antalya haber haberler antalya rent a car
antalya rent a car
test

Archives du septembre, 2012

Le racisme « anti-blancs » au cœur du débat politique

Par Christophe Giltay dans Divers , le 28 septembre 2012 01h28 | 3 commentaires

En politique, les mots ont un poids, parfois très important. Une semaine après la discussion en Belgique sur l’usage du terme allochtone, le débat est vif en France autour de l’expression « racisme anti-blancs ». Une expression  qui se diffuse, alors qu’elle était jusqu’alors l’apanage de l’extrême droite.


 

C’est une caricature publiée par le quotidien Libération : on y voit Jean François Copé le patron de l’UMP, croqué en perroquet sur son perchoir qui répète « raaaacisme anti-blancs » « raaaaacisme anti-blancs… » et devant, Jean Marie le Pen énorme et souriant qui dit très bien mon petit Copé.  En fait le terme a fait son apparition dans la campagne pour la présidence de l’UMP, quand le Figaro magazine a publié un extrait du livre de Jean François Copé qui doit bientôt  sortir, on y lit ceci : « «Un « racisme anti-Blancs » se développe dans les quartiers de nos villes où des individus – dont certains ont la nationalité française – méprisent des Français qualifiés de « Gaulois », au prétexte qu’ils n’ont pas la même religion, la même couleur de peau ou les mêmes origines qu’eux.».

 

Fillon nuance, Ayrault aussi.

Comme toujours dans ce genre de polémique tout le monde est depuis prié de se positionner. Son adversaire à l’UMP,  François Fillon, a dit dans un premier temps qu’il n’était pas choqué, avant de nuancer par cette phrase «ça n’est pas en copiant les extrémistes que nous convaincrons nos électeurs. » A gauche le premier ministre Jean Marc Ayrault a déclaré hier soir à la télévision qu’un tel racisme « peut exister » mais il s’est prononcé « contre tous les communautarismes ». Avant d’ajouter : « il faut faire très attention quand on emploie des mots de cette nature. »

Une récente enquête a démontré que 18% des français d’origine européenne se sentaient visé par des insultes racistes. Chiffre que certains trouvent « énorme », comme Copé et d’autres modeste…chez les descendants d’immigrés extra européens, le chiffre monte à 37%.

Une expression d’extrême droite.

L’expression « racisme anti-blancs », est apparue dans les années 80, essentiellement utilisée par les groupes d’extrême droite, dans une sorte de renversement victimaire. Accusés de racisme ils se défendaient en affirmant être victime eux- même de  racisme. Le débat n’est pas nouveau, il avait déjà été mis en exergue lors des manifestations étudiantes du printemps 2005. Plusieurs manifestants blancs avaient été tabassés et dévalisés, par des voyous de banlieues qui s’étaient vantés à la télévision, de les attaquer parce que je cite : « c’est des bourgeois et ils ont peur, et en plus on ne va pas se voler entre nous ! » Propos imbéciles qui ont bien sûr renforcé les arguments du Front National.

On verra si le terme continue à se diffuser, mais cette querelle picrocholine  a quelque chose d’attristant dans la patrie des droits de l’homme.  Car c’est n’est pas le racisme anti-noirs qu’il faut combattre, ni le racisme anti-blancs…C‘est le racisme tout court !

ONU : quand François évite Ségolène

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 septembre 2012 06h31 | 3 commentaires

 

Scène surréaliste hier à l’Assemblée Générale de l’ONU, à New York. Ségolène Royal s’était placée sur la route de François Hollande pour le saluer devant un groupe de journalistes. Mais le Président a soigneusement évité son ancienne compagne.

 

 

segolene-onu1

 

 

Ça s’est passé mercredi matin un peu avant 10h. Dans un des halls du building de l’ONU. Ségolène Royal qui participe à l’Assemblée Générale en tant que représentante de l’Internationale Socialiste avait convoqué la presse dans ce couloir, pour expliquer les raisons et les objectifs de sa présence à New York. Hasard heureux ou coup monté, c’est à ce moment là que François Hollande arrive avec sa suite pour assister à une réunion sur le Sahel. Il est alors à quelques mètres de la mère de ses enfants, visiblement ravie, qui déclare aux journalistes français « Pour l’instant, c’est une rencontre, en quelque sorte, puisque nous sommes dans le même lieu d’une réunion internationale de très haut niveau. » … »Je vais peut-être lui dire bonjour… »

Une retraite diplomatique.

Une vitre seulement les sépare quand tout d’un coup le Président, accompagné de Laurent Fabius, et de la ministre de la francophonie, se détourne et ressort du bâtiment. La délégation française fera finalement le tour pour entrer par une autre porte. Explication officielle : le premier ministre du Mali aurait appelé le Président à l’extérieur pour lui dire un mot avant le début de la réunion, qui concernait principalement son pays. Ben voyons ! Disons que François Hollande n’a pas pris le risque que la photo de la rencontre fasse la une de tous les journaux, et prenne le pas sur ses déclarations à l’Assemblée.

L’ego de Ségo.

Pendant ce temps Ségolène Royal commente cette esquive avec un peu d‘ironie : « Vous savez, on n’est pas non plus dans des postures de démonstration, de mise en scène. Il faut faire  preuve de beaucoup de responsabilité et de sérieux. Nous sommes chacun dans nos responsabilités. » Comprenez : moi je suis une femme politique de haut niveau, je suis dans l’action nationale et internationale, et je ne joue pas dans la même cour que qui vous savez…

Pas  de casques bleus.

Coup de chance pour les conseillers du Président,  Valérie Trierweiler, n’était pas dans la délégation, elle visitait, en compagnie d’autres premières dames, la Morgan Library de New York aux côtés de l’épouse du secrétaire général de l’ONU. Il n’a donc pas été nécessaire d’appeler les casques bleus pour éviter un crêpage de chignon. Comme quoi, malgré tout ce qu’on dit, à l’ONU parfois, on parvient à éviter certains conflits.

 

fcr7

 

 

 

 

 

 

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ONU : François Hollande veut libérer le nord Mali

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 septembre 2012 03h43 | Comments Off on ONU : François Hollande veut libérer le nord Mali

Pour sa première intervention à l’Assemblée générale de l’ONU, le président français François Hollande dénoncé l’inertie des Nations unies sur la Syrie. Il a également soutenu le principe d’une intervention militaire au Mali, même si quatre otages français sont toujours détenus dans la région.

François Hollande à l'ONU

François Hollande à l'ONU

Il y une phrase de François Hollande que je retiendrais, ce n’est pas un extrait de son discours, mais une réponse à une question en conférence de presse : «la nécessité de libérer nos otages ne doit pas passer par un renoncement à assurer l’intégrité du Mali.» C’est assez fort, ça veut dire : « les terroristes ne nous font pas peur ! » Et pourtant Al Qaeda au Maghreb islamique a clairement menacé la France et ses otages, si jamais Paris intervenait dans la reconquête du nord Mali. Mais voilà, un grand pays, j’allais dire un pays digne, tout court, doit-il céder à la menace ? Non, bien sûr ! J’imagine en revanche l’angoisse des familles. Mais l’histoire a prouvé qu’un bon otage est un otage vivant, car il représente une valeur d’échange. Il se murmure que le prix des otages français au Maghreb se négocierait autour de 90 millions d’euros…Vont-ils tuer la poule aux œufs d’or ?

Libérer le nord Mali !

Quant à l’intervention au Mali, Laurent Fabius le ministre des Affaires Etrangères l’a répété, la France fournira une assistance logistique mais aucune troupe au sol. C’est un contingent africain de 3100 hommes qui devrait aider l’armée malienne à reconquérir le territoire occupé par les islamistes. Maintenant qu’est-ce qu’une aide logistique ?  Des camions, des hélicoptères, des armes, des renseignements, des instructeurs ? La France a déjà dépêché sur place un drone qui surveille les déplacements des bandes islamistes. Et des forces  spéciales sont très certainement déjà déployées sur le terrain, en toute confidentialité.

Un enjeu politique.

C’est une partie dangereuse et difficile qui se joue là bas, c’est aussi une partie très politique qui pourrait en cas de succès s’avérer payante. Les islamistes qui occupent le nord Mali se sont aliénés une grande partie des musulmans d’Afrique de l’Ouest, notamment en détruisant des mausolées de saints à Tombouctou. En contribuant à les chasser, la France retrouverait tout son  prestige dans la région. Le fait de ne pas intervenir directement, mais d’aider les africains à se libérer eux-mêmes serait également très apprécié et tournerait la page d’une France postcoloniale qui a fait son temps.

Le « commandant en chef ».

Enfin hormis la difficile question des otages, ne pas engager de troupes au sol, limite les risques devant l’opinion française, qui ne supporte plus de voir de jeunes soldats rapatriés d’Afghanistan dans des cercueils, fussent-t-ils recouverts du drapeau tricolore. C’est un grand classique en France, quand le Président a du mal à l’intérieur, il lui faut une victoire à l’extérieur. Souvenez-vous de Sarkozy en Géorgie ou en Libye. En ce sens, François Hollande est indubitablement un président… normal…

fcr4

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

France : les verts restent au gouvernement

Par Christophe Giltay dans Divers , le 25 septembre 2012 05h24 | Comments Off on France : les verts restent au gouvernement

    En France malgré le refus de leur parti, de voter le traité européen, les deux ministres écologistes ne devraient finalement pas quitter le gouvernement. Le premier ministre Jean Marc Ayrault a fait savoir que leur démission n’était pas à l’ordre du jour.

ayrault-famille

 

« Circulez y’a, rien à voir ! » Le Président de la république et son Premier ministre, ont donc décidé de considérer que Cécile Duflot ministre du logement et Pascal Canfin ministre chargé du développement, « étaient avant tout des ministres, et qu’ils avaient manifesté leur volonté de solidarité avec le reste du gouvernement ». Quelque soit donc la position de leur parti, face au traité européen ils resteront dans l’équipe.

 

Eviter les vagues.

 

  On peut analyser cette situation de deux manières, au moment où les sondages sont très mauvais pour le Président, il valait mieux éviter une crise politique supplémentaire, en faisant sortir un des partis de la majorité. C’est la stratégie du : « on se serre les coudes et on affronte la tempête. »

  Oui, mais c’est aussi se priver d’un prétexte pour revoir de fond en comble une équipe gouvernementale, qui à l’évidence fonctionne mal. Vous me direz changer le gouvernement, quelques mois à peine après la présidentielle, ce serait de l’inédit. Pas forcément, on a un connu un cas semblable en 1995 avec le gouvernement Juppé qui a démissionné le 7 Novembre 1995, 5 mois à peine après l’élection de Jacques Chirac. Alain Juppé avait alors revu complètement sa copie notamment en faisant sortir de nombreuses femmes, qu’on avait surnommées à l’époque les « jupettes ». Comme l’actuel gouvernement le gouvernement Juppé 1 avait souffert de cacophonie, en raison de l’inexpérience d’un grand nombre de ses ministres.

 

Une équipe inexpérimentée.

 

 Jean Marc Ayrault est un peu dans le même cas de figure. Une bonne moitié de son équipe est composée d’inconnus aux yeux du grands publics, à tel point que récemment un policier a voulu faire descendre une ministre d’une estrade  officielle, croyant qu’elle était l’épouse d’un autre ministre, qui lui avait été reconnu.

  Il est certainement fort louable de ne pas se déjuger et de  vouloir affronter l’ouragan qui ne fait que commencer avec l’équipe qu’on a choisie, mais ne serait-il  pas plus prudent compte tenu des circonstances de faire sortir quelque novices pour laisser la place à des poids lourds, grandis sous Mitterrand ou sous Jospin ?

 

En manque d’éléphants.

 

 François Hollande peut-il se permettre de laisser en dehord des figure majeures comme Martine Aubry, Bertrand Delanoë, ou Elisabeth Guigou  ? Ou encore des profils toujours très médiatiques comme Jack Lang, sans oublier bien sûr Ségolène Royal… mais là évidement il faudrait qu’il affronte la réaction de Valérie Trierwieler… à côté de laquelle, le tsunami de la crise économique, ne serait qu’une douce marée d’automne…

fcr3

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

 

France : les verts doivent-ils quitter le gouvernement ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 25 septembre 2012 00h47 | Comments Off on France : les verts doivent-ils quitter le gouvernement ?

 

Le gouvernement français entre dans une mauvaise passe politique, les verts, alliés des socialistes,  ont décidé de ne pas voter le traité européen, alors que  le président et le premier ministre continuent à dévisser dans les sondages.

Cécile Duflot ministre du logement

Cécile Duflot ministre du logement

 

Vous connaissez surement l’expression : « protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge ». C’est un peu ce que doit se dire François Hollande après le mauvais coup que viennent de lui faire les écologistes. Le parti Europe Ecologie Les Verts, a décidé à 70 % de voter non au traité européen que le gouvernement veut faire adopter, comme dans les 26 autres pays de la communauté. Un véritable camouflet venant d’un parti qui a réalisé 2,3% à l’élection résidentielle, et qui doit tous ses députés et tous ses sénateurs à l’appui de son allié socialiste. En France les verts ne se sont pas encore détaché d’une certaine immaturité politique qui fait que bien qu’au gouvernement, ils continuent à se comporter comme un groupuscule d’activistes.

 

Dany voit rouge

 

A tel point, et le symbole est fort, que Daniel Cohn Bendit, le leader de Mai 68 a décidé de se mettre en congé du parti. Dany en vieux député européen, sait faire la part des choses et soutient le traité. Pour compliquer la situation les ministres verts n’entendent pas pour autant quitter le gouvernement, et rien ne dit d’ailleurs que certains parlementaires verts ne voteront pas le projet se mettant en porte à faux avec leur parti, bref une véritable cacophonie.

 

Daniel Cohn-Bendit

Daniel Cohn-Bendit

Hollande en baisse

 

 Ca n’arrange évidement pas François Hollande et son premier ministre Marc Ayrault qui perdent cette semaine 11 et 7% dans le  baromètre mensuel du Journal du dimanche. François Hollande ne recueille plus que 42% d’opinion favorables à peine quatre mois après la présidentielle, c’est du jamais vu. Alors bien sûr il faut nuancer, ces sondages sont réalisés sur l’ensemble de l’électorat français, et l’on note une radicalisation, ainsi 91% des électeurs de droite refusent leur confiance au président socialiste, ce qui est somme toute logique. Là où les verts jouent un jeu dangereux, c’est que l’un des principaux griefs que l’on fait au président est de manquer de caractère et de sens de la décision.

 

Virer les verts ?

Or les socialistes n’ont pas besoin des verts pour gouverner, ils ont seuls la majorité à l’Assemblée Nationale. Quant au traité européen, très proche de celui négocié par Sarkozy, la droite pragmatique va le voter avec le PS. Je ne sais pas moi, mais virer du gouvernent un allié qui vous est infidèle, et dont en plus on n’a pas besoin, ce serait surement ressenti dans l’opinion comme une preuve de caractère. Si j’étais ministre vert, je profiterais bien de ma fonction ces jours prochains… à fond… on ne sait jamais…

 

Dernière minute : Dans le 20h de France 2 lundi 24/09, l’écologiste Cécile Duflot ministre du logement a manifesté son intention de rester au gouvernement en dépit de la position de son parti. Le parti qui de son côté annonce qu’il votera le budget à la fin de la semaine (alors que ce budget sera forcément soumis au traité européen…) Comme dit Dany ça donne un peu l’impression de vouloir « le beurre, l’argent du beurre et les beaux yeux de la crémière. »

fcr2

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

http://eshop.renaissancedulivre.be/

Valérie Trierweiler a-t-elle trouvé sa place ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 21 septembre 2012 09h01 | 5 commentaires

Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande a peut être trouvé une place en accord avec son statut de première dame. Elle va devenir ambassadrice de l’association «  France- libertés » fondée par Danielle Mitterrand. 

 

 

 

Quoi de plus naturel pour une première dame, que de mettre ses pas dans les pas d’une autre première dame. Bernadette Chirac en avait fait de même avec les fondations de Mme Gaulle et de Mme Pompidou. Valérie Trierweiler a participé jeudi à une vente aux enchères au profit de l’ association « France-libertés » et elle en profité pour définir le profil de son action«  Il ne s’agit pas de me substituer à la mémoire de Danielle Mitterrand », a-t-elle déclaré,  « il ne s’agit pas de me mesurer à Danielle Mitterrand ni même de me comparer, il s’agit seulement de porter les valeurs qu’elle défendait ». Elle travaillera aux côtés de Gilbert de Mitterrand l’actuel président de France liberté.

Ambassadrice et journaliste ?

Vous me, direz voilà enfin une vraie tâche de première dame, fini le tweet et le mélange des genres.

Hé bien non ! Et c’est là tout le problème, dans le même temps la presse révèle que Valérie Trierweiler est en négociation pour animer une émission de Direct 8,  une des chaînes du groupe Canal +. Quant à sa participation à Paris Match, elle a quitté le siège du journal, mais elle continue à assurer des critiques de livres. Le problème c’est que ces livres sont désormais adressés à son bureau de l’Elysée et que c’est son directeur de cabinet qui répond aux envois des éditeurs, sur papier à en tête du palais. « Merci d’avoir envoyé ce livre etc… ». Mais le livre  a été envoyé à qui ? A la première dame ou à la journaliste ? On reste dans la  confusion !

Vers un statut officiel ?

Aprés la mise au point de François Hollande le 14 Juillet, on avait cru comprendre que Valérie Trierweiler resterait journaliste et qu’elle n’accompagnerait le Président que lorsque le protocole l’exigerait. Mais là, avec « France- libertés » elle va en faire plus, et ses obligations protocolaires ne sont pas négligeables, par exemple elle va accompagner François Hollande à  l’assemblée générale de l’Onu à New York le 24 septembre. Elle a déjà tout un  programme en compagnie de Mme Ban Ki-moon. A Paris, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer un statut officiel de la première dame qui définisse ses droits et se devoirs, ainsi que le rôle de son cabinet de 7 personnes. Ce serait dommage d’en arriver là, car le côté « informel et de bon goût » des premières dames élyséennes, correspondait bien à l’esprit français. Mais voilà, on l’avait déjà constaté avec Cécilia Sarkozy, les premières dames d’aujourd’hui, ne sont plus les dames du temps jadis. 

France : la première caricature de Mahomet date de 1143

Par Christophe Giltay dans Divers , le 20 septembre 2012 03h31 | Un commentaire>

La France inquiète des conséquences de la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo a décidé que les ambassades, et les centres culturels français d’une vingtaine de pays seront fermés vendredi, jour de prière pour les musulmans. Par ailleurs le débat continue sur l’opportunité de cette publication, entre défense de la liberté d’expression et respect des religions. Un débat très ancien, puisque le Figaro a rappelé dans un article que la première caricature de Mahomet avait été publiée en France au XII ème siècle.

La première version du Coran en latin conservée à la BNF.

La première version du Coran en latin conservée à la BNF.

 

C’est un dessin à l’encre rouge en marge d’un superbe codex du Moyen Age, comme les moines copistes en griffonnaient souvent, en plus des enluminures qui illustraient leurs ouvrages. On y voit Mahomet portraituré sous forme d’une sorte d’être hybride, avec une queue de poisson et le corps couvert de plumes. un peu à la manière des personnages fantastiques que l’on voit sur les tableaux de Jérôme Bosch ou de Breughel l’ancien.

Le Coran en latin.

Il s’agit en fait de la première traduction du Coran en latin, réalisée entre 1141 et 1143, à l’abbaye de Cluny, sous la direction de Pierre « le vénérable » un ami d’Héloïse et d’Abélard, pour peu on se croirait plongés en plein dans le « Nom de la rose ». A XII ème siècle dans les pays catholiques seuls les musulmans qui étaient très peu nombreux, avaient le droit de posséder une exemplaire du Coran, et bien sur en arabe. Mais comment étudier, contester, voire réfuter un livre si l’on ne possède pas de traduction accessible aux moins aux lettrés ?  Nous sommes alors en plein dans l‘époque de croisades, l’église décide donc de faire traduite le Coran en latin. De nombreux moines érudits maitrisaient l’arabe, langue des sciences ( l’algèbre ) et de la philosophie au  Moyen Age. C’est notamment grâce à l’arabe que nous sont parvenus les principaux textes de la philosophie grecque Platon ou Aristote, comme le rappelait d’ailleurs récemment  un colloque de la fondation Boghossian à Bruxelles.

Conservé à la BNF.

C’est donc grâce à cette connaissance de l’arabe que les clercs de Cluny ont produit ce livre, passé au cours du temps de l’Eglise aux collections royales. Il est actuellement conservé à la bibliothèque nationale de France, la BNF. En 2005 il avait été montré au public au cours d’une exposition, intitulée «  Livres de paroles :Torah, Bible, Coran », et il était présenté ouvert à la page de la caricature. Cette exposition a été visitée par des milliers de personnes sans protestation aucune. Vous me direz le public qui manifeste ces jours-ci dans les rues est plus habitué à visionner des films sur « You tube », qu’à s’intéresser aux enluminures du Moyen Age. Certes, mais cette exposition été mise en ligne, sur le site de la BNF, et elle y est d’ailleurs toujours sans poser de problème.

Foi et raison ne sont pas contradictoires.

Je voudrais voir dans cette histoire, quelque chose de réconfortant. La foi et la raison ne sont pas contradictoires, mais complémentaires. La plupart des musulmans qui vivent en Europe ont suffisamment de maturité et de culture pour faire la part des choses. Et finalement, ceux qui vocifèrent ne sont qu’une toute petite minorité.

Charlie Hebdo : nouvelles caricatures de Mahomet

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 septembre 2012 01h00 | 2 commentaires

Charlie Hebdo publie aujourd’hui des caricatures mettant en scène le prophète Mahomet. En pleine polémique autour du film islamophobe diffusé sur internet, certains y voient une provocation. Réponse du directeur de l’hebdomadaire, « la liberté de la presse est-elle une provocation ? »

 

charlie

La liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas. Ce n’est pas devise de Charlie Hebdo mais celle du Canard enchaîné, toutefois le raisonnement est identique, ce n’est pas parce qu’une poignée de barbus défilent place de la Concorde qu’un journal libre dans un pays libre doit s’auto censurer.

 

Charlie assume.

 

Charb le directeur  de Charlie Hebdo a d’ailleurs à ce sujet une formule intéressante : ces dessins  « choqueraient ceux qui vont vouloir être choqués en lisant un journal qu’il ne lisent jamais ». Pour éviter l’accusation de provocation, les caricatures ne sont publiées qu’en page intérieure, la couverture est prétendument moins choquante, on n’y voit pas le prophète, mais un juif orthodoxe, qui pousse un musulman tout aussi radical, dans une chaise roulante, avec comme titre «  Intouchables 2 », référence au film. Je ne pas sûr que ce soit de très bon goût, mais le mauvais goût n’est pas un délit.

 

Liberté ? Provocation ?

 

 Les autorités françaises s’inquiètent, Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre a fait savoir, « dans le contexte actuel », sa « désapprobation face à tout excès » il en a appelé à « l’esprit de responsabilité de chacun ». Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur a de son côté, a lancé un « appel au calme ».

Charlie Hebdo n’en est pas à son coup d’essais, il avait en 2006,  publié les caricatures danoises et l’an dernier il avait sorti un numéro spécial baptisé « Charia hebdo ». Quelques jours plus tard ses locaux étaient incendiés par des criminels qu’on n’a toujours pas retrouvés. On peut en tout cas  reconnaitre à Charlie le courage de ne pas céder devant la menace. Alors bien sûr le contexte est tendu, difficile, des musulmans modérés vont prendre cette publication pour un insulte. Mais tous les jours il se publie des choses qui plaisent  à une partie de la population…et déplaisent à une autre. Cependant les lecteurs du très conservateur Figaro ne vont pas mettre le feu aux bureaux du quotidien communiste l’Humanité,  ni le contraire.

 

Depuis 1789 !

 

La liberté d’expression est un droit chèrement acquis, inscrit il y a 223 ans, dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, article 11: « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme: tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. » Un auditeur me faisait récemment remarquer qu’étymologiquement radical signifie à la racine. Un religieux radical serait donc un religieux qui revient à la source aux origines… et bien disons qu’on peut être aussi un « droit de l’hommiste » radical !

Edouard Leclerc : mort d’un épicier de génie

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 septembre 2012 04h38 | Comments Off on Edouard Leclerc : mort d’un épicier de génie

Une figure emblématique du monde de la distribution en France Edouard Leclerc, est morte lundi à 85 ans. Il était le fondateur des centres Leclerc, coopérative de patrons propriétaires née dans un hangar breton et devenue au fil des ans la première enseigne française de distribution alimentaire.

 

Michel Edouard et Edouard Leclerc

Michel Edouard et Edouard Leclerc

 

On l’appelait « l’épicier de Landerneau » car c’est dans cette petite ville, qu’il a ouvert dans un hangar en 1949, une épicerie qui vendait des produits de base, huile, biscuit, savon. Sa recette : directement du producteur au consommateur, pour éviter les intermédiaire, d’où des prix défiants toute concurrence. Peu à peu l’entreprise a grandi et au cours des années 60 les épiceries se sont transformées en supermarché. 63 ans après les débuts la formule est toujours la même.

 

Le soutien du général.

 

Pourtant la bataille n’a pas été facile, longtemps Edouard Leclerc fut accusé de tuer le petit commerce, il fut l’objet de nombreuses plaintes, notamment pour vente à perte, mais il en gagné la plupart de ces procès. Il faut dire qu’il pouvait  se targuer d’un soutien exceptionnel celui du général de Gaulle qui lui avait dit un jour, à l’occasion d’une visite  qu’en cas problème il pourrait compter sur lui. Edouard Leclerc en jouait, faisant mine d’appeler le général au téléphone devant se interlocuteurs, alors que vraisemblablement ils ne se sont parlé qu’une seule fois.

 

Une alliance de petits patrons.

 

Le principe du centre Leclerc c’est une coopératrice avec une centrale d’achat, qui permet grâce au volume d’obtenir les prix les plus bas du marché. Mais Leclerc s’est toujours défendu d’avoir créé un grand groupe, en effet sur les 686 enseignes deux seulement appartiennent en propre à la famille. C’est ainsi qu’aujourd’hui encore son fils et successeur Michel Edouard Leclerc se présente comme le porte parole de ses affiliés, mais pas comme le président d’une holding, qui réalise néanmoins 40 milliards d’euros de chiffre d’affaire, en France, mais aussi en Espagne, en Italie en Pologne au Portugal…

 

Un frère rival.

 

 A noter qu’Edouard Leclerc avait un frère Michel, qui s’est rendu célèbre en montant de nombreuses affaires plus ou moins foireuses notamment des stations services appelées Michel L… Edouard a mené plusieurs procès contre son frère pour l’empêcher d’utiliser le nom Leclerc. Finalement le frère a réussi en appliquant le principe des magasins Leclerc aux pompes funèbres, sous la marque  « roc éclerc », un nom très clair pour les initiés.

 

Michel-Edouard, fils d’Edouard, neveu de Michel.

 

Edouard Leclerc était retiré depuis 2003, c’est maintenant l’un de ses trois fils Michel Edouard qui l’a remplacé dans l’univers médiatique. Toujours avec la même thématique, vendre moins cher.  Il y trois semaines il faisait une fois de plus l’actualité en annonçant que les centres Leclerc allaient proposer  l’essence à prix coûtant. Et comme chaque fois cette initiative de Leclerc a fait beaucoup de bruit dans… Landerneau….

Islamistes: une manifestation aux portes de l’Elysée

Par Christophe Giltay dans Divers , le 17 septembre 2012 05h12 | Un commentaire>

Le gouvernement français s’inquiète de la manifestation islamiste qui s‘est tenue samedi devant l’ambassade américaine à Paris. Environ 150 personnes, présentées comme proches des salafistes, ont été interpellées. Question : cette branche de l’islam extrême est-elle en train de faire souche dans les banlieues françaises ?

 FILM-PROTESTS/

Deux choses dérangent d’abord que cette manifestation ait pu avoir lieu en France, que des salafistes aient réussi à mobiliser, 250 personnes. Ensuite qu’elle se soit déroulée aux abords de l’ambassade des Etats Unis c’est à dire près de

l’ Elysée, les bâtiments sont pratiquement voisins, et aussi prés du ministère de l’intérieur qui est en face de l’ Elysée. Dans ce quartier on ne manifeste jamais, et beaucoup de gens ont été choqués de voir à la télévision les policiers de l’Elysée en chemise blanche,  maitriser des manifestants sur le trottoir même du palais.

 

Une manifestation interdite.

 

Que s’est il passé ? Cette manifestation biens sût n’était pas autorisée, elle était  informelle, le rassemblement a été lancé sur internet par des réseaux sociaux. Les salafistes accompagnés d’une poignée de jeunes de banlieue se sont retrouvés place de la concorde. Ils n’ont pas pu approcher de l’ambassade des Etats Unis, gardée en permanence par d’importantes forces de police. Ils ont alors essaimé par petits groupes qui ont essayé de s’approcher de l’Elysée, et l’un d’entre eux a réussi. Au final la police a interpellé 152 personnes pour contrôle d’identité.

 

L’Elysée menacée ?

Depuis le débat fait rage, l’ancien premier ministre François Fillon à interpellé le Président de la république pour lui demander comment on avait pu laisser ces gens approcher de l’Elysée. Le premier ministre actuel lui a répondu que la police avait son travail. Quant au fond, le président du conseil français du culte musulman a déploré cette action, tout en la qualifiant de marginale, alors que le recteur de la mosquée de Paris Dalil Boubakeur a lancé un appel aux jeunes musulmans en leur demandant de ne pas céder aux sirènes des salafiistes. Ajoutant qu’il était inquiet et qu’il ne fallait pas minimiser cet événement. C’est aussi l’avis de Manuel Valls le ministre de l’intérieur, qui redoute des dérapages en se souvenant du geste de cet islamiste radical, parti de France par le train le 8  juin, pour aller poignarder deux policiers au hasard à Molenbeek.

Les banlieues sous surveillance.

Il y a hélas un terreau favorable dans les banlieues françaises, où l’on trouve de nombreux jeunes issus de l’immigration, mal intégrés dans la société française et qui cherchent un sens à leur vie. La république va essayer de les récupérer sur ses valeurs. En espérant qu’il ne soit pas déjà trop tard.


Führerscheintest Führerscheintest Online
elektroniksigara