieurs millions de dollars, a été retrouvé aux Etats-Unis, où il avait été envoyé par colis express comme un cadeau de Noël à 30 euros.

la coiffeuse

Il s’agit de « La coiffeuse » de Pablo Picasso, peinte en 1911, à  l’époque cubiste du maître espagnol. C ‘est un tableau relativement petit 33 cm sur 46, on avait découvert sa disparition au centre Pompidou en 2001, quand  un musée étranger l’avait demandé en prêt. Le personnel de Beaubourg ne l’avait alors pas retrouvé dans la réserve où il était conservé.

Un banal colis.

Depuis la toile était signalée aux polices du monde entier mais sans résultat…Et puis miracle ! En décembre les douaniers de l’aéroport de Newark près de New York sont intrigués par un paquet de fédéral express, un emballage artisanal  envoyé de Belgique vers les Etats-Unis le 17 décembre, avec la mention «Art Craft/30 €/Joyeux Noël», elle laissait penser qu’il s’agissait d’un cadeau de Noël coûtant 30 euros.

Un trésor retrouvé.

Une fois le paquet ouvert la toile s’est révélée et comme l’a dit hier la procureure de New York Loretta Lynch un trésor perdu a été retrouvé. La justice américaine n’a pas communiqué l’adresse du destinataire ni celle de l’expéditeur, mais dans ce genre de colis express il faut toujours indiquer une adresse, il est donc possible que la police a déjà une piste. La découverte a été faite le 17 décembre et seulement annoncée hier. Quant au tableau il sera bien entendu restitué à son légitime propriétaire c’est-à-dire l’Etat français. Une démarche a d’ailleurs déjà été entreprise en ce sens, avec un dépôt de plainte à New York, pour des raisons de procédure.

Bientôt à Paris.

« La coiffeuse » est pour l’instant  en sécurité dans une pièce climatisée de la douane américaine. Le Centre Georges Pompidou, a souhaité : « pouvoir très vite la présenter au public », peut-être dès ce printemps.

Juste pour rire,  j’imagine la tête de l’employé de « federal express » à Bruxelles qui a entendu l’info ce matin. Ce paquet moche qu’il a réceptionné mi-décembre  à destination de New York…valait plusieurs millions de dollars !

Charlie 179

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 février 2015 10h31 | Commentaires fermés

charlie 179 2Six semaines après le numéro  » Tout est pardonné », et un peu moins de deux mois après l’attentat qui a décimé la rédaction, Charlie reprend une parution hebdomadaire. Une reprise qui n’efface pas le deuil dans un journal dont tous les dessinateurs vivent désormais sous étroite protection policière.

 

C’est reparti ! C’est le titre du nouveau Charlie hebdo on voit en couverture un chien, un Charlie roulé dans la gueule qui s’enfuit poursuivi par toute une meute de dogues, dont l’un a la tête de Sarkozy un autre celle de Marine Le Pen, on y voit aussi un évêque, un djihadiste à Kalach, un financier, des gens de la manif pour tous, et même un micro de BFM.

Ris à la barre.

Le journal a été fabriqué dans les locaux de libération, l’équipe s’est enrichie de nouveaux crayons : Dillem le célèbre caricaturiste algérien qui a affronté en son temps les islamistes de son pays et Pétillon, un des dessinateurs phares du Canard Enchaîné.

A la tête du journal : Laurent Sourisseau dit Ris qui était déjà co-directeur avec Charb. Il a toujours un bras en écharpe, l’omoplate droite éclatée comme une assiette. Désormais il vit en permanence avec 7 gardes du corps.  Il y a des policiers au pied de son immeuble et deux hommes armés devant la porte de son appartement.

Ris homme plutôt discret et taiseux a encore des difficultés à revenir sur l’attaque, il n’a dû son salut qu’à un réflexe : il s’est couché dès que les assassins  sont entrés dans la pièce, et il a pris une balle perdue. Il est resté longtemps immobile par terre contre le corps de Charb, pensant que les agresseurs avaient laissé quelqu’un derrière pour abattre les survivants. A l’hôpital il n’a pas regardé la télévision, n’a rien voulu savoir de Montoruge ou de l’Hyper casher, il avait dit-il l’impression d ‘être dans un sous-marin en plongée pendant que la bataille continuait en surface.

Un encombrant magot.

Mais c’est reparti ! Le journal veut reprendre une vie normale et traiter de l’actualité, cette semaine on y trouve une interview du nouveau ministre grec des Finances Yanis Varoufakis, DSK, Copenhague, le salon de l’Agriculture, la profanation d’un cimetière juif…

Le docteur Patrick Pelloux s’est longtemps interrogé, il voulait reparler de l’attentat puis finalement il a écrit sur la grippe. Charlie doit désormais doit faire face également à un afflux d’argent qu’il n’imaginait pas. Cet hebdomadaire autrefois exsangue, et que Cabu renflouait parfois de ses propres deniers va toucher, à la suite des ventes du précédent numéro, et de la souscription de 220 000 abonnement, environ 10 millions d’euros après impôts. S’y ajouteront plus de 4 millions de dons.

Une partie de cet argent restera à Charlie pour à son développement mais l’essentiel sera reversé aux familles des victimes. Le journal va également créer une fondation pour soutenir le dessin de presse.

Autre souci il a fallu trouver un chiffre de tirage pour ce N° 179,  entre les 50 000 d’autrefois et les 8 millions du N° 178…

Finalement ils ont tranché à 2,5 millions …

C’est reparti !

Sondage: le FN, premier parti de France avec 30%

Par Christophe Giltay dans Politique , le 23 février 2015 10h01 | 5 commentaires

En France, le Front National se positionne une fois de plus comme le premier parti du pays, du moins sur le plan électoral. Un sondage publié par le Figaro lui accorde 30% des voix aux élections départementales qui auront lieu dans un mois.

C’est un sondage réalisé par l’Ifop pour Le Figaro. Avec 30 % des intentions de vote, le FN devancerait l’alliance UMP et centristes donnée à 28 %, le PS arrivant à la troisième place avec 20 %.  Les écologistes  recueilleraient 7 %, et le Front de gauche de Mélenchon 6 %. Aux dernières élections comparables les cantonales de 2011, le FN avait atteint 15 % des voix, sa progression est donc spectaculaire…

Un scrutin fondamental

Les élections départementales ( autre fois appelées cantonales),  représentent le soubassement, les fondations de la vie politique française. Comme leur nom l’indique elles permettent de constituer les conseils des département, soit l’équivalent de nos conseils provinciaux. A cette différence qu’en France les départements ont beaucoup plus de pouvoir que les provinces en Belgique. La France compte 102 départements, 96 en métropole et 6 outre-mer, pour un total de 4108 conseillers départementaux. Actuellement le parti socialiste contrôle 58 départements. Si les sondages devaient se confirmer il pourrait n’en garder qu’une dizaine. Pourquoi ? Parce que ce sondage très favorable au FN est aussi très favorable à la droite dite démocratique. En effet le scrutin départemental est du type majoritaire à deux tours comme l’élection présidentielle. Au second tour il ne reste que deux candidats (sauf si un troisième a franchi la barre de 12,5% des inscrits, ce qui serait très rare, car compte tenu de l’abstention prévue 12,5% des inscrits ça équivaut pour ce type de scrutin à 29% des votants, en France le vote n’est pas obligatoire).

Des deuxièmes qui opposeront souvent UMP et FN

Si le sondage a raison, dans bien des cas le second tour opposera un FN à un UMP. Et l’UMP aura alors beau jeu de réclamer le soutien du PS au second tour comme le PS l’a fait à l’UMP lors de la dernière législative le 7 février, dans le Doubs qui opposait une FN et un PS. Donc par un subtil jeu politicien, le FN bien qu’en tête des sondages remporterait peu de sièges, l’UMP toucherait le jackpot, et il ne resterait que des miettes au PS. Analyse à tempérer par le caractère local de ce scrutin, dans de nombreux cantons surtout ruraux on vote plus pour un homme ou une femme que l’on connait, que pour un parti installé là-bas, bien loin, à Paris.

Pas de Syriza

Reste une question, la question ! Visiblement il n’y aura pas d’effet Syriza ou Podemos en France: le Front de gauche plafonne à 6%. Les Français  déçus ou frustrés par la politique actuelle ne se radicalisent pas à gauche mais à droite et s’en vont grossir les rangs du FN. Le parti de Marine Le Pen est désormais donné à 30%, le voir un jour à 50% reste certes improbable… mais ce n’est plus impossible !

​DSK : relaxe amère

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 février 2015 10h01 | 2 commentaires

 Le procès dit  du Carlton de Lille touche à sa fin, hier les trois avocats de Dominique Strauss Kahn ont pris la parole pour sa défense,  ils ne doutent pas de sa relaxe.

La relaxe sera juste et belle. C’est la formule qu’il faudrait retenir de ces trois plaidoirie, elle a été prononcée par fla seule femme qui défend DSK maître Frédérique Beaulieu. Pour parvenir à ce raisonnement elle n’a pas fait dans la dentelle,  essayant de détruire la crédibilité des témoignages de prostituées et notamment celui de Jade, l’avocate est allée jusqu’à fouiller dans les partouzes pour contester le nombre de femmes qu’il pouvait y avoir sur le corps du principal protagoniste. « Jade dit 8, mais c’est 6 tout au plus » affirme la défenderesse, vous vous souvenez peut être que le fond du problème repose sur la connaissance ou non par  DSK du statut de prostituées des jeunes femmes qu’il rencontrait à Lille. Jade affirmait qu’il savait  dans la mesure où l’ex boss du FMI lui avait un imposé un acte sexuel, brutal et non consenti. Mais dit maitre  Beaulieu «  après cette sodomie Jade a pris un café… Jade réinvente tout monsieur le président… »

Rudes libertins.

Les deux autres plaideurs, des ténors du barreau parisien,  ont été moins polémiques.  Maître Malka est néanmoins revenu sur l’épisode, en affirmant qu’il était caricatural d’opposer le monde de la prostitution qui serait forcément violent et sordide à celui des libertins réputé plus romantiques…« des clubs libertins où tout serait doux, tendre, musique, coupes de champagne. C’est faux ! Les clubs libertins, c’est pas « cui cui les petits oiseaux » !» là encore l’idée est de démontrer que DSK pouvait très bien se croire chez des amateurs plutôt que chez des professionnelles.

Le droit rien que le droit.

Enfin le dernier à prendre la parole, maitre Henri Leclerc avocat depuis 1956, président d’honneur de la ligue des droits de l’homme,  a tout simplement remis les choses en place au niveau du droit : «La morale, chacun la sienne. La vertu, ça se pratique, ça ne se commande pas. La loi, la loi, la loi, c’est tout ce qui compte. On a le droit de faire tout ce qui n’est pas interdit. »

Le procès se terminera vendredi soir et la décision sera mise en délibéré, mais il ne fait aucun doute que DSK sera relaxé, déjà par ce quele procureur a requis cette relaxe et ensuite parce la plupart des parties civiles ont retiré leurs plaintes.

Asmodée.

On pourra dire dans quelques jours : « tout ça pour ça ! »

 DSK n’aura été condamné ni pour le Sofitel, ni pour le Carlton…

Il restera néanmoins comme une amertume, une impression étrange…Celle d’avoir soulevé le voile d’un monde où le cynisme le plus amoral, l’égoïsme,  le plus débridé riment avec puissance, pouvoir et ambition. DSK s’en sort peut être mais il n’en sort pas grandi…

Valls face à la censure.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 février 2015 10h01 | Commentaires fermés

Crise politique en France, persuadé qu’il n’obtiendrait pas une majorité pour faire voter la loi Macron qui porte sur d’importantes réformes économiques, le premier ministre Manuel Valls a décidé d’engager la responsabilité de son gouvernement.  En France on appelle ça faire jouer le quarante-neuf trois.

49-3… non ce n’est pas le score d’un match de rugby entre les « all blacks » et les Samoa occidentales …

 C’est l’article 49 alinéa 3 de la constitution de la Vème république qui permet au gouvernement de faire passer un texte sans vote.

La procédure est la suivante : après délibération en conseil des ministres le premier ministre engage devant l’Assemblée Nationale la responsabilité de son gouvernement. L’opposition a alors 48 heures pour déposer une motion de censure, qui sera débattue et votée ensuite. Si la motion de censure obtient la majorité le gouvernement est renversé. Le président de la République se trouve alors dans la quasi obligation de dissoudre l’Assemblée Nationale et de provoquer de nouvelles législatives.

Macron ric rac.

 Hier il y a donc eu un conseil des ministres puis à 16h30 Manuel Valls a engagé la responsabilité de son gouvernent et peu après l’UMP déposait une motion de censure.

Maintenant que va-t-il se passer ? La motion de censure sera débattue jeudi soir et votée vendredi.  Il n’y a pratiquement aucune chance que le vote soit positif. En effet si Manuel Valls n’est pas sûr d’obtenir une majorité pour faire passer la loi Macron, il n’existe pas de majorité pour le renverser… D’autant qu’en ce moment des élections lamineraient la gauche et que bien sûr personne ne veut perdre son mandat. Le courage a ses limites.

La force de l’exécutif.

C’est là tout l’intérêt du 49.3 quand votre majorité rechigne, quand il a des frondeurs comme c’est le cas au parti socialiste, cet article permet au premier ministre de faire passer un texte en force. « Ah bon vous ne voulez voter ma loi ! Hé bien alors renversez-moi ! Et on coule tous ensemble ! » Comme les frondeurs du PS ne sont pas fous ils ne voteront pas la censure. Or si l’on ajoute les voix de l’UMP, de l’UDI et du front de gauche désormais dans une opposition ouverte, on n’obtient pas 289 voix de majorité (sur  577 députés).

Au final la loi sera donc adoptée par défaut et Manuel Valls renforcera sa position par un acte d’autorité.

Logique majoritaire.

Bien sûr certains auraient rêvé d’une majorité alternative, où la loi Macron dite libérale sociale aurait pu être votée par quelques centristes et quelques UMP, pour compenser les frondeurs de gauche. Une sorte de majorité alternative. Mais ça ce n’est pas la Vème République, on est loin de la Belgique et de son régime parlementaire.

Rare censure.

Depuis 1958 une seule censure a été votée,  le 5 octobre1962 et encore …C’était pour s’opposer à la loi organisant l’élection du président de la République au suffrage universel.  Le général de Gaulle a alors contourné le parlement en faisant adopter la loi par referendum.

On connait la suite… Depuis la France choisit son roi !

Dumas sous l’influence de la vieillesse

Par Christophe Giltay dans Divers , le 17 février 2015 10h21 | Un commentaire>

Roland Dumas à BFM TV

Un parfum de scandale en France : Roland Dumas ancien ministre des affaires étrangères, a déclenché  un tollé pour avoir déclaré à la radio que le Premier ministre Manuel Valls était « probablement » sous l’influence juive de son épouse.

La vieillesse est un naufrage déclarait le général de Gaulle au sujet du maréchal Pétain. On pourrait utiliser la même formule pour Roland Dumas, 92 ans, qui ces dernières semaines a multiplié les déclarations surprenantes.  Après avoir annoncé qu’il avait sauvé la France en validant les comptes de campagnes de Jacques Chirac en 1995, alors qu’ils étaient irréguliers, il vient donc d’attaquer d’une manière totalement odieuse le premier ministre Manuel Valls.

Le piège à Bourdin.

Que s’est-il passé, Dumas était lundi 16 février l’invité des matinales de RMC et de BFM TV, dont l’interviewer Jean Jacques Bourdin est l’un des journalistes les  plus redoutés de France.  Un puncheur hors de pair qui, passez-moi l’expression,  sait faire « cracher les valdas. »

Roland Dumas rappelle d’abord que Manuel Valls lui a reproché de soutenir les Arabes contre les israéliens. Avant d’ajouter : « Il a des alliances personnelles qui font qu’il a des préjugés ».

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? » lance Jean-Jacques Bourdin.

« Chacun sait qu’il est marié avec quelqu’un de très bien mais qui a de l’influence sur lui », répond l’ancien ministre.

« Qui a une influence quoi ? Qu’est-ce que vous voulez dire ? »,dit le journaliste.

S’ensuit une longue digression puis les deux hommes reviennent sur le sujet et là Bourdin lui pose la question directement : « Il est sous influence juive ? ».

Dumas : « Ah ça, probablement. Je peux le penser »

 Bourdin : « Sous l’influence de sa femme ? »

Dumas : « Pourquoi ne pas le dire ? Pourquoi ne pas le dire ? Puisque c’est une réalité ».

Tollé général.

Des propos inimaginables dans la bouche de quelqu’un qui a été le chef de la diplomatie française, le président du conseil constitutionnel, et résistant pendant la guerre.

Oui la vieillesse est un naufrage… d’autant que Manuel Valls est régulièrement attaqué avec le même argument dans les milieux proches du prétendu humoriste  Dieudonné qui avait qualifié le Premier ministre « de petit soldat israélien veule et docile ».

Les propos de Roland Dumas ont déclenché une condamnation unanime à droite comme à gauche : propos lamentable pour les uns déclaration immonde pour les autres. Manuel Valls déclarant que tout cela ne faisait pas honneur à la république.  Quant à  Bernard Henri Levy il a rappelé le mot de Napoléon concernant Talleyrand « c’est de la merde dans un bas de soie… »

Une casserole de plus.

La vieillesse est un naufrage !  Pas sûr d’ailleurs, car on se souvient que Roland Dumas fut également mouillé dans l’affaire Elf à travers sa maitresse Christine Deviers-Joncour qui le couvrait de cadeaux payés par l’entreprise…

La vieillesse est un naufrage ou une libération. Une libération de la parole et peut être la révélation de la véritable personnalité d’un homme.

Roland Dumas était très proche de François Mitterrand,  un ami…et voilà pourtant ce que disait l’ancien président :

« J’ai deux avocats, Robert Badinter pour le droit, et Roland Dumas pour le tordu »

 

Egypte : le Rafale n’est plus un mirage

Par Christophe Giltay dans Divers , le 13 février 2015 10h43 | 2 commentaires

27 ans après le lancement du programme la France va enfin vendre des avions  rafale à l’exportation. 24 exemplaires vont être vendus à l’Egypte, et ce n’est pas une promesse en l’air le contrat sera signé lundi au Caire.

Quand le communiqué de l’Elysée est tombé hier vers 20 heures on avait du mal à y croire, car le Rafale détenait jusque-là le titre champion du monde de l’avion presque vendu….

 Depuis sa conception on l’a annoncé dans une dizaine de pays.  Libye, Pays Bas, Corée, Maroc et plus récemment le Brésil où Lula avait presque signé le contrat alors que Dilma Roussef a finalement acheté des Gripens suédois, moins chers. Et là boum la surprise ! Un contrat bouclé  en quelques semaines !

Contrat express.

Et en plus un contrat tout simple : les Egyptiens achètent l’avion sur l’étagère avec tout son équipement et son armement. Alors qu’actuellement l’Inde est en négociation pour un autre contrat de 126 appareils, mais seulement 18 exemplaires seraient assemblés en France, les autres seraient construits en Inde avec des transferts de technologie particulièrement compliqués, d’où la lenteur des négociations.

En Egypte c’est tout le contraire, le nouveau raïs, le maréchal Al Sissi a besoin d‘avions tout de suite, car le pays se sent menacé.  D’un côté la Libye, en pleine guerre civile de l’autre, dans le désert du Sinaï des intrusions de djihadistes venus de Syrie. Les premiers Rafales seront livrés rapidement et pourront survoler en août prochain, l’inauguration de l’extension du Canal de Suez.

Du travail sur les chaînes.

 Pour arriver à assurer le contrat la France va prendre sur la chaîne des avions destinés à l’origine à l’aviation française. Mais ce n’est pas grave, au contraire ça permettra de maintenir l’activité. Le Rafale c’est bien sûr la société Dassault mais c’est aussi 1500 sous-traitants et 7000 emplois, autre bonne nouvelle pour la République, l’Egypte achète également une frégate, coût total de ce contrat d’armement 5 milliards d’euros !

Une question de confiance

L’Egypte n’a pas choisi la France par hasard, son armée est équipée d’appareils français depuis très longtemps. Quand un pays achète des avions de combat ou des navires de guerre il signe un bail pour trente ou quarante ans avec les fournisseurs : pour les pièces détachées, l’entretien, les mises à niveau etc… Donc ça veut dire que l’Egypte fait confiance à la France sur le long terme. Or  Paris redoutait d’avoir perdu sa crédibilité sur le marché des armes depuis que François Hollande refuse de livrer deux navires Mistral à la Russie.

 Le contrat sera signé lundi et la France espère désormais vendre son avion à l’Inde, au Qatar… et peut être à la Belgique qui doit remplacer les F16.

Mais là c’est probablement un mirage…