antalya temizlik şirketleri
antalya haber haberler antalya rent a car elektroniksigara
antalya rent a car
Antalya temizlik firmaları Antalya temizlik şirketleri

Rwanda : la Belgique face à son histoire

Par Christophe Giltay dans Histoire , le 2 mars 2018 19h16 | 4 commentaires

La Belgique a rouvert le 2 mars une des pages les plus sombres de son histoire : son attitude pendant le génocide rwandais en Avril 1994. L’Etat belge et trois officiers, sont jugés au civil devant la cour d’appel de Bruxelles pour crime de guerre. Le 11 Avril 1994, les casques bleus belges qui protégeaient l’Ecole Technique Officielle de Kigali ont reçu l’ordre d’abandonner les 2000 réfugiés qui s’y trouvaient encerclés par les milices hutus. Une cinquantaine d’entre eux, seulement, ont survécu et certains de ces survivants réclament aujourd’hui justice.

En avril 2000 le Premier Ministre Guy Verhofstadt s’est excusé pour l’attitude des Belges durant le génocide rwandais. Le leader libéral qui n’était pas au pouvoir en1994 a toujours pensé que si les Belges avaient maintenu sur place leur contingent ils auraient pu sauver des centaines de milliers de gens.

Sur ordre de Dehaene

Le cas de l’école technique officielle ( ETO) n’est hélas qu’un exemple parmi d’autres… Les casques bleus belges ont reçu l’ordre d’évacuer leurs compatriotes et les ressortissants occidentaux, mais ont abandonné les Tutsis à leurs génocidaires. Jean Luc Dehaene le Premier Ministre de l’époque a assumé cette décision lors d’un précédent procès. Il estimait que la Belgique était un petit pays qui avait fait de son mieux et que la responsabilité revenait à l’ONU…

Le traumatisme des 10 paras

A l’époque l’opinion publique belge était en phase avec cette décision, même si l’image d’un para déchirant au poignard son béret bleu en arrivant à Bruxelles a marqué bien des esprits.
En fait les Belges avaient été traumatisés par le massacre, le 7 avril, premier jour du génocide, des 10 casques bleus qui assuraient la garde de la Première Ministre du Rwanda. L’objectif dès lors n’était pas de sauver les Tutsis rwandais, mais bien d’éviter d’autres morts belges. Quand les C 130 ont décollé de Melsbroek, ce n’était pas pour envoyer des renforts, mais pour rapatrier nos soldats et les coopérants.

Responsabilité

Il a fallu des années et notamment la tenue d’une commission d’enquête parlementaire, pour prendre conscience de la responsabilité belge dans ces événements terribles. Si Bruxelles avait décidé d’utiliser ses soldats autrement, il y aurait eu quand même de nombreux morts, et d’autres soldats belges auraient probablement été tués. Mais le génocide aurait pu être enrayé.

Sortir ou non de l’histoire ?

En 1994 on venait tout juste de sortir de la guerre froide, le mur de Berlin était tombé en 1989, et l’Union soviétique avait disparu en 1991. On parlait alors de « fin de l’histoire » et on imaginait une ère de paix perpétuelle où les conflits seraient gérés pacifiquement par « la communauté internationale ». Malgré la guerre en Yougoslavie certains pays, dont la Belgique, imaginaient que leurs armées n’assumeraient plus que des missions humanitaires ou de maintien de la paix.
La Belgique n’était plus prête au sacrifice de ses soldats, d’où cette réaction à Kigali : la fuite plutôt que le combat. ( Alors que les soldats étaient prêts à se battre.)

Au temps des attentats

Presque 25 ans plus tard le terrorisme islamique nous a remis violemment au cœur des réalités, il n’y a pas de paix perpétuelle et des militaires patrouillent désormais dans nos rues.
La Belgique assume à nouveau son rôle historique.
Mais pour les victimes de Kigali, il est hélas trop tard !

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

4 réactions à “Rwanda : la Belgique face à son histoire”

  1. C’est plus profond que cela. Je trouve l’analyse autocentrée: il s’agit d’un génocide (avec 1 million de morts et 1 millions de réfugiés/déplacés) et combien de tortures et de vengeance. Cela dépasse l’assassinat de 10 paras belges. Par sa fuite en avant, la Belgique est responsable, la France est responsable, la force MINUAR (c’est le enom de la mission des Casques Bleus au Rwanda) est responsable, l’ensemble de la communauté internationale est responsable car elle savait…

  2. ex orth mais pas de mot pour expliquer la lacheter du gouvernemant de se temps la !

  3. 3Ephraim Kabura le 8 avril 2018 à 09:31

    N/A

  1. […] Rwanda : la Belgique face à son histoire  RTL info […]