Le PSG banni de Paris

Par Christophe Giltay dans Divers , le 15 mai 2013 09h54 | 2 commentaires

 Revenons sur les émeutes qui ont perturbé la fête du PSG, le Paris Saint-Germain qui fêtait son titre de champion de France lundi soir à Paris. Le débat fait rage, les forces de l’ordre auraient sous-estimé les risques. Désormais toute manifestation du PSG sera interdite dans les rues de Paris. Mais en fait il s’agit d’autre chose. En dépit de son nom le PSG n’est tout simplement pas un club parisien…  

 

Je ne sais pas si c’est une imposture ou une erreur, les deux peut être…

D’abord un peu d’histoire le  « Paris Saint Germain Football Club » est né en 1970, de la fusion entre le club de Saint-Germain-en-Laye et un club virtuel le Paris Football Club, créé en 1969 à la suite d’une opération d’Europe 1. Dans une sorte de Télévie du foot la station avait appelé les Français à donner de l’argent pour recréer un club de D1 à Paris. L’opération n’avait fonctionné qu’à moitié d’où la recherche d’une fusion avec un autre club… Sedan… oui Sedan dans les Ardennes avait  été contacté, mais a refusé, les initiateurs du projet se sont donc rabattus sur Saint-Germain-en-Laye à 20 km de Paris, une équipe de D2 à l’époque. Donc dès le début, ce n’est pas un club parisien, ! A Paris intramuros les gens ne s’intéressent pas au foot, et de moins en moins. J’ai vécu à Reims, ville mythique du football français. Tout le monde parlait du stade de Reims, dans les bistrots, à l’école, dans la rue, dans tous les milieux. C’est le cas à Marseille avec l’OM, à Lens avec le Racing club, à Saint-Etienne bien sûr, à Nantes même… Mais pas à Paris ! A Paris on se fout du foot.

 

Quand ils arrivent en ville …

Je me souviens d’avoir couvert il y a quelques années une autre victoire du PSG, les Champs  Elysées étaient envahis par les jeunes de banlieue. Mais dans tout Paris, les restaurants étaient pleins et les cinémas aussi et vous auriez vainement cherché le porteur d’une écharpe aux couleurs du club. Le contraste avec Barcelone est stupéfiant. Hier, dans la capitale catalane le Barça a été fêté dans la bonne humeur par 500 000 personnes de toutes conditions, sans incident. Tandis qu’à Paris, vous avez vu les images: un début d’émeute urbaine façon Brixton ou Los Angeles.

D’un côté les ultras de l’autre les casseurs,  la banlieue a déferlé sur la ville. Et n’allez pas dire à ces jeunes que ce n’est pas bien de casser les bus de touristes et de voler leurs valises, que ça nuit à l’image de Paris… Paris, ils s’en moquent ! Paris c’est l’ennemi.

D’ailleurs ces casseurs on ne les voit à Paris que quand ils ont une opportunité, ce sont les mêmes qui parasitaient les manifestations d’étudiants en 2009, souvenez-vous ils dévalisaient les manifestants en leur piquant leurs portables….

 

Le PSG au ban de Paris

Deux mondes !  Et si la police a reconnu une erreur dans les événements de lundi c’est de ne pas avoir traité le problème en amont. Qu’est-ce que ça veut  dire ?  Tout simplement attendre les éventuels casseurs dans les gares du RER et les dissuader de monter sur Paris : fouilles, contrôle d’identité etc… ça se passe comme ça toute l’année. Les sauvageons comme disait Chevènement, ou les racailles comme les appelait Sarkozy,  vous ne les voyez jamais au Trocadéro !  Un jeune de banlieue en capuche avenue Kleber c’est plus incongru qu’un gilles de Binche en grande tenue avenue Louise !

Faute de solution de fond, la sanction est tombée : désormais le PSG ne pourra plus faire la fête dans les rues de Paris. Pour recevoir ses supporters, il restera dans son stade, le parc de princes, sur le périphérique. Ou à la rigueur, au stade de France, à Saint Denis…

Ironie de l’histoire aux débuts du club la mairie de Paris propriétaire du parc des princes, ne souhaitait pas que le PSG s’y installe. Elle le considérait comme un club de banlieue ….

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

2 réactions à “Le PSG banni de Paris”

  1. je suis parisien; votre commentaire est excellent, et dire que je dois aller sur un site belge pour lire quelque chose d’intelligent sur ma ville.
    dans le mille.

  2. Waouhh, ce tissu de conneries !!

    Bravo à l’auteur. Il aurait difficilement pu faire plus mauvais article…

    Vraiment n’importe quoi, rempli d’amalgames, de confusions et de subjectivité.