antalya temizlik şirketleri
antalya haber haberler antalya rent a car elektroniksigara
antalya rent a car
Antalya temizlik firmaları Antalya temizlik şirketleri

Patrick Henry symbole malgré lui

Par Christophe Giltay dans Divers , le 4 décembre 2017 08h56 | Un commentaire>

Détenu pendant 40 ans pour le meurtre du petit Philippe Bertrand, Patrick Henry est mort dimanche 3 décembre  à l’âge 64 ans. Homme le plus détesté de France à l’époque, il était devenu après son procès le symbole de l’abolition de la peine de mort.  

 

patrick-henry-match

 

Si Patrick Henry a vécu jusqu’à l’âge de 64 ans, il le doit à un homme Robert Badinter, son avocat qui l’a sauvé de la guillotine. Car Patrick Henry aurait très certainement été exécuté, tant son crime à l’époque avait horrifié les Français…C’est à son sujet que le journaliste Roger Gicquel avait lancé la phrase célèbre «  la France à peur » en ouverture du 20 heures de TF1 le 18 février 1976, le lendemain de son arrestation…

Philippe Bertrand 7 ans.

Patrick Henry, 22 ans  avait le 30 janvier enlevé à Troyes le petit Philippe Bertrand, 7 ans,  pour réclamer une rançon de 1 millions de français, 150 000 euros à ses parents.  Les parents avaient accepté de payer, mais ils ne reverront jamais leur fils, Patrick Henry l’a très probablement étranglé dès l’enlèvement car l’enfant le connaissait et aurait pu le dénoncer. On retrouvera son corps enroulé dans un tapis, sous un lit,  dans une chambre d’hôtel que l’assassin louait sous un faux nom.

Il se condamne lui-même.

Dès le départ Patrick Henry a fait partie des suspects et a même été mis en garde à vue. Mais faute de preuve on l’avait relâché. Le pire c’est qu’alors interviewé par la télévision il avait protesté de son innocence en ajoutant que « le véritable criminel méritait la peine de mort pour s’en être pris à un enfant ».

Il s’était en quelque sorte condamné à mort lui -même. Les éditorialistes se déchainent des journaux comme le Parisien réclament sa tête, aucun avocat n’accepte de le défendre. Finalement c’est le bâtonnier de l’ordre à Troyes qui s’auto désigne avocat commis d’office et qui demande l’aide de Robert Badinter.

 

Robert Badinter

Robert Badinter

 

Enfin Badinter vint.

Celui-ci est un fervent partisan de l’abolition la peine de mort, il a assisté à l’exécution d’un de ses clients Roger Bontemps en novembre 1972.  Dans sa plaidoirie il ne va pas défendre Patrick Henry mais faire le procès de la guillotine, évoquant : « le bruit que fait la lame qui coupe un homme vivant en deux » et prenant à témoin chacun des jurés. Il aurait fallu huit voix pour le condamner, il n’y en aura que 7. Patrick Henry sauve sa tête, il est condamné à la perpétuité,  « vous n’aurez pas à le regretter lance-t-il alors aux jurés… »

Dépassé par son destin.

Mais il ne sera jamais à la hauteur du symbole ! Libéré sous condition au début des années 2000, il tombe en 2002 pour trafic de drogue, retourne en prison et n’en sortira finalement qu’en septembre dernier pour raison de santé… L’essentiel est ailleurs, le 17 septembre 1981, Robert Badinter devenu « Garde des sceaux » monte à la tribune du palais Bourbon et déclare : «  j’ai l’honneur, au nom du gouvernement de la République, de demander à l’Assemblée nationale l’abolition de la peine de mort en France »… et c’est lui qui entre dans l’histoire.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

1 réaction à “Patrick Henry symbole malgré lui”

  1. Merci à Tous qui aujourd’hui rendre hommage à Johnny,je pense aussi à vos émotions sachant que vous étiez proche de lui et ce n’est pas facile aujourd’hui pour tout le monde,Hakima aurait voulu être certainement là aussi elle qui aime la moto,André torrent,Monsieur Giltay,notre chagrin est immense aurevoir Jhonny à bientôt l’ami.Bernadette et Dany.

Les commentaires sont actuellement fermés