François Fillon dans le cabinet noir.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 24 mars 2017 16h05 | 3 commentaires

C’est du jamais vu en campagne électorale et l’échange restera probablement dans les annales de la télévision. Hier soir sur le plateau de L’Émission politique de France 2, François Fillon et l’écrivaine Christine Angot se sont violemment affrontés, bien au-delà des altercations qui opposent parfois les hommes politiques entre eux. Par ailleurs François Fillon a accusé François Hollande de tous les maux qui l’accablent, et qu’il aurait orchestrés depuis un mystérieux cabinet noir.

Fillon soucieux

 

Il faut savoir que Christine Angot est une hollandiste de stricte obédience s’il n’en est qu’une ce sera celle-là ! Elle a même publié dans la presse une tribune pour demander à François Hollande de de présenter malgré tout. Demande poliment refusée par le président. Hier donc, invitée mystère de l’émission politique, elle attaqué François Fillon bille en tête…

Bras de fer.

«Vous vous êtes mis dans la situation d’avoir, pour des costumes ou autre, des services à rendre», «est-ce que vous comprenez que le fameux Front républicain est mis en danger. On ne comprend pas pourquoi vous ne vous êtes pas retiré», réponse de Fillon : «De quel droit vous me condamnez? De quel droit vous estimez que l’emploi de mon épouse était illégal et indécent?» a chargé l’ancien premier ministre. «C’est trop facile … on est dans un pays de droit. Ce n’est pas parce qu’un journal a décidé de m’accuser que je suis coupable et moi je ne le suis pas. »

Christine Angot

Christine Angot

 

«Votre parole est malhonnête», reprend Angot et Fillon de répondre «Vous osez me traiter de malhonnête ? » et Angot en rajoute en reprochant à François Fillon de faire du chantage au suicide en comparant son cas à celui de Pierre Bérégovoy, l’ex premier ministre socialiste qui s‘était suicidé en 1993 après une violente campagne de presse suivie d’une défaite électorale.

Fillon se défend : «Je n’ai pas dit ça Madame. Vous ne pouvez pas comprendre que je sois blessé par des accusations mensongères?», Angot : «Oh c’est triste, vous me faites de la peine…De l’autre côté de l’écran, les gens sont dans le même état que moi», et Fillon de conclure en mettant les rieurs de son côté «On verra madame ce que diront les Français au moment de l’élection. Le coiffeur de François Hollande, ça ne vous a pas choqué naturellement?»…en fait c’est plutôt François Hollande qui était l’invité surprise de l’émission…

Le cabinet noir

François Fillon a accusé le Président de la République d’être à l’origine des fuites qui ont déclenché le Pénélopegate et il demandé qu’on ouvre une enquête sur les prétendus agissements de Francois Hollande révélée par un livre à paraitre dont le titre est « Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat »… Ce livre révélerait que François Hollande se ferait communiquer, comme en son temps François Mitterrand, toutes les écoutes téléphoniques pour s’en servir politiquement.

« On cherchait un cabinet noir, on l’a trouvé, en tout cas, à travers ces allégations »… « Moi, ce soir, solennellement, je demande qu’il y ait une enquête d’ouverte sur les allégations qui sont portées dans ce livre, parce que c’est un scandale d’Etat »…

« Si ce qui est écrit dans ce livre est vrai, je pense que dans l’histoire récente de la Ve République, un chef d’Etat n’est jamais aussi loin dans l’illégalité, la prise de pouvoir sur des services sur lesquels il ne devrait pas avoir autorité »

Démenti.

Dans un communiqué publié par l’Elysée, le président de la République a  « condamné avec la plus grande fermeté les allégations mensongères de François Fillon… Depuis 2012, et c’est un fait établi, l’exécutif n’est jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire et a toujours respecté strictement l’indépendance de la magistrature ».

Un peu plus tard c’est carrément l’un des auteurs du livre Didier Hassoux qui a démenti les informations de François Fillon :

« On n’a jamais écrit ça. On n’a jamais écrit ça…. La seule personne qui croit en l’existence d’un cabinet noir à l’Elysée, c’est François Fillon ».

Le candidat fantôme.

Bref un sacré mic mac…

Je me dis parfois que cette envie d’en découdre avec Hollande traduit un regret profond : celui de ne pas l’avoir comme adversaire. C’aurait été tellement bien un bon vieil affrontement gauche droite, Hollande le sortant défendant son bilan d’un côté, et de l’autre Fillon dénonçant ce même  bilan et préparant l’alternance ….à  l’ancienne quoi !

Et pendant que Fillon ferraille avec Hollande, Emmanuel Macron, rejoint par le  ministre de la défense Jean Yves le Drian, passe devant Marine le Pen dans les sondages, et devient l’ultra favori !

Hé oui monsieur Fillon on a changé d’époque…

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

3 réactions à “François Fillon dans le cabinet noir.”

  1. Il est de plus en plus clair que ce qui se passe actuellement est méthodiquement mis en scène et que l’on veut quasi littéralement abattre François Fillon.
    Par un cabinet qui serait noir ou pas, je l’ignore bien sûr, mais il est notoire que le pouvoir en France, toutes tendances confondues, a toujours eu toutes les informations possibles ce qui lui permettait de tirer les ficelles.
    Reste que, en l’occurrence, si François Fillon n’est pas forcément et pas beaucoup plus que (tous?) les autres le  » Pourri  » que l’on cherche à nous vendre, il est de plus en plus difficile de le considérer comme un chevalier blanc.
    Quant à François Hollande, il terminera son mandat sur un champ de ruine politique.

  2. … » restera dans les annales … » ( le debat ) ?
    j’en serait surpris :
    Fillon n’y restera pas , meme avec les suites judiciaires après son evidente defaite prochaine
    quand à mme Angot , elle vient de se voir offrir une tribune qui n’a servie qu’à etaler son sectarisme …ce n’est pas celà qui va la faire sortir de  » l’anonymat  » .

  3. il est clair que Fillon est l’homme à abattre et que tout le monde l’abat. La presse, le PS. Le régime français a toujours démontré la pratique étrange du « haut lieu ». N’oublions pas que la 5ème république est née des mains d’un militaire, le grand Charles. Et le PS a déjà plusieurs à plusieurs reprises abusé du « système » avec Miterrand par exemple. Hollande a décidé que ce sera Macron donc. On verra.

Les commentaires sont actuellement fermés