antalya haber haberler antalya rent a car
antalya rent a car
test

Archives du mai, 2011

Cohen-Dukan: querelle de régime.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 31 mai 2011 09h10 | 3 commentaires

La guerre des régimes aura-t-elle lieu ? Aujourd’hui, deux des nutritionnistes les plus médiatisés en France, Pierre Dukan et Jean-Michel Cohen, doivent s’affronter par avocats interposés devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Le premier attaque le deuxième en diffamation.

Pierre Dukan

Pierre Dukan

 

Les faits remontent à Juin 2010, dans une interview au magazine « Meilleure santé », le Dr Cohen est invité à donner son  avis sur le célèbre régime Dukan, et son avis est sans appel : «Le but est de consommer à outrance des acides gras saturés et des acides gras trans. Il s’agit d’une véritable déstructuration alimentaire qui entraîne de graves de problèmes de santé chez certains patients comme une forte hausse du cholestérol, des problèmes cardio-vasculaires, des cancers du sein», et quand on lui demande à qui profite le crime, Jean Michel Cohen ajoute : «à l’industrie de la perte de poids, aux médecins, aux vendeurs de pilules, à l’édition, aux journaux… tout le monde surfe sur le fantasme du régime.»

Diffamation :                           

A la lecture de ce papier le sang de Dukan ne fait qu’un tour, il porte plainte pour diffamation et réclame 15 000 euros de dommages et intérêts. L’avocat de Jean Michel Cohen va plaider l’acquittement puisque ce n’est pas le Dr Dukan qui est diffamé mais son régime. Ajoutant que la remarque sur ceux qui en profitent n’est pas  non plus diffamatoire puisque Pierre Dukan a déposé plus d’une dizaine de marques à son nom.

 Au-delà de cette querelle de stars, on touche au débat de fond, entre régime miracle et alimentation contrôlée  mais pas spectaculaire. Le Dr Cohen prône un régime régulier où aucun aliment n’est banni mais avec un strict contrôle des calories. Quant à la technique Dukan, elle est connue dans ses grands principes depuis les années 50, elle a été hyper médiatisée, et on la retrouve grosso modo, dans les régimes Atkins ou Montignac. On maigrit très vite, mais dans la plupart des cas on regrossit plus vite encore et on reprend plus de poids que ce qu’on a perdu.

Jean Michel Cohen

Jean Michel Cohen

 

 

80% d’échec.

Hier deux sites spécialisés dans la santé ont publié une enquête sur 5000 personnes ayant suivi un régime Dukan. Elle fait apparaître que quatre ans après le régime environ 80% des sondés ont repris leur poids initial, et que la plupart n’ont pas réussi à le mener jusqu’au bout. Ceci confirme une étude très officielle de l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation qui en novembre affirmait que 80% des gens qui suivent un régime quel qu’il soit, reprennent  leur poids initial et même le dépassent. Le régime Dukan était particulièrement critiqué dans cette étude pointant des risques cardiovasculaire. Interrogé par Le Parisien, Pierre Dukan affirme «mettre en balance les risques et les bénéfices». «Je considère que la vrai risque, c’est le surpoids et l’obésité ». Débat sans fin, on verra ce que décide le tribunal, il y a peu de chance qu’il tranche sur le fond cette querelle de nutritionnistes…Le grand public restera donc… sur sa faim…

 



 

 

Tron démission !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 30 mai 2011 09h16 | Comments Off on Tron démission !

Georges Tron, le secrétaire d’Etat visé par une enquête judiciaire après des accusations d’agressions sexuelles, a dû présenter, sa démission du gouvernement. Nicolas Sarkozy ne voulait pas d’une affaire DSK au sein du gouvernement.

tron-rtl

 

Disons- le sans ambages, Georges Tron a été poussé vers la sortie,  vendredi encore il se disait innocent et incroyablement serein et il manifestait la volonté de rester au gouvernement. Mais c’était sans compter sur la volonté de Nicolas  Sarkozy d’éviter tout problème,  alors, qu’après le G8, il est en train de re-présidentialiser son image.  

 

Sacrifié.

 

Dimanche matin invité d’une émission politique Alain Juppé le ministre des affaires étrangères, appelait Georges Tron à : « prendre ses responsabilités » on savait alors que son sort gouvernemental était scellé.

 Alors les formes sont respectées, le secrétaire d’Etat affirme qu’il démissionne pour récupérer sa liberté et pouvoir se défendre, et le premier ministre le remercie pour la tâche accomplie.  Mais les choses ne sont pas si simples, car Georges Tron n’a même pas été entendu par la police, et ne sait pas encore quelles charges exactes pèsent contre lui. C’est bel et bien une décision politique. Après examen de la situation l’affaire est  apparue suffisamment dangereuse, à Nicolas s Sarkozy pour qu’il ne s’embarrasse plus de ce secrétaire d’Etat, qui de surcroît  n’est pas un de ses proches.

Georges Tron était en fait un fidèle de Dominique de Villepin, que Nicolas Sarkozy a fait rentrer au gouvernement en mars, 2010, un peu comme une prise de guerre Il n’a donc eu aucun à le sacrifier.

 

Une troisième plainte ?

 

Quant à l’affaire elle-même elle se complique car celui qui est toujours le député maire de Draveil, est également accusé d’avoir harcelé l’ancienne commissaire de police de sa ville. Déplacée à la demande du maire, elle devrait être auditionnée dans le courant de la semaine, et pourrait aussi déposer plainte. Bref cette histoire qui paraissait un peu folklorique il y a quelques jours : un maire qui masse les pieds de deux de ses employées sous prétexte de réflexologie, pourrait devenir beaucoup plus sérieuse.

Quant à Nicolas Sarkozy il semble décidé à réintroduire la règle autrefois imposée par Edouard Balladur, un ministre soupçonné doit démissionner.

En termes de communication à destination de l’opinion publique, c’est beaucoup efficace que l’attitude du PS. Les socialistes avaient d’abord fait bloc derrière le patron du FMI, avant de se rendre compte que dans l’affaire DSK il y avait aussi une victime potentielle.

 

 



 

Sarko plane au G8 !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 mai 2011 11h23 | Un commentaire>

A Deauville au sommet du G8, pour Nicolas Sarkozy c’est l’heure de gloire !  Il gère les affaires du monde et fait admirer à tous,  le ventre rebondi de Carla Bruni.

 sarko-plane

 

Jeudi soir lors de sa conférence de presse un journaliste du « Monde » interroge Nicolas Sarkozy : « monsieur le président comment va votre épouse ? » question complètement incongrue alors que depuis 20 minute il ne parle que de la Libye, de la Syrie, du nucléaire au Japon et de la croissance mondiale. Il sourit, s’arrête regarde la salle, et répond : «  je viens de l’avoir au téléphone elle va très bien, je lui ferai part de votre question ! » éclat de rire général, personne n’est dupe, toute la journée dans le centre de presse des écrans géants ont diffusé, le désormais fameux gros plan sur le ventre de la première dame… elle est bien enceinte.

 

Le bonheur !

 

Carla est enceinte et le futur père est heureux, on peut dire qu’à Deauville Nicolas Sarkozy plane. D’abord Dominique Strauss Kahn n’est pas là, toute la presse française attendait, sinon  la confrontation du moins la comparaison entre les deux hommes, aux milieux de grands de ce monde lequel aurait eu l’air le plus grand,  à un an de la résidentielle…

Et bien là, c’est Nicolas , puisque DSK n’est plus, là ! Ce n’est pas anodin aucun de ses adversaires potentiels ne peut plus rivaliser avec lui au niveau de la stature internationale.  Alors il en rajoute, hier soir jusqu’à 23H, il a animé une réunion autour de la Libye, un  peu avant dans l’après midi, il avait appelé à un renforcement des sanctions contre la Syrie ; et puis bien sûr ce sommet qui devait être consacré à l’internet s’est transformé en opération de soutien au printemps arabe, on parle de 20 milliards d’euros débloqué pour le nouveaux régimes de Tunisie et d’Egypte . Bref , Nicolas Sarkozy entend profiter de la présidence française du G8 et du G20 pour régler les problèmes du monde, tout ça dans une mise en scène « au cordeau », à l’image du bain de foule qu’il a pris avec Barack Obama, transformé sans le savoir en faire valoir.

carla-g8

 

L’électeur jugera .

 

C’est évidement très positif pour lui. Mais quel bénéfice politique peut-il en  tirer ? Personne ne le sait… Depuis le général De Gaulle aucun président français n’a été élu grâce à son action internationale, le faste, le pouvoir face aux soubresauts du  monde fascine les français, mais ce qui les intéresse le plus c’est le pouvoir… d’achat !

 

Georges Tron un DSK de droite ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 mai 2011 15h34 | 2 commentaires

Après l’affaire DSK, un autre sandale sexuel secoue la vie politique française, Georges Tron le secrétaire d’Etat à la Fonction publique est visé par une enquête pour agression sexuelle, il aurait abusé de deux anciennes collaboratrices.

Georges Tron

Georges Tron

 Honnêtement ça sent un peu la magouille opportuniste, Georges Tron secrétaire d’Etat dans le gouvernement Fillon mais aussi maire de Draveil, une petite commune près de Paris, aurait abusé de deux de ses employées communales entre 2007 et 2010.

Sous prétexte de pratiquer la réflexologie, le secrétaire d’Etat leur aurait massé les pieds puis se serait livré des attouchements, il aurait  et même demandé à l’une d’entre elles  de se déshabiller. Les deux femmes âgées de 34 et 36 ans  affirment ne pas se connaître, ou à peine, elles ont pourtant le même avocat le célèbre ténor du barreau Gilbert Collard. Le procureur d’Evry prend l’affaire assez au sérieux pour avoir ouvert une enquête.

 

L’ombre du Front National.

 

Le ministre se défend, d’après son avocat les deux accusatrices auraient été licenciées de la mairie après avoir eu de comportements inacceptable, l’une aurait piqué dans la caisse et l’autre se serait livrée à un début de streap tease  lors d’une soirée trop arrosée. Bref tout cela ne serait qu’un règlement de comptes, mêlé à une sombre affaire politique. Gilbert Collard  a récemment apporté son soutien à Marine Le Pen, or Georges Tron aurait eu régulièrement des démêlées avec le front national. Son avocat qui crie au complot a d’ailleurs annoncé  qu’il allait  porter plainte pour dénonciations calomnieuses.

 

DSK donne des idées.

 

Tout ça est bien sûr influencé par l’’affaire Strauss Kahn, et les deux ex collaboratrices de Georges Tron  ont d’ailleurs  déclaré que l’arrestation de l’ex patron du FMI avait en quelque sort libéré leur parole.

Il y a  un côte « c’est trop beau pour être vrai  » dans cette affaire Tron. DSK poursuivi en Amérique et tout d’un coup un ministre de Sarkozy tomberait

lui aussi pour agression sexuelle.

 La justice française qui instruit à charge et à décharge a le mérite de laisser le temps au temps, et l’on ne verra pas Georges Tron monter dans une voiture entre deux gendarmes avant que les soupçons ne soient confirmés.

Mais sait-on jamais ?  Si cette histoire était vraie elle laisserait un vaste champ d’investigation aux experts : masser les pieds d’une femme sous prétexte de thérapie, est ce une agression sexuelle ? ou simplement de la charlatanerie ?

 

Cafouillage autour des radars.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 25 mai 2011 15h01 | Comments Off on Cafouillage autour des radars.

Polémique en France autour des radars automatiques, dans un premier temps le ministre de l’intérieur avait annoncé la suppression des panneaux qui les annoncent à l’avance. Mais sous la pression de députés de province, il a finalement décidé de les remplacer par des radars dit « pédagogiques. » 

panneau-radar-automatique

 

 

A l’origine tout semblait clair, après la publication de mauvais chiffres de la sécurité routière, le ministre de  l’intérieur Claude Guéant  avait annoncé toute une batterie de mesures pour faire redescendre le nombre de victimes sur la route. Parmi elles l’interdiction des avertisseurs de radars, et surtout la suppression de ces panneaux  qui  annoncent que la vitesse est contrôlée pour «  votre sécurité ».

 

Une levée de bouclier.

 

 Tout de suite cette suppression a déclenché un tollé car il avait toujours été dit, y compris par Nicolas Sarkozy lors de sa campagne, que ces panneaux étaient indispensables et qu’ils avaient une fonction essentiellement préventive  en faisant ralentir les automobilistes. Tout le monde a fait la même réflexion : « ils suppriment ces panneaux pour piéger les automobiliste et faire rentrer de l’argent. »  

  Des dizaines de députés de la majorité ont alors fait part de leur mécontentement au point de huer le premier ministre lors d’une réunion, leur discours était simple : « nos électeurs en ont marre et vont nous le faire payer très cher… »

 Après plusieurs jours de polémique, il a finalement été décidé que les panneaux seraient bel et bien retirés mais remplacés par des radars pédagogiques, vous savez ces radars qui vous annoncent à quelle vitesse vous rouler : « attention vous roulez à tant… » parfois accompagné d’un sourire ou d’une grimace pour peu que vous soyez en-dessous ou au-dessus de la limite. Evidement ça parait ridicule surtout que ces radars pédagogiques coutent plus cher que de simples panneaux émaillés.

 

Machine arrière.

 

Depuis le ministre multiplie les déclarations contradictoires, annonçant que d’autres radars classiques allaient être installés et qu’eux ne seraient pas signalés. Enfin les radars  pédagogiques ne seraient pas forcément liés à des radars tout court . Résultat personne n’y comprend plus rien, à commencer par les associations de défense des victimes de la route, qui après avoir applaudi sont maintenant en colère. Ce qu’on retient c’est la seule mesure qui parait confirmée, l’interdiction des avertisseurs , une  interdiction qui parait difficile à mettre en œuvre, puisque de plus en plus de Smartphones proposent ce service directement sur le téléphone.

Ce cafouillage autour d’un thème a priori fédérateur, la sécurité routière, donne une impression de fin de règne. Dans le Monde du 15 mars 1968  le journaliste Pierre Vianson-Ponté avait écrit un texte fameux : la France s’ennuie…là je dirais plutôt qu’elle attend, elle attend la présidentielle avec impatience.

15 mois requis contre Villepin.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 24 mai 2011 11h59 | Un commentaire>

La politique française plus que jamais dans la tourmente, l’affaire Strauss Kahn se tasse un peu, l’affaire Clearstream redémarre. Hier l’avocat général de la cour d’appel de Paris a réclamé 15 mois de prison avec sursis à l’encontre de Dominique de Villepin. A sa sortie du tribunal l’ex premier ministre s’en est pris violemment à Nicolas Sarkozy…

 

 

Le flamboyant Villepin ne mâche jamais ses mots : je le cite « Après six années d’un lynchage politique, médiatique et judiciaire, après avoir été déclaré innocent en première instance, le ministère public persiste et signe,
Tout ceci, serait incompréhensible si on oubliait que le ministère public est le représentant du garde des Sceaux, placé lui-même sous l’autorité du président de la République Nicolas Sarkozy ».

 

Un sombre affaire.

 

Ces deux-là ne s’aiment pas. Je passe rapidement les détails de l’affaire, en gros on reproche à Dominique de Villepin de n’avoir pas bloqué les informations qui circulaient sur de prétendus comptes que Nicolas Sarkozy aurait possédé chez Clearstream, au Luxembourg. Ces comptes étaient libellés au nom de Nagy et Bocsa,  les deux autres patronymes, du président, issu d’une famille noble de l’empire austro hongrois les Sarkozy  von Nagy Bocsa.

 Le tribunal estime qu’il y avait convergence d’intérêt entre le dénonciateur Jean Louis Gergorin, et Dominique de Villepin. Gergorin voulait discréditer ses rivaux au sein du groupe EADS et Villepin souhaitait empêcher la candidature de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007.

Je vous rappelle que le président  a promis de faire pendre les coupables à un croc de boucher… ce qui vous donne à peu près l’ambiance…

 

Des juges en campagne ?

dominique-villepin

 

Villepin a été acquitté en première instance et les choses auraient pu en rester là mais le parquet a fait appel.  Effectivement en France le parquet est sous l’autorité du ministre de la justice, donc du président ! Alors ce ne sera pas un croc de boucher évidemment, mais si Villepin était condamné, il serait donc inéligible, et ne pourrait pas se présenter à la présidentielle de 2012… retour à l’envoyeur !

La cour d’appel va donc prendre à la fois une décision judiciaire et politique.

En effet Dominique de Villepin s’il se présentait prendrait forcément des voix à Nicolas Sarkozy.

C’est étrange cette convergence avec le sort de Strauss Kahn, deux rivaux majeurs du président écartés par les juges, c’est sûrement ce qu’on appelle une coïncidence.



 

DSK libéré, a-t-il encore un avenir politique ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 20 mai 2011 22h15 | 7 commentaires

La libération de DSK, même si les conditions sont drastiques va permettre au leader socialiste de reprendre un peu de « poil de la bête ». Déjà certains de ses partisans rêvent de son retour, alors DSK a-t-il une chance de repartir à la conquête de l’Elysée ?

 

Manuel Vals

Manuel Vals

 

Ca paraît totalement illusoire, certes un de ses principaux partisans Manuel Vals a demandé au PS d’interrompre le processus de sélection du candidat, pour laisser à DSK le temps de revenir. Actuellement il est prévu que les inscriptions aux primaires, se tiennent du 28 juin au 13 Juillet, il est clair qu’à cette date le procès ne sera pas terminé à New York.  Il n’y a aucune chance cependant pour que le PS accède à cette requête. Et même si c’était le cas, DSK n’est plus le candidat qu’il était.

 

Bling bling.

 

Bien sûr on l’a  vu comme renaître hier au tribunal, rasé, bien habillé, le regard de nouveau habité, mais la bataille ne fait que commencer et elle sera terrible. D’abord il y a l’argent, qui en France est capable de mobiliser en 24 heures 6 millions de  dollars ?  La fortune du couple DSK-Sinclair pourrait dépasser les 35 millions d’euros, et cet homme incarnerait le parti socialiste ?  Même si le PS français est plus bourgeois et élitiste que son homologue belge, il y a comme, une contradiction. DSK n’est pas un « parvenu » comme aurait dit Elio Di Rupo, c’est, grâce notamment à son mariage, un riche qui était riche et qui le restera… il ne joue pas dans la même cour que les fameux petits parvenus de Charleroi. Les mesures de surveillance et sa défense vont lui coûter environ 300 000 dollars par mois, plus de 200 000 euros. Je crois que les  français ne se doutaient pas qu’il était à ce point aisé, Sarkozy l’avait dit depuis longtemps : « le plus bling bling  des deux ce n’est pas moi ».

 

Un couple aisé.

Un couple aisé.

Une lutte sans pitié.

 

Ce combat judiciaire va être terrible, soit il plaide coupable, ce qui serait raisonnable au vu des premiers indices, et il négocie une peine modérée, mais dans ce cas plus aucun avenir politique, les français n’éliraient pas un harceleur…Soit il continue à plaider non coupable et il va devoir prouver que c’est un complot et que l’accusatrice ment.  Devant la justice américaine, tous les moyens sont permis, la défense de DSK va engager des détectives privés qui vont fouiller le passé de la femme de chambre, et essayer de trouver la moindre faille : une vie dissolue, un vol à l’étalage, un peu de drogue… tout est possible, comme dans les films américains, et vous savez que souvent ça marche ! Qui a une vie tout a fait impeccable ? Mais, là aussi, l’impression serait détestable devant l’opinion publique française. «  Le pot de terre contre le pot de fer » !

 DSK comme ses semblables est un tueur, et il est  vrai qu’il n’y a pas de mort en politique…mais aujourd’hui son problème principal c’est d’éviter de passer plusieurs années en prison, la politique on verra après… bien après…

DSK était bel et bien candidat.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 mai 2011 09h25 | 4 commentaires

Ironie de l’histoire Dominique Strauss Kahn avait bel et bien prévu de se présenter à l’élection présidentielle française . Le quotidien libération a publié un entretien confidentiel, réalisé le 28 avril dans lequel il confiait ses projets et affirmait sa confiance dans la victoire.

 

Nicolas Sarkozy et DSK à L'Elysée en Novembre 2010.

Nicolas Sarkozy et DSK à L'Elysée en Novembre 2010.

 

 

 

 

Cet entretien a eu lieu dans un restaurant parisien, et il n’aurait pas dû être publié. Une de ces conversations informelleS que les hommes politiques ont parfois avec des journalistes qu’ils connaissaient bien. DSK y apparait confiant et déterminé, Il prononce cette phrase devenue  hallucinante trois semaine plus tard: «Je suis aujourd’hui la concordance de tout ce que veulent les Français : la compétence reconnue, le calme, l’expérience internationale.»  «La primaire et la présidentielle, je les sens bien pour la gauche et pour moi…».

Une critique de Sarkozy.

Toute la conversation est du même tonneau, DSK utilise un ton déjà, présidentiel, pour fustiger Nicolas Sarkozy : il a «cassé les principaux repères du modèle français». Et sa pratique du pouvoir va à l’encontre de la : «sérénité qu’il faut dégager lorsqu’on occupe la fonction… »

Sur son côté hyperactif et sa prétendue stature internationale, il n’est pas plus tendre : «Sarkozy a impressionné au début les leaders internationaux par son volontarisme et son énergie, mais après quelques réunions, c’était fini.»

Martine oui, Hollande non.

Quant à ses adversaires socialistes il confirme qu’il avait bien un accord avec Martine Aubry pour qu’elle ne se présente pas, mais il lui promettait un rôle important dans la campagne. Il ne pipe mot de Ségolène, car il n’a jamais digéré qu’elle lui barre la route en 2007, enfin concernant François Hollande, il estimait qu’il faisait je cite : « une connerie » en maintenant sa candidature, et que s’il espérait décrocher Matignon après son élection ce n’était pas la bonne  stratégie, «Le vainqueur de la primaire » dit il  « n’est tenu à rien par rapport à celui qui est arrivé second.» Quant au centriste François Bayrou il accepterait son ralliement uniquement sur base du projet socialiste.

 DSK qui récompense, DSK qui flingue, DSK qui combat,  ce jour-là il se voyait dans la bagarre et quasiment assuré du succès, persuadé que son heure était venue. Il concluait l’entretien en disant au journaliste de « Libé »  que seules trois choses pouvaient le gêner dans sa campagne : son fric, sa judéité…et son rapport aux femmes…il ne croyait pas si bien dire !

 

DSK: Le PS tourne la page.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 mai 2011 08h41 | 2 commentaires

Le PS a tourné la page DSK, la presse française est unanime, hier les socialistes ont pris acte de la disparition de leur ex favori de la scène politique. Néanmoins les français considèrent que la gauche reste dans la course.

Martine Aubry première secrétaire du PS français.

Martine Aubry première secrétaire du PS français.

 Ce matin d’après un sondage BFM RMC, 54 % des français pensent que le PS peut encore remporter la présidentielle, mais le tout est de savoir avec qui ! Mardi le bureau politique du parti, a littéralement enterré DSK,  bien sûr il y a eu encore quelques propos de solidarité, « nous pensons à lui… » mais ils étaient contrebalancés, par des mots de compassion pour la victime et notamment de la part de femmes politiques. Il faut dire qu’hier les mouvements féministes sont montés au créneau pour dénoncer le ton employé depuis dimanche pour évoquer la femme de chambre. Bref , on sent la volonté de la laisser la justice s’occuper de DSK, et de repartir sans lui sur la route de campagne..

Martine, François, Ségolène  et les autres…

 

Mais avec qui ? …c’est tout le débat.  François Hollande apparaît le mieux placé dans les sondages, c’est logique il était déjà en campagne, et remontait d’ailleurs tout doucement sur DSK ; Ségolène Royal, n’a pas renoncé à ses ambitions et on la sentait prête à en découdre ; Laurent Fabius qu’on croyait aux portes de la retraite , faisait  très présidentiel dans la cour du parti, un peu comme s’il pouvait jouer aujourd’hui le rôle du vieux sage, du recours, après avoir été il y a 27 ans, le plus jeune premier ministre de la France. Enfin Martine Aubry que tout le monde attend, et qui après la réunion du bureau du parti, a tenu un meeting à Bordeaux, un meeting très électoral même si quand une journaliste lui a posé la question, elle a répondu :  « ce n’est pas à l’ordre du jour. » Il  parait néanmoins difficile qu’elle se dérobe, les fidèles de DSK, ont reporté sur elle tous leurs espoirs.

 

La bonne affaire pour Nicolas.

 

 Les cartes ne sont pas rebattues qu’à gauche. En effet dans les sondages Dominique Strauss Kahn lemportait sur  Nicolas Sarkozy dans tous les cas de figure… Ce n’est pas vrai pour les autres socialistes.  François Hollande le devancerait légèrement, Martine Aubry ferait jeu égal avec lui, et Ségolène Royal serait battue. En fait si quelqu’un  bénéfice de l’aventure, c’est bien Nicolas Sarkozy, et peut être hélas, Marine le Pen !

 

 

DSK: complot or not complot ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 16 mai 2011 15h13 | 3 commentaires

En France toute la journée de dimanche les commentateurs et les politiques ont paru privilégier la théorie du complot ou de la manipulation. Une attitude aux antipodes des médias et de la justice américaine qui accordent une grande crédibilité aux propos de la jeune femme de chambre. Le réveil risque d’être difficile pour les soutiens du patron du FMI.

dsk-nb

 Il est déjà difficile, très difficile, car depuis ce matin les chaines  infos françaises diffusent en boucle l’image terrible d’un Dominique Strauss, le visage fermé, menotté dans le dos, entre deux policiers en civil qui le font monter dans une voiture comme n’importe quel criminel.

Un complot ?

   En France on essaye de le présenter comme une victime, aux Etats Unis, c’est un criminel en puissance. Bien sûr il y a la procédure accusatoire, contrairement à la France ou à la Belgique le juge n’instruit pas à charge et à décharge il cherche à prouver la culpabilité, donc ça risque d’être assez dur ces prochains jours. Maintenant il y a quelque chose de gênant, dans cette façon de dire qu’il y a complot, et d’entendre ces prétendus amis  qui se succèdent à la télévision en disant : « Dominique est un cavaleur pas un violeur »…oui sauf que des histoires commencent à ressortir comme cette jeune femme française , qui prétend qu’elle a été agressée il y a 8 ans, alors qu’elle venait interviewer DSK,  tout le monde le sait, il est non seulement insistant avec les femmes, il est pressant. Alors en France ça ne s’est jamais terminé par une plainte, mais aux Etats-Unis on prend ce genre de chose très au sérieux. Faites confiance aux médias américain pour retrouver la jeune femme… porto ricaine ou afro-américaine de 32 ans, mère d’une petite fille… Devinez où va aller la compassion du public : Vers le haut fonctionnaire le mieux payé du monde ? ou vers la femme de ménage qui vit modestement dans le Bronx ? D’autant  qu’aux Etats Unis, la présidentielle française, est très très loin des préoccupations de la justice. Il va falloir leur expliquer que DSK est victime d’une sorte de Watergate

 

Un destin qui bascule.

 

…Bonjour ! Surtout que,  faites confiance là aussi à la presse américaine, pour ne pas se contenter, de formule du genre : «  Dominique est un ami, il n’est pas comme ça… »

Il faut respecter  la présomption d‘innocence, mais je le maintiens, cette affaire est très sérieuse, elle va durer des semaines, ou peut être des mois…et vous allez voir peu à peu le château de carte s’effondrer, et les «  amis » de DSK le lâcher…la présidentielle c’est fini pour lui et c’est maintenant son avenir tout court qui en jeu.


Führerscheintest Führerscheintest Online