Ecran noir pour Michel Polac

Par Christophe Giltay dans Divers , le 8 août 2012 10h08 | Un commentaire>

Michel Polac,  journaliste, écrivain, critique, producteur de radio et de télévision, est mort le 7 août à l’âge de 82 ans.

 Au cours d’une longue carrière, il a été présentateur de plusieurs émissions littéraires à la télévision et à la radio, mais on se souvient surtout de lui pour le sulfureux « droits de réponse » diffusé sur TF1 entre 1981 et 1987.

polac

 

Imaginez un plateau de télévision, dans un décor de bistrot,  où l’on fume, on boit, on s’engueule, on s‘interpelle, on crie, on monte sur les tables. Imaginez des invités qui s’appellent  Coluche, Gainsbourg, le professeur  Choron, le patron de presse Robert Hersant, mais aussi le correspondant de l’Agence soviétique Tass à Paris !  Des chroniqueurs : Dominique Jamet, Jean François Kahn, Laure Adler, Pierre Benichou. Des écrivains, des acteurs, des hommes et des femmes politiques, des syndicalistes, de simples citoyens qui dénonçaient tel ou tel problème. Le tout accompagné de véritables enquêtes.  Et au milieu de tout ça, tirant sur sa bouffarde, un journaliste, posé, présent, souriant, procureur calme au milieu de la tempête… Une émission du samedi soir, dont on ne savait jamais combien de temps elle allait durer, et qui se finissait souvent par un : «  coupez l’antenne ! » D’un Polac au milieu d’un brouhaha indescriptible. Bref, l’antithèse de la télé d’aujourd’hui, très codifiée même quand elle se veut iconoclaste.

 

Procureur anarchiste.

 

Laurent Ruquier rappelait ce matin que Polac avait été  en 2006, le premier chroniqueur de  « On n’est pas couché », aux côtés d’Eric Zemmour  avant  Eric Naulleau… « Je lui dois une grosse partie du succès d’ONPC. Il était le gage de la liberté d’expression », a écrit Ruquier sur Twitter.  Il avait dû arrêter pour raison de santé. Il avait donc fini sa carrière télévisuelle dans la même case horaire que « Droit de réponse », 25 ans plus tard, confirmant  un autre hommage de Bernard Pivot :   »le secret de Michel Polac, c’est qu’il faisait des émissions, d’actualité ou littéraires, auxquelles il aurait aimé être invité ».

 

Une télé de M…

 

 On se souvient aussi de son recours aux  caricaturistes, Cabu, Wolinsky, Wiaz, c’est un dessin de ce dernier qui lui valut d’être viré un peu après la privatisation de TF1, et son rachat par l’entrepreneur de travaux public Francis Bouygues.  Wiaz  avait illustré un dessin de cette légende : «  une maison de maçon, un pont de maçon, une télé de M… ». Une maison de maçon était le slogan publicitaire des « maisons Bouygues », le pont faisait référence à la construction par Bouygues, du pont de l’île de Ré, très décriée à l’époque, et la télé de M… à la privatisation de TF1. Trois raisons pour virer Polac.

 

une-tele-de-m

 

Hommes de lettres.

 

Mais Polac était aussi un écrivain, dont  le premier livre publié en 1956, avait été parrainé par Albert Camus, rien que ça ! Dans son immense production je me souviens notamment de son documentaire sur Louis Ferdinand Céline en 1969. A une époque où l’écrivain était encore très sulfureux, il s’était installé passage Choiseul, là où Céline avait passé son enfance. Il arrêtait les passants en leur proposant de leur offrir un exemplaire du « Voyage au bout de la nuit »…rares furent ceux qui l’acceptèrent.  

 

Mourir dans la dignité.

 

Enfin, c’était aussi un homme engagé, qui avait signé en l’an 2000 une pétition pour le droit de mourir dans la dignité (contrairement à la Belgique, la France ne reconnaît toujours pas le droit à l’euthanasie.)

 Sa famille a annoncé qu’il  était mort épuisé par de nombreuses maladies. Je ne sais pas s’il a choisi sa mort, mais voici ce qu’il écrivait à ce sujet : « Mourir digne, cela me semble juste. Je ne supporterais pas de partir réduit. Le souvenir que l’on laisse, c’est son empreinte. Un homme a le droit de vouloir laisser une empreinte digne. »

Laisser un commentaire

1 réaction à “Ecran noir pour Michel Polac”

  1. Sa disparition…c’est triste Son désir de mourir dans la dignité, c’est très bien (bravo pour l’euthanisie et pour la Belgique qui accepte celle-çi)

Les commentaires sont actuellement fermés