France : le service national fait un tabac !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 24 juin 2019 07h57 | 2 commentaires

Depuis une semaine 2000 jeunes volontaires de 15-16 ans expérimentent en France le SNU, le service national universel. Un parcours de deux semaines qui vise à compléter la formation reçue dans l’enseignement, et à rétablir la cohésion nationale, 25 ans après la suppression du service militaire. Paradoxe : plébiscité par les adolescents c’est chez les adultes que le SNU rencontre le plus d’opposition.

 

Les premiers volontaires du SNU

 

Premièrement il ne faut pas confondre,  si l’encadrement est militaire et si ces jeunes portent une sorte d’uniforme, chemins blanche, casquette et pantalon bleu marine, cocarde tricolore, ce n’est pas, un service militaire. La défense de la France n’est plus assurée des bataillons d’appelés qui regardaient la ligne bleue des Vosges, mais par une armée de professionnels, qui s’engage  chaque jour contre le terrorisme au Mali au Niger ou en Afghanistan.

Un service « pas que » militaire.

Le SNU est un service que l’on pourrait qualifier de civique ou aux cotés des militaires, de enseignants et des éducateurs encadrent pendant 15 jours, des adolescents garçons et filles. Les ateliers sont les plus divers : Il y a bien sûr une initiation à défense ; mais aussi des cours de citoyenneté ; une sensibilisation à l’écologie ; une formation aux premier secours…Avec des activités extérieures comme des courses d’orientation. Quelque chose à la croisée du scoutisme, de l’instruction civique et de l’entrainement  des réservistes…

Des pour et des contre…

Bien sûr comme toujours en France, ce projet a suscité des oppositions des plus ou moins virulentes, certains intellectuels ont écrit, non sans raison d‘ailleurs, que faire dormir des ados en dortoir n’allait pas forcément résoudre les problèmes des banlieues.  Les syndicats d’étudiants et de lycéens,  plutôt à gauche sont massivement contre, parlant d’embrigadement militaire de  militaire ou de cauchemars dignes de film de science-fiction. Tout ça est en partie dû à une vidéo, où l’on a vu ce jeunes dans leurs uniformes entonner la marseillaise.  Il faut savoir qu’en Franc le scoutisme est beaucoup moins répandu qu’en Belgique, et qu’il est plutôt pratiqué par les classes sociales les plus aisées. ( 170 000 scouts en France pour 66 millions d’habitants, 175 000 en Belgique pour 11,5 millions…) Par ailleurs il n’existe dans la République  pratiquement aucune école où les élèves portent l’uniforme, sauf là encore quelques établissements d’élite, ( ou pilotes ) si l’on excepte bien entendu  les 6 lycées militaires dont le prytanée de La Flèche.

Besoin d’ordre et de règle.

Ainsi des images de jeunes en uniformes type : «  mouvements de jeunesses » qui ne choqueraient pas aux Etats Unis, en Angleterre,  et même en Belgique, ont quelque chose d’inhabituel, 25 après  la fin de la conscription. On verra ce qu’il en sera quand ce service deviendra obligatoire en 2021, peut être reverra-t-on des objecteurs de conscience ? Mais pour l’instant  les jeunes volontaires sont plutôt enthousiastes : 75% d’opinion  favorable chez ces 2000 ados de 15-16, répartis dans 13 centres dans toute la France. Et surprise !  C’est justement l’aspect militaire qui leur plait, la plupart d’entre eux  ayant exprimé le besoin de cadres et de règles.

En mai 1968, leurs grands-parents écrivaient sur les murs des villes «  il est interdit d’interdire … ou : jouissez sans entrave !»

Les jeunesses se suivent et ne se ressemblent pas.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

2 réactions à “France : le service national fait un tabac !”

  1. Ce SNU est beaucoup trop court !
    Il y a tellement de choses (basiques) a apprendre.
    Je verrais bien un minium de trois à six mois.

  2. Si, cela choque aussi en Belgique. Le we dernier, 25 jeunes embrigadés pour le SNU ont fait une insolation après être resté sous un soleil brûlant. Les parents et les profs ne peuvent plus lever la main sur les mineurs mais des militaires peuvent les maltraiter sous prétexte qu’il y va de l’intérêt de la nation !?! De plus, les sanctions envisagées en cas de refus (interdiction de passer le bac ou le code de la route) en feraient de facto des citoyens de seconde zone. Ce SNU est aussi archaïque que le défunt service militaire et l’embrigadement forcé n’est qu’un leurre destiné à rassurer ceux qui profitent de l’ordre établi. Vive le libre examen !