antalya temizlik şirketleri
antalya haber haberler antalya rent a car elektroniksigara
antalya rent a car
elektroniksigara

Divers

Macron à la conquête de l’Europe.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 14 décembre 2017 08h33 | Ajouter un commentaire

On compare souvent Emmanuel Macron à Bonaparte, par la rapidité avec laquelle il a conquis le pouvoir en France Mais Bonaparte ne s’est pas arrêté à conquête du pouvoir à Paris, il a volé de victoires en victoires jusqu’à dominer l’Europe. Emmanuel Macron est dans le même état d’esprit, il a bien l’intention de prendre de le leadership européen à l’occasion des prochaines élections en 2019.

 

Emmnanuel Macron Premier Consul

Emmanuel Macron Premier Consul

Le raisonnement d’Emmanuel Macron st assez simple, en Europe la situation est comparable à celle qui prévalait en France avant son élection : deux grand partis traditionnels qui se partagent le pouvoir pendant des décennies et qui sont désormais à bout de souffle. En France le PS et les Républicains, en Europe les sociaux-démocrates (SD) et les démocrates-chrétiens (PPE) . Partout l’extrême droite ou de nouveaux mouvements comme Podémos ou Syriza, bouscule les vieux appareils. On le constate actuellement en Allemagne où les deux grands partis  peinent à constituer une Xème grande coalition.

 Avec Verhofstadt

L’idée serait donc comme en France de réunir les plus chauds partisans de l’Europe au sein d’une sorte de coalition centriste, on y trouverait les libéraux de Guy Verhofstadt (ALDE) , le Parti démocratique italien de Matteo Rienzi , Ciudadanos, mouvement issu de la société civile espagnole, et le D66 néerlandais, à la fois social et libéral. Plus comme en France des dissident des deux grands familles, sans oublier bien sûr que la République en Marche entend bien remporter  un grand nombre des 74  sièges attribués son la France. Pieyre-Alexandre Anglade le député «  En Marche » du Benelux a d’ailleurs été  chargé par Christophe Castagner le chef du parti de préparer la campagne de Strasbourg..

En Marche l’Europe

L’objectif électoral serait de constituer autour des députés d’En Marche un groupe qui pourrait compter 150 des 751 députés du parlement européens. Puis à partir de ce noyau de fédérer eu sorte de mouvement « En Marche l’Europe » qui ravirait la majorité au PPE et au SD.  Emmanuel Macron pourrait ainsi avoir la haute main sur la désignation des présidents du parlement et de la commission. C’est beau comme eu charge cavalerie à Wagram ou à Marengo…

Et Angela dans tout ça ?

Le seul problème c’est qu’il pas  sûr qu’Angela Merkel accepte ce scénario et rejoigne la coalition Macron. Actuellement ce sont les Démocrates Chrétiens Allemands qui constituent le pivot du parlement de Strasbourg, et ils n’ont pas l’intention de lâcher prise.

Les élections européennes auront lieu en mai 2019, Emmanuel Macron a donc un an et demi  pour bouleverser le paysage politique européen…En France ça lui a pris six mois !

Jean Philippe Smet sera inhumé ce soir à St Barth

Par Christophe Giltay dans Divers , le 11 décembre 2017 08h59 | 3 commentaires

La dépouille de Johnny Hallyday est arrivée sur l’île de Saint-Barthélemy, hier soir. L’inhumation doit avoir lieu aujourd’hui à 21heures, heure belge, il sera 16 heures sur place. Une soixantaine de personnalités étaient du voyage, elles ont participé à une veillée en compagnie de nombreux habitants de l’île.

Photo AFP

Photo AFP

 

Parmi le proches qui étaient dans l’avion, il y avait bien sur Laetitia, ses deux filles Joy et Jade, David Hallyday, Laura Smet, les petites filles de Johnny : Lliona Emma et Cameron, plus quelques amis, Estelle Lefebure ex Estelle Hallyday, Jean Reno le parrain de Jade, Patrick Bruel Eddy Mitchell, le comédien Jean Claude Darmon, la cuisinière Hélène Darroze , marraine de Joy, son aménager Sebastien Ferran, ses musiciens dont Yarol Poupaud.et puis bien sur son ancien producteur Jean Claude Camus . En revanche Line Renaud, trop fatiguée et trop affectée n’a pas fait le déplacement.

Beaucoup de monde à la veillée.

La veillée au funérarium de Saint Barth a rassemblé des centaines de personnes. Le cercueil blanc était posé sur des tréteaux entouré de couronnes d fleurs blanches et d‘une guitare composée des mêmes fleurs. Le blanc était d’ailleurs la couleur dominante car de nombreux habitants de l’ile étaient vêtus de blanc couleur du deuil dans les Antilles. Il faut savoir que c’est une tradition dans ces iles françaises de Caraïbes que d’organiser des veillées funèbres à chaque décès. Généralement tous les habitants du quartier viennent se recueillir et réconforter la famille, et ça dure des heures. D’ailleurs les annonces de décès sont les programmes les plus écouté à radio.  Hier c’est ce qui s’est passé  les gens de saint Barth sont venus rendre un dernier hommage  à l’un des leurs. Il y avait bien sur les autorités  locales le Préfet et les présidents des collectivités de Saint Barth  et de Saint Martin l’île voisine. Des  musiciens locaux ont repris des airs de Johnny et ils furent un moment rejoints  par Yarol Poupau.

Au cimetière de Lorient.

Ce soir, Johnny sera inhumé dans la plus stricte intimité, la famille et les amis venus de France. Il reposera  dans le cimetière de Lorient, situé dans une petite anse au nord de l’île. Un paysage de carte postale, un minuscule cimetière dominé par une église, avec ces tombes blanches. Johnny sera inhumé face à la mer. D’après José le fossoyeur : « Il a demandé exactement la même chose que tout le monde…Il avait adoré le cimetière de Lorient et il voulait être au centre, face à la route, pour pouvoir voir, selon lui, les gens passer, et être tout près de la plage. »

Jean Philippe.

Les obsèques auront lieu à 16heurs les invités seront vêtus de blanc. Laetitia a parait-il demandé une cérémonie lumineuse, le soleil des Antilles devrait être de la partie.

Et sur la pierre tombale blanche elle aussi, surmontée d’une croix de bois, figurera, selon la volonté du chanteur, un seul nom…Un simple nom  à l’accent belge : Jean Philippe Smet !

 

Johnny chanteur à textes !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 6 décembre 2017 10h20 | Un commentaire>

Au début des années 60 Johnny Hallyday aurait pu rester un chanteur , qui reprenait en français des standards américains, Elvis, Chuck Berry, Ricky Nelson, comme la plupart de ses confrères. D’ailleurs dans ses premiers 45 tours il y a eu pas mal de titres qui ne sont pas rentrés dans l’histoire,  mais dès le début dès 1960, il a eu la chance de travailler avec le meilleur faiseurs  de chansons françaises.

Le sergent Jean Philippe Smet en 1963

Le sergent Jean Philippe Smet en 1963

On l’a encore constaté quand il a repris récemment des chansons de Brel ou de Piaf, Johnny était un interprète exceptionnel, et à côté du rocker il y avait un véritable chanteur à texte… Je vous donne quelques noms d’auteurs qui ont retravaillé pour lui : Aznavour, Jean Jacques Debout, Gilles Thibaut, Pierre Delanoë, Philippe Labro, Long Chris, Daniel Balavoine, Michel Berger, Jean Jacques Goldman, Gérard de Palmas, Hugues Auffray, Zazie, Pascal Obispo et j’en oublie …

Et ça sonne comme des poèmes, jugez plutôt :

 

Les gens m’appellent l’idole des jeunes, il en est même qui m’envient.

Mais s’ils pouvaient savoir dans la vie, combien tout seul je suis…

Quoi, ma gueule? Qu’est-ce qu’elle a ma gueule?

Si tu veux te la payer…

Viens je rends la monnaie…

J’ai poussé comme on respire Sans abri, ni foi, ni loi. Ce qui m’a fait vivre était à moi. Des caresses et des sourires J’ai souvent passé mon tour.

Pour moi ma mère a donné Sa robe de mariée Peux-tu jamais me pardonner  ? Je t’ai trop fait pleurer …

Que je t’aime…

Oh Marie si tu savais tout le mal que l’on m’a fait…

Il suffira d’une étincelle Oui, d’un rien, oui, d’un geste Il suffira d’une étincelle Et d’un mot d’amour, oui pour

Allumer le feu, allumer le feu Et faire danser les diables et les dieux…

Je ne suis pas un héros…

On a tous quelque chose en nous de Tennessee

Cette volonté de prolonger la nuit

Ce désir fou de vivre une autre vie

Ce rêve en nous avec ses mots à lui..

Retiens la nuit Pour nous deux jusqu’à la fin du monde

Retiens la nuit Pour nos cœurs, dans sa course vagabonde

Serre-moi fort

Contre ton corps

Il faut qu’à l’heure des folies

Le grand amour raye le jour Et nous fasse oublier la vie …

À force d’être enfin sans arrêt le coupable

Le voleur, le pilleur, le violent admirable. J’ai oublié de vivre, j’ai oublié de vivre …

Les portes du pénitencier bientôt vont se refermer…

Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir…

 

Patrick Henry symbole malgré lui

Par Christophe Giltay dans Divers , le 4 décembre 2017 08h56 | Un commentaire>

Détenu pendant 40 ans pour le meurtre du petit Philippe Bertrand, Patrick Henry est mort dimanche 3 décembre  à l’âge 64 ans. Homme le plus détesté de France à l’époque, il était devenu après son procès le symbole de l’abolition de la peine de mort.  

 

patrick-henry-match

 

Si Patrick Henry a vécu jusqu’à l’âge de 64 ans, il le doit à un homme Robert Badinter, son avocat qui l’a sauvé de la guillotine. Car Patrick Henry aurait très certainement été exécuté, tant son crime à l’époque avait horrifié les Français…C’est à son sujet que le journaliste Roger Gicquel avait lancé la phrase célèbre «  la France à peur » en ouverture du 20 heures de TF1 le 18 février 1976, le lendemain de son arrestation…

Philippe Bertrand 7 ans.

Patrick Henry, 22 ans  avait le 30 janvier enlevé à Troyes le petit Philippe Bertrand, 7 ans,  pour réclamer une rançon de 1 millions de français, 150 000 euros à ses parents.  Les parents avaient accepté de payer, mais ils ne reverront jamais leur fils, Patrick Henry l’a très probablement étranglé dès l’enlèvement car l’enfant le connaissait et aurait pu le dénoncer. On retrouvera son corps enroulé dans un tapis, sous un lit,  dans une chambre d’hôtel que l’assassin louait sous un faux nom.

Il se condamne lui-même.

Dès le départ Patrick Henry a fait partie des suspects et a même été mis en garde à vue. Mais faute de preuve on l’avait relâché. Le pire c’est qu’alors interviewé par la télévision il avait protesté de son innocence en ajoutant que « le véritable criminel méritait la peine de mort pour s’en être pris à un enfant ».

Il s’était en quelque sorte condamné à mort lui -même. Les éditorialistes se déchainent des journaux comme le Parisien réclament sa tête, aucun avocat n’accepte de le défendre. Finalement c’est le bâtonnier de l’ordre à Troyes qui s’auto désigne avocat commis d’office et qui demande l’aide de Robert Badinter.

 

Robert Badinter

Robert Badinter

 

Enfin Badinter vint.

Celui-ci est un fervent partisan de l’abolition la peine de mort, il a assisté à l’exécution d’un de ses clients Roger Bontemps en novembre 1972.  Dans sa plaidoirie il ne va pas défendre Patrick Henry mais faire le procès de la guillotine, évoquant : « le bruit que fait la lame qui coupe un homme vivant en deux » et prenant à témoin chacun des jurés. Il aurait fallu huit voix pour le condamner, il n’y en aura que 7. Patrick Henry sauve sa tête, il est condamné à la perpétuité,  « vous n’aurez pas à le regretter lance-t-il alors aux jurés… »

Dépassé par son destin.

Mais il ne sera jamais à la hauteur du symbole ! Libéré sous condition au début des années 2000, il tombe en 2002 pour trafic de drogue, retourne en prison et n’en sortira finalement qu’en septembre dernier pour raison de santé… L’essentiel est ailleurs, le 17 septembre 1981, Robert Badinter devenu « Garde des sceaux » monte à la tribune du palais Bourbon et déclare : «  j’ai l’honneur, au nom du gouvernement de la République, de demander à l’Assemblée nationale l’abolition de la peine de mort en France »… et c’est lui qui entre dans l’histoire.

Harcèlement : le porc est souvent un chef.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 octobre 2017 09h12 | 2 commentaires

 Vous avez entendu parler de la campagne « balancetonporc »  qui se développe sur twitter… Campagne qui fait écho à celle lancée aux Etats-Unis « metoo », moi aussi, et qui a pour but de dénoncer les cas d’abus sexuels dans la foulée de l’affaire Weinstein. Il faut savoir qu’en Europe une femme sur cinq sera sexuellement harcelée durant sa vie professionnelle.

harcelement

 

C’est le chiffre que révélé dans le journal « Libération »  Marilyn Baldeck la déléguée générale de l’Association européenne des violences faites aux femmes au travail (AVFT).

Bien évidemment ça ne limite pas aux milieux du spectacle au sens large, mais ça concerne toutes les professions des femmes politiques aux femmes de chambre. Seulement c’est un peu trop facile d’imaginer un univers où des milliers de mâles en rut attendent la première occasion pour sauter sur leurs collègues de bureau ou d’atelier.

Le moment du harcèlement.

Non c’est beaucoup plus subtil que ça explique Marilyn Baldeck: le harcèlement se produit toujours à un moment précis de la vie d’une femme : «Quand elle est vulnérable, suite à une rupture, si elle a été victime de violence avant, lorsque l’un de ses proches est malade…Et elle cite le cas d’une commissaire de police qu’elle aide en c moment….Il a suffi dit-elle que son fils tombe malade et qu’elle demande des horaires plus souples, afin d’aller le voir à l’hôpital, pour que son supérieur lui propose de lui « changer les idées »… avec des propositions sexuelles insistantes

Préméditation.

Car un « harceleur ce n’est pas quelqu’un animé de pulsions irrésistibles, c’est quelqu’un qui calcule son coup.» D’ailleurs on l’a vu dans le cas d’Harvey Weinstein, le scénario était toujours le même sous le prétexte de parler d’un film ou d’un contrat il faisait monter des actrices dans sa chambre d’hôtel, avec la complicité de son assistante…Ça n’avait rien donc rien de spontané, c’était prémédité

Rapport de domination.

Pour la déléguée générale il y a d’autres failles dont se nourrit le harceleur : la précarité, la présence d’un fort lien de subordination, ou encore la taille de l’entreprise . Plus elle est petite plus c’est facile puisqu’il n’y a pas de représentation syndicale… Enfin, et c’est le plus terrible, porter plainte ne sert pratiquement à rien , la procédure prend deux ans minium, et le harceleur n’est condamné que dans 10% des cas… car c’est souvent parole contre parole…

Harcelées et licenciées.

En revanche 95% des femmes qui dénoncent des faits de harcèlement perdent leur emploi. «  Souvent, le harcelé est déplacé et le harceleur reste en place. Et ç’est le cas bien sur quand celui qui harcèle est un supérieur ou un patron. »

En fait personne n’ose témoigner contre eux, il y a une sorte de complicité passive, comme ce fut le cas pour Weinstein, tout le monde savait personne ne parlait. Alors ?

Alors on peut espérer que cette histoire hollywoodienne aura deux conséquences positives  : libérer la parole, et foutre la trouille aux harceleurs.

L’oiseau blanc a vaincu l’Atlantique

Par Christophe Giltay dans Divers , le 17 octobre 2017 17h43 | Comments Off on L’oiseau blanc a vaincu l’Atlantique

La ville de Paris a relancé la polémique concernant l’histoire du premier vol transatlantique. En installant une plaque de rue, Anne Hidalgo la maire de Paris, a attribué cet exploit aux aviateurs français Nungesser et Coli.  Détrônant ainsi l’américain Charles Lindbergh.. .Le problème c’est qu’il n’y aucune preuve de la réussite des aviateurs français, dont on n’a jamais retrouvé l’avion, le célèbre « Oiseau blanc ».  

Nungesser et Coli à bord de "l'Oiseau blanc."

Nungesser et Coli à bord de « l’Oiseau blanc. »

 

Lundi 16 Octobre Anne Hidalgo a apposé les nouvelles plaques de la rue Nungesser-et-Coli, dans le XVIe arrondissement de Paris, sous leurs noms les deux hommes ne sont plus désignés comme : ces « aviateurs disparus au cours de la traversée de l’Atlantique Nord en 1927 ». Mais désormais ils sont devenus des héros de l’aviation qui « ont traversé l’Atlantique les 8 et 9 mai 1927 à bord de l’Oiseau blanc ».

Pourtant on n’a jamais retrouvé l’ « Oiseau blanc » qui a été aperçu de façon certaine pour la dernière fois le 8 mai 1927 à 6h48 au large d’Etretat, depuis on le cherche…

Abattu par les gardes côtes.

Des dizaines d’historiens se sont penché sur la question. Bernard Decré, un passionné d’aéronautique a émis une hypothèse considérée comme plausible. « L’Oiseau blanc » aurait réussi sa traversée et serait arrivé à hauteur de Terre Neuve au Canada le 9 mai 1927. Mais il aurait été abattu par erreur, ou intentionnellement par des gardes côtes américains qui l’auraient pris pour un avion de trafiquants d’alcool en provenance de saint Pierre et Miquelon deux îles françaises voisines de Terre Neuve. C’était l’époque de la prohibition aux Etats Unis, Saint Pierre et Miquelon où l’alcool n’était pas interdit ( la France !) était devenu la plaque torturante d’un important trafic. Or l’« Oiseau blanc » dont l’empennage était peint en bleu blanc rouge, portait également sur la carlingue la cocarde personnelle de Nungesser, aviateur héros de la grande guerre.  Soit : une tête de mort aux tibias entrecroisés, surmontée par un cercueil entouré de deux chandeliers, le tout dessiné dans un cœur noir . Un vrai drapeau de pirate que les gardes côtes auraient pu ressentir comme une provocation. Plusieurs expéditions au large de Saint Pierre et Miquelon n’ont pas permis de retrouver la moindre trace de l’appareil.

 A court de carburant ?

 Une autre hypothèse évoque une dépression sur l’Atlantique qui aurait pu contraindre l’équipage à un long détour. L’avion serait ainsi arrivé en vue de Terre Neuve au bout de ses réserves de carburant, il se serait abîmé en mer ou crashé sur la côte au Canada ou dans l’Etat du Maine.  Depuis 1927  des dizaines d’expéditions ont recherché « l’Oiseau blanc », un mystérieux moteur aurait été retrouvé en 1951 puis déplacé en 1974. Mais on ne sait pas aujourd’hui où il se trouve. Un navire américain aurait repêché des ailes en août 1927, mais on ne sait pas ce qu’il en a fait.

Une chose est sure une douzaine de témoins ont affirmé aux équipes de l’association « A la recherche de l’Oiseau Blanc » avoir vu un avion blanc depuis Terre Neuve le matin du 9 mai 1927. Or à l’époque les avions étaient plutôt rares. C’est sur base de ces témoignages qu’en 2015  la Fédération aéronautique internationale a décidé de reconnaitre l’exploit des deux pilotes français.

Officiellement vainqueurs…mais…

Désormais Nungesser et Coli ont officiellement retraversé l’Atlantique quinze jours avant Lindbergh, qui reste néanmoins le premier à avoir réussi la traversée  en solitaire, de New York à Paris.

La vérité historique est donc rétablie. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, et la soixantaine de villes françaises qui possèdent des rues Nungesser et Coli vont pouvoir changer leurs plaques comme Paris. !

Oui sauf qu’il y a un problème…

En vérité ce ne sont ni Nungesser et Coli, ni Lindbergh qui ont retraversé les premiers l’Atlantique sans escale à bord d’un « plus lourd que l’air ». L’exploit été réalisé 9 ans auparavant par deux britanniques.

Deux précurseurs britanniques.

Le capitaine John Alloc et le lieutenant Arthur Whitten Brown ont décollé de Terre-Neuve, dans la fin de l’après-midi du 14 juin 1919 à bord d’un bombardier Vickers reconditionné. Ils ont touché terre (en cassant leur avion ) dans le Connemara en Irlande à 8h40 le 15 juin suivant.

Célébré mondialement à l’époque leur exploit a été ensuite occulté par celui de Lindbergh qui ne s’est pas posé en plein champ en Irlande, mais au Bourget devant 200 000 personnes.

Rendons donc justice à Alloc et Brown.

Quant à Nungesser et Coli ils resteront, peut-être à jamais, les héros d’un des plus grands mystères de l’histoire de l’aviation.

Macron n’aime pas le « bordel »

Par Christophe Giltay dans Divers , le 5 octobre 2017 10h10 | 2 commentaires

Emmanuel Macron s’est livré hier à un nouveau dérapage verbal, alors qu’il visitait en Corrèze le site d’une entreprise en restructuration… Attendu par des manifestants il a fustigé ceux qui « foutent le bordel » au lieu de chercher du travail. Une déclaration de plus qui écorne son image, de moins en moins  consensuelle.

macron7

Hier Emmanuel Macron était en déplacement en Corrèze, autrefois fief de Jacques Chirac puis  de François Hollande.  Dans un centre de formation il s’est heurté à une manifestation 150 salariés d’une usine sur le point de fermer dans le département voisin La Creuse. Des heurts ont éclaté obligeant les forces de l’ordre à intervenir.

Un aparté.

Et c’est là que les caméras de BFM TV ont enregistré un aparté étonnant entre le Président de la République et le Président de la région Nouvelle Aquitaine. Ce dernier lui a dit qu’il avait du mal à trouver des candidats pour occuper des emplois dans une fonderie située à trente kilomètres de là. Ce à quoi le président a répondu : «  Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas. Parce qu’il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n’est pas loin de chez eux. »

Un tollé.

Immédiatement ces propos ont déclenché des réactions à gauche : sur Twitter le Parti socialiste a appelé le président de la République «à rester maître de son langage et à respecter les Français». Du côté de La France insoumise, le parti de Jean Luc de Mélenchon , le député du Nord  Adrien Quatennens a estimé que «chercher du boulot, Macron ne sait pas ce que c’est. Le bordel, c’est lui!». Bien sûr le porte-parole d’Emmanuel Macron, l’ancien journaliste Bruno Roger-Petit s’est fendu d’un communiqué où il affirme qu’on a mal compris et qu’il s’agit d’une citation « tronquée sortie de son contexte. Emmanuel Macron a rappelé écrit- il que la recherche de solutions en matière d’emploi dépend de la responsabilité de tous les acteurs.. » . C’est peut-être le sens profond mais il ne l’a pas dit comme ça….

Plus Sarko que Hollande.

La presse ce matin se faisait une joie de rappeler les précédents : En mai 2016, alors ministre de l’Économie, il déclare que «le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler». Puis lors de l’inauguration d’un campus en juillet dernier: «Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien». Enfin, en septembre, en Grèce: «Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes».

C’est un langage cash, plus proche du trader que du Président, et qui n’est pas sans rappeler celui de Nicolas Sarkozy, avec ses « Kärcher » et ses « casse-toi pauv con ». Ca tombe bien ces derniers temps Macron fréquente plus Sarko que Hollande à qui il reproche, malgré sa retraite, de faire trop de politique.

Certes …mais lui n’en fait peut-être pas assez…

Catalogne : l’Espagne face à son histoire.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 2 octobre 2017 10h20 | Un commentaire>

Des dizaines de blessés, des charges policières, des écoles prises d’assaut, la répression espagnole à l’encontre du référendum catalan a été extrêmement violente. Les images d’électeurs ensanglantés ont choqué beaucoup de monde, notamment parce qu’il s’agit de faits qui se sont déroulés dans un pays de l’union européenne que l’on pensait libéré de ses vieux démons.

catalogne

 

En regardant ces images j’ai beaucoup pensé à mon copain Carlos. Carlos était un étudiant originaire de Burgos, donc Castillan , pas Catalan, il était lecteur d’espagnol dans un lycée à Lille, où j’étais moi-même étudiant. J’ai passé avec lui la nuit du 23 février 1981, accroché à la radio pendant le coup d’Etat du colonel Tejero qui avait pris en otage au parlement l’ensemble des députés espagnols. Carlos était paniqué  il pensait qu’il ne retournerait jamais en Espagne  qu’il allait comme tant d’autres de ses compatriotes après la guerre civile, vivre une vie d’exilé en France.

La Guardia civil

Il était assez âgé pour avoir connu le franquisme et il me racontait comment  un jour de 1975 pendant une manifestation contre la peine de mort  il avait été embarqué par la garde civile, tabassé, mis au secret. C’est grâce aux relations de son père, un notable, qu’il avait pu s’en sortir. Tejero était un colonel de la garde civile nostalgique du franquisme… On se souvient que dans la nuit le refus du roi de rejoindre le camps des insurgés avait mis fin à l’aventure. Au petit matin, Carlos était rassuré et persuadé que l’Espagne avait enfin tourné la page de ses heures noires. En 1986 elle adhérait à la communauté européenne, s’ancrant définitivement dans la modernité démocratique.

La Guardia civil.

Et puis hier ces images de « robocops » qui frappent des vieilles dames et des pères de famille le visage en sang, et dans le dos des « robocops » un nom : Guardia civil.  Comme si rien n’avait changé comme si le passé s’était tout d’un coup invité à table.  Je me suis dit où est Carlos, qu’en pense-t-il ?  Comme il n’est pas Catalan je ne suis pas sûr qu’il soit partisan de l’indépendance … mais je sais qu’il n’approuve pas les coups matraques de la Guardia civil qu’il a subi en son temps…

La Guardia civil.

Comment le premier ministre espagnol n’a t-il pas imaginé que le monde entier allait appliquer cette grille de lecture, le retour du franquisme ! Comment n’a t-il pas imaginé qu’on lui renverrait l’image d’un Royaume uni capable d’accepter en 2014 un referendum sur l’Ecosse. C’est d’autant plus fou que comme en Ecosse le referendum  aurait probablement été perdu par les indépendantistes, beaucoup de Catalans se sentent Espagnols. Or aujourd’hui compte tenu des circonstances le président catalan Carles Puigdemont revendique une victoire à 90% , et désormais il pourrait s’en targuer  pour proclamer unilatéralement l’indépendance…et après on fait quoi ? La guerre civile ? Comme en 36 ?

Mariano Rajoy a démontré hier à l’Europe et au monde que l’on peut avoir juridiquement raison …et politiquement tort.

Macron perd les sénatoriales

Par Christophe Giltay dans Divers , le 25 septembre 2017 09h56 | Un commentaire>

 Premier revers électoral  pour Emmanuel Macron et son parti la « République en Marche ». Lors des élections sénatoriales, le parti du président n’a pas réussi à percer et à même perdu un siège. La droite classique s’est renforcée et le parti socialiste a limité les dégâts. Après la présidentielle puis les législatives largement remportées par la vague macronienne,  on a un peu l’impression de revenir dans « le monde d’avant. »

Le palais du Luxembourg siège du Sénat français.

Le palais du Luxembourg siège du Sénat français.

 

Ralentir le rythme, tempérer les ardeurs, c’est un peu à ça que ça sert un Sénat, la chambre haute, où les élus souvent plus âgés, sont réputés plus sages et plus pondérés qu’à la chambre basse.

De surcroit en France Sénat n’est pas élu au suffrage universel direct. Il est renouvelé par moitié tous les trois ans, par un collège de 76.359 « grands électeurs » parlementaires, maires, et élus locaux…Ainsi hier 171 des 348 sièges étaient remis en compétition.

Victoire de la droite.

Le résultat donne une nette victoire aux partis de la droite classique, « Les Républicains » comptent désormais 159 sénateurs, soit 17 de plus, les centristes de l’UDI seront désormais 50 dans l’hémicycle, 8 de plus, enfin quatre non-inscrits porteront la majorité sénatoriale à 213 élus de la droite et du centre sur 348 sièges. Les socialistes limitent les dégâts, ils perdent 5 siège et en conservent 81. Quant aux Macroniens de la « République en Marche » ils passent de 29 à 28 Sénateurs…

C’est donc une claque car ils espéraient une percée, bref on est revenu dans la politique traditionnelle avec le bon vieux clivage droite gauche.

Scrutin indirect.

Ce revers s’explique d’abord par le mode de scrutin, comme les électeurs sont eux même des élus issus des scrutins locaux, le résultat reflète le rapport des forces des dernières élections municipales et départementales. Or à l’époque « La République en Marche » n’existait pas, son groupe au Sénat est constitué d’élus Modem et de dissidents d’autres partis. Ensuite le gouvernement a pris toute une série des mesures qui déplaisent aux élus locaux notamment la suppression de 300 millions d’euros de dotations aux collectivités.

Un caillou dans la chaussure.

Emmanuel Macron se retrouve donc avec un Sénat qui lui est opposé. Ca ne l’empêchera pas de gouverner, car en France l’Assemblée a toujours le dernier mot… Mais le Sénat peut retarder le vote des lois, les amender, demander une relecture et puis surtout Emmanuel Macron a besoin des sénateurs pour faire voter la réforme constitutionnelle qu’il appelle de ses voeux.

Or pour ce faire il a besoin d’une majorité des 3/5eme au Congrès ( le rassemblement à Versailles de tous les parlementaires députés et sénateurs. )

Ce qu’il n’a pas …

Il a bien menacé d’utiliser le referendum, mais c’est la bombe atomique, on n’en use qu’avec parcimonie, et parfois ça vous pète à la gueule.

Moralité le TGV Macron pourrait bien ces prochains mois être ralenti par le train des sénateurs.

Brigitte redécore l’Elysée.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 septembre 2017 07h55 | Comments Off on Brigitte redécore l’Elysée.

A l’occasion des journées européennes du patrimoine, le palais de l’Elysée a reçu 20 000 visiteurs, dont plusieurs centaines ont été accueilli directement par Emmanuel Macron. Certains d’entre d’eux ont peut être remarqué que le nouveau couple présidentiel avait décidé de redécorer le « château. »

elysee

 

 

Les présidents ont toujours entretenu une relation compliquée avec l’Elysée, peut-être parce que c’est là que Napoléon a signé son abdication quelques jours après Waterloo. Le général de Gaulle par exemple n’aimait pas du ce palais dit « de la main gauche » qui avait appartenu à la Pompadour, il aurait référé s’installer dans le donjon du château de Vincennes, ancienne résidence royale,  mais on l’on en a dissuadé en lui expliquant que ça aurait couté trop cher. Argument porteur car le général dit la légende, payait lui-même son électricité, et madame de Gaulle, tante Yvonne, faisait retourner les tentures plutôt que de les remplacer…

La salle des fêtes

La salle des fêtes

Le style Brigitte.

Brigitte Macron n’a pas ces pudeurs, elle a fait retirer les lourds rideaux de la salle des fêtes pour qu’y entre la lumière du jardin, elle également demandé qu’on change des tapis, des tapisseries et une partie du mobilier considéré comme vieillot. Elle a fait appel au mobilier national et à la manufacture des Gobelins ; elle a commandé un nouveau service de table à Sèvres ; elle a également visité le Fonds national d’art contemporain. C’est la première fois qu’une épouse de président se rend sur place depuis Claude Pompidou, elle avait ensuite décoré les murs du palais d’œuvres du XXème siècle que Giscard s’était empressé de faire disparaitre à son arrivée cinq ans plus tard.

Potager et nouveau bureau.

Si madame Chirac s’occupait personnellement de rosiers du parc, Brigitte Macron aurait l’intention d‘y installer un potager, un peu comme Michelle Obama à la maison blanche. Emmanuel Macron s’est fait quant à lui aménager un espace à côté du bureau officiel, dans le salon occupé autrefois par les conseillers de François Hollande et de Nicolas Sarkozy. Il préfère travailler dans ce lieu plus sobre que dans le décor Louis XV de l’ancien bureau du général de Gaulle, utilisé pourtant par tous ses successeurs sauf Giscard.

 

Le bureau du président

Le bureau du président

La résidence normale.

Ces changements bouleversent un peu la vie du palais qui était resté en l’état sous François Hollande, il n’avait  fait procéder qu’à quelques travaux d’entretien, (toiture, électricité)  et s’était après un an de mandat résigné à habiter au palais. Car malgré toutes les déclarations de campagne il est impossible à un président de continuer à habiter dans son logement en ville. Un président normal  habite normalement à l’Elysée.

A noter que les premières dames et les présidents ont aujourd’hui beaucoup plus de pouvoir sur leur décor Elyséen qu’autrefois.

Le journal « le Monde » rappelait samedi quand que dans  les années 50, Mme René Coty avait souhaité déplacer quelques  meubles. Comme le personnel faisait la sourde oreille et elle l’avait fait elle-même avec ses enfants…

Le lendemain tous les meubles avaient repris leur place !