SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Archives du juillet, 2012

François Hollande bilan à 75 jours

Par Christophe Giltay dans Divers , le 31 juillet 2012 10h51 | 2 commentaires

François Hollande était hier à Londres pour assister à quelques belles prestations des champions français. Il va maintenant entamer ses vacances au Fort de Brégançon, résidence d’été des présidents. Alors, un peu plus de 75 jours après son arrivée à L’Elysée , peut-on tirer un premier bilan ?hollande-qg

Vous connaissez l’expression « gouverner c’est prévoir », en tout cas la ministre des sports Valérie Fourneyron, avait bien prévu le programme du président puisqu’il a assisté hier à trois médailles françaises :  une d’or et deux de bronze .En revanche la ministre a un peu pataugé quand elle qualifié lors d’une interview Laura Flessel de judokate, alors que la porte drapeau de la délégation française est une célèbre escrimeuse. Sortie hier en larmes,  en 8ème de finale, la championne était comme l’écrit « libé » ce matin : « Lame en peine… »

Bilan ?

 Quant au premier bilan il est évident très différent de François Mitterrand en 1981, qui avait enquillé les réformes dans ses premiers 100 jours.  Là c’est prudence ! En 75 jours on a plutôt  assisté un détricotage du Sarkozysme qu’à un maillage du hollandise.

Des têtes tombent.

On ne s’en rend pas compte forcément en Belgique mais tous les jours, le nouveau pourvoir vire un proche de Sarko. La semaine dernière c’était le président de l’Institut du monde arabe, auparavant il y avait eu le préfet de police de Paris, le directeur de l’audiovisuel extérieur, le chef du service de protection des hautes personnalités, le chef de la police nationale,  etc… Aux Etats-Unis on appelle ça le système des dépouilles, quand un pouvoir change, toute une série de hauts responsables changent avec lui.

 Pour les lois c’est pareil, chaque  jour une réforme sarkozyste est supprimée, ou amendée :  la TVA sociale, le bouclier fiscal , les avantages sur les heures supplémentaires, la  réglementation sur la naturalisation … demain les conseillers territoriaux  etc…

Normal !

Maintenant on attend les premières décisions.  Et là c’est un peu l’expectative car, on l’a vu avec le sommet social, contrairement à Sarkozy qui décidait « et pis c’est tout ! »,  la méthode  hollandaise consiste à écouter beaucoup et longuement. Ce qui est nouveau en France, où l’on a plus une culture de la décision autoritaire suivie de protestation, que du débat contradictoire et démocratique.

Enfin côté présidence normale, François Hollande  continue à prendre le train pour venir à Bruxelles, il roule toujours en DS 5 hybride, et Valérie Trierwieler s’est modérée sur le tweet.  Mais il a gardé la « Lanterne » à Versailles la résidence officielle que Nicolas Sarkozy avait piquée à son premier ministre. Et il part en vacances sur la Côte d’Azur, au fort de Brégançon,  comme en leur temps, Pompidou, Giscard Chirac et Sarko… Normal quoi ! 

 

 

 

fcr-couverture6

 

 

 

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

 

La visite mémorable de Michel Daerden à l’Elysée

Par Christophe Giltay dans Divers , le 30 juillet 2012 16h21 | 3 commentaires

Journées décisives pour Michel Daerden. Les médecins vont essayer une nouvelle fois de le réveiller. On craint beaucoup pour les conséquences neurologiques de son arrêt cardiaque, qui a duré plusieurs minutes. Un peu pour lui souhaiter bonne chance,  j’évoque ici une anecdote typique du personnage.

daerden

C’est un peu pour conjurer le sort, nous rappeler le Michel Darden qui a tellement fait sourire les belges, tout en agaçant bien d’autres.

 C’était le 4 juin 1996, jour de l’inauguration de la ligne Thalys entre Liège et Paris. Un groupe de personnalités liégeoises avaient pris ce train, et il était prévu que cette délégation soit reçue par le Président Chirac en début d’après-midi.  Parmi ces invités Michel Daerden qui était à l’époque le ministre fédéral de transports, mais il y avait aussi Didier Reynders, le bourgmestre etc… Nos liégeois avaient  prévu de déjeuner à la résidence de l’ambassadeur de Belgique située deux rues derrière l’Elysée.

A deux pas de l’ambassadeur.

  Vers 14h, nos ministres belges ont donc pris de congé de l’ambassadeur pour se rendre à pied à l’Elysée. J’y étais déjà  arrivé et j’entrais avec mon cameraman par la petite porte latérale réservée aux journalistes.  C’est là que Michel Darden qui avait lâché le peloton, nous voit et nous emboite le pas.

 J’ai assisté alors à une scène surréaliste, le garde républicain en faction  interpelle ce monsieur la mine réjouie, qui passe les portes sans autre forme de procès. «  Mais qui êtes-vous monsieur ? »  Et l’autre tout sourire  de répondre avec son accent célèbre : «  je suis Michel Daerden ! »,  « et alors ? » dit le gendarme , «  j’ai rendez-vous avec monsieur Chirac ! » « Mais enfin, qui êtes-vous ? »  «   je suis un ministre belge… » «vous plaisantez ? » « non je suis Michel Daerden ! »…le sésame imparable à Liège ne marchait pas à Paris ! Les gardes pensaient vraiment qu’il se moquait  d’eux, et je me suis dit que j’allais le retrouver au poste.

Tout s’arrange

C’est alors que toute la délégation est arrivée et s’est engouffrée à son tour dans la petite pièce.  « C’est quoi cette histoire ! » pestait un officier venu à la rescousse.  J’ai eu beaucoup de mal à le convaincre d’appeler le secrétariat de  Jacques Chirac pour confirmer qu’ils étaient bien attendus.

Il était désemparé : «  Mais enfin ils arrivent à pied sans motard, sans voiture, ce ne sont pas des ministres ! »  L’officier était devant un gros problème protocolaire.  Il les a fait mettre en rang par deux, puis il a fait ouvrir la grande grille,  et les liégeois ont pénétré à pied,  mais dignement, dans la cour de l’Elysée.

Ce jour-là, bien avant François Hollande, Michel Daerden et les autres liégeois, avaient fait entrer un peu de normalité,  au sommet de la République.

 

fcr-couverture5

  

L’anecdote complète, et bien d’autres, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

JO : Paris a toujours un petit regret

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 juillet 2012 08h58 | Commentaires fermés

A Paris, comme partout on va suivre les jeux Olympiques de Londres avec beaucoup d’intérêt, mais quand même un peu d’amertume.  Tout le monde n’a pas digéré le fait d’avoir raté en 2005, l’organisation de ces jeux, et certains continuent à penser que la victoire de Londres était usurpée.

logo-london-20122

Bon je vous rassure tout de suite, on n’est plus à l’époque où le maire de Paris, Bertrand  Delanoë , ne pouvait pas sortir en ville sans se lamenter sur «  ces  tricheurs d’anglais ». Il avait tellement cru que Paris allait l’emporter, il avait tellement pensé que son dossier était le meilleur, la digestion fut difficile. Ce matin la presse évidement titre sur les jeux, mais avec un sens très français de la critique. Certains rappellent  que l’ardoise initiale a été multipliée par quatre, alors que l’un des arguments de la candidature londonienne, c’était justement la maitrise des coûts. On voit également ici et là des articles sur le dopage, les difficultés de transports dans Londres. Sans oublier bien sur les fautes de goût comme la flamme portée par Lakshmi Mittal !

Londres plus en phase avec le siècle ?

D’ailleurs c’est très symbolique cette histoire, si Londres a été préféré à Paris, c’était justement ( en grande partie du moins)  parce l’Angleterre apparaissait à l’époque comme un pays plus en phase avec le 21ème siècle. Le siècle de la mondialisation et de l’argent facile. Le siècle où les héros ne s’appellent plus Pierre de Coubertin, mais Lakshmi Mittal, qui je vous le rappelle vient d’offrir à Londres son building le plus spectaculaire, en quelque sorte… sa tour Eiffel.

La candidature de Paris était particulièrement classique mettant en avant le patrimoine, la culture etc… Je me souviens d’un dynamisme londonien très postmoderne, qu’on devrait le retrouver, ce soir lors de la cérémonie d’ouverture. Londres est effectivement à la pointe d’une certaine époque…Sauf que cette époque, est peut-être déjà derrière nous. La crise économique qui nous ravage depuis 2008, a sacrément ringardisé ce triomphalisme du tout fric, où la liberté de marché a supplanté la liberté des hommes.

logo-paris-2012

 

Des jeux politiques depuis toujours.

Vous me direz : « rien nouveau sous le soleil ». Il ne faut pas regarder les jeux Olympiques avec un œil trop naïf. Ils ont toujours reflété leur époque. Souvenez-vous de 1936 quand les noirs américains affrontaient victorieusement les blonds nazis. Comme une préfiguration de la seconde guerre mondiale. Quant aux intentions du fondateurs Pierre de Coubertin, dans les années 1890,  il voulait certes la réconciliation les nations par le sport, mais aussi former une génération de français en bonne santé, capable de reconquérir un jour l’Alsace Lorraine.

Quant à la célèbre devise «  l’important c’est de participer »… j’ai plutôt l’impression que « l’important c’est de gagner »…mais je me trompe sûrement.

 

Etes-vous Tintin ou Astérix ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 juillet 2012 08h01 | Un commentaire>

C’est en lisant le Figaro ce matin, que je suis tombé sur cette question posée aujourd’hui à ses lecteurs. Un débat crucial, surtout pour ceux qui ont le bonheur d’être en vacances  et de lire sur la plage. Alors  en matière de BD êtes-vous Tintin ou Astérix ?

asterix

C’est un peu comme Stones ou Beatles, dis-moi qui tu préfères, je te dirai qui tu es !

D’abord remettons les choses à leur place, Tintin est beaucoup plus ancien qu’Astérix, trente ans de plus. Le reporter belge apparaît en 1929, le guerrier gaulois en 1959.  Il y a bien sûr plein de points communs entre les deux. Un  héros :Tintin, Astérix, à peu près dépourvu de tout défaut. Un ami faire valoir qui lui, en a plein : Haddock, Obélix. Un savant : Tournesol, Panoramix ; et un animal de compagnie : Milou, Idéfix. On retrouve ce schéma classique chez Spirou, Fantasio, Champignac et Spip,  sans être un historien de la bd on pourrait en identifier l’origine chez Zig et Puce et leur canard Alfred…

 

 

Un contemporain, et un personnage historique.

Leurs univers sont différents : Tintin est un contemporain du moins du 20ème siècle, Astérix est un personnage historique dans une Gaule imaginaire. Tintin se confronte à l’actualité, les gangsters de Chicago, la guerre sino japonaise, la situation au proche orient, les dictateurs d’Amérique latine, la conquête de l’espace. Ses ennemis ?  Les méchants et notamment l’infâme Rastapopoulos. Astérix, a comme ennemi principal César, mais surtout la connerie !  Du moins tant que Goscinny a vécu pour écrire les scénarios, relisez les premiers albums, l’humour à caractère potache, y est plus proche du canard enchainé que des illustrés pour enfants. Astérix était publié dans Pilote et Tintin, dans Tintin !

Belge ? Français ?

Au fond  je crois que la différence est avant tout culturelle. Tintin très belge au début, pensez au Congo, est devenu peu à peu un personnage universel, au point d’être récemment récupéré par le cinéma américain. Alors qu’Astérix trouve sa raison d’être dans son caractère éminemment français. Les irréductibles gaulois incarnent  les français tel qu’ils se rêvent, avec leurs défauts et leurs qualités : bon vivants, rigolards, bordéliques et bagarreurs…

Un gaulois, peut en cacher un autre…

  Ca va même un peu plus loin, et il y derrière un arrière fond politique, une sorte d’évocation de la fierté nationale. Je vous rappelle qu’Astérix le « Gaulois » est né en 1959, l’année de l’entrée du général  « De Gaulle » à l’Elysée. Or que fait Astérix ? C’est celui qui dans une Gaule occupée, résiste encore et toujours à l’envahisseur … coïncidence ? Pas sûr…

Alors Tintin ou Astérix ? Mais les deux mon général !

 

tintin2

 

 

Addendum :André Malraux rapporte dans «  Les chênes qu’on abat » cette boutade du général de Gaulle : « Au fond, vous savez, mon seul rival international, c’est Tintin! Nous sommes les petits qui ne se laissent pas avoir par les grands. On ne s’en aperçoit pas à cause de ma taille… »

 

François Hollande en vacances au Fort de Brégançon

Par Christophe Giltay dans Divers , le 25 juillet 2012 09h20 | Commentaires fermés

Le président François Hollande prendra une quinzaine de jours de vacances début Août.  Il devrait semble-t-il se rendre au « fort de Brégançon » la résidence d’été des présidents.  La première dame, Valérie Trierwieler s’y serait déjà rendue en repérage.

bregancon1

Le fort de Brégançon on aime ou on n’aime, pas ça dépend des présidents, et aussi de premières dames.  Ainsi Mitterrand n’y alla pratiquement jamais. Comme son nom l’indique c’est une ancienne implantation militaire, située non loin de Bormes- les- mimosas  sur un piton rocheux entouré d’eau. C’est le général de Gaulle qui en 1964, l’avait fait aménager en résidence, pour s’y installer quand il avait des obligations dans le sud.  Il y a passé une seule nuit, dévoré par les moustiques, dans un lit trop petit pour lui. Il a juré qu’il ne s’y rendrait plus, et il tenu parole, même si entre temps on avait commandé un lit à sa mesure.

VGE en maillot

De tous les présidents  celui qui s’y plaisait le plus ce fut Pompidou, il y allait tout le temps même en weekend. Son épouse Claude avait meublé l’intérieur avec du mobilier contemporain, ils étaient tous les eux grand amateurs d’art moderne. Et Pompidou, le premier président normal, n’hésitait à disputer des parties de pétanques avec ses cuisiniers et ses gardes du corps, à l’ombre des murailles. Changement de style avec Giscard qui y jouait au tennis pendant que madame s’occupait des fleurs.  A noter que pour la première fois des paparazzis ont pris des photos du président, tout bronzé en maillot de bain. Les paparazzis qui quelques années plus tard, ont photographié Jacques Chirac sans maillot qui regardait  au loin avec des jumelles depuis sa salle de bain, dans le plus simple  appareil. De photos qui ne sont jamais sorties  contrairement  à celle où on le voit poussant le landau de son petit-fils, chemise ouverte, en short avec des chaussées. A l’époque madame Chirac  allait tous les dimanches à la messe à l’église de Bormes, parfois monsieur l’accompagnait.  Il faut dire que les Chirac avaient à se faire pardonner quelques séjours très luxueux à l’île Maurice, au début de leur présidence, et Brégançon c’était un peu leur pénitence. Pas si désagréable d’ailleurs.

Sarkozy au cap Nègre.

Cécilia Sarkozy l’aimait bien, mais ce fut bref…Quant à Carla et Nicolas, ils s’en servaient pour des rencontres officielles, mais comme villégiature ils préféraient la résidence de la chanteuse, au cap nègre à 18km de là. D’ailleurs ils y seront peut-être cet été. Ce serait amusant de voir Sarkozy et Hollande se croiser en vélo sur la route en corniche !  Je parie que les paparazzis ont déjà, préparés leurs téléobjectifs le plus puissants…

 

 

 

fcr-couverture4

 

 

Tout sur la vie des présidents, leurs vacances leurs résidences,  dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

 

Vel d’hiv : Hollande successeur de Chirac

Par Christophe Giltay dans Divers , le 23 juillet 2012 08h00 | Un commentaire>

Hier lors d’une cérémonie du souvenir,  François Hollande a reconnu à son tour que le crime commis à l’encontre des Juifs lors de la grande rafle du Vel d’hiv, il y a 70 ans, l’avait été « par la France ».  Il se pose ainsi en successeur de Jacques Chirac plus que de François Mitterrand.

FRANCE-HISTORY-WWII-JEWS-SHOAH-HOLLANDE

 

Par  rapport au vel d’hiv, cette rafle de 13 000 juifs, opérée par la police française, les 16 et 17 juillet 1942, François Mitterrand avait adopté la même attitude que le Général de Gaulle, Vichy ce n’était pas la France, ce n’est donc pas la France qui a commis ce crime. Une attitude bien pratique et qui évitait de poser le problème de fond, sur la collaboration de la police française avec les allemands. Or François Hollande l’a rappelé hier : «  La vérité est dure, cruelle » mais « la vérité, c’est que la police française, sur la base des listes qu’elle avait elle-même établies, s’est chargée d’arrêter des milliers d’innocents », qu’ils ont été escortés « par la gendarmerie française jusqu’au camp d’internement », « la vérité, c’est que pas un soldat allemand, pas un seul, ne fut mobilisé pour l’ensemble de l’opération ».

Seul une centaine de déportés revinrent des camps, et pas un seul des 4115 enfants.

 

 

17 ans après Chirac.

 

Jacques Chirac fut le premier à reconnaitre la responsabilité de la France , et François Hollande vient donc de lui emboiter le pas : « la vérité, c’est que ce crime fut commis en France, par la France », a martelé  le chef de l’Etat.

La veille il avait rendu visite à l’ancien président dans sa propriété de Corrèze, pour évoquer entre autre le Vel d’hiv. On peut donc parler d’une véritable convergence de vue entre les deux hommes, malgré les différences politiques.

 

 Ce faisant François Hollande, ne se démarque pas uniquement de son mentor François Mitterrand, mais aussi de Nicolas Sarkozy qui fustigeait ce qu’il appelait « la repentance permanente ». Sarkozy n’a jamais nié bien sûr la responsabilité de la France dans la collaboration, mais il refusait que la France s’excuse, que ce soit aussi bien pour les faits commis pendant la seconde guerre mondiale, que pour la colonisation, la traite nègrière , le Rwanda etc…

 

Sarkozy out !

 

 C’est donc aussi un signe fort de la volonté d’effacer Sarkozy, et de jeter un pont directement avec l’ère Chirac. Il ne se passe d’ailleurs pas un jour sans que le gouvernement n’abolisse une réforme, une disposition réglementaire, ou une loi sarkozyste.  Comme si le quinquennat précédent  n’avait été qu’une parenthèse. Le président normal revient à la normale…

Après la rupture le retour !

 

 

 

fcr-couverture3

 

 

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

Les français plébiscitent le hamburger

Par Christophe Giltay dans Divers , le 22 juillet 2012 08h04 | 2 commentaires

Ironie de l’histoire 13 ans après le démontage d’un Mac Donald par José Bové, au nom de la lutte contre la malbouffe, les français sont devenus les seconds consommateurs de Hamburgers en Europe. D’après le cabinet NPD spécialiste de la consommation alimentaire, ils en mangent 14 par an et par personne.

  

Le hamburger est devenu un plat classique de la cuisine française, et il se consomme de plus en plus dans les restaurants traditionnels, 17% de plus en 2011. 5% des hamburgers  »dégustés » en France le sont désormais à table, avec nappes, couverts, et serviettes. Quant à Mac Donald c’est devenu le premier restaurateur français avec plus de 1,5 millions de repas par jours, servis dans 1150 restaurants. Même si l’enseigne américaine a du s’adapter, adoucir son look avec un logo vert et non plus rouge, rendre ses restaurant plus confortables et proposer par exemples des hamburgers au charolais.

 

Effet boomerang.

 

En fait José Bové à son corps défendant a servi Mac Donald, son démontage du Mac Do de Millau, aurait été à l’origine d’une réflexion sur le fait que l’enseigne ne pouvait pas s‘implanter durablement en France, sans s’adapter à la culture locale.

Aujourd’hui, McDonald’s réalise presque 4 milliards d’euros de chiffre d’affaire en France. « Cela représente 4 fois les chiffres d’affaires cumulés des 580 restaurants étoilés Michelin ».

Wimpy avant Ronald.

Pour autant le terrain était préparé, car ce que les américains appellent un hamburger les français le connaissaient déjà sous le nom de steak haché. Un aliment qui a connu un boom après guerre, notamment avec le développement des surgelés. Le premier restaurant de hamburger français, a d’ailleurs ouvert il y a tout juste 51 ans, en Mai 1961 à Paris, c’était le fameux Wimpy, de Jacques Borel ( franchise d’une enseigne anglaise.) Jacques Borel qui était déjà présenté à l’époque comme l’ennemi de la gastronomie française, il a inspiré le modèle de l’infâme Tricatel dans le film « l’aile ou la cuisse » avec de Funès et Coluche. Borel a créé avec succès une vingtaine de restaurants Wimpy dans les années, 60 avant de se tourner vers la restauration d‘autoroute.

Faste food !

 

Wimpy avait ouvert la route, aux enseignes à l’américaine qui se sont installées au cours des années 70. Mac Do et chicken shop d’abord, puis, O’kitch, Burger king, WhataBurger, free time, Quick, KFC, etc….Aujourd’hui en Europe seuls les anglais dévorent plus de hamburgers que les français 17 par an, contre 14. Enfin profitons-en pour lancer un salut fraternel au sympathique Wimpy, qui je vous le  rappelle, est le vieux copain de Popeye, qui passe son  temps à engloutir… des hamburgers…

 

Wimpy

Wimpy

 

 

La recete du big Mac par le chef de Mac Do :

http://blog.slate.fr/bien-manger/2012/07/12/macdonald-big-mac-recette/

Peugeot : Le lion sort de sa réserve

Par Christophe Giltay dans Divers , le 20 juillet 2012 08h01 | Commentaires fermés

Le président du conseil de surveillance de PSA, Thierry Peugeot, a déclaré dans une interview au « Figaro.fr. » qu’il  y avait « des limites » à la critique, après les attaques du gouvernement, contre le plan de restructuration. Il a assuré que la famille était « unie » derrière le patron, du groupe  Philippe Varin.

 

Thierry Peugeot

Thierry Peugeot

 

 

Cette interview est un évènement parce que la famille Peugeot, un peu comme la famille Michelin, est un clan dont la devise pourrait être « pour vivre heureux vivons cachés ». Imaginez que le groupe Peugeot remonte au règne de Louis XV avec Jean-Pierre Peugeot, qui fabriquait des moulins. Dès 1810 sous Napoléon 1er la famille  passe à la métallurgie, et fabrique notamment des ressorts et des outils. Le lion est choisi comme emblème en 1847, le fameux moulin à poivre fait son apparition sous Napoléon III, le vélo dans les années 1880, les premières voitures sont produites en 1896. La société des automobiles Peugeot devient PSA en 1966,  et rachète Citroën  en 1976.

Aujourd’hui la famille ne possède plus qu’environ 25% du groupe, mais reste le premier actionnaire.

 

Une injustice ?

 

   Ce que reproche Thierry Peugeot au gouvernement et plus particulièrement au ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, c’est la critique sans nuance du plan social. Il considère cela comme une injustice : « C’est tout le groupe qui vit mal ces attaques et qui se sent visé », dit-il. « Il y a des mots que je n’ai pas aimés et qui ont été répétés: +mensonge+ et +dissimulation+. Nous sommes prêts à accepter la critique mais il y a des limites »…Il defend le sens de la «responsabilité» du groupe qui doit «s’adapter» à l’effondrement des ventes en Europe.

 

Quel rôle pour l’Etat ?

 

Le 14 juillet le président Hollande avait déclaré que le plan de suppression de 8000 était inacceptable. Le problème c’est que contrairement à Renault dont l’Etat est actionnaire, Peugeot est une entreprise totalement privée. Le gouvernement n’a donc aucun pouvoir sinon règlementaire. Vérifier par exemple que la loi a été respectée. Le ministre a accusé Peugeot de dissimulation, arguant que le plan était prêt depuis longtemps et qu’il a été annoncé après les élections, à la demande de Nicolas Sarkozy, qui ne voulait pas être gêné dans sa campagne.

Côté Peugeot, on ne répond pas vraiment à cette critique, mais on redoute de voir cette affaire industrielle se transformer en affaire politique. L’action du groupe est en chute libre, elle a perdu 75% de sa valeur depuis un an, et demain malgré sa solidité et sa longue histoire, la société pourrait être la proie d’un  investisseur étranger… GM possède déjà 7% du capital…

Thierry Peugeot rencontrera le ministre le 26 juillet. L’entretien  promet d’être musclé.  

 

fcr-couverture2

 

 

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

Syrie : Gilles Jacquier victime d’un tir rebelle

Par Christophe Giltay dans Divers , le 17 juillet 2012 22h50 | Commentaires fermés

 

 

Un exemple de la complexité de la situation telle qu’elle règne en Syrie. Les services secrets français après une enquête détaillée, sont désormais persuadé qu’en janvier le journaliste Gilles Jacquier a été victime d’un tir des rebelles. Ces derniers ont toujours nié, accusant le régime de Damas.

 

 

jacquier-2

 

Le grand reporter français, a été tué le 11 janvier par l’explosion d’un obus à Homs, il faisait partie d’un groupe emmené sur le front par des officiels syriens. A l’époque, plusieurs témoins avaient affirmé que les accompagnateurs s’étaient retirés, au moment où les tirs ont commencé. Accréditant la thèse d’un coup monté pour accuser la rébellion. Nicolas Sarkozy lui-même avait soutenu cette option, tout en reconnaissant ne pas avoir de preuve.

 

La piste rebelle.

 

Mais très vite, après la phase d’émotion, les enquêteurs ont dirigé leurs soupçons sur l’opposition. Une semaine après la mort de Gilles Jacquier le Figaro publiait un article, dans lequel un responsable des droits de l’homme à Homs déclarait :

 «  Nous avons fait une grosse bêtise. » 

 Cette fois le quotidien est plus explicite, il publie les conclusions d’un rapport  établi par le ministère de la défense.  

Toutes les sources dit le journal, aussi bien le renseignement militaire que civil, ainsi que les services de l’ambassade France sur place, sont d’accord sur les conclusions. Gilles Jacquier a été tué d’un tir d’obus de mortier de 81 mm, venu d’un quartier sunnite rebelle, et qui visait le quartier chiite alaouite, où se trouvaient le journaliste et ses confrères.

 

Des rapports concordants.

 

 Le Figaro ajoute qu’un rapport de la ligue arabe, jamais rendu public, arrive à la même conclusion. Il n’aurait pas été publié,  parce que l’institution considérerait que l’affaire est désormais du ressort de la justice française. Problème, de ce côté-là l’enquête n’avance pas, car contrairement aux services secrets, la justice n’a pas les moyens d’envoyer des enquêteurs en zone de guerre. Mais toujours d’après le Figaro le parquet de Paris penche lui aussi, pour la bavure de l’opposition, «Il est clair que ce n’est pas un tir dirigé, ce n’est pas avec un obus de mortier qu’on peut viser quelqu’un », a déclaré au journal un magistrat proche de l’enquête.

 

Dans l’attente de la vérité.

 

Malheureusement la famille va devoir se contenter de ces rumeurs, et attendre longtemps encore, avant de connaitre la vérité officielle. Quant au fond de l’affaire, il nous rappelle que ce qui se passe en Syrie, est aussi un combat entre chiites et sunnites pour le pouvoir, comme on en connait par exemple en Irak. Dans les guerres civiles, il n’y a pas de place pour la naïveté. 

14 Juillet : de nombreux jeunes mutilés par des pétards

Par Christophe Giltay dans Divers , le 17 juillet 2012 10h29 | Commentaires fermés

Une conséquence inattendue du 14 Juillet, un afflux aux urgences pour blessures graves à la main. Rien qu’en région parisienne une trentaine de cas ont été recensés qui s’apparentent à des blessures de guerre. En cause un modèle de pétard particulièrement puissant, et particulièrement dangereux.

Un pétard "mortier"

Un pétard "mortier"

 

C’est le professeur Alain Sautet de l’hôpital St Antoine à Paris qui a tiré la sonnette d’alarme. Rien que dans son service 8 patients ont été admis entre vendredi et dimanche avec des lésions très graves. En tout une vingtaine de doigts ont du être amputés au cours d’opérations très complexes, qui durent plusieurs heures. Les chirurgiens doivent rétablit les terminaisons nerveuses, et souvent pratiquer de délicates greffes d’artères. La chirurgie de la mains est l’une de plus délicates.

 

Une mode récente.

 

 Le profil des patients est toujours le même des hommes jeunes de 20 à 25 ans qui ont manipulés des pétards, le plus souvent de type mortier. Beaucoup d’entre eux conserveront un handicap.

Comment expliquer ce phénomène ? L’apparition il y a quelques années de la mode des pétards pour célébrer les jours de fêtes. Un comportement qui n’existait pas autrefois en France ( ou à peine)  et qui a été importé d’Asie et d’Afrique du nord. La plupart des victimes proviennent d’ailleurs de la banlieue parisienne, où réside une importante communauté immigrée. Ensuite et c’est le plus grave le recours à des pétards interdits, ou soumis à une réglementation très strictes. Or il existe de véritables trafiquants de pétard, qui à l’instar des vendeurs de drogue, s’installent au coin des rues dans leur voiture, et délivrent la dangereuse marchandise. Les réseaux sont parfois les mêmes que pour le cannabis…il s’agit toujours de pétards…

 

Des pétards frelatés.

 

Une grande partie de cette marchandise est clandestine et ne répond pas aux normes de sécurité, notamment en termes de délais d’explosion. Le pétard par nature est un explosif qui se déclenche au bout d’un certain temps, le temps, pour celui qui ‘l’allume de se mettre à l’abri ? Or les explosifs frauduleux sont le plus souvent instables et pètent littéralement dans les mains des utilisateurs. Dans les deux mois qui ont précédé le 14 juillet, les douanes françaises ont saisi 132 540 engins explosifs non conformes ou interdits. Principal défaut : le système de mise à feu. A quelques jours du 21 juillet, le message des médecins français mérite d‘être entendu en  Belgique. Côté pétard, un fêtard averti en vaut deux !