Archives du octobre, 2012

Ayrault : couac sur les 35 heures

Par Christophe Giltay dans Divers , le 31 octobre 2012 01h28 | Comments Off on Ayrault : couac sur les 35 heures

Nouveau disfonctionnement dans la communication du premier ministre français, Jean Marc Ayrault. Cette fois on lui reproche d’avoir évoqué la fin des 35 heures. Il a passé toute la journée de mardi à démentir cette information.  

Dans une interview au journal « le Parisien », alors qu’il répondait aux questions des lecteurs, le premier ministre déclare au sujet d’un abandon des 35 heures : «Mais pourquoi pas? Il n’y a pas de sujet tabou. Je ne suis pas dogmatique.»
Immédiatement l’opposition UMP s’empare de cette phrase, et le félicite ironiquement pour cette nouvelle gaffe.

Démenti laborieux.

Disant qu’on l’a mal compris, le premier ministre va affirmer à trois reprises dans la journée, dont une fois à l’Elysée et une autre à l’Assemblée Nationale, que les 35 heures ne seront pas abolies tant que la gauche sera au pouvoir. Il répète qu’il est juste un homme ouvert au dialogue. Je vous passe les quolibets de la droite, ravie, car sur les 35 heures on touche à un point hyper sensible, opposition et patronat, en ont fait la cause de tous les problèmes de la France. Or c’est faux. Cette mesure prise en 1997 par Martine Aubry ministre de Lionel Jospin visait à partager le travail pour libérer des emplois. Objectif 700 000 postes. Au final seuls 350 000 ont été créés, ce n’est pas si mal. Quant à la durée du temps de travail, elle est légalement de 35 h, mais en moyenne les français travaillent 39 heures et demie. Il est donc faux de dire qu’ils sont moins productifs que les autres européens. Mais voilà c’est un peu comme autrefois la retraite à 60 ans, c’est un symbole, et la droite tape dessus.

Amateurisme ?

On peut s’étonner une fois de plus, de la manière dont le gouvernement se laisse facilement déstabiliser. La semaine dernière le premier ministre avait commis une autre maladresse en annonçant une décision du conseil constitutionnel, avant que celui-ci ne se soit prononcé. Le lendemain le journal « Libération » avait publié sur sa première page, une grande photo de Hollande et Ayrault avec ce titre : « Les apprentis » référence à un film comique. Or le PS et ses alliés contrôlent toutes les régions de métropole sauf une, la plupart des départements, l’essentiel des grandes villes dont Paris, le Sénat, l’Assemblée Nationale, le poste de premier ministre, et la présidence de la République. A peu de chose près il ne leur manque que la fédération nationale de pétanque. Jamais depuis la guerre de 14, un parti n’a eu autant de pouvoir en France, et il apparaît comme affaiblit. Extraordinaire ! Bon c’est sûrement de la délicatesse, pour ne pas humilier l’adversaire. C’est fort louable, mais je ne suis pas sûr que cette délicatesse soit toujours bien comprise.

 

 

 

 

Tout sur la vie des présidents, ( et des premières dames) avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Gauthier se suicide, victime d’escrocs sur internet

Par Christophe Giltay dans Divers , le 30 octobre 2012 04h11 | Comments Off on Gauthier se suicide, victime d’escrocs sur internet

Qui était derrière l’écran ?


En France les pouvoirs publics s’interrogent après le suicide à Brest, d’un lycéen victime d’un chantage sur Internet. Comment protéger les jeunes de ces escrocs de la toile ?

L’affaire interpelle d’autant plus que le jeune homme de 18 ans s’est pendu, la veille du suicide d’une jeune canadienne d’Amanda Todd qui avait annoncé geste sur internet. Elle ne supportait plus de voir exposée sur la toile des photos d’elle poitrine nue.

Un piège.

Gauthier lui est tombé le 10 octobre dans un piège, hélas classique. Connectée sur une messagerie internationale, une jeune femme lui propose de le rejoindre sur facebook. Commence alors un dialogue de plus en poussé, puis la fille se dénude devant la webcam et lui repose d’en faire autant. Au bout de dix minutes de jeux sexuels, l’interlocutrice interrompt les échange et lui lance en anglais : « J’ai une vidéo porno de toi, si tu ne me donnes pas 200 euros, je vais détruire ta vie. » Comme ils sont sur facebook elle a effectivement accès à la liste de tous ses amis, et peut leur envoyer l’enregistrement qu’elle vient de réaliser.

Un choc.

D’après sa famille Gauthier est sorti très perturbé de sa chambre. Il avait l’air absent, il a ensuite longuement appelé un de ses cousins, mais qui n’a pas perçu l’ampleur de sa détresse. Puis Gauthier est allé se pendre dans un abri de jardin. Peu avant il a envoyé un SMS d’excuse à ses parents : « Tout ça est de ma faute ». Quand ils l’ont découvert, il était encore en vie. Gauthier est mort à l’hôpital une semaine plus tard.

Un type bien.

Gauthier garçon bien sous tout rapport, vivait dans une famille sans problème, entouré de ses parents et de se deux sœurs de 10 et 15 ans. A l’aise au lycée, très apprécié dans la commune pour son implication dans le milieu sportif, il entrainait de jeunes au basket. De surcroit ce n’était pas ce qu’on appelle un « geek », un mordu d’internet, il en avait une consommation normale pour un garçon de son âge.

Une chute brutale.

Les psychologues sont perplexes et parlent d’un « raptus » une descente express vers la dépression suicidaire. Gauthier n’aurait pas supporté le choc de la menace. Les parents ont porté plainte, la police a identifié l’origine de l’appel, un cybercafé à Abidjan en côte d’Ivoire. Inutile de vous dire qu’il y a très peu de chance qu’on retrouve un jour les auteurs de ce chantage, dont la jeune séductrice n’est sans doute qu’un rouage. Le 27 octobre les parents de Gauthier ont décidé de parler à la presse pour alerter les autres parents : « Par le biais d’un ordinateur, quelqu’un est entré sous le toit de notre maison pour commettre des atrocités. Et il n’y avait pas de moyens pour l’arrêter ». D’après la police française de tels chantages se produiraient deux à trois fois par jour, le plus souvent en provenance de Côte d’Ivoire.

Elysée : François Hollande ouvre son jardin

Par Christophe Giltay dans Divers , le 29 octobre 2012 00h23 | 2 commentaires

 Pour se promener un dimanche à Paris, rien de tel qu’une flânerie dans  les jardins de l’Elysée. François Hollande a décidé d’ouvrir les portes du jardin du palais présidentiel, les derniers dimanches du mois. Hier la première édition a été un succès.

 

Par ce beau dimanche ensoleillé, versmidi,il fallait patienter un peu moins d’une heure pour pénétrer dans le jardin par la grille arrière, surmontée d’un coq gaulois et qu’on appelle la grille du coq. C’est généralement par là qu’on fait entrer ou sortir les invités discrets. Mais hier c’était juste l’entrée d’un agréable jardin public de près de deux hectares. Un jardin à l’anglaise, un peu sauvage,  dont les arbres les plus anciens datent de la fin du XVIIIème siècle. Des centaines de parisiens se sont pressés, certains ont même pique niqué sur place, sous le regard bienveillant des gardes républicains, transformés pour l’occasion en gardiens de parc.

 Visite furtive du président.

 La presse était venue nombreuse à l’ouverture dans l’espoir de croiser le président…peine perdue ! Il a soigneusement attendu que les caméras soient parties pour venir saluer vers 15 heures quelques promeneurs en compagnie de Valérie Trierweiler. Dés son arrivée au mois de mai, le couple présidentiel avait souhaité rouvrir les jardins au public. Mais pas question en ces temps de crise, de restaurer la garden party du 14 juillet supprimée en 2010 par Nicolas Sarkozy, au prétexte d’économies. C’est alors que le président a décidé d’ouvrir le jardin au public tous les derniers dimanche du mois de 12 à17h l’hiver, et de 13 à19h l’été. Si ça vous intéresse la prochaine ouverture aura lieu le 25 novembre, l’entrée est gratuite.

  Sans le savoir, ou alors bien conseillé par quelques historiens, le président a renoué avec une vieille tradition, en effet au cours de son histoire mouvementée, l’Elysée a été pendant plusieurs années transformé en lieu de divertissement, c’était à la fin de la  révolution française et au début de l’Empire. A l’époque il y avait des orchestres et même des tables de jeux. Hier c’était plus calme, c’est d’ailleurs le seul regret que certains promeneurs exprimaient, ça manque d’animation !

Oui…C’est un point de vue…

 Une histoire mouvementée.

  Ce jardin a vu au cours des siècles, défiler comme propriétaire ou locataire, la marquise de Pompadour, la princesse de Bourdon, Joachim Murat, Joséphine, Napoléon, son neveu, et  tous les présidents de la République depuis 1876…Dont Mac Mahon, Felix Faure, Deschanel, Paul Doumer, De Gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac, Sarko. Soit trois siècles d’histoire assez chargés. Alors disons que pour l’animation, ça dépend des jours…

 

 

 

Tout sur la vie des présidents, ( et des premières dames) avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Fillon – Copé un débat présidentiel

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 octobre 2012 00h02 | Comments Off on Fillon – Copé un débat présidentiel

 François Fillon et Jean François Copé les candidats à la présidence de l’UMP, l’équivalent politique du MR, ont débattu hier soir à la télévision. L’un des deux sera peut être l’adversaire de François Hollande en 2017, car derrière la direction de leur parti, ils ambitionnent une autre présidence…

 

 Qui a gagné ? Difficile à dire dans la mesure où les deux hommes ont soigneusement évité de s’attaquer directement, se contentant de quelques piques. Derrière leurs pupitres, ils ont exposé leurs programmes, attaqué le gouvernement socialiste, et essayé de donner la meilleure image à leurs militants.

 Droite décomplexée ?

  Il y a une vraie différence. D’un côté Copé qui affirme représenter la droite décomplexée : une communication à la Sarkozy volubile, brillante, polémique. De l’autre un tenant de la droite classique, disciple de Philippe Séguin,  républicain, posé, respectable. A l’évidence François Fillon faisait plus « présidentiel », essayant d’élever le débat et de s’adresser aux français au-delà des militants. Jean François Copé était plus dans le combat politicien insistant beaucoup sur les thèmes de société et notamment sur l’immigration.

 Le petit pain au chocolat…

 Il est d’ailleurs revenu dans la première partie de l’émission, sur la fameuse histoire du pain au chocolat qu’il a racontée en meeting : un collégien se serait vu interdire de manger son goûter, par des condisciples musulmans à cause du ramadan. Il a assumé cette histoire, et en a cité d’autres…

 Si l’on devait placer un curseur sur le cadran politique, Copé s’est montré plus à droite sur les questions ethiques, disant que comme maire, il ne célébrerait jamais de mariage homosexuel. Mais Fillon n’a pas faibli, il a mis plus l’accent sur les questions économiques, mais quand on lui a demandé s’il appellerait à voter un jour pour le PS en cas de duel PS, FN, il a rejoint Copé sur sa position dite du « ni, ni » . Ni l’un ni l’autre. On est donc bien dans une droite dure, l’une offensive, qui n’hésite pas employer des formules digne du FN, comme « racisme anti blanc », l’autre conservatrice, et plus policée, mais sans ambiguïté sur le plan idéologique.

 Pas d’alliance avec le FN.

 Pour autant les deux hommes refusent toute alliance avec le Front National. Et c’est d’ailleurs ce qui explique leur âpreté sur le chapitre sociétal, ils veulent garder leurs électeurs, et éviter qu’ils soient séduits par les sirènes de Marine.

Enfin question cruciale que feraient-ils en cas de retour de Nicolas Sarkozy ? Jean François Copé qui est le plus jeune a dit qu’il s’écarterait pour lui, alors que Fillon déclaré qu’il soutiendrait le meilleur candidat de son parti…( et donc pourquoi pas lui-même) . Au final on pourrait dire que Copé à tenu un discours de chef de parti et Fillon de chef de l’Etat. Les militants UMP décideront le 18 Novembre, quel type de président ils souhaitent… pour leur parti , et peut être un jour pour la France.

 

 

 

 

Tout sur la vie des présidents, ( et des premières dames) avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Les conseils de Carla Bruni à Valérie Trierweiler

Par Christophe Giltay dans Divers , le 25 octobre 2012 02h27 | 2 commentaires

Carla Bruni s’exprime pour la première fois depuis la défaite de Nicolas Sarkozy. Dans une longue interview au magazine « Elle », l’ex première dame estime qu’un retour de son mari en politique est improbable. Côté dames, elle se refuse à juger l’attitude de Valérie Trierwieler, en revanche elle lui conseille de se marier avec François Hollande.

 

Comme deux vieilles copines…

Plus Nicolas Sarkozy dit ou fait dire qu’il est retiré, et plus il est visible. On se souvient de sa conférence à New York, et hier il a déjeuné avec François Fillon, à 24 h du débat télévisé entre les prétendants à la présidence de l’UMP. On les a vu sortir bras dessus, bras dessous du restaurant « Toumieux » devant tous les médias qui n’étaient pas là par hasard. Une manière de rééquilibrer les forces car plusieurs  de ses très proches dont Brice Hortefeux ont apporté leur soutien à Jean François Copé, l’adversaire de Fillon. Mais pour Carla il n’y a pas de doute : … « Son retour me semble improbable. Mon mari tourne la page de trente ans de vie politique, trente ans de passion. Il se reconstruit ailleurs. Il n’aime que l’avenir.» Si on avait interrogé Mme De Gaulle en 1956, elle aurait surement répondu quelque chose de comparable, et deux ans plus tard son mari était de retour au pouvoir….

Premières copines.

 Le magazine n’a pas pu s’empêcher d’interroger Carla sur celle qui lui a succédé dans les fonctions de première dame : Valérie Trierweiler. On se souvient que le jour de la passation de pouvoir, sur les marches de l’Elysée  les deux dames s’étaient embrassées comme de vieilles copines, et Carla ne renie pas cette solidarité féminine, elle refuse de juger Valérie, et notamment son fameux tweet de soutien à l’adversaire de Ségolène Royal à la Rochelle. Carla Bruni dénonce ce qu’elle appelle  «une curée médiatique». «Elle n’avait simplement pas mesuré la différence entre avant et après, et c’est normal. » Elle pense que depuis Valérie Trierweiler  a progressivement compris où elle était et ce qu’elle devrait s’y faire. En revanche quant à la poursuite de son métier de journaliste, la chanteuse ex top model, n’est pas  loin de partager, en plus soft, l’avis de Mme Chirac qui avait considéré que ce ne serait pas convenable. «C’est complexe: pour ses confrères et pour elle vis-à-vis de ses confrères. Parce que, même culturel, le journalisme est censé être un contre-pouvoir.»

Compagne ou épouse ?

 Enfin sur la difficile question du mariage présidentiel : « Je ne me permettrais pas » dit-elle « de donner des conseils à quiconque, je ne parle que de mon expérience, mais il me semble qu’il est plus simple d’être l’épouse légitime du chef de l’Etat que sa compagne »

 Oui, ce mariage serait peut-être une bonne idée, mais faudrait-il encore que Valérie Massonneau de son nom de jeune fille, abandonne le patronyme de son ex mari…Monsieur Trierweiler.

 

 

 

 

Tout sur la vie des présidents, ( et des premières dames) avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Bertrand Delanoë veut limiter Paris à 30 km/h

Par Christophe Giltay dans Divers , le 24 octobre 2012 03h04 | 2 commentaires

Beau chassis sur les Champs

 Le maire de Paris Bertrand Delanoë, envisage d’imposer la limitation de vitesse à 30 km/h dans le centre de la capitale. Comme c’est déjà le cas à Bruxelles. Une mesure impopulaire chez les automobilistes et qui pourrait peser sur les prochaines élections municipales en 2014.

 En matière d’automobile, Paris est paradoxe, d’un côté c’est la ville française qui comporte le moins de voiture par rapport au nombre d’habitants, une famille sur deux n’en possède pas. De l’autre c’est l’une des dernières grandes métropoles occidentales, où l’on peut rouler et se garer en ville à peu près comme autrefois. A Rome le centre est réservé aux riverains, à Londres il y a un péage aux portes, il est impossible de se garer dans le centre. A Manhattan seuls les taxis et les véhicules professionnels peuvent stationner, pour les autres c’est parking public !

 Auto in Paris

 A Paris, on peut toujours entrer en ville avec sa voiture et s’y  garer, enfin chercher une place… Le nec plus ultra automobilistique reste les Champs Elysées, où il n’est pas rare le dimanche, de croiser une Ferrari ou une Lamborghini faisant vroum vroum, entre deux feux rouges. A ce sujet je vous recommande, juste à côté, le parking public de l’avenue Foch. Si vous aimez les voitures de sport ou de collection, garez-vous une heure là-bas entre les Rolls, les Ford mustang, les Austin Healey et les Maserati…

 Bertrand l’autophobe.

 Mais voilà, depuis des années Bertrand Delanoë, allié aux verts, fait la chasse aux voitures : réduction des places de parking, diminution l’an prochain de la vitesse du périphérique de 80 à 70 à l’heure, fermeture progressive de la voie express rive gauche etc…Et voilà donc que les grands boulevards passeraient de 50km/h à 30. La décision résulte d’une délibération déjà ancienne du conseil de Paris en mars 2011. Le délai s’explique parce que le maire de Paris, seul maire de France qui ne dispose pas de pouvoirs de police, doit négocier avec la préfecture de Police, et donc l’Etat. A l’époque Sarkozy il avait beaucoup de mal, avec le nouveau pouvoir ce devrait être plus facile.

 Et les bouchons ?

 Vous me direz où est le problème dans la mesure où la vitesse moyenne de circulation à Paris est de 17km/h ? Oui, mais à certaines heures sur les grands boulevards, on pouvait encore rouler à la parisienne, zig zaguer entre les bus et les taxis, et se donner l’impression d’une liberté, illusoire certes, mais tellement agréable aux cœurs égoïstes…avec le 30… Terminé !

 Verdict en 2014 ! 

Les prochaines élections municipales auront lieu en 2014.C’est l’adjointe de Bertrand Delanoë, Anne Hidalgo,  qui portera les couleurs du PS, peut être face à Rachida Dati. Ce sera, n’en doutons pas, Velib contre belle carrosserie.

Avec un résultat incertain, même si comme le chantait déjà Joe Dassin :

 « A Paris à vélo on dépasse les autos, à vélo à Paris on dépasse les taxis… »

Dopage : le tour est-il mort avec Lance Armstrong ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 23 octobre 2012 05h28 | 3 commentaires

Lance Armstrong a donc été suspendu pour dopage et déchu de ses 7 victoires dans le tour de France. C’est peut être le coup de trop pour la plus célèbre des épreuves cyclistes, et l’on peut s’inquiéter pour son avenir. Les supporters seront-ils une fois de plus au rendez vous cet été ?

 

 

Lance Armstrong

Je vous rassure tout de suite, le tour aura bien lieu et ce sera un succès ! Le tour de France, ce n’est pas du sport c’est une religion.  Vous le savez les croyants sont prêts à pardonner beaucoup, il suffit pour le comprendre d’être allé une fois sur les pentes d’un col, le jour d’une étape. C’est le plus grand spectacle gratuit au monde.

 Money, money…

 Ce n’est pas tellement les spectateurs qui posent problème ce serait  plutôt les sponsors, ces derniers jours la mauvaise nouvelle pour Armstrong ne fut pas tant de voir sa suspension confirmée, (il s’y attendait) que d’avoir perdu ses trois principaux soutiens, et l’argent qui va avec. Déjà d’importants commanditaires ont annoncé qu’ils se retiraient du cyclisme échaudés par le dopage. Et c’est là que réside le danger.  

 Drucker à la rescousse.

 Pourquoi croyez vous qu’hier soir France 2, la chaîne qui diffuse le tour en direct, a invité Michel Drucker en plateau dans le 20h ?  Pour désamorcer la crise ! Drucker qui a commencé sa carrière comme journaliste sportif dans les années 60. Avec toute sa maitrise de l’antenne, avec toute la crédibilité que lui accordent les français, il a maintenu qu’Armstrong restait à ses yeux un grand champion, relativisant ses fautes, en rappelant que le dopage est une constante dans l’histoire du cyclisme, et que si l’EPO avait existé autrefois, les anciens en auraient pris. Il a rappelé que ce qu’on demande aux coureurs du tour de France : franchir parfois trois col dans la même journée, est tout bonnement inhumain. Essayez, a dit Drucker, de monter l’Aubisque rien qu’en  voiture et vous verrez…

 Les forçats de la route.

 

Henri Pelissier vainqueur du Tour 1923

Et le pire c’est qu’il a raison ! Voici ce que les frères Henri et Francis Pélissier déclaraient au journaliste Albert Londres, auteur des : « Forçats de la route » en 1924. (1924 !)

« Vous n’avez pas idée de ce qu’est le Tour de France, c’est un calvaire… Nous souffrons du départ à l’arrivée. Voulez-vous voir comment nous marchons ? Tenez… Ça, c’est de la cocaïne pour les yeux, ça c’est du chloroforme pour les gencives…

– Ça, c’est de la pommade pour me chauffer les genoux.

– Et des pilules ? Voulez-vous voir des pilules ? Tenez, voilà des pilules. »

Ils en sortent trois boîtes chacun.

« Bref ! dit Francis, nous marchons à la “dynamite”. »

Quel avenir ?

 Si les 7 victoires d’Armstrong ne seront pas réattribuées c’est tout simplement parce que c’est impossible et même ridicule, tous ses adversaires ont été pris avant ou après, certaines années il faudrait remonter au dixième pour trouver le vainqueur.

Mais je crois que la direction du tour est en train de trouver la solution.  Un parcours moins long, moins dur, et des équipes où la préparation physique et technique très contrôlée, saura s’arrêter juste aux portes du dopage…

Alors peut-être que les sponsors resteront.

Maternités du Lot : Hollande ordonne une enquête

Par Christophe Giltay dans Divers , le 22 octobre 2012 06h15 | Comments Off on Maternités du Lot : Hollande ordonne une enquête

Revenons sur le cas de cette femme vivant dans le Lot qui a perdu son enfant, en accouchant dans sa voiture sur la route de la maternité. François Hollande a demandé une enquête, car ce drame met en lumière la désertification médicale, qu’il avait pourtant promis d’enrayer.

Le péage où le drame s’est produit

 

 Ca s’est donc passé vendredi sur l’autoroute A 20, à un péage. Une jeune femme de 35 ans a accouché dans sa voiture, parce qu’elle n’a pas eu le temps d’arriver jusqu’à la maternité, située à une heure de chez elle. Son compagnon et les pompiers appelés au secours, n’ont rien pu faire pour sauver le bébé, une petite file prématurée. Depuis le débat fait rage d’autant qu’on rappelle que la maternité de Figeac à 20 minutes de son domicile, a fermé en 2009 . En France une règle impose désormais au moins trois cent naissances par an, pour le maintien d’un service de maternité.

Sécurité?

Raison invoquée la sécurité, les maternités importantes disposeraient de moyens plus performant pour gérer les cas difficiles, comme par exemple les grands prématurés. C’est vrai mais faut-il encore arriver sur place ! Ce weekend les télévisions françaises ont multiplié les témoignages de femmes qui ont accouché dans leur voiture, ou qu’il a fallu transporter en hélicoptère. Depuis la fermeture de Figeac le département du Lot 170 000 habitants, ne compte plus qu’une seule maternité, pour une superficie de 5200 km2, soit 1400 km2 de plus que la province de Liège. En France depuis 1975 le nombre de maternités a été réduit de 60%. Rien qu’entre 2003 et 2010 pour tout le territoire on est passé de 618 à 535.

Une autre France.

Signe des temps les petites maternités sont parfois transformées en service de gériatrie voire de soins palliatif. Les mourants remplacent les bébés. C’est plus qu’une logique économique, c’est une révolution culturelle, la France pays longtemps rural, avait pour politique d’assurer les mêmes services en ville et à la campagne. Le pays était maillé de bureaux de postes, de gares, d’hôpitaux… Ce n’est plus vrai. Désormais il y a deux France, celle des métropoles, Lille, Paris, Marseille, Nice, Bordeaux, Lyon etc… Très peuplées, et très bien équipées, et puis les zones rurales peu à peu abandonnées.

 30 minutes…

François Hollande avait promis qu’après son élection, aucun français ne serait à plus de 30 minutes des soins d’urgence. Apres le drame du Lot il a demandé une enquête et il réitéré cet engagement …Il joue gros car sur ce point, plus que sur d’autres, les français seront en droit, un jour, de lui demander des comptes.

Emmanuelle : immortelle Kristel

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 octobre 2012 04h15 | Comments Off on Emmanuelle : immortelle Kristel

La mort de Sylvia Kristel, l’interprète d’Emmanuelle, a été très commentée en France où le film reste un monument culte du cinéma français. Il y a fait plus de 9 millions d’entrées et il est resté 13 ans à l’affiche sur les Champs Elysées.

 

Il faut avoir eu treize ans en 1974, pour être à jamais fan de Sylvia Kristel. Difficile d’imaginer aujourd’hui le choc de cette affiche sur un mur, sur le chemin de l’école. Cette jeune femme superbe de 21 ans, avec ses bas blancs, assise, la poitrine nue sur un grand fauteuil en osier, un fauteuil Pomare du nom de la famille royale de Tahiti…

Si belle Emmanuelle.

 Combien de jours suis-je passé devant cette affiche, troublé par cette image, pourtant très sage, mais qui véhiculait tant de mystères et de promesses ? Bien sûr à l’époque je n’ai pas vu le film j’étais trop petit *, je crois d’ailleurs que je ne l’ai jamais regardé en entier. Quelques années plus tard,  il était passé de mode et même un peu discrédité par les multiples « remakes » de plus en plus mauvais.

En relisant ces derniers jours la biographie de Sylvie Kristel, on ressent comme une grande tristesse devant cette vie qui avait si bien commencé et qui s‘est terminée si mal. Ruinée dans les années 80 par un mari peu scrupuleux ; accroc à l’alcool et à la drogue ; atteinte d’un cancer dés 2002 ; vivant sa dernière décennie, parfois dans une grande précarité, malgré un vrai talent de peintre reconnu par les spécialistes.

 Cœur à corps perdu.

 Elle n’a jamais renié le premier Emmanuelle, « comment renier » disait-elle « un film qui a fait de vous une star mondiale ? » Dotée qu’un QI de 165, elle ne séduisait pas que pour son corps de rêve, ainsi le père de son fils Arthur, fut l’écrivain flamand Hugo Claus, avec qui elle vécu une liaison profonde et passionnée. Il faut relire ses interviews,  notamment celle-ci, dans Libé en 2004 :  on l’interrogerait sur ce qu’on appelle aujourd’hui les femmes couguar, séductrices d’hommes plus jeunes : « moi, je préfère les vieux. Et puis… elles s’aident de la chirurgie esthétique. Ce n’est pas mon truc. Cela donne un message qui n’est pas le mien. Celui de quelqu’un qui se raccroche à son passé.»

 Cœur à corps déçu.

 Hormis Just Jaeckin, le réalisateur d’Emmanuelle, elle a tourné avec de nombreux metteurs en scène parmi les plus grands. Si vous en avez un jour l’occasion arrêtez-vous sur « Alice ou la dernière fugue ». Un étrange film de Claude Chabrol. Elle y joue une jeune femme, au nom transparent « Alice Caroll » victime d’un  accident de voiture, mais qui reste dans un no man’s land fantastique, entre la vie et la mort, un château hors du temps, entourée de fantômes : Charles Vanel, Fernand Ledoux, André Dussolier. Un soir alors qu’elle est nue dans sa chambre, elle entend une voix venue de nulle part : « vous êtes très belle… » On comprend alors qu’elle est devenue… immortelle.

 

(* A sa sortie en France,  il n ‘était pourtant interdit qu’aux moins de 16 ans…)

Hollande reconnait le massacre des Algériens le 17 octobre 1961

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 octobre 2012 00h36 | 2 commentaires

Vif débat en France autour de la repentance. Après avoir reconnu, comme Jacques Chirac, la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’hiv, hier François Hollande a adopté la même démarche, pour la sanglante répression qui a frappé les indépendantistes algériens le 17 Octobre 1961.

 

 

17 Octobre 1961

C’était la guerre d’Algérie, des attentats, des combats, des morts tous les jours, dans les deux camps. Pourtant le général de Gaulle avait entamé des négociations, l’indépendance n’était plus qu’une affaire de mois. Ce soir là, pour contester le couvre feu imposé aux algériens de Paris, le FLN le Front de libération nationale avait appelé à une grande manifestation.

Une manifestation interdite.

Comme sortis de terre 30 à 40 000 Algériens, dont des familles, se rassemblent dans plusieurs quartiers de la capitale : sur les grands boulevards, à l’Etoile, à la Concorde, à St Germain. Très vite la police intervient massivement.
La tension est vive. Il y a des affrontements, des corps à corps, et puis des coups de feu. Il est possible que des agents du FLN aient tiré en l’air pour provoquer la police française, et la faire riposter… Le lendemain le préfet de police Maurice Papon reconnait deux morts et quelques blessés. Mais très vite la rumeur se répand, on aurait repêché 150 corps dans la Seine ! Les partisans de l’indépendance dénoncent un massacre.
Aujourd’hui encore les historiens sont divisés, ils évoquent entre 20 et 300 Morts. Le chiffre de 50 parait le plus probable. Ce n’est pas la Saint Barthelemy, mais quand même….

 

Maurice Papon Préfet de police.

Un silence de 40 ans.

Pour ne pas nuire aux négociations ces faits sont occultés, et noyés dans le bilan global de la guerre d’Algérie. On n’en a plus beaucoup parlé, avant le procès de Maurice Papon pour crime contre l’humanité en 1997. Il était jugé pour avoir sous l’occupation, favorisé la déportation des juifs de Bordeaux. C’est alors qu’on s‘est souvenu qu’il était préfet de police, le 17 octobre 1961, et l’histoire a ressurgi. En 2001 le maire de Paris a fait apposer une plaque commémorative, mais hier François Hollande est allé beaucoup plus loin :
«La République reconnaît avec lucidité» la «sanglante répression» qui, «le 17 octobre 1961», à Paris, a coûté la vie à «des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance» »… « Je rends hommage à la mémoire des victimes».

Polémique ou réconciliation ?

Immédiatement la droite a réagi estimant que cette déclaration allait diviser les Français. Il est vrai que les blessures de la guerre d’Algérie sont encore vives, et que l’armée et la police ont payé un lourd tribut. Mais, au moment où l’Algérie et la France luttent ensemble contre le terrorisme, notamment au Sahel, il est peut être temps de trouver le chemin d’une réconciliation totale. Et il passe par la reconnaissance des responsabilités historiques.
François Hollande se rendra en décembre à Alger. Depuis hier, on peut penser qu’il y sera bien accueilli.

 

 

 

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/