Monsieur Jean Piat

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 septembre 2018 08h18 | Ajouter un commentaire

Le comédien Jean Piat, monstre sacré du théâtre français qui avait marqué les esprits dans le feuilleton télévisé « Les Rois maudits » en 1972, est mort mardi soir à Paris à quelques jours de ses 94 ans. Ancien de la comédie française il avait souvent joué en Belgique où il était très populaire.

Jean Piat « Comte Robert » dans les « Rois Maudits »

Je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaitre. Les « Rois Maudits » un incroyable feuilleton télévisé diffusé à l’ORTF de décembre 1972 à janvier 1973. 6 épisodes qui ont marqué toute une génération. Les séries en ce temps-là c’était du lourd : décors de théâtre, scénario Maurice Druon, de l’Académie Française, l’auteur du chant des partisans « ami entends-tu… » Réalisation Claude Barman  incontournable de la télé française à l’époque, notamment auteur de 45 épisodes du commissaire Maigret… les comédiens pour la plupart venu de la comédie française dont l’immense Louis Seigner le grand père de Mathilde et d’Emmanuelle.

Robert d’Artois.        

Et puis et puis… L’extraordinaire, le lumineux, le fabuleux Jean Piat dans le rôle de Robert d’Artois. Un seigneur du Nord de la France qui cherche en vain à récupérer ses terres après la bataille des éperons d’or. Tout ça sur fond de guerre de cent ans et de malédiction des Templiers. Jean Piat fait de Robert d‘Artois un personnage sulfureux au sourire ravageur,  plein de moquerie et de séduction… J’ai connu des dames tombées alors sous son charme et qui l’était toujours 40 ans plus tard.

Jeune jusqu’à 90 ans.

Et pourtant en 1972 Jean Piat avait déjà 25 ans de Comédie Française  derrière lui. Né en 1924, il a toujours paru plus jeune que son âge… Les yeux bleus peut-être ?  A ce tire c’était un peu le Jean d’Ormesson des comédiens, d’ailleurs n’était-il pas le compagnon de l’écrivaine Françoise Dorin ?

Difficile de retracer brièvement une telle  carrière. On retiendra qu’il faut aussi un grand Cyrano de Bergerac, et qu’il  vouait une admiration sans borne à Sacha Guitry avec lequel il avait joué au cinéma dans :  « Le diable boiteux » et dans « Napoléon… ». Il lui avait  consacré un livre en 2002, «  je vous aime bien monsieur Guitry ». Comédien, écrivain, metteur en scène, il prêtait aussi sa voix au doublage, par exemple à Peter O’ Toole dans Laurence d’Arabie.

Proche des Belges.

Homme du Nord (né à Lannoy près de Lille) Jean Piat entrainait une relation  chaleureuse avec le public belge, il venait pratiquement chaque année se produire en  Belgique, présentant ici les spectacles qu’il jouait à Paris. Je me souviens un soir à Woluwe Saint Lambert il y a une dizaine d’années où après 8 rappels le public ne le laissait pas partir. Il a fait rallumer la salle, s’est assis sur la scène et s’est mis à discuter avec les gens …

 

L’Artois.

Si un matin, tôt, traversant  les brumes de l’Artois sur l’autoroute du Nord, vous devinez au loin un grand seigneur qui chevauche tout de rouge vêtu. Ne cherchez pas… C’est le Comte Robert qui a enfin retrouvé sa terre.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

0 réaction à “Monsieur Jean Piat”

  1. Aucun commentaire