antalya haber haberler antalya rent a car
antalya rent a car
test

Archives du octobre, 2016

Le pape célèbre Luther en Suède.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 31 octobre 2016 09h44 | Un commentaire>

C’est une première depuis cinq siècles. Le pape François participera aujourd’hui en Suède, au lancement des cérémonies commémorant la naissance du protestantisme. C’est en effet le 31 octobre 1517, que Martin Luther a publié ses célèbres 95 thèses, qui ont donné naissance à la religion réformée.

pape colombe

 

 

Martin Luther un moine catholique allemand, professeur de théologie, qui voulait protester contre le commerce des indulgences, pratiqué à l’époque par le Vatican. Les indulgences étaient des remises de pêchés ou des réductions de la durée de séjour au purgatoire vendues aux fidèles en mal de rédemption. Luther considérait cette pratique contraire aux écritures.

Les 95 thèses.

Le 31 octobre 1517, il y 499 ans, Luther a écrit à Albert de Brandebourg, archevêque de Magdebourg et de Mayence pour protester contre cette dérive et provoquer un débat théologique. La légende dit qu’il aurait également placardé la liste de ses thèses sur la porte de la chapelle du château de Wittenberg. Le débat fit rage à tel point que Luther fut excommunié en 1521, devenant de facto l’inspirateur d’une nouvelle religion le protestantisme, ou religion réformée. Sa rupture avec le catholicisme tient au fait que pour Luther tout vient des textes et que seul le texte de la Bible doit inspirer les chrétiens, et non pas l’Eglise catholique en tant qu’institution, où les fidèles n’avaient accès aux textes qu’à travers les interprétations données par le dogme. L’invention de l’imprimerie quelques années auparavant, et la traduction de la bible, du latin aux langues dites «  vulgaires » : allemand français, anglais, facilite un accès au texte et permet au protestantisme de se développer.

Des différences fondatrices.

Les protestants contestent l’autorité du pape et de l’Eglise. Pour la majorité d’entre eux le sacrement de l’eucharistie qui représente la «présence réelle» du Christ, n’est qu’une présence symbolique. C’est la différence entre la transsubstantiation catholique ( le pain et le vin se transforment pendant l’office en vin et sang du christ) et la consubstantiation luthérienne (le pain et le vin restent du pain et du vin mais représentent el sang et le corps du christ…) De même la virginité de Marie est-elle récusée tout comme le culte des saints.

A l’époque moderne les protestants ont adopté plus facilement que les catholiques les évolutions de la société. Ainsi en Suède le pape sera a accueilli par le chef de l’église protestante locale qui est une femme, église qui compte par ailleurs deux évêques notoirement homosexuels. Sans oublier bien sûr que les pasteurs contrairement aux prêtres peuvent se marier.

Rapprochement de puis Vatican II.

Depuis le concile Vatican II, qui prône l’œcuménisme, les deux cultes se sont considérablement rapprochés. Benoît XVI notamment très connaisseur de l’œuvre de Luther le considérait comme un théologien majeur. D’ailleurs aujourd’hui l’église catholique reconnaitrait facilement une grande partie des 95 thèses de Luther, avec néanmoins toujours une réticence quant à l’accès direct au texte, pour éviter le fondamentalisme.

Un voyage contesté.

Inutile de vous dire que le broyage du pape en Suède pour célébrer Luther ne fait pas l’unanimité au Vatican , mais aucune des initiatives du Pape Francois ne fait l’unanimité au Vatican.

Peu lui en chaut, c’est lui le chef et le seul chef !

Ironie de l’histoire cette toute puissance est l’une des dérives que Luther reprochait au pape…

 

Hollande candidat ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 octobre 2016 09h55 | Comments Off on Hollande candidat ?

Une bonne nouvelle pour François Hollande : Le nombre total de demandeurs d’emploi en France métropolitaine a baissé de 66 300 au mois de septembre. Après quinze jours de turbulences autour de son livre de confidence, cette information pourrait relancer l’éventuelle candidature du président de la République à sa propre succession. 

BELGAIMAGE-87260881

Deux chiffres ont dominé cette semaine l’actualité de François Hollande, cette baisse du chômage de 66 300 unités et le résultat du baromètre du centre d’étude la vie politique française ( CEVIPOF) qui ne lui accorde que 4% de satisfaits pour 70 % d’insatisfaits, les autres ne se prononçant pas.

Un président ne devrait pas dire ça.

Dans ces conditions peut-il se présenter ? C’est toute la question que se posaient mardi les députés socialistes lors d’une réunion à l’Assemblée Nationale. Certains pensent que non, il faut dire que ce sont souvent ceux qu’il a étrillé dans son livre de confidences, dont on ne comprend toujours pas qu’il ait pu le laisser paraitre. Mais même au sujet de ce livre il peut y avoir des avis divergents. Ainsi sur ce fameux aveu concernant l’autorisation qu’il a donnée aux services secrets français d’éliminer quatre chefs terroristes, les uns disent qu’un chef d’Etat ne doit jamais avouer ce genre de chose, les autres qu’il a fait preuve d’une transparence qui l’honore.

Des alternatives à gauche.

Est-il pour autant en mesure de se représenter ? Si le chômage continue à baisser la condition qu’il a lui-même posée sera remplie.

Certes tous les sondages le donnent battu par la droite et devancé par le Front National… mais c’est le cas de tous les socialistes, y compris Manuel Valls qu’on présentait ces derniers jours comme un recours possible…

Le seul à gauche qui fasse à peu près bonne figure dans les sondages , c’est Emmanuel Macron, mais lui aussi est au final donné battu par la droite, et est-il vraiment de gauche ? En tout cas il n’est pas socialiste…

J’y suis ! J’y resterai ?

Face à tous ces prétendants François Hollande conserve un avantage, il est président… et tant qu’il reste en fonction, il garde la possibilité d’apparaitre comme l’homme de la situation. Les commémorations des attentats du 13 novembre vont d’ailleurs remettre en lumière son côté père de la nation. Ses sondages pourraient alors s’améliorer ne serait-ce que légèrement, mais suffisamment pour rendre crédible une candidature.

 

François Mitterrand

François Mitterrand

Mitterrand en exemple.

Il a d’ailleurs livré en partie son état d’esprit le mercredi 26 octobre lors d’un discours à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de François Mitterrand. Le président a ainsi déclaré que François Mitterrand n’avait « jamais cédé au découragement » et jamais « cessé de rassembler ».

Il était attaqué parce qu’il était la gauche. Parce qu’il a toujours voulu préserver ce qui fait la force du pays, son unité. »

« Il a reçu bien des hommages lors de sa disparition. Il faut rappeler toutes les critiques et contestations qu’il a pu subir. »

François Hollande qui fut conseiller de François Mitterrand à l’Elysée, puis son successeur d’abord à la tête du PS, et ensuite à la tête de l’Etat, pourrait trouver dans cette figure tutélaire, de quoi se réconforter. Comme lui François Mitterrand a connu des abîmes d’impopularité, des attaques constantes, à tel point qu’on  l’avait surnommé à un moment l’homme le plus haï de France…

Il devrait y aller.

Je suis quant à moi persuadé que François Hollande se représentera. Car quitte à partir de l’Elysée autant le faire debout à l’issue d’une élection perdue, plutôt que vaincu sans combattre, sous les lazzi et les quolibets.

Quand Sarkozy essaie d’apparaître comme le chef de bande… en vain

Par Christophe Giltay dans Divers , le 14 octobre 2016 07h45 | 2 commentaires

BELGAIMAGE-97023164Jeudi soir a eu lieu à Paris le premier débat entre les 7 candidats de la primaire de la droite et du centre pour l’élection présidentielle. Un débat de deux heures où les deux favoris Alain Juppé et Nicolas Sarkozy n’ont pas particulièrement brillé. Ce fut l’occasion pour la France de découvrir que finalement il y avait d’autres candidats tout aussi crédibles. Pour autant le débat n’a pas rebattu les cartes.

D’après un sondage publié à chaud par le Figaro, Alain Juppé a remporté le débat pour 36% des téléspectateurs contre 22% à Nicolas Sarkozy . Alain Juppé reste indubitablement le favori même s’il est apparu un peu en retrait. C’était logique comme favori il avait tout à perdre et pas grand chose à gagner, donc il est resté sur sa position essayant d’apparaître comme le sage de l’histoire alors que les autres était plus dans l’affrontement. Il a néanmoins du subir un passage difficile quand Bruno Lemaire a évoqué la nécessité de l’exemplarité pour un candidat à la présidentielle, faisant référence à sa condamnation en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris.

La justice à l’affût

S’en est suivi tout un chapitre ou Copé et Sarkozy ont du expliquer leurs relations complexes avec la justice, et quand un des journalistes a rappelé que Fillon avait déclaré : « On n’imagine pas le Général De Gaulle mis en examen ! » sous entendu comme Sarkozy, l’ancien président a rétorqué « Ce ne sont pas des déclarations qui honorent ceux qui les prononcent! » bonjour l’ambiance !

Libéralisme

Côté économique ils ont rivalisé de libéralisme pur et dur à coups de diminution du nombre de fonctionnaires et de baisse d’impôt, avec pour leitmotiv la suppression des 35 heures. Quant aux questions comme l’identité, l’immigration, et la place de l’lslam en France, de vraies différences sont apparues entre droite décomplexée comme celle de Copé, et des discours plus ouverts comme ceux tenus par Nathalie Koziuscko Morizet ou l’étonnant Jean Frédéric Poisson, démocrate chrétien jusqu’alors inconnu du grand public. Nicolas Sarkozy placé au centre par le tirage au sort, souvent crispé sur son pupitre a essayé un moment d’apparaître comme le chef de la bande… en vain.

Haro sur le Hollande !

Au final hormis les deux candidats chaque groupe d’experts a pointé un outsider, pour Alain Duhamel de RTL Paris, ce fut Fillon qui est apparu comme le plus sérieux et le plus solide. Pour les analystes de France info ce fut plutôt Copé qui a tenu le discours le plus original, le Figaro lui pointe Jean Frédéric Poisson qui avait un ton plus consensuel et raisonnable que les autres. Enfin tous on reconnu à NKM les idées les plus novatrices notamment sur les questions de société.
Enfin il n’y a qu’un thème qui a fait l’unanimité chez eux la critique de François Hollande leur tête de turc, ce qui paradoxalement le désignait comme leur principal adversaire… Alors que le danger pour eux vient plutôt de Marine le Pen dont il n’ont même pas prononcé le nom.

Philippe au Japon ( et bientôt au Congo et en Amérique…)

Par Christophe Giltay dans Divers , le 11 octobre 2016 07h40 | Un commentaire>

La crise politique autour du budget a une conséquence inattendue, Didier Reynders ne peut toujours pas partir au Japon y rejoindre le roi en visite d’Etat. Une situation qui pourrait froisser nos hôtes japonais. Pour les visites touristiques et protocolaires pas de problèmes mais qu’en sera-t-il pour les rencontres politiques avec les membres du gouvernement Nippon ?

 

L'Empereur Komei qui régnait en 1866.

L’Empereur Komei qui régnait en 1866.

 

Je vous faire une confidence, on s’est beaucoup pris la tête à la rédaction hier autour de cette question parce qu’on cherchait à savoir s’il y avait un précédent. Je crois qu’il n’y en a pas, à part bien sur pendant la guerre, quand Léopold III était resté à Bruxelles alors que le gouvernement était à Londres. Une visite d’Etat, c’est le niveau de représentation le plus important dans les relations diplomatiques, et là on y va  avec le roi mais sans ministre. Je veux dire sans ministres fédéraux parce que les régionaux sont bien représentés, mais le Japon est un Empire pas une région…

150 ans de relations.

Visite d’Etat ….pas en Bordurerie inférieure, ou en Syldavie occidentale, non au Japon la troisième économie mondiale ! Japon qui attache une grande importance à la célébration du 150ème anniversaire de l’établissement des  relations diplomatiques entre la Belgique et l’Empire du soleil levant. C’était le 1er août 1866, avec la signature d’un Traité d’amitié, de commerce et de navigation. Ca s’est passé deux ans avant le début de l’ère Meiji (1868-1912), le fameux règne qui a vu l’ouverture du Japon vers l’occident. Deux ans avant… C’est dire le caractère précurseur de cette relation. Pour fêter l’évènement le Japon a émis une série de timbres spéciaux représentant des monuments et des plats belges, et a donc invité le roi.

Ne pas perdre la face…

Mais voilà alors que les Japonais mettent les petits plats dans les grands on envoie le roi tout seul. Mais pas de panique !  On a vérifié son discours, nous déclarent les services de Didier Reynders… encore heureux, j’espère qu’il lui aussi préparé ses tartines !

Je sais on pourrait prendre ça à la légère faire des jeux de mots idiots, « cette histoire c’est nippon ni mauvais ». Mais ne vous méprenez pas ! A l’évidence les Japonais ne vont rien dire et continuer à nous faire de grands sourires mais au fond ils sont blessés… et ça dans l’univers oriental ça ne se fait pas. C’est à ce genre de signes qu’on mesure l’importance d’une relation. Je sais à la place d’un vrai ministre on va leur présenter Willy Claes ministre d’Etat (titre honorifique) ancien secrétaire général de l’OTAN.  Excusez du peu !

Au bon temps du roi Baudouin.

Ca me rappelle les obsèques du roi Baudouin en 1993 quand les Etats Unis nous avait envoyé Walter Mondale l’ex vice-président de Jimmy Carter pour les représenter. On avait un peu râlé, alors ils avaient rajouté l’ancien président Gérald Ford, qui n’était plus au pouvoir depuis 17 ans !

Voilà qui me rend nostalgique… et qui montre bien « l’estompement » de la fonction royale en Belgique. Vous imaginez Wilfried Martens faisant le même coup au roi Baudouin…Impossible ! Wilfried serait parti au Japon dare dare en chemise, la corde au cou et des cendres sur la tête

…autre époque !

Cerebral Woman contre Grand Moghul.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 10 octobre 2016 12h17 | Comments Off on Cerebral Woman contre Grand Moghul.

Un premier sondage CNN réalisé juste après le débat de dimanche soir donne Hillary Clinton victorieuse pour 57% des américains. Est-ce le sentiment général ?

Les Clinton invités au mariage de Donald Trump, autre époque !

Les Clinton invités au mariage de Donald Trump, autre époque !

Oui ! Mais ça ne veut pas dire qu’elle a réussi à convaincre les électeurs indécis, tant l’affrontement entre les deux champions tend à les forcer à consolider leur camp alors qu’ils devraient l’élargir pour arriver à l’emporter nettement. Et c’est du bien sûr du à la campagne de Trump qui lors du débat s’est refusé à aborder les questions de fond pour frapper au-dessous de la ceinture.

Un combat de X Men (et Women)

Vous savez qu’il est coutumier que les services secrets dans la plupart des pays affublent la personnalité qu’ils protègent d’un surnom, d’un nom de code. On se souvient de Mitterrand appelé « Tonton » par ses gardes du corps …

Connaissez-vous le nom de code de Trump ?

C’est « Moghul » soit la traduction anglaise de Moghol. C’est une référence à l’empire Moghol, qui a dominé l’Inde du XVIème au XIXème siècle. Mais au-delà de cette référence historique « Moghul » ça fait un peu le méchant dans une bande dessinée de science-fiction…

Avec le match Trump Clinton on assiste à une sorte d’ épisode des X men : «  Cerebral woman contre le grand Moghul » hou ! hou ! hou ! ça fait peur !

Frappeur contre lifteuse.

Hier encore on aurait pu espérer un débat centré sur les préoccupations concrètes des américains : chômage, sécurité, immigration, pouvoir d’achat …Puisque cette fois les candidats répondaient aux questions d’un panel d’élécteurs.

Que nenni ! Trump a fait du Trump, et Hillary de l’Hillary… l’un dans l’outrance qui veut mettre Hillary en prison. L’autre dans la leçon qui démontre inlassablement que Donald n’a pas les qualités d’un président et d’un commandant en chef.

Au final Tramp aura rassuré ses partisans : oui il est toujours aussi basique et aussi peu conforme au règles de l’establishment. Et Hillary aura conforté les siens, décidément elle au moins elle a la carrure d’un président…

Hillary 2 Trump 0

 Comme 57% des auditeurs de CNN, je donnerais le point de la victoire de ce second match à Hillary Clinton.

La dernière question fut d’ailleurs très révélatrice de leurs talents respectifs. Quand on leur a demandé, au moment de s’en aller, d’énoncer une qualité de l’adversaire , Trump, franc du collier, a reconnu à Hillary de la combattivité : « c’est une battante, elle ne lâche rien ! »

Alors qu’Hillary esquivant  la question a répondu que la qualité de Trump c’était ses enfants très « compétents et dévoués…»  Habile tactique en deux temps.

1 : – je me sors du piège

2 : – je vante la famille valeur américaine par excellence

C’est bien joué mais je ne suis pas sûr que la rende sympathique…

Hé oui, c’est souvent comme dans le monde des super-héros, il n’y a pas beaucoup de bisounours !

Tueurs du Brabant : à quand la vérité ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 6 octobre 2016 13h15 | Un commentaire>

Mardi comme chaque année les autorités judiciaires ont rencontré les familles des victimes des tueries du Brabant Wallon pour faire le point. Plus de trente ans après ces attaques meurtrières on n’a toujours pas identifié les coupables. L’an dernier le délai de prescription a été allongé, et l’on pourra encore enquêter durant 9 ans,  alors a-t-on encore une chance de découvrir la vérité ?

Tueurs

 

 

A priori non ! En tout cas pas sur la base des éléments matériels, en 31 ans vous pensez bien que tout a été identifié, fouillé analysé. La seule chose qui pourrait faire avancer l’enquête ce serait un témoignage ou les aveux d’un éventuel complice voire d’un des tueurs, s’il existe des survivants… C’est pourquoi mardi le procureur en charge de la cellule d’enquête suggérait que la Belgique comme d’autres pays, les Etats Unis l’Italie,  adopte une loi sur les repentis, ce qui permettrait peut être de délier l’une ou l’autre langue.

Un massacre.

Le premier meurtre des tueurs du Brabant à Wavre date de septembre 1982, et la dernière attaque de novembre 1985. Une épopée sanglante qui fut tout simplement hallucinante ! En une quinzaine d’attaques principalement de supermarché Delhaize ils ont fait 28 morts, 22 blessés pour un butin de 6 à 7 millions de FB soit moins de 200 000 euros. Un butin dérisoire en regard du massacre, mais aussi des moyens déployés. D’après certains enquêteurs cette somme couvrait à peine la logistique déployée par les tueurs : des voitures rapides, et des armes nombreuses et puissantes.

La différence de puissance de feu et de matériel entre police et truand, fut d’ailleurs l’un des points clefs de cette affaire. On se souvient des camionnettes et des 4 L de gendarmes criblées de balles, alors que les tueurs s’enfuyaient indemnes en Golf GTI !

Plusieurs hypothèses.

Pourquoi tous ces morts ? Plusieurs hypothèses ont circulés :

– la piste de prédateurs attirés par l’argent

– la piste de tueurs à gages qui auraient maquillé leurs contrats en hold- up

– la piste de la mafia américaine qui essayé de racketter le groupe Delhaize qui s‘installait aux Etats Unis

– la piste politique : un groupuscule d‘extrême droite aurait voulu transformer la pacifique Belgique en état autoritaire, contraignant par ces meurtres le gouvernement à renforcer la police et à déployer l’armée dans les rues (sic !)

L’omerta.

Le grand journaliste d’investigation du soir René Aquin, décédé en 2006, privilégiait à la fin de sa vie la piste politique, reliant cette affaire au réseau « Gladio » découvert plus tard en Italie. Cela expliquait selon lui l’omerta qui a frappé le dossier.

Les années passent, la plupart de protagonistes sont probablement morts. Mais 28 familles sont toujours dans l’attente, dans l’insupportable inconnu. Or il y a, c’est sûr,  des gens qui savent !

Si loin…si tard… il est peut-être temps de parler …

 

ING : La banque une nouvelle sidérurgie ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 3 octobre 2016 09h32 | 2 commentaires

L’annonce de la suppression massive de 3158 emplois chez ING a tétanisé la Belgique ce matin. Mais ce n’est pas un cas isolé, dans le secteur bancaire mondial la diminution des effectifs est une tendance lourde qui ne va pas s’arrêter.

 

ING

 

Lorsque j’ai débuté ma carrière au milieu des années 80 quand on parlait de secteur en crise, où l’on licenciait massivement, il s‘agissait toujours d’un secteur industriel avec en tête la sidérurgie. Il aura fallu trente ans pour que notre sidérurgie disparaisse presque totalement. On nous répétait à l’époque que l’avenir serait aux services que le tertiaire allait remplacer le secondaire, et qu’au 21ème siècle les emplois se trouveraient dans les bureaux, dans l’accueil et dans le conseil au service des clients !

600 000 postes en 8 ans.

Or dans le monde d’aujourd’hui l’avenir ne dure pas longtemps, on s’en rend compte aujourd’hui, cet avenir là est déjà du passé. Depuis 2008 les banques ont supprimé dans le monde environ 600.000 postes. En Belgique avec l’annonce d’ING on dépasse les 16 000, depuis l’an 2000 les banques belges ont perdu 25% de leurs effectifs…

A ça plusieurs raisons et tout d’abord l’apparition de la banque en ligne qui a rendu les guichets inutiles. Une étude publiée en janvier 2016 révélait qu’en 2010 ( 2010 pas 1910 !) 52% des Français se rendaient dans leur banque plusieurs fois par mois. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 21%, soit une personne sur cinq.

Moi y’en a vouloir des sous !

Autre raison purement financière celle-là, aux yeux de leurs actionnaires les banques ne gagnent plus assez d’argent. Les taux d’intérêt sont trop bas, la crise de 2008 a rendu les investissements très risqués, les règles sur le blanchiment et autres contrôles gênent désormais les opérations vers les filiales installées dans les paradis fiscaux.

Bref la variable d‘ajustement désormais c’est le personnel. Tout le monde est menacé : le sympathique guichetier remplacé par une application sur smartphone, mais aussi les riches traders de Wall Streets ! De nombreuses opérations autrefois réalisées par des salariés sont désormais automatisées.

En salle de marchés, les achats et les ventes d’actions, de devises ou encore de produits dérivés sont de plus en plus assurés par des ordinateurs infiniment plus rapides et qui ne se trompent jamais.

Une hécatombe de cols blancs !

Mais rassurez-vous comme toujours il y a des gagnants, car si les licenciements sont massifs dans le même temps la numérisation des opérations a permis de réduire le coût des transactions financières. Par exemple échanger des bons du Trésor américains coûte aujourd’hui cinq fois moins cher qu’autrefois.

Donc c’est tout bénéfice pour les investisseurs, en revanche l’emploi dans ces secteurs continuera à se dégrader inexorablement.

Les algorithmes seront aux cols blancs ce que les robots furent aux cols bleus …

 

 


Führerscheintest Führerscheintest Online
elektroniksigara