Hollande : vers un été rigoureux

Par Christophe Giltay dans Divers , le 29 juin 2012 17h35 | Un commentaire>

Un mois à peine après sa prise de fonction François Hollande, est rattrapé par la réalité économique, et doit déjà revenir sur ses promesses de campagne. Le nombre de fonctionnaires sera réduit de 2,5 % par an en moyenne, hormis les domaines prioritaires : Éducation nationale, Justice, police et gendarmerie.

Retour aux réalités.

Retour aux réalités.

 

Le quotidien « Libération » pourtant classé à gauche est particulièrement sévère avec François Hollande ce matin, en titrant en une : « Hache, comme Hollande ». La réunion du gouvernement lundi a abouti à un plan d’austérité, car il fallait trouver 10 milliards tout de suite. Les ministres ont reçu des « lettres de cadrage » envoyées par le premier ministre, qui leur signifie les limitations budgétaires. Conséquence, le nombre de fonctionnaires sera réduit de 2,5 % en moyenne, par an.

Ministères amers.

Par ailleurs les budgets de la plupart des ministères vont être gelés jusqu’en 2015 en valeur et pas en volume. C’est à dire qu’ils ne pourront pas augmenter d’un centime, et qu’ils ne seront pas indexés. Donc compte tenu de l’inflation, ils vont en fait, baisser. Enfin les cabinets ministériels et cette fois tous, y compris les départements prioritaires, vont devoir réduite leurs dépenses de fonctionnement ( voitures, frais, logements etc…)  de 7% cette année, et de 4% par an ensuite. En apparence c’est moins brutal que Nicolas Sarkozy qui avait décidé de ne pas remplacer un départ à la retraite sur deux, dans la fonction publique quelque soit le secteur, mais on est loin des espérances des électeurs et des syndicats. D’autant que la récente augmentation du smic (salaire minimum),  2% à peine, a beaucoup déçu. Jean Luc Mélenchon, l’ancien candidat du front de gauche crie déjà à la trahison. Il affirme que cette augmentation ne représente même pas, une baguette de pain par jour.

Réalisme.     

Sur le fond cette stratégie de l‘austérité n’a rien de surprenant, ce qui est étonnant c’est la rapidité de l’annonce et surtout la sévérité des mesures. Un politique un peu cynique, dirait que François Hollande a raison de frapper vite et fort, car aujourd’hui il peut encore imputer la situation au bilan de son prédécesseur. « Que voulez vous j’ai hérité d’une situation impossible… »

Mais ça ne marche qu’à moitié, car il n’avait jamais laissé entendre dans sa campagne qu’il serrerait la ceinture de cette manière. En fait personne parmi les favoris de la présidentielle n’avait envisagé publiquement des restrictions de cet ordre. Le seul à l’avoir fait, avec un plan très semblable à celui adopté, c’est François Bayrou. On sait comme ça s’est terminé… Défaite à la présidentielle et défaite aux législatives. Vous connaissez le vieil adage :

 C’est avoir tort, que d’avoir raison trop tôt.

Laisser un commentaire

1 réaction à “Hollande : vers un été rigoureux”

  1. ‘particulièrement sévère’?? Faut juste se rendre compte qu’il fallait être aveugle (voire profondément idiot) pour croire le programme proposé par Hollande!!! Je m’étonne que l’on s’étonne… Un juste retour des choses pour des électeurs ignorants! Il a été annoncé une augmentation de 2% du RMI, bien, mais de 5% le prix des énergies… Ou comment se foutre des gens! Le socialisme est un véritable fléau!!!

Les commentaires sont actuellement fermés