Macron n’aime pas le « bordel »

Par Christophe Giltay dans Divers , le 5 octobre 2017 10h10 | 2 commentaires

Emmanuel Macron s’est livré hier à un nouveau dérapage verbal, alors qu’il visitait en Corrèze le site d’une entreprise en restructuration… Attendu par des manifestants il a fustigé ceux qui « foutent le bordel » au lieu de chercher du travail. Une déclaration de plus qui écorne son image, de moins en moins  consensuelle.

macron7

Hier Emmanuel Macron était en déplacement en Corrèze, autrefois fief de Jacques Chirac puis  de François Hollande.  Dans un centre de formation il s’est heurté à une manifestation 150 salariés d’une usine sur le point de fermer dans le département voisin La Creuse. Des heurts ont éclaté obligeant les forces de l’ordre à intervenir.

Un aparté.

Et c’est là que les caméras de BFM TV ont enregistré un aparté étonnant entre le Président de la République et le Président de la région Nouvelle Aquitaine. Ce dernier lui a dit qu’il avait du mal à trouver des candidats pour occuper des emplois dans une fonderie située à trente kilomètres de là. Ce à quoi le président a répondu : «  Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas. Parce qu’il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n’est pas loin de chez eux. »

Un tollé.

Immédiatement ces propos ont déclenché des réactions à gauche : sur Twitter le Parti socialiste a appelé le président de la République «à rester maître de son langage et à respecter les Français». Du côté de La France insoumise, le parti de Jean Luc de Mélenchon , le député du Nord  Adrien Quatennens a estimé que «chercher du boulot, Macron ne sait pas ce que c’est. Le bordel, c’est lui!». Bien sûr le porte-parole d’Emmanuel Macron, l’ancien journaliste Bruno Roger-Petit s’est fendu d’un communiqué où il affirme qu’on a mal compris et qu’il s’agit d’une citation « tronquée sortie de son contexte. Emmanuel Macron a rappelé écrit- il que la recherche de solutions en matière d’emploi dépend de la responsabilité de tous les acteurs.. » . C’est peut-être le sens profond mais il ne l’a pas dit comme ça….

Plus Sarko que Hollande.

La presse ce matin se faisait une joie de rappeler les précédents : En mai 2016, alors ministre de l’Économie, il déclare que «le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler». Puis lors de l’inauguration d’un campus en juillet dernier: «Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien». Enfin, en septembre, en Grèce: «Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes».

C’est un langage cash, plus proche du trader que du Président, et qui n’est pas sans rappeler celui de Nicolas Sarkozy, avec ses « Kärcher » et ses « casse-toi pauv con ». Ca tombe bien ces derniers temps Macron fréquente plus Sarko que Hollande à qui il reproche, malgré sa retraite, de faire trop de politique.

Certes …mais lui n’en fait peut-être pas assez…

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

 

2 réactions à “Macron n’aime pas le « bordel »”

  1. …derapage verbale …
    En etes vous si sur ? mr Glitay …?
    …image écornée …
    ah oui …? et pourtant , le  » cote  » remonte …!

  2. Un commentaire effectivement pas très consensuel mais j’avoue apprécier de temps à autres des avis cash et tranchés qui remettent un peu  » L’église au milieu du village « .
    A force de vouloir ne déplaire à personne on finit par ne plus rien faire et il me semble que les Français ont votés contre l’immobilisme.
    Ils vont être servis et l’avenir nous apprendra si c’est pour le meilleur ou pour le pire.