Parlement Européen : la fin du duo PPE-PSE

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 mai 2019 09h03 | Ajouter un commentaire

Au Parlement Européen on a également constaté une poussée de l’extrême droite et un bon résultat des verts. En revanche les deux partis qui se partageaient le pouvoir à l’assemblée de Strasbourg  depuis des décennies, les socialistes et les démocrates-chrétiens, n’ont plus la majorité. Comme en Belgique, il va falloir former une coalition d’un niveau genre à la tête de l’Europe.

Manfred Weber candidat du PPE à la présidence de la commission européenne.

On a beaucoup entendu hier du moins en Flandre que la Belgique abritait deux démocraties différentes qui votaient différemment. Et bien l’Europe c’est 28 démocraties différentes, avec des contrastes étonnant. Ainsi l’extrême droite et les nationalistes arrivent en tête en France en Italie et en Hongrie, comme en Flandre, mais au Portugal et en Espagne on assiste à un triomphe socialiste avec 33% des voix dans les deux pays, mieux encore qu’en Wallonie ou à Bruxelles. Quant à la vague verte elle est surtout sensible dans les pays du Nord-Ouest, Belgique, Allemagne, France, Irlande… Au final le groupe parlementaire qui va le plus progresser à Strasbourg c’et le groupe libéral qui va dépasser les 100 députés, car il sera rejoint par les députés macronistes élus en France.

Une poussée populiste, mais…

Maintenant si on rentre dans les détails on peut avoir des surprises. Ainsi tout le monde fait remarquer que le Rassemblement National de marine le Pen a terminé premier en France avec 23,5% des voix contre 22,5 au parti d’Emmanuel Macron la République En Marche… Mais au final Marine Le Pen va perdre deux députés au parlement européen, passant de 24 à 22.

Certes le groupe qu’elle va former avec les autres nationalistes dont la ligue de Matteo Salvini, va atteindre les 60 députés contre 35 actuellement, mais on est loin des cent élus qui était leur objectif. Alors certes si on rajoute tous les nationalistes et tous les europhobes dont les brexiteurs, on atteint 171 députés… Mais comme il ne s’entendent pas entre eux, au point de se répartir en trois groupes, ils pourront toujours hurler dans l’hémicycle ça n’aboutira à rien…

Un scénario presque belge.

Au final on va se retrouver au parlement européen avec une situation qui ressemble à la Belgique d’autrefois. Le choix entre une majorité tripartite, Démocrate-chrétien, socialistes et libéraux, ou une quadripartite ; les mêmes avec les verts…

Ces derniers ont déjà dit par la voix de leur président de groupe le Belge Philippe Lamberts qu’ils poseraient leurs conditions notamment en matière de politique du climat. Il leur faudra ensuite répartir les responsabilités à Bruxelles et à Strasbourg. Il n’est pas dit que le démocrate-chrétien allemand Manfred Weber deviendra le prochain président de la commission, même si son groupe parlementaire reste le plus important.

8 Belges francophones :

Dans cette Assemblée de 751 élus, les 8 députés francophones belges pèseront bien peu. Pour mémoire je vous cite leurs noms ( sous réserve d’une éventuelle nomination ministérielle) : Olivier Chastel et Frédérique Ries (MR), Marie Aréna, Marc Tarabella (PS), Philippe Lamberts, Saskia Bricmont (Ecolo), Benoît Lutgen (cdh) et Marc Botenga (PTB).

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

0 réaction à “Parlement Européen : la fin du duo PPE-PSE”

  1. Aucun commentaire