antalya haber haberler antalya rent a car
antalya rent a car
test

Archives du octobre, 2013

Bretagne : Ecotaxe la taxe de trop

Par Christophe Giltay dans Divers , le 29 octobre 2013 09h31 | Un commentaire>

En France c’est peut être la fin du conflit autour des écotaxes. Après un week-end de troubles en Bretagne, le premier ministre Jean Marc Ayrault devrait annoncer ce matin un moratoire pour ce dispositif fiscal.

Un portique écotaxe.

 Vous  vous souvenez des écotaxes qui avaient frappé dans le temps en Belgique les bouteilles d’eau, les rasoirs et les appareils photos jetables?  Dans le temps il y avait des appareils photos jetable, c’était avant les Smartphones, je vous expliquerai un jour….

Un péage pour routes secondaires.

Là, en France ça concerne les camions. Voici l’explication  qu’on trouve sur le site du ministère français de l’écologie : « L’écotaxe vise à instaurer un cercle vertueux : dans une logique écologique, c’est un signal prix pour inciter à modifier les comportements en faveur de modes de transport plus durables ; elle permet aussi de faire payer l’usage des routes par l’utilisateur réel, tout en dégageant des recettes pour financer les infrastructures de transport, notamment le rail et le transport fluvial. « En clair inciter le transporteur à ne plus utiliser les camions ou du moins… moins. Elle ne concerne que les routes nationales ou départementales. Pas les autoroutes qui en France sont déjà, pour  la plupart à péage.

C’est donc une sorte de péage réservé aux véhicules de plus de 3,5 tonnes sur les routes secondaires, nationales et départementales soit quand même 15 000 km  sur 65 départements.

Ils ont des routes longues …vives la Bretagne 

Pourquoi ça coince en Bretagne, au point que ce weekend on a connu des manifestations  extrêmement violentes, et que quelqu’un y a même perdu une main ?

Tout simplement parce qu’en Bretagne il n’y a que des routes théoriquement sans péage, et que la région est la plus éloignée du cœur de l’Europe pour des raisons géographiques évidentes,  la Bretagne est une péninsule. En clair il est plus facile, et beaucoup plus court de faire Lille Bruxelles que Brest Bruxelles… Il y avait des abattements de 50% prévus pour cette région,  mais compte tenu de la situation économique actuelle,  les transporteurs ne veulent pas payer une taxe de plus. Vous me direz qu’au final elle aurait été répercutée en grande partie sur  les consommateurs, mais bien sûr ils n’en veulent pas non plus. 

Et comme les Bretons râlent, les autres aussi…Voilà pourquoi l’écotaxe, pourtant décidée sous Sarkozy en 2009 va probablement connaitre un nouveau moratoire, avait peut-être un abandon total. Même les écologistes Bretons trouvent que la tension est tellement forte, qu’il vaut mieux renoncer avant qu’il y ait un drame.  

Une écologie trop punitive ?  

Tout ça me laisse songeur.  Vous vous souvenez du film promu par Al Gore  en 2006 ?  «  Une vérité qui dérange »  les dangers du réchauffement climatique etc… Tout le monde alors voulait sauver la planète et on a tenu en France en 2009 sous Sarkozy, ce fameux grenelle de l’environnement avec Nicolas Hulot et tous ses amis.  (Avant qu’Hulot ne claque la porte en 2010 après l’abandon de la taxe carbone, encore une taxe…)

Car ce qu’on a oublié de dire aux gens, ( ou qu’on a refusé de leur dire, ou qu’on leur a mal expliqué, ) c’est que changer de modèle écologique ça demande des efforts, des sacrifices même, et qu’en plus ça coûte cher…

Et tout d’un coup sauver la planète…ça, paraît moins tendance…

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

Pompidou, souvenirs…souvenirs…

Par Christophe Giltay dans Divers , le 28 octobre 2013 10h52 | Comments Off on Pompidou, souvenirs…souvenirs…

Un Champs Elysées nostalgique ! Alors que la situation politique s’est encore dégradée en France ce weekend avec de violentes manifestations d’agriculteurs en Bretagne contre les écotaxes,  il m’a pris soudain l’envie d’évoquer les années Pompidou.  

 

Je suis tombé samedi soir sur l’excellent film de Pierre Atnine, « Mort d’un président », que France 3 rediffusait en fin de programme.  L’interprétation extraordinaire de Jean François Balmer en Pompidou m’a scotché devant mon écran et complétement replongé dans cette période, que j’ai vécue aux portes de l’adolescence. Pour les plus jeunes  il faut rappeler que le président de la République  Georges Pompidou est mort  le 2 avril 1974, il y a bientôt 40 ans  et que pratiquement jusqu’au dernier jour, sa maladie est restée secrète, alors qu’il souffrait d’une forme rare de cancer  la maladie de Waldenström.

Secret d’Etat.

Tout le monde se doutait de quelque chose, le président avait beaucoup grossi, il apparaissait fatigué, et ses activités s’étaient réduites, les rumeurs les plus folles couraient, mais rien, absolument rien ne filtrait de l’Elysée ; Je me souviens que lors de son dernier conseil des ministres, ravagé de douleurs, complétement épuisé, il avait eu un malaise. Et qu’un  ministre avait déclaré à la presse : « non c’est juste un mauvaise grippe, il a demandé qu’on ferme une fenêtre parce qu’il avait froid… » Quelques jours  plus tard il était mort. Ça vous donne  une idée du fossé, de l’abîme entre la communication de cette époque et celle d’aujourd’hui. J’imagine que François Hollande doit rêver parfois de ce secret, de cette protection dont  bénéficiait le président en ce temps-là.

Politique dure, mais économie prospère.

Ca n’empêchait pas la violence des luttes politiques, et il faut se souvenir comment les candidats éventuels se disputaient déjà la succession… Chaban, Giscard et le jeune Chirac. Politique politicienne pure et dur, mais on  évoque assez peu l’économie dans ce film, alors que le premier choc pétrolier avait déjà commencé, et que le chômage selon le mot même de Pompidou allait devenir un souci constant.  Mais en 1973 la France a encore connu une croissance de plus de 5%. Là aussi je me suis dit que si Hollande était devant sa télé ça devait le laisser songeur…

Transparence promise, mais…

Apres la mort de Pompidou, tous les présidents ont juré que c’en était fini de l’opacité sur leur santé,  et que désormais ce serait la transparence.  On a vu ce que ça donnait avec Mitterrand puis Chirac.

Pour les quarante ans de son décès on verra surement fleurir les ouvrages et les bilans sur l’œuvre de Georges Pompidou.  Je retiens moi l’image d’un président qui citait Eluard en conférence de presse, et qui faisait ouvrir les musées la nuit pour profiter seul,  en secret avec son épouse Claude Pompidou,  des œuvres de Giacometti ou de Nicolas de Staël…

Autre époque…

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

Pour Tapie Woerth fut une crème de ministre

Par Christophe Giltay dans Divers , le 25 octobre 2013 08h49 | Comments Off on Pour Tapie Woerth fut une crème de ministre

Le quotidien Libération affirme que Bernard Tapie a bénéficié d’une ristourne fiscale de plusieurs dizaines de millions d’euros sur l’arbitrage Adidas, grâce à une intervention de l’ancien ministre du Budget Eric Woerth.

Vous vous souvenez d’Eric Woerth… le ministre de Nicolas Sarkozy qui avait du démissionner en 2010 à cause d l’affaire bettencourt….de puis el non-lieu prononcé en faveur de Nicolas Sarkozy il sera d’ailleurs le seul à être jugé Devant le tribunal correctional de Bordeaux. L’ancien trésorier de la campagne 2007 de Sarkozy est. soupçonné d’avoir touché illégalement, des sommes d’argent liquide de la part de la milliardaire de  L’Oréal, ce qu’il a toujours nié.

 On ne prête qu’aux riches ! La photo d’Eric Woerth s’étale ce matin à la une de Libération à côté de celle de Bernard Tapie avec ce titre  “ les millions offerts à Tapie. “

Une négociation.

 Quand il était ministère du budget il serait intervenu, contre l‘avis de son administration, pour faire réduire les impôts que Bernard Tapie devait payer sur les quelques 400 millions que lui avait attribué la justice apres l’arbitrage adidas.

 D’apres le quotidien le fisc français qui possède une cellule spécialisée pour les personnalités avait élaboré deux scénarios pour Tapie : l’un à 94 millions d’euros, l’autre à 65 millions. Après intervention d’Eric Woerth, Tapie n’a réglé que 11,2 millions. Soit une économie de 54 à 83 millions d’euros, financée par l’Etat.

Les deux hommes nient et l’ancien patron d’adidas se défend :  les négociations n’ont pas eu lieu avec Eric Woerth mais avec l’administration fiscale, a-t-il déclaré . Pour lui, c’est une histoire d’interprétation, il estime que  la fiscalité qui devait s’appliquer était celle des plus-values (quelques pour cents),  alors que le fisc voulait lui appliquer un impôt sur les sociétés, à 33,33%. Le point de vue de Tapie l’aurait donc emporté … Circulez y’a rien à voir !

Les copains d’abord.

Tout ça est très complexe, mais il y une chose qui revient sans cesse dans cette hsitoire, c’est la proximité de Bernard Tapie avec Nicolas sarkozy et son entourage. Déjà quand Nicolas Sarkozy n’était que ministre des finances il a aidé Tapie à sortir de l’affaire adidas par le haut. Ce qui interpelle c’est le  pourquoi ? Quelle est la monnaie d’échange ? Le renvoi d’ascenseur ?

Ils sont amis parait-il… Alors disons qu’un ami qui vous fait gagner 400 millions, c’est un ami précieux, un coeur d’or ! Quant à Eric Woerth désormais député maire de Chantilly… c’est une crème…

 

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Léonarda : les limites du style Hollande.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 24 octobre 2013 14h28 | Comments Off on Léonarda : les limites du style Hollande.

  L’affaire Léonarda continue à faire des vagues.  Alors que la jeune fille pourrait être accueillie en France par sa sœur qui est en situation régulière, l’entourage de François Hollande estime qu’il s’agit d’un tournant du quinquennat et presse le Président de changer ses méthodes de travail.

Ce sera peut-être un jour un cas d’école dans les facultés de science politique,  un cafouillage comme ça c’est historique. Depuis tout le monde se demande qu’elle mouche a piqué François Hollande pour se mêler en personne de cette affaire au point de se rendre ridicule en étant contredit en direct à la télévision par une gamine de 15 ans.  Le cafouillage est également politique puisque le patron du PS lui-même Harlem Désir, a déclaré juste après l’allocution présidentielle que la jeune fille devait revenir,  mais avec sa famille !  Le sort d’Harlem Désir sera bientôt réglé, on va le désigner comme tête de liste aux européennes, et si le score est mauvais ce qui est plus que probable, il laissera sa place au parti, probablement à un hollandise de stricte obédience,  mais pour le reste « y’a du boulot… »

Une question de méthode.

François Hollande va devoir changer de méthodes, en fait il gouverne la Franc e comme son parti, quand il était lui-même patron du PS. Il continue à faire  la synthèse entre les différents courants,  d’où cette suite de décisions mi- chèvre mi- choux , genre :  la famille ne peut pas rentrer, les policiers n’ont pas commis d’erreur, Léonarda  peut revenir,  mais seule…

Or ce qu’attendent les Français d’un président c’est qu’il tranche. Et au minimum quand il s’adresse à la nation lors d’une allocution télévisée. En fait François Hollande travaille un peu à la manière de François Mitterrand dont il fut le conseiller à l’Elysée il y a trente ans. Mitterrand qui disait à ses collaborateurs, « faites au mieux », et qui se contentait d’un  » vu  » annoté sur les rapports qu’on lui rendait. Mais jamais Mitterrand ne se serait enferré dans un tel piège.

On ne peut plus « laisser du temps au temps »

Je crois qu’Hollande rêve de gouverner comme son modèle en étant mystérieux avec ses collaborateurs  et discret dans les médias, sauf que ça ne marche plus.  Tout a changé,  à commencer par le rythme. Je suis persuadé que ses conseillers n’avaient pas imaginé qu’il y aurait des chaines de télévision à Mitrovica aux côté de Léonarda, au moment de la déclaration  présidentielle. Et je suis sûr qu’ils n’imaginaient pas que les chaines d’infos prendrait l’antenne en direct,  pour faire répondre la jeune fille. On n’aurait jamais fait ça il y a encore 10 ans !

  En attendant qu’il change d’expert en médias je peux au moins lui donner un conseil gratuit. Si jamais Léonarda revient pour s’installer chez sa sœur dans la Meuse, comme certains journaux l’ont évoqué, il ne faut pas imaginer que ça se passera discrètement.… A son arrivée il y aura aussi la télé…Voilà, un président normal averti en vaut deux…( normaux)

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

Cantat : Noirs souvenirs

Par Christophe Giltay dans Divers , le 23 octobre 2013 08h50 | Comments Off on Cantat : Noirs souvenirs

Bertrand Cantat  parle pour la première fois de la mort de Marie Trintignant.  Dix ans après la mort de l’actrice à Vilnius, sous ses coups,  et un mois avant la sortie de son nouvel album album, le chanteur affirme « savoir qu’il a commis l’irréparable », dans un entretien au magazine les  Inrockuptibles.

 

Que penser de cette interview ?  Que penser de ce retour à la chanson ? Que penser de Bertrand Cantat tout court ?

J’avoue spontanément j’ai tendance à partager l’avis de ceux qui, reconnaissant qu’il a purgé sa peine, et donc comme on dit payé sa dette à la société, estiment qu’en revanche, il devrait se taire. Ne plus chanter. Ou alors écrire des textes et enregistrer des chansons posthumes qu’on diffuserait éventuellement après sa mort…

Selon un sondage paru fin septembre, plus de trois Français sur quatre qui connaissent Bertrand Cantat en ont une mauvaise opinion, mais ils sont quand même près de six sur dix à trouver normal qu’il puisse reprendre sa carrière après avoir purgé sa peine.

De toute façon ce débat est vain puisque son disque va sortir…

 Amnésie funeste.

 Dans son interview aux inrokuptibles le chanteur avoue avoir « envisagé de changer totalement de voie, de reprendre des études » et même de « travailler sur le bois ».
« Et là, c’est l’extérieur, l’administration pénitentiaire en première ligne, qui me fait comprendre qu’on m’attend ailleurs, qu’il faut faire ce que je sais faire ». Admettons ! Sur les faits eux-mêmes il ne s’explique pas vraiment .

 Il avoue « n’avoir rien compris à ce que s’était passé dans l’action », ajoutant : « je ne me souviens plus dans quel état on était – et pas seulement émotionnellement ». « Après avoir accompagné Marie à l’hôpital, j’ai été viré et je suis revenu à l’appartement. Pour me flinguer ». On connait la suite son  arrestation, le procès, sa condamnation, la prison, et sa libération anticipée en France en 2007.

 La violence faite aux femmes.

  Il sait qu’il est désormais systématiquement associé aux violences conjugales, et il le vit très mal.  J’aillais dire c’est le minimum : « J’ai su très vite que je ne pourrais pas m’expliquer … Mes remords, ma souffrance, ma sensibilité, ça ne marchait pas dans cette histoire »…
« Il ne fallait que du sordide, tout ce qui était beau a été occulté. Je suis devenu cet assassin qui tue sciemment », « C’est affreux, abject d’être devenu le symbole de la violence contre les femmes »…

Quant au suicide de son autre compagne, la mère de ses enfants Kristina Rady, il rappelle que les parents de la jeune femme ne s’associent pas à la démarche d’une avocate qui veut le faire juger pour violences conjugales. Le geste ultime de Kristina Rady recèle tant de mystère que sur cette affaire on lui laissera à Cantat  le bénéfice du doute.

 Trintignant.

Le dernier mot de cette chronique à l’élégant , le raffiné, le sublissime Jean Louis Trintignant, père de Marie. Interrogé sur cette interview par Europe 1, il a répondu qu’il « croyait que Bertrand Cantat allait se suicider » après le drame.  « il ne l’a pas fait …C’est son problème ».

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

NSA : Obama écoute Hollande.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 22 octobre 2013 09h16 | Comments Off on NSA : Obama écoute Hollande.

Le scandale né de l’espionnage mondial pratiqué par les Etats-Unis a ressurgi hier avec les révélations du le journal le Monde. D’après le quotidien qui se base sur les informations d’Edward Snowden, la NSA aurait intercepté en France des millions de données téléphoniques. Dans la soirée François Hollande a téléphoné à Barack Obama pour lui faire part de sa « profonde réprobation ».

 

D’après un communiqué  de l’Elysée,  lors de cet entretien François  Hollande « a demandé que toutes les explications soient fournies » sur ces « pratiques inacceptables entre alliés et amis »,

Barack Obama a reconnu de son côté que cette affaire posait des « questions légitimes pour nos alliés » mais aussi que certaines de ces informations révélées par la presse « ont déformé nos activités ».

 Barack Obama et François  Hollande « sont convenus de travailler ensemble pour établir les faits et la portée exacte des activités de surveillance révélées par « Le Monde ». Obama a donc écouté Hollande, on verra par la suite s’il l’a entendu. Plus tôt  dans la journée Laurent Fabius le ministre des affaires étrangères avait  convoqué  l’ambassadeur américain à Paris, Charles Rivkin.

 70 millions d’écoutes.

 Selon Le Monde, l’agence de sécurité nationale américaine (NSA) a effectué 70,3 millions d’enregistrements de données téléphoniques de Français pour la seule période comprise entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013.

C’est à dire en moins d’un mois… Ca fait beaucoup pour des alliés,  et on peut comprendre l’amertume de la France, d’autant plus que Hollande a été un allié exemplaire d’Obama, puisque il est le seul à être resté à ses côtés quand il a menacé la Syrie de frappes aériennes, après l’utilisation des armes chimiques…

 Mais bon… Les relations internationales ce n’est pas le monde des bisounours, et tout le monde espionne tout le monde, la différence c’est que les Américains font vraiment ça à très très grand échelle, et sans beaucoup de tact…

 Scène mais pas divorce.

 Les documents d’Edward Snowden décrivent les techniques utilisées pour capter les secrets et les informations sur la vie privée des Français.

 Quand certains numéros de téléphone sont utilisés en France, ils activent un signal qui déclenche automatiquement l’enregistrement de certaines conversations. Ça permet aussi de récupérer les SMS. Il y effectivement de quoi s’énerver, c’est un peu comme quand  quelqu’un ouvre votre courrier, ou lit vos mails, en général on n’aime pas ça

 Pour autant cette crise diplomatique ne met pas en cause les relations fondamentales entre les Etats unis et l’Europe, puisque la France n’a pas menacé de rompre les négociations commerciales en cours. Ce qui aurait été une vraie mesure de représailles.

 Un effet Léonarda ?

 Notons au passage que cette crise des « écoutes » permet à François Hollande de sortir de la spirale de l’affaire Léonard.  Et certains petits malins en sont même à penser que ces révélations du Monde, quotidien classé à gauche, sont tombées à point nommé.

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

Léonarda dit non à Hollande.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 21 octobre 2013 10h14 | Comments Off on Léonarda dit non à Hollande.

 Une  collégienne de 15 ans va-t-elle  déstabiliser le pouvoir en France ?  Léonarda,  cette jeune Rom expulsée au Kosovo le 9 octobre , a refusé la proposition de François Hollande de rentrer en France sans sa famille. Le Président apparait une fois de plus comme celui qui a voulu concilier les contraires, au risque de provoquer la confusion la plus totale…

 

 

Imaginez le président de la quatrième ou de la cinquième puissance mondiale, qui s’adresse solennellement à la télévision devant le pays tout entier, un peu avant 20H30 alors que tout le monde est devant les journaux télévisé. Il fait un discours posé, qu’il croit juste et modéré. Il affirme que la loi n’a pas été violée, mais que l’interpellation de la jeune fille fut entachée « d’un manque de discernement  », et que par conséquent il l’autorise à rentrer en France, mais sans sa famille.  

Imaginez que 5 minutes plus tard devant de nombreux journalistes, en direct depuis le Kosovo sur les chaines tout info, une gamine de 15 ans, lui réponde en disant : « non je ne veux rentrer avec toute ma famille. »  Sur un ton qui n’est pas loin de : «  ça va pas la tête ! »

 Un discours qui tombe à plat.

   Depuis c’est la cacophonie absolue et d’abord dans le camp du président, le premier secrétaire dès son parti  PS, Harlem Désir a déclaré : « Tous les enfants de la famille de Leonard doivent pouvoir finir leurs études en France accompagnés de leur mère », Quant au  Parti de gauche de Jean Luc Mélenchon il a carrément  jugé d’une « cruauté abjecte » le fait de sommer une collégienne de choisir entre vivre en famille ou poursuivre ses études en France.

Valls soutien Hollande.

Finalement le seul à soutenir solidement le président c’est son ministre de l’intérieur Manuel Valls qui  dans le « Journal du dimanche » a salué le geste de générosité  de François Hollande mais a répété que la famille ne reviendrait pas en France. En cela il est en accord avec 65% des Français, selon tous les sondages. C’est le monde  à l’envers le président a besoin du soutien de son ministre pour sauver la face…

   On verra comment les choses évoluent ces prochains jours. Il y a peut-être une solution toute simple : vérifier ce qu’a déclaré le père sur l’éventuelle

nationalité italienne de sa femme et de ses enfants. Comme Italiens ils auraient le droit de vivre en France. Et le père resterait au Kosovo, car personne en France ne veut du père, mari violent et escroc avéré,  y compris l’extrême gauche…

La colère des lycéens

 Il y a de plus un événement  fondamental qui s‘est produit ces jours derniers c’est la mobilisation des lycéens, des jeunes de 16 à 18 ans qui ont défilé par milliers dans les rues pour réclamer le retour de Léonarda, et d’un jeune arménien… Ces lycéens, qui ne comprennent pas un monde où l’argent circule librement, où l’on  délocalise tous les jours de emplois au nom de l’ouverture des frontières, mais où on peut expulser de jeunes de leur âge, leurs camarades de classes,  (leurs copains, intégrés, parlant français, ) parce qu’ils ne sont pas né du bon côté d’une frontière…

Quand un pouvoir se coupe de sa jeunesse …il se coupe aussi de son avenir ! 

 

 

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Léonarda : le père a menti !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 octobre 2013 13h14 | 3 commentaires

Rebondissement dans l’affaire Léonarda, du nom de cette jeune fille Rom expulsée le 9 octobre vers le Kosovo alors qu’elle participait à un voyage scolaire. Accusé dans le passé de violence physique sur ses enfants, le père de Leonarda a avoué avoir menti aux autorités françaises sur les origines kosovares de sa famille.

Reshat Dibrani père de Léonarda.

 Cette histoire nous démontre, qu’avant de réagir publiquement comme l’ont fait de nombreux politiques en France, il ne faut pas se laisser guider par la dictature des émotions, même face à une action qui parait tout d’un coup scandaleuse.  Quand on creuse on peut  trouver des choses étranges.

 Un mensonge.

D’abord on a appris que le père de Léonarda s’était livré à des violence physiques sur sa femme et ses enfants, à tel point que les enfants avaient été placés pendant quelques semaines. Et puis hier ce coup de théâtre,  Reshat Dibrani a lui-même affirmé  avoir menti pour tenter d’obtenir l’asile. «Toute la famille, ma femme et mes enfants sont nés en Italie. Ils n’ont rien à voir avec le Kosovo», a raconté Reshat Dibrani à l’agence Reuters. «Nous avons demandé l’asile en France et nous ne pouvions pas montrer nos papiers italiens. Nous avons dit que nous avions fui le Kosovo»…«les enfants ont peur parce qu’ils ne connaissent pas la langue, ici». Même constat du côté des autorités kosovares elles-mêmes qui déplorent: «Nous ne savons pas quoi faire avec cette famille. Elle n’est pas du Kosovo. Il n’y a que le père qui soit né au Kosovo.»

En fin pour tout arranger on s’est rendu compte le père était réputé avoir commis de petits larcins ; d’après les associations humanitaires ce n’était pas désespérance, mais bon son dossier s’alourdi et il tout à fait improbable de le revoir bientôt en France.

 Kosovars ? Français ? Italiens ?

 Le plus fou c’est que si ce qu’il dit est vrai, ses enfants sont de nationalité italienne, ils ont donc tout à fait le droit de résider en France comme partout dans l’union européenne. Et comme c’est le père qui a menti à l’office des étrangers, la femme et les enfants ne risquent rien devant la justice française. Mais ont-ils vraiment la nationalité italienne ? Difficile à savoir puisqu’ils ont détruit leurs papiers.

 La misère humaine.

 C’est une histoire triste, aux confins de la misère humaine, dans ces eaux troubles où chacun fait ce qu’il peut pour s’en sortir. Il ne faut pas croire que l’univers du droit d’asile est un monde radieux où l’on baigne dans l’innocence sous les lumières de la charité… Non, c’est un monde dur, impitoyable, cruel. On le voit à Lampedusa.  Un  monde où le mensonge est une arme et un atout. Un monde où règne la guerre des pauvres contre les pauvres, un monde qui a ses martyrs mais aussi ses escrocs…Visiblement le père de Léonarda en était un… Mais ses enfants ne doivent pas forcément en subir les conséquences.  

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Léonarda : une expulsion qui fait débat

Par Christophe Giltay dans Divers , le 17 octobre 2013 09h57 | Un commentaire>

En France nouvelle polémique autour du sort des roms, De nombreux responsables socialistes ont dénoncé une opération « indigne » et  » inacceptable » après l’arrestation et l’expulsion de Leonarda, une jeune rom originaire du Kosovo, qui a été arrêtée par la police à bord d’un bus scolaire, avant d’être  expulsée avec sa famille vers son pays d’origine.

Leonarda

Les faits sont simples en apparence et plus nuancés dans la réalité ».  Le 9 octobre à Pontarlier dans l’est de la France. Un car scolaire est arrêté par la police de l’air et des frontières elle fait descendre Leonarda, 15 ans qui partait en voyage de classe avec ses camarades pour visiter les usines Peugeot à Sochaux. La jeune fille est interpellée conduite auprès de sa famille et explusée immédiatement par un vol lufthansa en direction du Kosovo. Je vous rassure elle va bien on l’a vue hier en direct depuis Mitrovica dans le journal de France 2. Dans un français très correct elle dit qu’elle vit un cauchemar et qu’elle veut rentrer en France. Cette histoire a provoqué une émotion immense , et bien sûr les images les plus noires sont revenues à la surface.

Non, en France pays des droits de l’homme, depuis la fin de la seconde guerre mondiale on n’arrête plus les autobus scolaires pour faire monter des enfants  dans des voitures de police. Le symbole est insupportable, sauf que Leonarda n’ a pas été livrée à la gestapo, ni conduite dans un camp de la mort. Mais vous imaginez la polémique qui s’est déclenchée à tel point que le premier ministre a délcaré hier au parlement qu’une enquête avait été ouverte et que si une faute avait été commise la jeune fille et sa famille reviendraient en France.

Une histoire (presque) classique.

 L’affaire est evidemment beaucoup plus complexe : Leonarda et sa famille sont arrivées en France en 2009. Ils ont demandé l’asile poltique qui leur a été refusé,  et comme toujours ils sont allés de recours en recours, jusqu’à perdre le droit de résider en France. Le père de famile a été repéré un jour à l’occasion d ‘un contrôle d’identité. Il est alors placé en centre de rétention administrative et sa famille assignée à résidence dans un centre d’hébergement . Deux mois se passent jusqu’aux décisions d’expulsion : le 8 octobre le père est éloigné vers le Kosovo. La procédure concernant le reste de sa famille est prévue pour le 9, mais ce jour là Leornarda a une sortie scolaire, vous connaissez la suite… La professeure qui accompagnait le groupe a bien essayé de s’interposer, mais les policiers lui ont fait comprendre que de toute façon la famille allait partir et que Leonarda ne pouvait pas rester seule.

Une contradiction insoluble ?

 En fait dans cette histoire la police n’a rien commis d’illégal, le problème c’est la durée du temps d’examen de la situation. Plusieurs années, dans ce cas là trois ans. Et pendant ce temps, une petite fille Kosovare scolarisée en France devient une adolescente française, qui ne comprend pas pourquoi on l’expulse.

D’un côté la rigueur de la loi sur l’intégration, de l’autre la puissance assimilatrice de l’école républicaine. Cherchez l’erreur…

 

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

« 20 ans de Champs Elysées sur bel RTL »

Par Christophe Giltay dans Divers , le 16 octobre 2013 08h52 | Un commentaire>

 Sortie aujorud’hui de mon livre «   Champs Elysées,  20 ans de chroniques sur bel RTL », aux éditions de la « Renaissance du livre ». L’occasion d’évoquer une fois de plus la célèbre avenue.

Belmondo et Jean Seberg dans « A bout de souffle ».

Les « Champs » ont-ils changé en 20 ans ? Bonne question. En tout cas ils exercent toujours la même attraction il suffit de capter le regard émerveillé de storistes quand ils les découvrent  depuis l’arc de triomphe, je l’affirme  sans hésiter …tout au long de ses 2km5, c’est  la plus belle avenue du monde, et je parle pas uniquement de la période de Noël et ses superbes illuminations.

1994 les nouveaux « Champs »

C’est déjà ce que je disais d’ailleurs lors du premier Champs Elysées, en septembre 1994. J’ai perdu ce premier texte mais je m’en souviens très bien. L’actualité de la semaine à Paris portait justement sur les nouveaux Champs Elysée et leur mobilier urbain, lampadaires, bancs, Kiosque, installés par l’architecte Jean Michel Wilmotte. Les Champs avaient perdus leurs contre – allées remplacées par de larges trottoirs, une vraie révolution de style et de philosophie urbaine. La priorité était clairement donnée aux flâneurs, aux touristes, et aux clients des boutiques, des cinémas et des restaurants. Alors pour évoquer la nostalgie des champs d’avant je décrivais Jean Seberg dans « A bout de souffle de Godard »…   « C’est une jeune femme blonde, les cheveux très court, elle porte un tee short et des ballerines…Sur une contre allée des champs Elysées, elle déambule, légère des journaux sur le bras, et lance en se retournant  avec un accent américain : «  New York Herald Tribune… New York Herald Tribune !  »

Un nouveau « souffle ».

 En tout cas il y a une chose qui a changé c’est le nom de ce journal américain publié à Paris depuis  plus d’un siècle et qui après s’être appelé International Herald Tribune, porte depuis hier le nom de International  New York Times… « International New York Times, International New York times… »  ça sonne moins bien..

Ce qui a changé ce n’est pas tant les « Champs » que la manière d’en parler. Je ne suis pas sûr que j’évoquerais aujourd’hui aussi spontanément Jean Seberg, et « A bout de souffle » film de 1959 très connu encore dans ma génération, mais qui aujourd’hui évoque un truc genre Ramsès II aux jeunes générations. Alors bien sûr on me dit parfois : « Les Champs Elysées ont perdu de leur chic, on y voit surtout des touristes et même des jeunes de banlieue, les vrais Parisiens n’y vont jamais… »

Des « Champs » pour tous.

 Peut-être…au fond je ne sais pas…Est-ce que les vrais Bruxellois vont souvent sur la grand place ?  Et les vrais New Yorkais tous les jours à Time Square ? Et c’est quoi un vrai parisien ?  Et puis si le Claridge est devenu une galerie marchande, Guerlain et le Fouquet’s sont toujours là. Même s’il y a désormais des « fast food ».  Tout le monde a bien le droit de se promener et même de manger sur les Champs Elysées, car souvenez-vous de Joe Dassin : « Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit… Il y a tout ce que vous voulez Aux Champs-Élysée

 

 

« Champs Elysées 20 ans de chroniques sur Bel RTL » de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, Leclerc, etc…) et sur le site de l’éditeur.

 

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

 

 


Führerscheintest Führerscheintest Online
elektroniksigara