Audin : geste historique de Macron

Par Christophe Giltay dans Divers , le 14 septembre 2018 13h32 | Ajouter un commentaire

Audin : geste historique de Macron

Emmanuel Macron a posé hier un geste que de nombreux Français attendaient depuis près de 60 ans. Le président de la République a reconnu, la responsabilité de l’Etat dans la mort de Maurice Audin, un jeune mathématicien torturé et tué par l’armée française en 1957 en Algérie.

Maurice Audin c’est le symbole des exactions commises par la France en Algérie pendant la guerre d’indépendance. C’est un personnage emblématique, célébré en Algérie comme un héros. Une place porte d’ailleurs son nom dans le centre d’Alger depuis1963. Maurice Audin, 25 ans lors de sa disparition, était un jeune professeur de mathématique à l’université d’Alger. Membre du parti communiste algérien  il était favorable à l’indépendance, mais ce n’était pas un activiste, il ne posait pas de bombe.  En revanche lui et sa femme avaient accueilli chez eux des membres du FLN en fuite.

Les paras maîtres d’Alger.

On est alors en pleine bataille d’Alger et le gouvernement français a donné les peint pouvoir à l’armée pour rétablir l’ordre. C’est la mission du général Massu, maître incontesté d’Alger.  Le destin de Maurice Audin bascule le 11 juin 1957 à 23 h. Une dizaine de parachutistes l’arrêtent  à son domicile. Josette son épouse a juste le temps de l’apercevoir, descendant l’escalier, encadré par deux militaires. Elle se souvient de ses dernières paroles : » Occupe-toi des enfants.  » (Ils en ont trois) Elle ne devait plus jamais le revoir.

L’impossible évasion.

Le 21 juin l’armée l’informe que son mari a réussi à s’enfuir à l’occasion d’un transfert en jeep. Il aurait sauté de la voiture avant de disparaitre dans la nuit. Il ne donnera jamais signe de vie, on en retrouvera jamais son cadavre. Commence alors l’affaire Audin. Dès le 4 juillet son épouse porte plainte pour homicide volontaire. Son combat va durer 61 ans. Des livres, des films, sont consacrés à l’affaires Audin, des hommes politiques, des intellectuels se mobilisent. L’avocat de Josette s’appelle Robert Badinter, mais rien n’y fait, car à la fin de la guerre d’Algérie la France a voté une loi d’amnistie qui couvre les crimes pendant le conflit.

 

Torture.

Au fil des années les témoignages s’accumulent, deux hommes arrêtés eux aussi par les parachutiste et détenus à la prison d’El Biar  sur les hauteurs d’Alger affirment avoir vu Audin torturé à l’électricité dans un triste état. Deux thèses circulent  alors : il aurait succombé à une séance de torture trop intense, ou il aurait été carrément assassiné par un  parachutiste trop zélé.

Hollande, puis Macron.

Pendant des décennies la version officielle ne change pas, Audin s’est évadé.  Jusqu’en 2014 quand Francois Hollande affirme : « Monsieur Audin ne s’est pas évadé, il est mort pendant sa détention. » Sans plus…

Le geste ultime viendra d‘Emanuel Macron qui a reconnu hier l’application de tortu en Algérie et qui a demandé pardon à Josette âgée aujourd’hui de 87 ans, pour la mort de son mari. Interrogée par le journal « le Monde », elle s’est dite satisfaite, mais pas heureuse, car il reste de questions  sans réponse :

« Mon combat n’est pas fini. Comment Maurice va-t-il été tué ? Quels sont les noms de ses tortionnaires ? Qu’a-t-on fait de son corps ? Nous ne le savons toujours pas. Il faudrait que des gens parlent enfin… »

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

0 réaction à “Audin : geste historique de Macron”

  1. Aucun commentaire