En ce moment

Hollande se trompe de Shakespeare et Sarko de Pascal

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 janvier 2012 08h45 | 2 commentaires

La présidentielle est aussi une bataille littéraire, au pays de Voltaire et de Molière, un candidat truffe forcément ses discours de références culturelles. Sauf qu’elles sont parfois un peu approximatives. Ainsi François Hollande a récemment cité un Shakespeare qui n’était pas le bon, quant à Nicolas Sarkozy, il a évoqué une phrase de Pascal, que Pascal n’a jamais écrite.

William Shakespeare

William Shakespeare

Dimanche au Bourget, François Hollande prononce un discours enflammé, au détour d’un phare il lance une belle formule du genre qui reste dans les mémoires : «Ils ont échoué parce qu’ils n’ont pas commencé par le rêve» et il l’attribue à Shakespeare.

William or not William ?

Sur le moment pas de problème, c’est chouette d’avoir trouvé dans l’œuvre du dramaturge anglais, une formule qui justifie la volonté de François Hollande de « ré enchanter le rêve français » … alors là bravo !…Sauf qu’en France il y a des gens qui citent Shakespeare et il y en a qui le lisent. Dés lundi plusieurs journaux font remarquer que cet apophtegme ne fait pas partie des citations  célèbres de l’auteur d’Hamlet sur le rêve du genre : «  to die to sleep, to sleep perchance to dream ? Mourir dormir, dormir rêver peut être ? » Les spécialistes se plongent dans l’œuvre, est-ce un passage du « Songe d’une nuit d’été » ? Pas du tout ! Un journal anglais the Telegraph a vendu la mèche hier. Cette phrase est bien de Shakespeare, mais pas de William de Nicholas Shakespeare, auteur anglais contemporain. Elle est extraite de son roman, Vision of Elena Silves paru en français en 1991 aux éditions Albin Michel. Il l’a met dans la bouche de son héros : Gabriel, un maoïste révolutionnaire, qui rejoint la guérilla péruvienne du Sentier lumineux ? On est loin de François Hollande,  Bon dans son discours le candidat socialiste a cité Shakespeare sans préciser lequel, mais enfin tout le monde a compris William et pas Nicholas. Je pense qu’un de ses conseillers va se faire remonter les hauts de chausses !

Blaise Pascal

Blaise Pascal

A l’aise Blaise !

Quant à Nicolas Sarkozy, bien que Carla fasse son éducation depuis deux ans, et qu’il pose ostensiblement « Guerre et paix » sur son bureau, on sait que la littérature et la philosophie ne sont pas ses «  cup of tea ». Ainsi lors de sa fameuse conversation « off », avec 14 journalistes, le président a cité le philosophe Blaise Pascal : «  L’homme est ainsi fait que tout est organisé pour qu’il oublie qu’il va mourir». Beau, joli, sauf que tout de suite les profs de lettres ont sursauté, le mot organisé n’étaient pas utilisé dans ce sens là au XVII éme siècle. Bingo ! Il s’agit d’une citation du philosophe médiatique Raphaël Enthoven au sujet de  Pascal. Enthoven, ex de Carla Bruni, et père de son premier enfant, ça reste en famille. Comme disait un célèbre auteur belge, dont l’histoire n’a pas retenu le nom «  to be or not be cultived , that is the question ! »

Laisser un commentaire

2 réactions à “Hollande se trompe de Shakespeare et Sarko de Pascal”

  1. Et Juppé ne sait pas citer correctement Corneille. (Pas le chanteur hein ?).

    « Cette obscur clarté qui TOMBAIT de étoiles… »

    Et oui, c’est un imparfait.

  2. Cela dit l’info était disponible… sur Internet, si les journalistes y avaient passé dix à quinze minutes, ils auraient découvert qu’en 2008, un internaute demandait à « yahoo answers » d’où venait cette citation qu’on trouvait un peu partout. La réponse donnée était que cela provenait de « la Vision d’Elena Silves » de Nicholas Shakespeare. Alors, qui a le plus gaffé ? Hollande ou les journalistes qui ont massivement repris l’info sans se poser de questions, et qui ont attendu l’article du Telegraph quand la réponse était quasiment sous leurs yeux ? Dernier point : le livre de N. Shakespeare ne semble plus disponible, mais je l’ai trouvé sous forme de livre électronique en anglais chez Amazon. La fonction de recherche de mon lecteur de livre électronique ne m’a pas permis de retrouver la citation (recherche du mot « fail » et « dream », y compris les formes fléchies, comme « failed » ou « dreams »). Alors ? Le livre électronique est-il incomplet ? La citation originale est-elle formulée sans les mots anglais les plus courants pour dire « rêve » et « échouer » ? Mystère. Il semble que les journalistes qui rapportent l’erreur de Hollande n’ont pas pris la peine de vérifier cela non plus. Je vais lire le livre en entier.

Les commentaires sont actuellement fermés