SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Faut-il sauver le soldat Royal ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 12 juin 2012 08h51 | Un commentaire>

Pour le second tour des élections législatives, Ségolène Royal est mise en difficulté par un socialiste dissident. Il refuse de retirer sa candidature et il pourrait bien empêcher son retour à l’Assemblée Nationale.    

segolene-vote

 

C’est l’invité qui gâche la fête, Olivier Falorni, candidat dans la première circonscription de Charente maritime, et qui refuse de laisser Ségolène Royal emporter ce qu’il considère comme son poste !  

En 2007 Ségolène Royal vaincue à l’élection présidentielle ne se présente pas aux législatives, elle affirme vouloir se contenter de son poste de président de la région Charente. Elle laisse sa circonscription, à une de ses fidèles Delphine Batho aujourd’hui ministre. Les années passent, Ségolène Royal échoue en 2011 aux primaires socialistes et c’est François Hollande qui est candidat. Mais en cas de victoire à l’Élysée, il doit  proposer un petit quelque chose à celle qui fut la candidate de 2007 et accessoirement la mère de ses quatre enfants. Difficile de l’imaginer ministre dans son gouvernement, c’est alors que Ségolène Royal manifeste le désir de devenir présidente de l’Assemblée Nationale, quatrième personnage de l’Etat .Ce serait la première fois dans l’histoire de France qu’une femme occuperait ce poste  prestigieux.

Le perchoir en perspective.

Hollande est d’accord mais pour ce faire, Ségolène Royal doit revenir à l’Assemblée. Comme elle ne veut pas reprendre son ex circonscription,  elle propose donc de se présenter, à côté, à la Rochelle.  Et c’est là que le bât blesse, le patron du PS local, Olivier Falorni adjoint au maire de la Rochelle, lorgnait lui aussi sur cette circonscription,  il s’oppose à la candidature Riyal, estimant qu’elle était imposée par Paris.  Toutes les interventions de la direction du PS,  ont été inutiles, et finalement  Florin a été exclu du PS en février.  Têtu comme une mule ce professeur d’histoire géo, petit fils d’immigrés italiens a maintenu sa candidature, contre vents et marées.  

Un second tour risqué.

Après le premier tour on se retrouve donc dans une  situation hallucinante, la droite est éliminée, Ségolène Royal est arrivée en tête avec 32% des voix, mais  Falorni est second et très près avec 28,9%. La logique républicaine, voudrait que le socialiste dissident se retire…Mais il refuse, et il a en plus obtenu le soutien de la droite. Il peut donc faire chuter Ségolène.

Martine  Aubry est furieuse, elle s’est déplacée pour soutenir  sa candidate, quant au premier ministre il a téléphoné à Ségolène Royal pour lui confirmer son appui. Mais Falorni ne bouge pas et dénonce une Royal qui se voudrait candidat unique comme sous Napoléon III.  Seule une intervention directe du président Hollande pourrait peut-être le faire changer d’avis, mais c’est délicat. Le Président n’a pas à se mêler de ce genre de cuisine électorale.

Dallas sur Charente

Cette affaire empoisonne le PS car si Ségolène Royal était battue, cette défaite qui serait hyper-médiatisée, et dont  la droite s’emparerait avec délice, jetterait une ombre sur la victoire socialiste  au second tour.

Enfin, juste pour l’anecdote, Jean Glavany, ancien ministre de François Mitterrand et qui lui, sera élu sans problème dimanche, a fait savoir qu’il était candidat à la présidence de l’Assemblée Nationale au cas où Ségolène ne pourrait pas…

 Il n’y a pas qu’à Dallas que l’univers est impitoyable.

 

fcr-couverture5

Tout sur la vie des présidents, avant, pendant et après l’Elysée, dans “La France choisit son roi” de Christophe Giltay, aux éditions “La Renaissance du livre.” En vente en librairie et sur la plupart des librairies en ligne ( FNAC, Amazon, decitre, rueducommerce, etc…) et sur le site de l’éditeur.

Laisser un commentaire

1 réaction à “Faut-il sauver le soldat Royal ?”

  1. Maintenant qu’ils ont leurs postes aux présidentielles, les socialos montrent leur vrai visage: l’Internationale des fourbes et profitards!

Les commentaires sont actuellement fermés