France : débat autour des limitations de vitesse

Par Christophe Giltay dans Divers , le 29 janvier 2019 08h28 | 2 commentaires

Début de polémique en France sur l’une des revendications des gilets jaunes. Ils souhaitent l’abandon de la limitation de vitesse à 80km/h sur les routes secondaires, pour revenir au 90 Km/h. Une position qui révolte les associations de victimes de la route.

Le sujet est d’autant plus sensible qu’il divise visiblement le Président et le Premier Ministre. Les 80KM/h d’application depuis juillet dernier sont une idée forte d’Edouard Philippe qui n‘en démord pas: c’est la meilleure solution pour faire baisser le nombre de tués en France. L’Hexagone dispose d’un important réseau de routes secondaires, 400.000 km soit dix fois la circonférence de la Terre. C’est sur ces routes que se produisent la plupart des accidents mortels (55% en 2016, soit 1.911 morts).

Macron hésitant

Or, lors de ses débats en province le président de la République a laissé entendre qu’il pourrait moduler la mesure et revenir dessus dans certaines régions. Résultat: grosse colère de Chantal Perrichon, la présidente de la Ligue contre la violence routière qui s’insurge dans une tribune publiée par le journal Libération : « Il est inconcevable de mettre un dossier de santé publique de cette importance dans les mains de petits potentats locaux ».

Il faut dire que les élus locaux sont soumis à une forte pression de leurs électeurs contre les 80km/H. Les arguments sont toujours les mêmes : on se traine, on perd du temps sur les trajets, on arrive en retard au travail, la tournée des facteurs est plus longue, on n’a plus assez de vitesse pour doubler les poids lourds etc…

Des vies sauvées

A l’origine, Matignon prévoyait que cette mesure sauverait encirons 400 vies par an. En six mois on en est à 116. C’est peu me direz-vous, mais c’est 116 vies, 116 VIES. Une seule aurait suffi pour rendre la mesure légitime. En 1972, le nombre des morts en France a atteint le triste records de 16.545 tués, l’équivalent de la population de la ville de Mazamet dont tous les habitants se sont couchés dans la rue pour montrer l’ampleur du carnage, lors d’une célèbre émission de télévision (Mazamet ville morte 17 mai 1973, voir photo ci-dessus). Depuis, grâce aux limitations et au port de la ceinture, à la lutte contre l’alcool au volant,  le nombre de morts est tombé à 3.259 en 2018. C’est beaucoup moins, c’est encore trop…

Destruction des radars

Les gilets jaunes ont détruit 65% de radars automatiques installés sur les routes et autoroutes de France. Hormis que leur réparation va couter cher, c’est tout simplement un geste incivique. Alors oui ça parait sympa comme ça, moi non plus je n’aime pas les PV, mais les radars, ce n’est pas un truc inventé pour embêter les gens et remplir les caisses de l’Etat. C’est avant tout un dispositif de sécurité, et même en Allemagne ou 60% des autoroutes ne sont pas limitées, là où il y des limitations elles sont très scrupuleusement respectées.

A bon entendeur

Dans sa tribune à « Libé », Chantal Perrichon souhaite d’ailleurs qu’à terme les radars soient remplacés par des voitures banalisées mêlées au cœur de la circulation. Au final, le message des associations est clair, il est directement adressé à Emmanuel Macron : « Monsieur le Président ne cédez pas sur la limitation de vitesse. Les gilets jaunes n’ont pas forcément raison sur tout ! »

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

2 réactions à “France : débat autour des limitations de vitesse”

  1. Oui c’est bien vrai, mais à 50 km/h, il y aurait encore moins de victimes ! Où mettre la limitation ?

  2. Tout est dit! tout est vrai. Lorsque j’ai passé mon permis (cela fait un bail) il y avait inscrit sur le questionnaire, trois maximes.
    1 La vitesse n’est pas une obligation
    2. La vitesse n’est pas une nécessité
    3. La vitesse ne peut être un plaisir.