François Mitterrand aurait choisi de mourir

Par Christophe Giltay dans Divers , le 11 avril 2012 08h03 | Un commentaire>

Deux journalistes français révèlent dans un livre qu’en 1996 l’ancien président de la République  François Mitterrand a vu son « calvaire abrégé » à sa demande. Il aurait reçu une injection létale. Cette information fait débat en France, car François Mitterrand a toujours affirmé son opposition à l’euthanasie.

 mitterrand

Français Mitterrand était atteint d’un grave cancer de la prostate qui s’était transformé en cancer généralisé. Il est mort le 8 janvier 1996, 7 mois à peine  après avoir quitté l’Elysée. Peu après son décès son médecin personnel le docteur Gubler a révèle dans un livre : « Le grand secret », que le président était malade depuis son arrivée à l’Elysée en 1981, et que lui Dr Gubler avait  falsifié les certificats médicaux pendant 14 ans. Ce cancer à l’évolution lente n’a été révélé au public qu’au début des années 90 quand François Mitterrand a subi une première opération.

 

Traiter la maladie comme un rival.

 

 Le président en a usé avec la maladie comme avec ses adversaires politiques, il a divisé pour mieux régner,  mettant en concurrence plusieurs médecins et plusieurs thérapies. D’abord Gubler, puis le Dr Kuiper un belge adepte des médecines alternatives, et enfin le Dr Tarot, qui est resté avec lui jusqu’au bout qui dormait dans sa chambre et qui lui a fermé les yeux.

Denis Demonpion et Laurent Léger les auteurs du livre « Le dernier tabou. Révélations sur la santé des présidents », écrivent que l’ancien président,  a vu « un lundi, à sa demande expresse, son calvaire abrégé ». « Une injection lui fut administrée par voie intraveineuse ». Ils ne disent pas qui lui a fait cette intraveineuse .Mais une seule personne, peu l’avoir pratiquée c’est le Dr tarot. Les derniers jours de sa vie François Mitterrand ne voyaient plus que lui, reclus, il était cloué au lit, dans une chambre de son appartement, avenue Frederic le Play.

 

Une décision.

 

A l’époque j’ai très bien suivi cette histoire j’ai rencontré plusieurs protagonistes dont le Dr Gubler et le Dr Kuiper. Je dispose d’informations directes sur les derniers jours du président,  j’ai été pendant un moment proche d’un de ses proches.

A son retour d’Egypte ou il avait passé les fêtes en compagnie d’Anne Pingeot et de Mazarine, François Mitterrand déjà très faible,  a cessé de prendre son traitement et de s’alimenter. Il ne consommait plus qu’un thé rouge ramené d’Egypte.  Les seuls soins qu’il acceptait  étaient des soins palliatifs pour combattre la douleur, en particulier des piqures de morphine. Il prenait d’ailleurs de la morphine depuis plusieurs années…

 

 

le-dernier-tabou

 

Une piqure, ou « La » piqure ?

 

Le Dr Tarot lui faisait donc régulièrement des injections. La derrière fut elle fatale ? Ou a-t-elle simplement servi à adoucir les derniers instants d’un malade au stade terminal ?

S’il avait continué son traitement,  il aurait survécu tout au plus quelques semaines.

Il n’y a qu’une vérité dans cette histoire. Début janvier 1996 François Mitterrand a décidé que le combat contre la maladie avait pris fin. Pour la première fois de sa vie, il a reconnu sa défaite devant plus fort que lui…

Tout le reste n’est que littérature.

 

fcr-couverture8

 

 

 Un sujet également abordé dans le chapitre « le corps du Roy » dans :

« La France choisit son roi » par Christophe Giltay éditions : «  La renaissance du livre », est en vente en librairie , et sur la plupart des librairies par internet ( alapage, amazon, decitre, FNAC,libfly, rue du commerce,la procure,les libraires,etc…)

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

1 réaction à “François Mitterrand aurait choisi de mourir”

  1. 1klaudia.hasse le 11 avril 2012 à 17:12

    Qu’il ait pu faire ce choix, tant mieux, c’est notre droit à tous. Mais qu’il l’ait fait en refusant ce choix à des centaines de milliers de personnes durant son mandat c’est dégueulasse.. comme une grande part des décisions politiques françaises ( ou autres ) Il aurait été plus honnête de sa part d’endurer ses souffrances comme il l’a imposé à tous ses concitoyens.