antalya haber haberler antalya rent a car
antalya rent a car
test

Archives du janvier, 2016

Quand Taubira s’en va

Par Christophe Giltay dans Divers , le 28 janvier 2016 09h58 | Comments Off on Quand Taubira s’en va

Dans un sondage publié ce matin, 82% des Français se disent satisfait de la démission de Christiane Taubira. La très controversée ministre de la justice, a quitté le gouvernement  parce qu’elle était en désaccord avec la réforme qui prévoit la déchéance de nationalité, pour les terroristes.

taubira

 

Christiane Taubira on aime ou aime pas, mais elle ne laisse personne indifférent. Vous en connaissez beaucoup vous des ministres français qui démissionnent et s’en vont en vélo dans les rues de Paris accompagné de leur garde du corps, également à vélo. C’était hallucinant de la voir avec son casque et son anorak pédalant tranquillement suivie par les journalistes juchés sur de grosses motos. Petit bout de femme, mais aussi boule d’énergie et de volonté, c’est comme on dit un caractère…Et aussi une tête qui vous cite Aimé Césaire de mémoire, dans son discours d’adieu : «  Il n’est pas question de livrer le monde aux assassins d’aube. » Ça m’a rappelé le président Pompidou qui récitait Paul Eluard dans ses conférences de presse…

Une cohérence politique.

Maintenant quelle signification politique pour ce départ ? Tout d’abord une plus grande cohérence pour le gouvernement qui désormais assume clairement sa ligne sociale libérale, c’est-à-dire plus proche du centre que des valeurs traditionnelles de la gauche. Apres les départ de Montebourg, de Filipetti, de Benoît Hamon et des écologistes, Taubira , nimbée de son aura d’accoucheuse du mariage pour tous, restait la caution, le symbole de l’ancrage à gauche du gouvernement . Cette fois c‘est fini !

Un tournant historique.

On peut dire qu’on change d’époque, en effet depuis la refondation du parti socialistes à Epinay en 1971, François Mitterrand puis Lionel Jospin avaient toujours essayé faire la synthèse entre les différentes tendances de la gauche en général et du PS en particulier. Et même quand il y avait des désaccords profonds, ça se faisait selon la jurisprudence de Jean Pierre Chevènement : « un ministre, ça ferme sa gueule, et si ça veut l’ouvrir, ça démissionne ! » Les apparences d’unité étaient sauves. C’est terminé la ligne de droite l’a emporté, à l’image d’ailleurs du glissement à droite de l’ensemble de la société française.

Vers un podemos français ?

Pour autant peut-on imaginer Christiane Taubira à la tête d’une sorte de Syriza ou de Podémos à la française, r    assemblant autour d’elle les déçus du hollandisme ? Rien n’est moins sûr  d’abord parce que si elle est une remarquable soliste, elle n’est pas forcément un bon chef d’orchestre, ainsi elle a usé quatre directeurs de cabinet en quatre ans. Je vous l’ai dit c’est un caractère ! Par ailleurs, on lui a assez reproché l’échec de Lionel Jospin en 2002 quand elle s’était présentée contre lui à la présidentielle, le privant d’un peu plus de 2% des voix, et de sa qualification pour le second tour. Ca m’étonnerait qu’elle recommence.

« Une nouvelle bonté ».

Je pense que le moment venu elle se ralliera au président, le risque de voir Marine le Pen l’emporter est trop grand… Et puis au fond je la crois optimiste, d’ailleurs le poème de Césaire qu’elle a cité hier se termine par ce vers : « une nouvelle bonté ne cesse de croître à l’horizon ».

Par les temps qui courent il faut vraiment y croire…

 

 

 

Aimé Césaire

« Nouvelle bonté » en hommage à son ami le peintre Wifredo Lam

 

«  il n’est pas question de livrer le monde aux assassins d’aube          la vie-mort          la mort-vie les souffleteurs de crépuscule les routes pendent à leur cou d’écorcheurs comme des chaussures trop neuves il ne peut s’agir de déroute seuls les panneaux ont été de nuit escamotés pour le reste des chevaux qui n’ont laissé sur le sol que leurs empreintes furieuses des mufles braqués de sang lapé le dégainement des couteaux de justice et des cornes inspirées des oiseaux vampires tout bec allumé se jouant des apparences mais aussi des seins qui allaitent des rivières et les calebasses douces au creux des mains d’offrande

une nouvelle bonté ne cesse de croître à l’horizon « 

Monsieur le Président : « libérez Jacqueline ! »

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 janvier 2016 09h01 | Comments Off on Monsieur le Président : « libérez Jacqueline ! »

En France la mobilisation en faveur d’une grâce présidentielle pour Jacqueline Sauvage, une femme condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari violent, prend de l’ampleur. Mais pour l’instant François Hollande privilégie la procédure plutôt que le recours à ce droit de grâce qu’il a hérité des rois.

Hollande scrutateur

Jacqueline Sauvage a été condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son ami de trois coups de fusils dans le dos, en 2012 après 47 ans d’enfer conjugal. Cette peine a été confiée en appel le 3 décembre, elle est donc exécutoire. En vertu des années passées en préventive et des remises de peine possibles, elle pourrait sortir de prison en 2018.

Monsieur le Président

Au cri de de « libérez Jacqueline ! » toute une mobilisation s‘est organisée autour de son cas, et ses filles ont notamment envoyé le 22 décembre une lettre au président Hollande pour lui demander d’exercer son droit de grâce présidentiel  : « Monsieur le Président, notre mère a souffert tout au long de sa vie de couple, victime de l’emprise de notre père, homme violent, tyrannique, pervers et incestueux« , avaient écrit Sylvie, Carole et Fabienne, elles mêmes victimes de leur père. Une pétition lancée sur internet a recueilli plus de 350 000 signatures.

Je vous fais une lettre

Toute une série de personnalités de droite comme de gauche se sont prononcées en faveur de la grâce : Anne Hidalgo la maire de Paris, Daniel Cohn-Bendit, les comédiennes Anny Duperrey et Eva Darlan, Valérie Pécresse la nouvelle présidente de la région parisienne, et même jean Christophe Lagarde le chef du parti centriste UDI, allié de Sarkozy, qui a également écrit au président pour lui demander de : « rétablir la justice… »

Que vous lirez peut-être

Les associations féministes de leur côté réclament un élargissement de la notion de légitime défense pour les femmes victimes de violences de la part de leur conjoint. C’est d’ailleurs ce qu’ont plaidé ses avocats lors du procès. L’idée d’une « légitime défense différée », pour les femmes battues. Dans l’état actuel du droit pour que la légitime défense soit reconnue, il faut que la riposte intervienne au moment de l’agression, et pas à la suite de 47 ans de souffrances. Pour les associations féministes la loi ne serait pas adaptée aux victimes de violences conjugales, souvent démunies et traversées de sentiments contradictoires face à leur bourreau qui est aussi leur compagnon et souvent le père de leurs enfants.

Si vous avez le temps.

L’entourage de François Hollande a fait savoir qu’il avait « bien entendu » le message mais qu’il fallait d’abord laisser faire la procédure. Le procès peut en effet faire l’objet d’une révision. Ce qui coince c’est que par principe François Hollande n’est pas favorable au droit de grâce, un privilège personnel dont les présidents ont hérité des rois de France. Pendant sa campagne il avait déclaré que ça ne faisait pas partie de sa conception du pouvoir. Peut-être, et certains diront que c’est tout à son honneur…

Mais il y a des fois ou un devoir moral peut l’emporter sur les convictions politiques … ou plus simplement la compassion sur les principes !

Sarkozy a écrit un livre

Par Christophe Giltay dans Divers , le 22 janvier 2016 09h34 | Un commentaire>

Lundi paraitra  La France pour la vie, le livre de Nicolas Sarkozy (Plon) . Dans cet ouvrage l’ancien président dresse le bilan sans complaisance de son quinquennat et trace des perspectives pour l’avenir. Écrit cet été dans la plus grande discrétion, l’ouvrage a été tiré à 120.000 exemplaires.

Sarkozy est pour le mariage traditionnel.

 

 « Ce livre n’est pas une déclaration de candidature à la prochaine présidentielle. » Voilà ce qu’écrit Nicolas Sarkozy mais on n’est pas obligé de le croire. Disons que c’est un livre qui fait le bilan de son action, un peu comme s’il mettait ses affaires en ordre, avant justement d’y aller. Le calendrier est simple, primaire de la droite dans 10 mois, élections présidentielle dans 16.

Regrets.

Et d’abord il fait son mea culpa, notamment sur les premières erreurs de son quinquennat. Le séjour sur le yacht du millionnaire Vincent Bolloré : « J’ai pensé à tort que 5 jours sur le bateau d’un vieil ami serait utile au sauvetage de ma famille bien mal m’en a pris puisque ce fut un cauchemar personnel autant que médiatique… ..J’aurais dû me méfier faire passer mon nouveau statut avant toute choses… » Plus loin il explique que la famille pour lui c’est très important qu’enfant il a souffert de ne pas avoir la famille dont il rêvait, c’est pour cette raison qu’il a tout fait pour garder Cécilia et c’est pour ça aussi qu’il a épousé Carla tout de suite : « je ne voulais pas qu’elle soit la maîtresse officielle… » il assume donc sa célèbre phrase : « Avec Carla c’est du sérieux ! »

Introspection.

En revanche il revient sur le « casse-toi pauv con ! » au salon de l’agriculture… « J’ai eu tort dit- il de céder à la provocation… ce fut une erreur, une bêtise que je regrette encore aujourd’hui… j’ai appris à mes dépens qu’avoir du caractère n’autorise pas tout… » Son caractère justement, il l‘étudie à la lumière des critiques qui lui ont été adressées pendant sa présidence et il en tire une conclusion étonnante : «  Beaucoup pensent que j’ai perdu en 2012, parce que j’en ai trop fait, moi je pense que j’aurais dû en faire d’avantage… » Il estime qu’il aurait dû être plus agressif sur les plan des réformes économiques et expose bien sûr toute une série de propositions pour l’avenir, notamment dans les domaines de la sécurité et de l’immigration.

Anecdotes.

Le livre, c’est la loi du genre, fourmille d’anecdotes sur la vie politique, sur Chirac, sur son débat avec Ségolène Royal pendant la campagne de 2007. On retiendra entre autre ce qu’il dit de François Fillon son unique premier ministre : « J’ai trop souvent pris ses silences comme autant d’acquiescements.  » Quant à Francois Hollande, tout en se défendant du moindre esprit de revanche, il l’habille pour l’hiver :  « Il a été un bon candidat c’est d’ailleurs ce qu’il sait faire de mieux » avant d’ajouter «  François Hollande n’aime ni décider ni trancher son monde est celui de l’ambiguïté sympathique ou chacun est censé finalement trouver son compte … » Sous-entendu moi je suis capable de trancher.

Enfin on retiendra cette phrase : « Je suis beaucoup plus libre et distant qu’on ne le croit avec les ambitions que l’on me prête…Je suis tout  à fait capable de vivre une autre vie… » Chiche !

Hollande : ultime remaniement

Par Christophe Giltay dans Divers , le 21 janvier 2016 09h44 | Comments Off on Hollande : ultime remaniement

François Hollande prépare un remaniement de son gouvernement pour compenser le départ imminent d’au moins deux ministres, dont Laurent Fabius, tout en mettant son équipe en ordre de bataille pour la présidentielle de 2017.

Fabius RTL

 

 

La rumeur court depuis plusieurs semaine, mais cette fois ça parait inéluctable, François Hollande va une dernière changer de gouvernement, pour l’ultime phase de son quinquennat. Ce matin Le Figaro appelle ça : « tirer la dernière cartouche. »

Valls reste, Fabius part.

Une certitude il ne changera pas de premier ministre Manuel Valls restera en place. Tout comme Emmanuel Macron le jeune ministre de l’économie, qui énerve tant la gauche de la gauche. Donc pas de changement de cap politique. La personnalité autour de qui tourne ce remaniement c’est Laurent Fabius le ministre des Affaires Etrangères qui va se retirer de la politique la plus active. L’ancien premier ministre de François Mitterrand qui aura septante ans au mois d’août, va devenir président du conseil constitutionnel en remplacement du chiraquien Jean Louis Debré. Il y retrouvera son vieux rival socialiste Lionel Jospin.

Le Drian reste, Taubira aussi.

Autre départ moins médiatique celui de la ministre du logement Sylvia Pinel qui devient Présidente de la région Languedoc-Roussillon- Midi-Pyrénée. En revanche Jean Yves le Drian pourtant élu président de Bretagne en décembre, restera ministre de la défense, on a trop besoin de lui pour combattre Daesh. Autre maintien celui de Christiane  Taubira, la bête noire de la droite depuis le mariage pour tous, restera au minier de la justice, même si elle est en désaccord avec le projet de déchéance de la nationalité française pour les terroristes.  Plusieurs ministères verront leur compétences évoluer par exemple la ville pourrait redevenir un ministère à part entière tout comme la jeunesse et les sports.

Du neuf ?

 

Le président aurait l’intention de faire apparaitre de nouveaux profils, notamment pour les Affaires Etrangères, pendant un temps on avait évoqué le retour d’Hubert Védrine, d’Elisabeth Guigou ou la nomination de Ségolène Royal… Mais ça ne serait plus à l’ordre du jour. Une chose est sûre, il faudra un poids lourd, or il n’y en a pas tant que ça « en réserve de la République » côté socialiste. A moins, sait-on jamais, qu’il tente une ouverture vers le centre en prenant quelqu’un comme Bayrou, ce serait un beau coup politique à l’image de Sarkozy avec Kouchner en 2007, mais ça parait peu probable.

Les Verts se tâtent.

Le chef des radicaux de gauche Jean Michel Baylet devrait hériter d’un portefeuille histoire de s’assurer de sa fidélité à la présidentielle, quant aux écologistes pour les mêmes raisons François Hollande les verrait bien revenir, mais ils sont divisés sur la question. Ce remaniement devrait intervenir dans la deuxième quinzaine de février, d’ici là de nombreux hommes et femmes politiques ne vont pas quitter leur téléphone une seconde dans l’espoir d’un appel venu de l’Elysée,  c’est-à-dire du… paradis.

Porter la kippa ou pas ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 14 janvier 2016 09h57 | Comments Off on Porter la kippa ou pas ?

C’est le conseil qui fait débat : après l’agression antisémite survenue lundi 11 janvier, le Consistoire israélite de Marseille a incité les Juifs à «enlever la kippa dans la rue dans cette période trouble ». Une opinion qui est loin d’être partagée par toute la communauté juive et qui suscite en France de nombreuses réactions.

sfar kippa

 

En fait on rencontre deux attitudes face à cette recommandation : la suivre par prudence, ou s’indigner en disant que les juifs ont le droit de porter la Kippa en toute sécurité dans la République. Ce qui est vrai sauf que cette coiffe les désigne comme cible à des assassins potentiels, assez peu décidés à respecter les valeurs de la République laïque et indivisible. Le jeune homme qui  a été inculpé hier pour avoir agressé au couteau un enseignant père famille, n’avait même pas 16 ans…

Un danger devenu permanent.

A la limite ce genre d’individu est plus dangereux même que les djihadistes de Charlie ou du 13 Novembre. En effet un attentat organisé avec des terroristes entrainés à l’étranger peut être détecté en amont par les services de renseignements. C’est ainsi qu’on nous explique pratiquement tous les jours que des attentats sont déjoués en Belgique en France ou ailleurs, grâce aux renseignements recueillis. En revanche, un terroriste solitaire qui se motive tout seul en regardant internet est pratiquement impossible à identifier avant son passage à l’acte. On le voit en Israël pays pourtant ultra sécurité, où des attaques au couteau ont lieu presque chaque jour. C’est à la lumière de ces évènements qu’il faut comprendre les recommandations du consistoire marseillais, même s’il n’est pas suivi par les institutions juives nationales.

Solidarité.

Le débat a suscité également un certain nombre de gestes symbolique de solidarité. Ainsi deux députés se sont présentés hier à l’Assemblée Nationale coiffé d’une Kippa, quant au grand rabbin de France a demandé aux Marseillais d’exprimer leur solidarité.

« Mercredi prochain, l’Olympique de Marseille recevra Montpellier au stade Vélodrome pour la Coupe de France. J’encourage tous les supporters Marseillais, juifs et non juifs, jeunes et moins jeunes, croyants ou non, qui iront assister à ce match à porter un couvre-chef au stade en guise de solidarité. Une kippa, une casquette, un foulard, un haut de forme, que sais-je encore… »,

Depuis sur les réseaux sociaux, des kippas frappées des couleurs bleu et blanche du club phocéen, on fait leur apparition.

kippa om

 

L’humour de Sfar.

Le dessinateur Joann Sfar, auteur du « Chat du rabbin » a publié plusieurs dessins humoristiques sur Instagram. On y voit un rabbin qui porte une burqa pour passer inaperçu, sauf qu’il dit shalom a tous les gens qu’il croise, ou d’autres où l’on voit les juifs de Marseille, toujours pour passer inaperçus, se déguiser en Cheyennes avec des coiffes dignes des meilleurs westerns. A noter que ceux qui sont originaire du Constantinois portent des plumes vertes et ceux d’Oran des plumes bleues… ( humour pied noir….)

C’est peut-être l’arme ultime dans une société qui part à vau l’eau, mais quand il reste l’humour  on n’a pas tout perdu.

Etes-vous toujours Charlie?

Par Christophe Giltay dans Histoire , le 7 janvier 2016 09h53 | 7 commentaires

photo

Un an jour pour jour après les attentats de Charlie Hebdo que reste-t-il de l’esprit Charlie ? Cet esprit qui avait pendant quelques jours uni la France et même le monde avec ce slogan « Je suis Charlie ».

Il est de bon ton aujourd’hui de réécrire l’histoire de nuancer les positions, de trouver d’autres symboles et c’est bien naturel pour trois raisons : d’abord, on n’est plus dans l’émotion des premiers jours et dans la solidarité autour des journalistes du magazine; ensuite, depuis, on a connu les attentats du Bataclan, élargissant le drame au-delà de la liberté d’expression et faisant de simples citoyens, assis au concert ou en terrasse, les cibles potentielles des terroristes; enfin il y a eu les nuances genre : « Oui, je suis pour la liberté mais Charlie Hebdo va parfois trop loin etc. »

 

Charlie ce n’est pas forcément Charlie…

Tout cela résulte à mon avis d’une erreur d’interprétation,  » Je suis Charlie », ça ne voulait pas dire je suis un partisan absolu de Charlie Hebdo et de tout ce qui s’y écrit de tout ce qui s’y dessine, et si un journal quelque part dans le monde pouvait rassembler un tel consensus ce serait une publication bien fade.

Non,  » Je suis Charlie », ça voulait dire : je suis pour la liberté d’expression, y compris quand elle me choque. Car je suis contre le terrorisme et tout ce qui porte atteinte aux libertés et aux valeurs démocratiques et comme on dit en France : républicaines !

 

Croyant et Charlie !

J’en parlais hier avec l’artiste de rue C 215 qui a peint un très beau portrait d’Ahmed Merabet, le policier abattu par les frères Kouachi, et un autre de Charb, l’ancien rédacteur en chef de Charlie Hebdo. C 215 m’a confié qu’il était croyant et qu’effectivement la une du Charlie d’hier mettant en cause un dieu qui représentait tous les dieux ne lui paraissait pas très bonne. Mais tant pis ça n’a pas entamé une seconde son adhésion au « Je suis Charlie ! ». A l’époque, il avait distribué des centaines de pochoirs pour que les Parisiens écrivent des  » Je suis Charlie » sur tous les murs.

 

Ne pas confondre laïc et athée

On parle en France constamment de laïcité, dans sa constitution la France se définit d’ailleurs comme une République laïque. Laïque mais pas athée. La laïcité c’est le principe qui organise la neutralité des services publics mais aussi l’exercice privé de la religion. On peut être croyant et laïc, agnostique et laïc, athée et laïc.

Or, Charlie Hebdo est un journal athée. Ça veut dire qu’il ne reconnait aucune religion et même qu’il les combats, d’où la violence de certains de ses dessins. Ce sont depuis toujours des bouffeurs de curés, de rabbins, et aujourd’hui d’imams.

Mais au nom de la laïcité, on accepte les athées comme on accepte les croyants. La laïcité c’est l’espace où chacun peut se rencontrer dans le respect de l’autre.

Et c’est de ce point de vue laïc qu’il faut comprendre « Je suis Charlie ». C’est ainsi que ce matin comme tous les matins depuis le 7 janvier 2015…

« Je suis Charlie » !

Charlie : la protection en question.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 4 janvier 2016 10h10 | Comments Off on Charlie : la protection en question.

En France la semaine qui s’ouvre va être longuement consacrée aux commémorations des attentats de Charlie Hebdo et de l’hyper casher, il y a un an. Charlie va sortir un numéro spécial mercredi, quant à Maryse Wolinski, l’épouse du dessinateur Wolinski, elle publie une contre-enquête qui rappelle que la sécurité avait été allégée autour du journal.

charlie hommage

C’est un peu un secret de polichinelle, la veuve de Franck Brinsolaro le garde du corps de Charb, le dit également depuis le jour même de  l’attentat. Mais la thèse de Maryse Wolinski va plus loin, la journaliste affirme que c’est à la suite de la demande d’un syndicat de policier, le syndicat Alliance ( classé à droite) , que le dispositif a été allégé.

Garde statique ou mobile ?

Dès septembre 2014 la garde statique permanente devant les locaux de Charlie avait été remplacée par une ronde qui passait environ toutes les quarante minutes. Quant aux gardes du corps, seul Charb était encore protégé presque 24h sur 24, mais par deux policiers contre trois auparavant.

La police se défend en affirmant que la garde statique n’était pas forcément plus efficace que les rondes… ça reste à prouver. Quant aux nombre de gardes du corps, la police  avaient estimé que la menace était moins forte. Là encore personne ne saura jamais si les choses auraient été différentes avec trois policiers dans la salle de rédaction, plutôt qu’un. Celui qui protégerait Charb a dégainé mais n’a pas eu le temps de tirer.

Le rôle d’Alliance.

Quant au syndicat Alliance il avait effectivement publié en 2013 un tract dénonçant le nombre de policiers affectés à la protection de Charles. Un tract syndical dans lequel il dénonçait une situation où les policiers étaient à ses yeux considérés comme des agents de sécurité, il reprochait  vivement à la DOPC, ( la direction de l’ordre public et de la circulation), de multiplier les tâches « indues »qualifiée de « luxe ».

Mais personne n’a la preuve que la pression d’Alliance est bien à l’origine de l’allègement du dispositif, à l’époque le Préfet de police n’avait pas donné suite. Interrogé en janvier dernier par « Rue 89 » Pascal Disant du syndicat Alliance avait considéré que si la protection avait été maintenue, cela n’aurait rien changé « … si trois, quatre ou cinq policiers avaient été postés devant les locaux de Charlie Hebdo, il y aurait simplement eu plus de policiers tués. »

Des zones d’ombre.

Quoiqu’il en soit il reste des points à éclaircir, et comme le disait hier sur France 2 Ingrid Brinsolaro la veuve du garde du corps de Charb  «  il faudra un jour que je donne des explications à mes enfants… »

Or depuis un an ses demandes sont restées lettre morte. Quant à Charlie Hebdo il se fabrique désormais dans un endroit tenu secret et protégé parait-il comme Fort Knox. Le numéro spécial qui sortira le six janvier sera tiré à un million d’exemplaires. Sur la couverture on verra  un dieu barbu armé d’une kalachnikov avec comme titre « 1 an après, l’assassin court toujours ».

Le moins qu’on puisse dire c’est que l’esprit Charlie est toujours là et qu’il ne cède ni à la peur ni à la menace.

 

 

 


Führerscheintest Führerscheintest Online
elektroniksigara