La conjuration anti-Fillon.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 14 février 2017 10h33 | 3 commentaires

Alors qu’il répète chaque jour qu’il ne renoncera pas à sa candidature, des élus de son parti réclament des explications à François Fillon. Nous ne pouvons plus faire campagne», estime un groupe de parlementaires LR qui a préparé une «déclaration» pour la réunion du groupe parlementaire le 14 février et demande une «solution politique» au candidat.

fillon-rtl

 

«La situation est extrêmement sérieuse. Elle dépasse de très loin les intérêts personnels du candidat à la présidentielle ou ceux de tel ou tel parlementaire. Et il faut que nous en sortions tous la tête haute » voilà ce qu’on a pu entendre hier au restaurant le Bourbon en face de l’Assemblée Nationale à Paris. Un groupe de vingt parlementaires du parti « Les Républicains » s’étaient réunis pour monter ce qu’on pourrait appeler une conjuration anti Fillon. Bien sûr il s’agit d’anciens soutiens des autres candidats de droite à la primaire qui ne se sont pas consolé de la défaire de leur champion. Mais l’affaire Pénélope leur a donné une occasion d‘essayer de se débarrasser de François Fillon…

Un ultimatum.

Une vingtaine d’autres parlementaires devraient les rejoindre aujourd’hui pour lancer un appel au candidat, sous la forme d’un message solennel. Ils vont lui demander de réunir le bureau politique du parti, seule instance à leurs yeux légitime pour décider de la suite des évènements, et de l’éventuel retrait du candidat. Comme le dit l’un d’eux… «François Fillon explique qu’il est debout, mais être debout, ce n’est pas un thème de campagne. Cela veut dire qu’il survit or ce n’est pas suffisant pour gagner».

La dure réalité du terrain.

Ces élus qui passent le plus souvent le weekend dans leurs circonscriptions en province, en reviennent avec le moral à zéro, car sur les marchés on ne leur parle que du Pénélopegate. Et je ne vous dit pas la tête de ceux à qui ont dit : « mais au fait vot’ dame elle ne travaille pas aussi avec vous à l’Assemblée ? » On considère que 20 à 25% des parlementaires français emploient quelqu’un de leur famille. On peut imaginer qu’ils passent ces jours-ci de moments sympas à l’heure du dîner…

Les législatives en ligne de mire.

Leur deuxième problème c’est que l’impopularité de François Fillon pourrait avoir des conséquences dramatiques sur les élections législatives qui vont suivre la présidentielle. Car bien entendu tous ces parlementaires veulent garder leurs sièges. C’est pourquoi à la limite ils seraient prêt à un « tous sauf Fillon », pour sauver leur gamelle…

C’est mal connaitre l’animal qui hier encore à déclarer avant de quitter l’île de la réunion où il a tenu plusieurs meetings : « Ma candidature est un train qui ne s’arrêtera pas ! » et tant pis si certains veulent descendre en marche …

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

 

3 réactions à “La conjuration anti-Fillon.”

  1. Si pas mal de parlementaires en mal de sauvetage de leur gamelle ne savent plus que faire, suivre l’abbé Fillon jusqu’à au bout, chercher un autre candidat dans leurs rangs, ou aller jusqu’à chercher refuge au royaume des cieux avec saint Macron ( cf votre message d’hier), il va bien falloir trouver un président fort avec un programme adapté aux problèmes de la France, et qui SURTOUT aura l’appui et la confiance des Français pour l’appliquer.
    Pas gagné….

  2. Pendant ce temps là , ils sont occupés , et  » la chasse au Macron  » est mise en attente .
    Ceci dit , Juppé vient de renforcer sa prise de position et son soutien à Fillon …et c’a c »st plustot à visée anti sarko ? non ?

  3. vous souvenez-ous des qualifications de SARKO sur FILLON,