Fillon s’excuse et repart !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 7 février 2017 11h43 | Un commentaire>

En France va-t-on vers la fin du « Pénélopegate » ? Hier au cours d’une conférence de presse François Fillon a présenté ses excuses, reconnaissant avoir commis une «erreur» en embauchant sa femme et ses enfants comme collaborateurs parlementaires.  Il entend rester candidat jusqu’au bout. Mais « l’affaire » n’a-t-elle pas compromis définitivement ses chances ?

 

François Fillon en pilote.

François Fillon en pilote.

« En travaillant avec ma femme et mes enfants, j’ai privilégié cette collaboration de confiance qui aujourd’hui suscite la défiance. C’était une erreur, je le regrette profondément, et je présente mes excuses aux Français. »

J’imagine ce qu’il a dû en couter à François Fillon pour prononcer cette phrase, lui qui dès le début du Pénélopegate le 24 janvier a d’abord joué les indignés, clamé son innocence, dénoncé un complot, puis finalement accepté cet acte de contrition qui, il l’espère, lui apportera l’absolution des Français…

Rien n’est moins sûr car les dégâts causés par le Pénélopegate sont considérables. François Fillon a plongé dans les sondages pour passer en troisième position derrière Marine le Pen et Emmanuel Macron, et surtout il a sérieusement entamé son image d’homme intègre et incorruptible qui était sa marque de fabrique, son étendard.

Une journée décisive.

Ce mardi sera une journée décisive, il doit d’abord rencontrer les parlementaires « Républicains » dans son QG de campagne, ensuite il effectuera un déplacement en province à Troyes, sur les terres de François Baroin qu’on a présenté un moment comme le plan B capable de le remplacer en cas de retrait…Enfin et surtout, il prendra connaissance en fin de journée des titres du « Canard enchaîné » qui sortira demain. De nouvelles révélations pourraient faire échouer l’opération rédemption…En revanche si le feuilleton s’arrête, il pourra reprendre sa campagne et essayer de faire oublier l’épisode.

Une image brouillée.

Ce sera difficile car ses adversaires se chargeront de lui rappeler, surtout quand ils décideront de l’attaquer sur son projet marqué par l’austérité ( diminution du nombre des fonctionnaires, limitation des remboursements de la sécu…) Sur ce sujet il a également essayé de se défendre lors de sa conférence de presse, en affirmant qu’il ne demanderait pas de sacrifices aux Français mais qu’il leur offrirait le retour à l’emploi.

Pour beaucoup d’acteurs politiques il est temps que cette campagne sorte de cette affaire pour se disputer sur le terrain de programmes. C’est notamment le souhait d’une bonne partie des parlementaires, de tous bords d’ailleurs, qui ont peu apprécié ce coup de projecteur mis sur leurs pratiques. En effet si jamais l’affaire Pénélope devait déboucher sur une interdiction d‘embaucher des membres de sa famille, une centaine d’épouses de députés ou de sénateurs devraient chercher du travail ailleurs. Quant à François Fillon c’est vrai qu’il perdu son statut de favori, mais il n’a pas perdu sa combativité…

Henri Pescarolo au Mans en 1968

Henri Pescarolo au Mans en 1968

Entre Ickx 69 et Pesca 68.

Pendant les primaires, ce Manceau fan de sport automobile et pilote lui-même, avait évoqué la course mythique de Jacky Ickx en 1969 aux 24 heures. Parti dernier le pilote belge était arrivé premier…

Le Pénélopegate m’a fait penser à une autre édition des 24heures , celle de 1968 : En plein orage Henri Pescarolo, pilote Matra, s’était retrouvé privé d’essuie-glace ; son co-équipier Johnny Servoz -Gavin avait souhaité renoncer, estimant impossible de continuer à conduire dans ces conditions. Mais Pescarolo au contraire, enchaînant seul trois relais, avait accéléré car plus voiture roulait vite plus la pluie s’évacuait du pare-brise…

J’imagine que François Fillon a dû y songer…

Il est là sous la pluie, en pleine, nuit dans la ligne droite des hunaudières à 350KM/H sans visibilité, décidé à l’emporter… et face à l’orage il accélère !

Sauf qu’en 1968 Pesca remonté de la 54ème à la deuxième place a finalement dû abandonner sur crevaison…

 

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

 

1 réaction à “Fillon s’excuse et repart !”

  1. Je pense que François Fillon dans sa conférence de presse a été extrêmement habile en mélangeant excuses, contrition, propositions tout en différenciant clairement l’aspect légal et l’éthique.
    Pas sûr que tous seront convaincus mais il reste son principal atout qui est l’absence de candidat à la fois crédible et fédérateur pour le remplacer.
    Et sachant que ses rivaux ne sont pas forcément blanc-bleu avec en plus des programmes soit utopiques ( Rentes pour tous !) soit irréalistes ( Sortie de l’€ ), il se dit que même dévalorisé il reste encore le favori.
    Pas impossible du tout….mais pas sûr non plus.