antalya temizlik şirketleri
antalya haber haberler antalya rent a car elektroniksigara
antalya rent a car
elektroniksigara

Cantonales: le FN dans la cour des grands

Par Christophe Giltay dans Politique , le 27 mars 2011 14h46 | Un commentaire>

lepen620

Le Front National est présent dimanche dans 399 cantons, soit à peu près le quart des cantons, nécessitant un second tour, sur l’ensemble de la France, il est arrivé en tête au premier tour dans 39 cantons dont le fief de Marine le Pen, Montigny-en-Gohelle dans le Pas de Calais, où son candidat Steve Brivois a obtenu plus de 35% des voix.

Beaucoup de voix peu d’élus

Pour autant le FN ne pourra obtenir sur toute la France qu’entre dix et vingt élus en tout, car le système majoritaire le défavorise.
En général au second tour les électeurs des partis républicains font bloc pour rejeter le FN, même si cette fois l’UMP le parti de Nicolas Sarkozy n’a pas donné de consigne claire, appelant simplement à faire battre le FN sans dire explicitement qu’il fallait voter PS.
Traditionnellement les cantonales, un scrutin de notable, sont défavorables au FN, qui ne compte actuellement aucun élu départemental, alors qu’il avait réalisé autour de 15% aux précédentes cantonales. Mais ce n’est pas le nombre d’élus qui importe pour l’avenir, c’est le nombre d’éjecteurs, et visiblement Marine le Pen a franchi un cap ? Son parti n’est plus frappé d’ostracisme, il joue désormais dans la cour des grands.

Du FN à la N-VA

C’est pourquoi on pourrait voir une évolution comparable à celle qu’on a connu en Flandre, il y avait au nord de la Belgique le Vlaams Blok ou Belang… fort mais infréquentable…et puis est venue la NVA, juste un peu moins extrémiste suffisamment pour être fréquentable, et la vie politique (flamande mais aussi belge) s’est réorganisée autour de la NVA.
Imaginez maintenant qu’en France, Le Front National soit débaptisé et devienne, simplement le parti national, ou le parti des français, ou le mouvement du peuple français, ou le parti de la France, ou la nouvelle alliance française, (NAF). Qu’on modifie un peu les statuts, qu’on évacue les cadres les plus marqués à l’extrême droite, vous verrez tout d’un coup non seulement des électeurs mais des élus de droite modérée rejoindre ce parti, et lui apporter les cadres dont il a toujours manqué. Cette stratégie on la sent quand Marine le Pen renvoie PS et UMP dos à dos en les appelant l’UMPS, sous entendu il n’y a que deux partis en France, l’UMPS qui accepte le système de la mondialisation de l’Europe, etc.… et le FN le seul vrai parti d’opposition !

Qui asséchera l’autre ?

Cet analyse on la fait aussi à l’UMP, d’où le désarroi du parti présidentiel, qui un jour clame ses valeurs républicains son opposition farouche au FN, et le lendemain relance le débat sur l’immigration ou le port du voile. En 2007 Nicolas Sarkozy avait prétendu avoir asséché le FN, maintenant c’est le FN qui pourrait bien faire éclater son parti.

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Laisser un commentaire

1 réaction à “Cantonales: le FN dans la cour des grands”

  1. 1GERALDINE F le 27 mars 2011 à 15:10

    En quoi le Front National n’est-il pas républicain? Et en quoi les partis auto-proclamés républicains le sont-ils encore quand malgré un référendum populaire qui s’y opposait, ils ont vendu la souveraineté de leur pays à une structure de pouvoir supranationale ? Je sais que la question est incongrue dans un pays où on ne demande jamais l’avis au peuple pour rien, mais sait-on jamais elle suscitera peut-être des réflexions.

Les commentaires sont actuellement fermés