SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Archive Page 2

Matignon : boite à fusibles !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 1 avril 2014 11h46 | Ajouter un commentaire

 On a beaucoup répété hier que le remplacement du premier ministre français s’était produite de manière assez expéditive quelques heures après la défaite des socialistes aux municipales. Mais à bien y regarder, sous la Vème République il est très rare qu’un premier ministre quitte sereinement ses fonctions.

 

 

Sous la Vème république le régime taillé sur mesure pour le général de Gaulle en 1958, le premier  ministre bien que chef du gouvernement est surtout le principal collaborateur du président. Il lui sert de fusible quand les choses tournent mal. Ainsi il est très fréquent que le locataire de Matignon change après une défaite intermédiaire aux élections locales. Le cas de Jean Marc Ayrault est exceptionnel par l’ampleur de la défaite mais surtout par la rapidité de son départ.  Mais c’est arrivé à peu près dans les mêmes conditions à Edith Cresson ou Jean Pierre Raffarin après des élections régionales.

 Un régime presque présidentiel.

  Dans les démocraties parlementaires classiques, le Premier ministre quitte ses fonctions quand il est battu aux législatives, puisqu’il détient son pouvoir des députés. En France comme on dit « il procède » du président de la République, lui seul le choisit et le nomme. Ainsi il est assez rare en France qu’un chef de gouvernement soit remercié après de législatives perdues même si ça c’est déjà produit par exemple Fabius en 1984, Bérégovoy en 1993, ou Juppé en 1997. Parfois ils sont écartés après une victoire, comme Pompidou en 1968. Plus singulier certains premiers ministres ont démissionnés après leur propre défaite à la présidentielle alors qu’ils avaient toujours une majorité parlementaire, Jospin en 2002 ou Balladur en 1995.

 Le fait du prince.

 Mais le plus souvent c‘est le fait du prince le président change de Premier ministre en dehors de toute élection quand il estime que le fusible est  fondu. Debré en 62, Chaban en 71, Mauroy en 84, Rocard en 91. Seul cas d’un Premier ministre qui a pris l’initiative de son départ : Chirac en 1976 sur un désaccord avec Giscard.

 

 

Le Numéro 6.

 

Tremplin ou toboggan ?

 Quand on voit le nombre de candidats pour exercer le poste on pourrait se dire qu’il s’agit du bon tremplin pour l’Elysée : erreur !  Sur les 20 Premiers  ministres de la Vème République deux seulement ont accédé à la Présidence, Pompidou et Chirac. C’est comme au « village » dans le feuilleton « le prisonnier »  pour remplacer le numéro 1, il vaut mieux être le numéro 6… que le numéro 2 !

Bonjour chez vous !

 

 

 

Sur le fonctionnement de la Vème République et les rapports entre le Président et le Premier ministre : «  La France choisit son Roi » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

 

Municipales : haro sur Ayrault !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 mars 2014 09h26 | 3 commentaires

Trois jours  après le premier tour des municipales, une question traverse la vie politique française : Qui sera le prochain premier ministre ? Car sauf retournement spectaculaire et très improbable au deuxième tour, François Hollande va sacrifier Jean Marc Ayrault son actuel second, sur l’autel des élections perdues.  

 

La une du quotidien libération lundi était  assez limpide. On y voyait François Hollande avec ce titre : «  Après la claque remaniez-vous ! » comprenez remaniez le gouvernement !

 Gagner Paris !

 En fait le président a deux priorités d’abord limiter les dégâts et notamment gagner Paris, c’est pour ça que le PS a signé dès lundi dans la capitale un accord très favorables aux verts, pour être sûr de leur soutien et conserver la municipalité. Cette victoire parisienne pourrait masquer en partie l’ampleur de la débâcle socialiste.

 Ayrault sur le départ.

Ensuite  il est clair que le premier ministre va sauter. Sur le fond c’est injuste,  Jean Marc Ayrault est un honnête homme, et par les temps qui courent c’est plutôt rare. Mais que voulez-vous comme disait Fernand Raynaud : « ça eût payé mais ça paye plus » ! Dans un paysage politique qui est devenu d’une violence étonnante, et que le Front National vient maintenant troubler il  faut quelqu’un avec plus de niaque, plus de carrure…

 Valls ? Bartolone ? Aubry ? Fabius ?

 Les candidats ne manquent pas. Le nom le plus souvent cité est celui de Manuel Valls, le ministre de l’intérieur,  il a tout à fait le profil du combattant dont le président a besoin. Mais certains s’interrogent : ne serait-ce pas prendre le risque de le griller trop vite, alors qu’il pourrait servir plus tard ?  D’autres noms circulent, le président de l’Assemblée Nationale Claude Bartolone, il en a très envie, mais il manque de notoriété. Martine Aubry l’un des seuls Maires PS à et sorti en tête dans sa ville de Lille, mais ce serait pour Hollande installer  un ancien rival à ses côtés,  et vivre une sorte de cohabitation interne au PS.

Reste Laurent Fabius,  et son image de sage. L’affaire du sang contaminé est désormais bien loin, et sa liste au municipale a été élue au premier tour avec 77% des voix. Mais il fait très président et Hollande pourrait souffrir de la comparaison.

Alors, puisque Valérie est partie,  pourquoi pas Ségolène Royal ?

Non je plaisante !

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

Ecoutes : Sarko monte à la tribune !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 21 mars 2014 09h02 | Un commentaire>

 Après l’affaire des écoutes, Nicolas Sarkozy contre-attaque ce matin dans le Figaro. Il s’interroge sur « ce qui est fait » du contenu des écoutes qui le visent, parlant « de principes républicains foulés aux pieds ».  Il compare également  la France de François Hollande, à la RDA et à sa tristement célèbre police politique : la Stasi.  .

 

Voici les extraits les plus significatifs de cette tribune que Nicolas Sarkozy signe dans le Figaro. C’est la première fois qu’il s’exprime ainsi dans la presse depuis sa défaite de 2012. Il évoque bien sur les écoutes dont il fait l’objet.  On parle ici des écoutes de la justice pas de son conseiller Patrick Buisson.

RF = RDA

« Des principes sacrés de notre République sont foulés aux pieds avec une violence inédite et une absence de scrupule sans précédent ».

  »Suis-je en droit de m’interroger sur ce qui est fait de la retranscription de mes conversations? »

  »Je sais, la ministre de la Justice n’était pas au courant, malgré tous les rapports qu’elle a demandés et reçus. Le ministre de l’Intérieur n’était pas au courant, malgré les dizaines de policiers affectés à ma seule situation. De qui se moque-t-on? »

  »Aujourd’hui encore, toute personne qui me téléphone doit savoir qu’elle sera écoutée. Vous lisez bien. Ce n’est pas un extrait du merveilleux film « La Vie des autres » sur l’Allemagne de l’Est et les activités de la Stasi » 

On peut en déduire que d’après lui  la France est une dictature dont les dirigeants espionnent leurs adversaire politiques comme le faisaient les communistes en Allemagne de l’Est…

Hollande répond le PS aussi.

Evidement en face on a réagi au quart de tour. Depuis Bruxelles où il se trouve pour le sommet européen François Hollande a déclaré :

« Laisser penser que notre pays, notre République puissent ne pas être fondés sur les libertés, c’est introduire un doute qui n’a pas sa place, et toute comparaison avec des dictatures est forcément insupportable »

Coté socialistes c’est d‘ailleurs un tir groupe Manuel Valls le ministre de l’intérieur  dit par exemple que Nicolas Sarkozy  s’en prend au « fondement même de l’Etat de droit » et Christiane Taubira la ministre de la  justice affirme qu’elle « n’entend pas accepter cette injure à l’égard des citoyens français et des juges ainsi que cette attaque envers les institutions de la République. »

 Copé se réjouit.

 A droite le son de cloche est tout autre pour Jean-François Copé, le président de l’UMP, le texte de Nicolas Sarkozy est une « réponse courageuse » et « indispensable aux accusations incessantes ».

Ah oui c’est chaud ! Mais Je vous rappelle accessoirement que dimanche se tient en France le premier tour de des élections municipales… et qu’on est donc en pleine campagne électorale.

 Quant à la tribune de Sarkozy il y a dans son texte une autre phrase qui a attiré mon attention :

« Je n’éprouve nul désir de m’impliquer aujourd’hui dans la vie politique de notre pays ».

 Le mot important c’est aujourd’hui…

 

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

 

Crimée : parfois en Russie il neige.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 20 mars 2014 13h07 | Un commentaire>

Les dirigeants européens se réunissent à Bruxelles pour chercher une riposte au rattachement de la Crimée à la Russie.  Les 28 pourraient annuler le sommet Russie-UE prévu en juin à Sotchi, mais ne devraient pas aller jusqu’à des sanctions économiques qui porteraient atteinte à leurs intérêts. Et bien sûr pas question d’une riposte  militaire… Pourquoi ? Relisez Victor Hugo :

 

« Il neigeait. On était vaincu par sa conquête.
Pour la première fois l’aigle baissait la tête.
Sombres jours ! L’empereur revenait lentement,
Laissant derrière lui brûler Moscou fumant.
Il neigeait. L’âpre hiver fondait en avalanche.
Après la plaine blanche une autre plaine blanche.
On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau.
Hier la grande armée, et maintenant troupeau.
On ne distinguait plus les ailes ni le centre.
Il neigeait. Les blessés s’abritaient dans le ventre
Des chevaux morts ; au seuil des bivouacs désolés
On voyait des clairons à leur poste gelés,
Restés debout, en selle et muets, blancs de givre,
Collant leur bouche en pierre aux trompettes de cuivre.
Boulets, mitraille, obus, mêlés aux flocons blancs,
Pleuvaient ; les grenadiers, surpris d’être tremblants,
Marchaient pensifs, la glace à leur moustache grise.
Il neigeait, il neigeait toujours ! La froide bise
Sifflait ; sur le verglas, dans des lieux inconnus,
On n’avait pas de pain et l’on allait pieds nus… »

Le général hiver …

Je voulais juste vous rappeler qu’il y a deux types en deux siècles qui ont rêvé d’envahir la Russie, le premier un corse assez ambitieux, Hugo vient de vous raconter comment ça s’est fini du côté de la Bérézina ; l’autre un autrichien naturalisé allemand, un vrai méchant celui-là, un teigneux ! Il attaque la Russie et trois ans plus tard les cosaques dansent sur l’Alexanderplatz, ce n’était pas une bonne idée ! Et je pourrais remonter jusqu’à Charles XII de Suède l’un des plus grands stratèges de son temps dont Voltaire a écrit la biographie. Charles XII se baladait en Europe centrale de victoire en victoire.  En 1709 il envisage de prendre Moscou. Mais voilà comme disait Victor :  il neigeait !

L’armée suédoise épuisée et affamée se tourne alors vers les riches terres du sud : l’Ukraine la Crimée.  Le 8 juillet 1709, devant Poltava avec des troupes fraiches et repues, Pierre le Grand le taille en pièce. Charles XII fut contraint à la fuite vers l’Empire ottoman, où il resta cinq ans. Et accessoirement la Crimée devint  russe (1709 !)

Les enseignements de l’histoire.

Or voyez-vous les Russes apprennent l’histoire à l’école et pas l’histoire des civilisations et du milieu, non la vraie, l’évènementielle avec les dates et les batailles et ils sont plutôt fiers de leur histoire. Allo croyez-moi côté muscle  on leur fait pas peur.

- OK ! Me direz-vous ,  mais un jour le mur de Berlin est tombé et le rideau de fer s’est ouvert.

- Oui,  mais pas par la force,  par la force des idées et de la démocratie.

Et c’est peut être ça qui fait justement peur à Poutine une contagion de l’évolution ukrainienne vers la Russie.  Car il existe une opposition démocratique à Poutine qui rêve d’en profiter. C’est pour ça qu’il faut la jouer très finement. Car un ours qui n’a pas peur c’est dangereux… Mais un ours qui a peur…  Houlà !

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

 

Sarkozy : nouvelles écoutes sur Médiapart.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 mars 2014 09h59 | 4 commentaires

 Nouveau rebondissement dans l’affaire des écoutes judiciaires de Nicolas Sarkozy !  Le site Mediapart a publié le contenu de sept conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat . Il en ressort que l’ex-président a bien été informé de l’avancée du dossier Bettencourt, par un magistrat de la cour de cassation.

 

Paul Bismuth

Connaissez-vous Paul Bismuth ? Mais si ! Un conférencier bien payé,  un petit, un peu nerveux marié à une ex-mannequin italienne… Non vous ne voyez pas ?  C’est pourtant un Paul Bismuth qui téléphonait à l’avocat de Nicolas Sarkozy pour lui demander des nouvelles sur sa mise en examen dans l’affaire Bettencourt.  Et c‘est marrant Paul Bismuth à la même voix que Nicolas Sarkozy !

 Vous avez compris c’est sous ce pseudonyme que Nicolas Sarkozy s’était fait acheter un téléphone portable pour tromper les enquêteurs qui l’avait mis sur écoute… raté… les enquêteurs ont aussi écouté Paul Bismuth…

  Et Mediapart publie donc quelques conversations de Bismuth qui de temps en temps demande à l’avocat de l’appeler sur son numéro officiel, pour que ça fasse vrai.  

Quand Gilbert aide Bismuth.

Dans ces écoutes il apparaît que le haut magistrat de la Cour de cassation Gilbert Azibert a renseigne le camp Sarkozy sur l’avancée du dossier.  Le 29 janvier l’avocat des félicite auprès de Monsieur Bismuth  du dévouement de leur informateur, appelé par son prénom  Gilbert qui a « bossé » dit l’avocat.  Et quand   »Gilbert »  leur apprend  que la cour va décider de l’annulation de la saisie des agendas de Nicolas Sarkozy, l’avocat  commente « Ce qui va faire du boulot à ces bâtards de Bordeaux ».

L’affaire était instruite par le tribunal de Bordeaux.

Trafic d’influence.

 Mais plus grave les écoutes démontrent que Nicolas Sarkozy, pour le récompenser,  avait bien l’intention d’intervenir en faveur de Gilbert pour qu’il obtienne eu haute fonction à Monaco. Et ça c’est du trafic d’influence et ça tombe sous le coup de la loi. Alors bien sûr les partisans de l’ancien président vont dénoncer un crime d’Etat, des écoutes téléguidées par l’Elysée, une nouvelle affaire du Watergate n’empêche que… A ce train-là Nicolas Sarkozy va bientôt concurrencer Silvio Berlusconi dans les prétoires.

Le Bismuth est bien froid !

  Pour ceux qui se poseraient la question le Bismuth, est un métal. C’est un sous-produit de l’extraction du plomb, du cuivre, de l’étain, de l’argent et de l’or !  Son nom viendrait de l’allemand « weisse Masse » (masse blanche). Il est le second métal plus mauvais conducteur de la chaleur après le mercure,  (pauvre Carla !!!)

Le bismuth possède la particularité qu’il partage avec l’eau et l’argent  d’être plus dense à l’état liquide qu’à l’état solide.

Vous savez quoi monsieur le président,  la prochaine fois choisissez mieux votre pseudo !

 

 PS : Le vrai Paul Bismuth, un promoteur immobilier qui vit en Israël, ancien camarade de lycée de l’avocat Thierry Herzog, se réserve le droit de porter plainte pour usurpation d’identité.

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

 

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

 

 

 

 

 

Crimée : sanctions ou sanctionnettes ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 mars 2014 15h20 | Commentaires fermés

Au-delà des sanctions prises par les européens et les américains contre des dignitaires Russes, La France « pourra envisager » d’annuler la vente de navires militaires français Mistral à la Russie « si Poutine continue ce qu’il fait » en Ukraine, c’est ce qu’a déclaré le chef de la diplomatie française Laurent Fabius.  

 

Un Mistral

Si c’était le cas ce serait une vraie sanction mais aussi un vrai sacrifice, car c’est un marché d’un milliard de dollars. Ça ne s’était d’ailleurs pas fait sans difficulté, les américains avaient vu d’un mauvais œil que la France vende aux russes, ces deux navires d’une technologie très avancée. Ce sont de gros porte-hélicoptères qui peuvent également emporter des tanks, des péniches de débarquement, des centaines d’hommes,  et même tout un état-major capable de diriger une opération militaire depuis la mer. Pour vous donner une idée un Mistral c’est un peu moins long mais plus haut que le porte avion Charles de Gaulle.

Une sanction très conditionnelle.

Mais bon, « la France pourra envisager » a dit Fabius. Il aurait peut-être mieux fait de dire « pourrait », car en fait tout ça est très conditionnel car il n’est pas question de se brouiller avec la Russie. Je vous donne une exemple tout bête, hier la France a annoncée avec fierté que pour la première fois depuis 2008 un astronaute français Thomas Pésquet allait voler en 2016 dans la station spatiale internationale ISS . Il va donc commencer dans les jours prochains son entrainement à la cité des étoiles près de Moscou… et bien que parlant déjà 6 langues, il va d’abord apprendre le russe. Accessoirement depuis la retraite des navettes il n’y plus que les Russes et leurs Soyouz pour relier la station, ils ont d’ailleurs ramené un américain il y a quelques jours, et ce n’est qu’un  des nombreux domaines où il n’est pas question de se brouiller avec Moscou…

Référendum illégal mais légitime ?

 Quant au referendum… Comme  journaliste depuis dimanche on me pose constamment la question :

-         Et si 96 % des gens sont pour le rattachement, pourquoi dit-on que c’est  illégal ? Alors je réponds :  

-         C ‘est parce que le scrutin ne respecte pas le droit international…

-         Oui mais si ce referendum avait été organisé par l’ONU, il aurait aussi donné la victoire aux Russes !

-          C’est vrai, mais là c’aurait été légal…

-         Mais il n’y a-t-il pas deux poids deux mesures dans cette histoire ?  Ainsi le Kosovo !  La  Serbie ne voulait pas qu’il se sépare et pourtant les occidentaux ont soutenu son indépendance !

-          Euh oui… C’est pas pareil encore que…  etc…etc…

Tout pour dire que les relations internationales c’est compliqué, et que l’histoire connaît parfois des vérités successives…

Vous avez dit sécession ? ( Katangaise ?)

Heureusement nous les Belges, nous avons la conscience tranquille. Jamais nous n’avons soutenu la sécession d’une riche province minière,  dans un pays dont nous avions exercé la tutelle…Jamais !  

-         Au fait comment s’appelait encore la grande université soviétique destinée aux étudiants du tiers monde à Moscou ?

-         Patrice Lumumba…

 

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

 

 

Circulation : une alternance très politique.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 17 mars 2014 10h43 | Un commentaire>

 Pour la première fois depuis 1997, une mesure de circulation alternée a été décidée à Paris à cause de la pollution atmosphérique. Covoiturage, télétravail ou transports en commun: les automobilistes dont la voiture porte une immatriculation paire doivent trouver une parade pour respecter la mesure qui a débuté à 05H30.

 

Je voudrais m’adresser à mes frères de bitume les automobilistes belges habitués de l’autoroute Paris-Bruxelles, et qui angoissent ce matin au volant en se disant comment ça va se passer ? Vais-je devoir laisser ma voiture dans un parking comme à BXL lors de la journée sans voiture ?

Non au contraire détendez- vous et profitez de la vie, cette mesure ne concerne pas les voitures immatriculées à l’étranger. Je me souviens en 1997, ce fut un bonheur de rouler dans Paris avec des plaques Belges. Profiter des avenues avec une circulation fluide, remonter les champs Elysées toutes fenêtres ouvertes pour  profiter de l’air de Paris,  désormais respirable… Pour un automobiliste Belge c‘est le jour où jamais !

Beaucoup d’exceptions.

 Pour le reste, c’est à dire les automobilistes français  pas mal de PV ont été dressés tôt le matin. En fait 700 policiers  sont déployés non pas vraiment aux portes de Paris, mais sur des axes stratégiques. L’amende est de 22 euros si elle payée tout de suite, 35 plus tard, et bien sûr il faut faire demi-tour, ce qui à Paris  signifie contourner le quartier et essayer de passer ailleurs.  En plus à part les étrangers il y a de nombreux moyens pour ne pas commettre d’impair !  (Oui je sais tout le monde a sorti ce gag, mais on ne se refait pas…)

Dérogation pour les véhicules électriques ou hybrides,  les voitures avec au moins trois personnes à bord, les auto-écoles et les taxis. Les poids-lourds sont interdits, mais à l’exception des véhicules d’urgence, camions poubelles, engins de chantier, camions frigorifiques etc…

Un choix politique.

Je me souviens encore en 1997 d’avoir filmé Lionel Jospin arrivant à Matignon en voiture électrique. (Déjà !)

 Mais pourquoi est-ce que je vous parle de Jospin ? Parce que ne vous y trompez pas c’est une mesure politique. Comme en 1997, le gouvernement est socialiste et il y a dans sa majorité des écologistes. Or dans moins d’une semaine se tiendront les élections municipales. Voilà une mesure qui va ravir les verts et les électeurs de gauche parisiens. Ceux qu’on appelle les bobos ( bourgeois bohème), ceux qui se déplacent en vélo hollandais, ou en Vélib sur les quais du canal st Martin , et qui laissent à l’année leur Range Rover dans la propriété de la baule, pour les weekend ou les vacances…

 Les parisiens s’en moquent, les banlieusards pas.

 Bien sur ce n’est pas eux que cette mesure va gêner. A Paris intramuros moins d’un  ménage sur deux possède une voiture. Il y a le métro !

Or si aux municipales les socialistes conservent Paris,  ils pourront perdre une grosse poignée de villes moyennes, ça ne verra pas !

 A ce sujet il fallait entendre Jean François Copé,  le patron de l’UMP râler à la radio : «  Moi je suis maire de Meaux,  (dans la grande banlieue Est de Paris), et je peux dire qu’à Meaux les gens sont paniqués… »

 Hé oui Jean François !  Mais si tu es maire de Meaux c’est parce que ses habitants  votent pour toi,  et donc ils n’entrent  pas dans la cible de cette opération de communication.

 Mais je comprends qu’à  Meaux la moutarde leur monte au nez…

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

Sarkozy le retour compromis ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 10 mars 2014 09h34 | 4 commentaires

 Semaine  très chargée pour Nicolas Sarkozy. Sur le plan judiciaire, et sur le plan médiatique ! Tout commence aujourd’hui avec une action en référé au tribunal de Paris et une visite à Nice en compagnie de  Mme Chirac.

 

A l’origine c’était du velours, Nicolas Sarkozy devait inaugurer aujourd’hui à Nice un établissement de la fondation Claude Pompidou en compagnie de la très populaire Mme Chirac,  et demain soir  il avait prévu d’assister au concert de Carla Bruni à l’Olympia. Deux occasions de de se plonger dans d’agréables bains de foule et de faire circuler encore et toujours la rumeur de son retour…

Référé et cassation.

  Car ce retour médiatique est compromis  par le volet judiciaire de la saga Sarkozy. Cet après-midi à 14h à al première 1ère chambre civile du Tribunal de grande instance de Paris, Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni demandent en référé c’est à dire en  procédure d’urgence le retrait d’enregistrements réalisés par Patrick Buisson, diffusés sur le site Atlantic.  D’ores et déjà Atlantic a retiré les passages concernant Carla Bruni, dans  l’espoir de pouvoir conserver les autres.

 L’autre rendez-vous judiciaire est demain, La Cour de cassation se prononcera sur la validation de l’enquête dans l’affaire Bettencourt, mais aussi sur la saisie des agendas de Nicolas Sarkozy. C’est à partir de ces agendas que la cour de cassation avait établi la réalité ou non de rendez-vous entre la milliardaire et l’ancien président.  Rendez-vous où elle lui aurait remis d’importantes sommes pour financer sa campagne électorale.

De l’abus au trafic.

 Dans ce dossier Nicolas Sarkozy a bénéficié d’un non-lieu sur l’aspect abus de faiblesse. Mais depuis vendredi, et la révélation de la deuxième affaire des écoutes, on sait que la justice enquête sur un éventuel trafic d’influence, de Nicolas Sarkozy en faveur d‘un magistrat de la cour de cassation, qui lui aurait fourni le contenu de son dossier.

 Un beau micmac qui laisse des traces Ainsi, dans un sondage Ifop publié hier  dans le Journal Du Dimanche , 44% des Français jugent négatif l’impact des récentes polémiques sur l’image de l’ex-chef de l’Etat.

Le temps des complots.

 L’entourage de Sarkozy a allumé des contre-feux durant le weekend, alléguant que tout cela venait d’un complot ourdi par le machiavélique François Hollande. Je vous rassure du côté de Hollande on dit que l’affaire Gayet a été montée par de proches de Nicolas Sarkozy.  

Je ne sais pas si Carla Bruni chantera à l’Olympia le célèbre succès de Rina Ketty : « j’attendrai le jour et la nuit j’attendrai toujours ton retour… »

 Mais elle pourrait bien attendre longtemps !

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Crimée : un referendum illégal… ou pas ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 7 mars 2014 16h33 | Un commentaire>

 Le referendum annoncé en Crimée est condamné fermement par la communauté internationale, mais est-ce si simple ?  Faut-il au-delà de crise entre l’Ukraine et la Russie, y voir un message plus ou moins subliminal à destination des Ecossais, des Catalan, des Corses, et d‘autres régions européennes tentées par l’indépendance ?  

 

C’est une question qui m’est venue hier en entendant le discours d’Herman van Rompuy à la fin du sommet européen.  Je vous le cite :« Nous considérons la décision du conseil suprême de Crimée d’organiser un referendum comme contraire à la constitution Ukrainienne  et donc illégale ». Condamnation  reprise presque dans les mêmes termes un peu plus tard à par Barack Obama :

« Le référendum proposé sur l’avenir de la Crimée violerait la Constitution ukrainienne et le droit international. »

Et l’Ecosse alors ?

Ah bon … intéressant ! Qu’en pense-t-on à d’Edimbourg, ou un referendum sur l’indépendance de l ’Ecosse sera organisé le 9 septembre 2014 ? Vous allez me dire le royaume uni a donné son accord, pur ce scrutin  dès 2012. Et même si les Anglais font tout pour dissuader les écossais de vote pour la séparation, en leur disant notamment qu’ils n’auront plus la livre sterling,  ce referendum aura bien lieu.

Et la Catalogne alors ?

OK  mais la Catalogne ? Le premier ministre du gouvernement local Arthur Mas a annoncé en janvier qu’il organiserait un referendum le 9 novembre 2014. La question sera double : « »Voulez-vous que la Catalogne soit un Etat ? Oui ou non ? ». Et si la réponse est « oui », « »Voulez-vous que cet Etat soit indépendant »». Le premier  espagnol, Mariano Rajoy, a immédiatement réagi depuis en assurant que ce vote, qu’il juge inconstitutionnel, «n’aura pas lieu».

Exactement les mêmes arguements que Van rompuy et Obama pour la Crimée. Vous allez me rétorquer : “ oui mais la situatione est différente, il n’y a pas eu de révolution. Peut être mais souvenez vous en septembre 2013 de la chaîne humaine de 400 km, avec 1 600 000 personnes réclamant l’indépendance de la Catalgone. 

Et la Nouvelle Calédonie alors ?

Et je ne vous parle pas de la Nouvelle Calédonie territoire français du pacifique qui va voter le 11 mai pour la dernière assemblée territoriale des accords de Nouméa,  avec pour mission d’organiser un referendum sur l’indépendance d’ici 2018. ( Processus suivi de près par l’ONU…)  D’ailleurs en France certains hommes politiques ne s’y sont pas trompés.  Ainsi Patrick  Devedjian, ancien ministre UMP, a déclaré hier qu’il était « assez singulier d’entendre Barack Obama dire qu’un référendum (en Crimée) serait malvenu » car « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est un principe intangible de la démocratie ». Ça mérite réflexion.

Et la Fl… alors ?

 Et là je vous ai parlé de territoires ou de régions où le referendum est imminent ou presque,  mais qu’en pensent par exemple les Corses…ou… euh !  Je cherche une autre région européenne dominée par un parti indépendantiste,  je n’arrive pas à me souvenir… c’est près de la mer du Nord… Je crois que ça commence par un F…ou un V ?

 

 

PS:  J’aurais pu aussi bien rajouter le cas du Québéc, qui a déjà organisé deux referendums et pourrait bien voter une troisème fois si le PQ remporte les prochaienes élections…Il n’y a pas de vérité absolue en ce domaine car aucun Etat ne prévoit a priori qu’une de ses parties va faire sécession (voir la guerre du même nom aux Etats-UNIS sic ! ). La République française est dite « une et indivisible », le roi des Belges jure de respecter les loi du peuple belge et de maintenir l’intégrité du territoire…  De facto c’est au final  la communauté internationale qui décide des bonnes et des mauvaises sécessions. Ainsi la République turque de Chypre nord n’est reconnue que par la Turquie, tout comme l’Abkhazie et l’Ossétie du sud, reconnues par la Russie et une poignée d’Etats secondaires. En revanche l’Erythrée et le sud Soudan ont pu faire sécession en toute légalité, mais après des années de guerre. Quant à l’Europe elle a connu l’éclatement douloureux de l’ex-Yougoslavie et celui beaucoup plus pacifique de l’ex Tchécoslovaquie. Mon propos ici n’est pas de trancher entre Poutine, l’UE et Obama, mais de rappeler que dans l’histoire des peuples tout est possible. Quand je suis né l’Allemagne était divisée, la seule Chine reconnue à l’ONU était celle de Taïwan, L’Ukraine était partie intégrante de l’URSS, et l’Algérie était française…

 

Buisson : un Sarkozy fragilisé ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 6 mars 2014 10h23 | Commentaires fermés

Revenons sur les enregistrements réalisés clandestinement par Patrick Buisson ex conseiller de Nicolas Sarkozy. Les sarkozystes  ont rivalisé dans l’indignation , pour s’insurger de l’affront fait à l’ancien President et le présenter comme la victime de cette affaire.

 

 Ce qui a de cocasse dans la politique française, c’est que le pouvoir socialiste est impopulaire, très impopulaire,  mais que l’opposition de droite fait tout ce qu’elle peut pour se discréditer.

 Passons sur la lutte de pouvoir entre Copé et Fillon à la tête de l’UMP qui n’est toujours pas réellement réglée. Mais rien que ces derniers jours la mise en cause de Jean François Copé pour sa gestion des comptes du parti., puis sa riposte un peu grandiloquente où il a proposé un texte de loi sur la transparence financière des partis, alors que cette loi  existe déjà. Et puis voilà l’affaire Buisson…

Haro sur le Buisson !

 On a quand même assisté hier à un beau tir de barrage :  « pratique détestables », « inacceptable sur le plan humain »,  « trahison »etc…etc… L’idée étant de faire passer Buisson pour un infâme barbouze, et Nicolas Sarkozy pour une frêle victime. Et ainsi ne pas trop s’attarder sur ce que dit l’ex président dans ces enregistrements.

Jusqu’à présent rien de bien fondamental, sinon que dans l’intimité il contrôle moins sa parole qu’en public,  mais nous en sommes tous un peu là. Non, ce qui inquiète son entourage c’est que visiblement Buisson a enregistré des dizaines voire des centaines d’heures de réunion, et qu’il y a peut-être dans ce gisement quelques bombes qui pourraient exploser tôt ou tard…

Une stratégie dépassée.

Une chose est sure, si cette mésaventure ne va pas forcément compromettre l’éventuel retour de Sarkozy,  elle discrédite définitivement la stratégie Buisson. Cette politique fondée sur les valeurs d droite, l’identité  nationale et le combat contre l’immigration. Or c’est sur cette ligne que Sarkozy avait mené sa campagne de 2012 ! L ‘époque à droite serait plutôt au retour vers les valeurs classiques du gaullisme !: à droite certes, conservatrices certes, patriotiques certes mais aussi empreintes de références républicaines et sociales. Un discours porté aujourd’hui coté jeunes par  Nathalie Kosciusko-Morizet et coté chevronnés par Alain Juppé.

Les insubmersibles.

 Cela dit en France les casseroles et les comportements limites ne sont pas forcément rédhibitoires pour un homme politique. En témoigne ce sondage que le Parisien Magazine  a refusé de publier le weekend dernier tant son résultat paraissait surprenant.

 A la question qui pourrait faire mieux que François Hollande ? Les Français ont répondu à 56% : Dominique Strauss Kahn…

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/