SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Dinant honore le lieutenant de Gaulle

Par Christophe Giltay dans Divers , le 14 août 2014 09h04 | 2 commentaires

 Demain à 11 heures une  statue de Charles de Gaulle sera inaugurée à l’entrée du pont de Dinant. Ce sera la seule statue au monde qui ne représentera pas le général de Gaulle, mais le lieutenant de Gaulle blessé sur le pont de Dinant le 15 Août 1914 !

 

De Gaulle en 1910, en uniforme de Saint Cyrien.

Nous sommes dans les premiers jours de la guerre, une semaine avant les terribles massacres qui vont ensanglanter Dinant.  L’armée française s’est portée en Belgique depuis le 4 Août appelée  comme les Anglais à défendre la neutralité belge violée par l’Allemagne.  Pour la France bloquer l’ennemi le plus au nord  est vital, car le plan Schlieffen appliqué par les l’état-major du Kaiser prévoit une attaque massive vers Paris à travers la Belgique.  Le pont de Dinant est alors un endroit stratégique, il faut empêcher les Allemands de franchir la Meuse.

La bataille de Dinant.

 Charles de Gaulle a 24 ans, c’est un jeune lieutenant diplômé de la prestigieuse école militaire de Saint Cyr.  Au matin du 15 août les allemands attaquent la ville et veulent déloger les français de la citadelle, de Gaulle doit couvrir la retraite des siens, mais un feu nourri de mitrailleuses tombe sur ses hommes, il est sérieusement blessé à la jambe ( fracture du péroné par balles avec éclats dans l’articulation ) la légende veut qu’il ait été blessé au milieu du pont. En fait il a plutôt été touché à l’entrée de celui-ci coté Saint Médard.  Dans sa biographie «  De Gaulle » ( tome 1 le rebelle ) Jean Lacouture raconte que le lieutenant s’est alors trainé à l’abri d’une maison, où il va passer plusieurs heures assis sur une chaise. Vers 16 heures une contre-offensive française permet de dégager le pont et De Gaulle organise alors un convoi de blessé, il monte lui-même à bord d’une charrette pour être évacuée. Le soir il recevra les premiers soins et dormira à Charleroi chez sa sœur  Marie Agnès qui a épousé un ingénieur belge. En effet de Gaulle est né à Lille et comme beaucoup de gens du Nord, il possède de la famille en Belgique. Il avait lui-même été pendant trois ans, de 1901 à 1904, pensionnaire  chez les jésuites à Antoing…

Le pont de Dinant détruit le 25 Août 1914.

 

Le rebelle… déjà !

Après quelques semaines dans un hôpital il rejoint son régiment, le 33ème RI. Il est nommé capitaine en janvier 1915, puis est blessé eu seconde fois à la main en mars de la même année sur le front de Champagne. Ce jour-là en dépit des ordres il refuse de battre en retraite et fait tirer sans cesse sur les tranchées  allemandes, ça lui vaudra 8 jours de suspension.

Un an plus tard le deux mars 1916, en pleine  bataille de Verdun à Douaumont sa compagnie est décimée par les Allemands.  Encerclé avec les derniers survivants il tente une percée, mais sous la violence du feu il doit se réfugier dans un trou d’obus,  des casques à pointe le poursuivent et c’est le corps à corps,  le capitaine de Gaulle  est blessé à la cuisse d’un coup de baïonnette. Il passera le reste de la guerre en captivité, non sans tenter plusieurs fois de s’évader.

Les prémices d’un destin.

Pour son attitude à Douaumont à 26 ans, il reçoit la légion d‘honneur et la croix de guerre, ironie de l’histoire  son ordre de nomination est signe du général… Philippe Pétain !

Tout dans son attitude lors de la première guerre mondiale laissait prévoir l’émergence du grand homme, de celui qui a dit non à la défaite en 1940 .

 Le jeune de Gaulle méritait bien une statue.

Simon Leys a rejoint le fils du ciel

Par Christophe Giltay dans Divers , le 12 août 2014 09h04 | Ajouter un commentaire

 Le sinologue et écrivain belge Pierre Ryckmans, plus connu sous son nom de plume Simon Leys est décédé en Australie à l’âge de 78 ans où il  enseignait depuis plus de vingt ans. Il avait été un des premiers à dénoncer les dérives de la révolution culturelle en Chine.

Simon Leys

C‘était en 1971 dans un livre intitulé «  les habits neufs du président Mao » en référence au conte d’Andersen « Les habits neuf de l’empereur ». Vous vous souvenez c’est ce conte où deux escrocs font croire à l’empereur de Chine qu’ils ont tissé un habit magique invisible, et c‘est ainsi que l’empereur se promène « à poil » …Vous connaissez l’expression le roi est nu !

Simon contre Mao !

Simon Leys avait en quelque sorte projeté ce conte sur Mao et la révolution culturelle qui faisait à la fin des années 1960 rêver l’intelligentsia parisienne,  (Leys s’opposa assez vivement à Philippe Sollers) pour Simon Leys c’était avant tout un coup d’Etat mené par Mao contre le parti communiste chinois pour reprendre le pouvoir absolu…Il fut à l’époque traîné dans la boue on l’accusa même d’être un agent de la CIA.  Ce n’est qui dans les années 80 qu’on lui a progressivement  rendu justice. Un soir de 1983 invité dans l’émission « Apostrophe » de Bernard Pivot , il déclara au sujet d‘un livre de Maria Antoinietta Macciocchi « De la Chine: » :  «Il est normal que les imbéciles profèrent des imbécillités comme les pommiers produisent des pommes, mais je ne peux pas accepter, moi qui ai vu le fleuve Jaune charrier des cadavres chaque jour depuis mes fenêtres, cette vision idyllique de la Révolution culturelle. »

Inspiré par Ségalen.

Simon Leys de son vrai nom Pierre Ryckmans était lui-même un peu personnage de roman, car son pseudonyme est inspiré d’un  héros de Victor Segalen : René Leys, un étudiant belge affabulateur qui dans le Pékin de 1900 prétend être l’ami du jeune empereur de Chine qu’il rencontre secrètement tous les soirs.  J’en profite pour vous inviter à redécouvrir l’oeuvre extraordinaire de Victor Segalen, et notamment  son écriture d’une grand perfection, c’est un peu du Proust appliqué au roman d’aventure !  Quant à Simon Leys, il a connu une brillante carrière émaillée de nombreux livres qui lui ont valu des prix importants, dont le « Renaudot essais » en 2003.

Le président Mao

Un écrivain Belge.

  Ces dernières années son nom avait été mêlé à une polémique absurde avec le ministère belge des Affaires étrangères qui refusait de reconnaitre leur nationalité,  à ses deux fils installés en Australie avec lui. Finalement l’auteur et ses fils avaient obtenu gains de cause.

 Simon Leys, grand sinologue francophone, connu dans le monde entier n’avait jamais renié ses origines belges, il était membre de l’académie Royale et la Belgique peut s’honorer d’avoir engendré un tel fils !

 Dernière chose l’humour était  l’un de ses traits particuliers, et l’AFP citait hier cette belle phrase de lui au sujet de son travail :  « Cela ne servira peut-être à rien mais en attendant on se sera bien amusé! »

 On aimerait tous pouvoir en dire autant…

 

Une curiosité : François Mitterrand présente René Leys un roman qu’il a beaucoup aimé :

http://www.ina.fr/video/I04184898

 

 

 

 

 

Sarko : retour du devoir ? Ou devoir du retour ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 7 août 2014 14h03 | 2 commentaires

 Nouvel épisode dans la saga française de l’été autour de l’avenir de Nicolas Sarkozy.  L’ancien chef de l’État évoque l’idée de son retour sur la scène politique dans un article de Valeurs actuelles. Pour la présidence de l’UMP, il affirme n’avoir «pas pris sa décision».

 

L’info a fait le tour des médias français toute la journée d’hier. Nicolas Sarkozy vient de poser un jalon supplémentaire sur la route du retour, un jalon qui a pris la forme d’une interview dans valeurs actuelle un journal très marqué à droite. Alors on sait qu’il doit s’exprimer fin août début décembre pour dire s‘il brigue la présidence de son parti l’UMP, or à ce sujet il n’a pas encore pris de décision :

«  Je veux avoir tous les éléments en main». «Comprenez bien qu’il ne s’agit pas de la décision de mon plaisir. Je n’ai aucune revanche à prendre sur quiconque».

 UMP ou Pas ?

 Ainsi il dissocie son retour de la présidence de l’UMP, comme si les deux choses n’étaient pas forcément liées  

 «Que l’on parle de mon retour dans la vie politique, c’est déjà miraculeux en soi… Cela veut dire que cette idée du retour est inscrite dans les têtes et dans les esprits. À partir de ce moment-là, une très grande partie du chemin est faite.»

 Mais il ajoute que seules des circonstances exceptionnelles pourraient le faire revenir. Alors là… On retombe dans le profil de l’homme providentiel ! Quant aux  circonstances exceptionnelles ce pourrait être une situation économique désastreuse comme celle qui  semble-t-il , pointe à l’horizon de la rentrée française. Le ministre des finances Michel Sapin  l’a laissé entendre la semaine dernière à ses collègues.

Abnégation.

Mais bien sûr dans tout cela il n’y a pas de vulgaires ambitions personnelles s’il revient, ce sera par «devoir» avant tout : «La première campagne présidentielle, on la fait toujours par envie et par désir. Pour un retour, le moteur, c’est le devoir».

 C’est beau comme l’antique. Accessoirement Nicolas Sarkozy est toujours inculpé pour corruption active, une enquête sur le financement de sa campagne de 2007 est toujours en cours, quant à  Juppé et Fillon ils n’ont toujours pas envie de le voir revenir !

Messieurs voyons, voyons…

C’est pas bien d’empêcher le petit Nicolas de faire ses devoirs !

 

Du vin aux soins palliatifs.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 6 août 2014 13h28 | Ajouter un commentaire

 Une première en France, mais qui ne pouvait avoir lieu qu’en France, l’unité de soins palliatifs du CHU de Clermont Ferrand va ouvrir un bar à vin destiné à ses patients en fin de vie, pour qu’ils puissent savourer leur dernières bouteilles.

 

N’imaginez pas qu’un bon vieux bistrotier auvergnat, comme mon copain Robert va s’installer toutes moustaches dehors, avec armes et bagages dans l’unité. Non,  il s’agit plus simplement de l’achat d’une armoire « cave à vins » d’une capacité de 200 litres dans laquelle seront conservés quelques bonnes bouteilles dont bien entendu le vin local  le Saint Pourçain…

Ces bouteilles seront mises, (sous contrôle et avec modération,)  à la disposition des patients et de leurs familles. L’idée est que les malades en fin de parcours puissent encore profiter de certains plaisirs de la vie au milieu leurs proches. 

Un lien affectif et culturel.

Or dans la culture française, le repas pris en commun arrosé d’une bonne bouteille est un élément fondamental des relations humaines.

Je vous rappelle que le repas à la française a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco, sous le nom  de : « Repas gastronomique des Français » qualifié de : « pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes, tels que naissances, mariages, anniversaires, succès et retrouvailles. Il s’agit d’un repas festif dont les convives pratiquent, pour cette occasion, l’art du « bien manger » et du « bien boire » ! Tout est dit …

 Don du vin, don de vie.

 Cette initiative ne coûtera pas un centime à la sécurité sociale, la cave à vins de l’unité de soins intensif sera alimentée par des donateurs, des vignerons, mais aussi les familles et les malades, certains ont même prévu de léguer leur propre cave au cas où il n’aurait pas réussi à la vider avant le grand saut….

 D’ailleurs c’est aussi une manière de mettre fin à une hypocrisie,  combien de familles ont elle déjà introduit une bouteille à l’hôpital pour un proche ? L’idée effectivement est de ne pas rajouter à l’inéluctable le sentiment d’être soumis à des règles restrictives en matière d’alimentation et de menus plaisirs.

 Bien entendu tout cela se fera sur base du volontariat, certains  sont dans les derniers jours sur un chemin plus ascétique, et il ne s’agit de transformer l’unité de soins palliatifs en lieu de ripaille.

 Comme disait Pasteur.

 En France le vin était quotidien à l’hôpital jusqu’en 1957, date de son interdiction. Jusque-là les patients avaient le droit d’en boire tous les jours, adultes,  mais aussi enfants à raison d‘un demi verre par jour.  Louis Pasteur lui-même disait que le vin était « la plus  saine et la plus hygiénique des boissons », mais ça remonte à une époque où l’eau potable l’était rarement, bien avant l’invention des stations d‘épurations…

 Enfin, quand on est au bout du chemin, on n’a plus beaucoup latitude ni de liberté, et le fait tout simplement non pas de boire, mais de pouvoir offrir un verre de son vin préféré à ceux qui vous visitent, c’est continuer à faire partie du monde des vivants…

 Hé Robert !  Un dernier pour la route !

Rabelais était médecin.

« Beuvez toujours, vous ne mourrez jamais. — Si je ne boy, je suys à sec, me voylà
mort. » (Rabelais)

 

Quand Gaspard s’invite aux Tuileries.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 30 juillet 2014 07h57 | Commentaires fermés

 Petite polémique en France sur la présence de rats sur certains sites touristiques à Paris… Les chaînes de télévision étrangères se sont ruées sur le sujet, mais les parisiens restent sereins. Même s’il ne ressemble pas à ratatouille, le rat des villes fait partie de leur existence depuis toujours.

 

Un rat et un Maillol au Louvres

Savez-vous ce que c’est qu’un Gaspard ? Gaspard c’est le nom du rat en argot. La légende raconte que ça viendrait d’un  prisonnier du 19ème siècle qui avait élevé un  rat dans sa cellule, puis après sa libération, l’avait promené partout sur son épaule, un rat appelé Gaspard. Il existe d’autres récits, mais c’est toujours lié  à la prison car le rat se terre dans son trou, un peu comme les prisonniers qui sont comme ont dit aussi en argot « mis au trou… »

 Mais voilà en été les « Gaspard » sortent de leur trou, surtout quand il fait chaud et plus particulièrement quand ils ont faim. C’est ainsi que des touristes se sont alarmés d’en voir pas mal dans le jardin des Tuileries c’est derniers jours. A tel point que plusieurs télévisions en ont fait des reportages…

Une bonne odeur de poubelle…

Je voudrais signaler au touriste que la manière meilleure d’attirer les rats, c’est de laisser de la nourriture un peu partout,  de ne pas ramasser le reste de son piquenique et de jeter son relief de hamburger ( ou d’ortolan) à côté de la poubelle. Gaspard voyez-vous est moins raffiné que Ratatouille mais tout aussi gourmand !

 Quant à son côté téméraire… c’est normal ! A Paris comme dans toutes les grandes villes les rats vivent aux cotés de hommes depuis des siècles, et ils se sont habitués à eux.  Comme le faisait remarquer l’Agence France Presse dans une dépêche : entre parkings souterrains, métro, caves et égouts, Paris est un véritable gruyère pour les rongeurs… On estime qu’il y a deux rats par habitants à Paris, et comme un couple de rat peut avoir cinq portées par an, avec cinq à douze petits par portée, « ça fait une descendance de quelque 5.000 rats  au bout d’une année ». Affirme un dératiseur dans la même dépêche.

 Comment chasser Gaspard ?

 Je vous rassure la ville de Paris mène des campagnes systématiques de dératisation, la dernière a duré deux mois du 14 avril au 13 juin, quant aux jardins publics, ils sont dératisés tous les mois en été. Le problème c’est que comme les moustiques avec les insecticides, les rats sont de plus en plus résistants aux produits qu’on utilise pour les combattre.

Dans les années 80 la rumeur publique racontait qu’il y avait un crocodile dans les égouts de Paris, et que les égoutiers s’en était rendu compte parce qu’ils ne croisant plus de rats. En fait c’était un bébé caïman que son propriétaire avait relâché dans la nature et que les pompiers avaient  bien vite récupéré…

Mais l’idée n’est peut-être pas si mauvaise ?

Lâcher quelques crocodiles dans la Seine…

A bien y réfléchir ce serait un peu rat dical…

Au FN le monde est bleu… ( Marine ?)

Par Christophe Giltay dans Divers , le 29 juillet 2014 15h15 | Commentaires fermés

 Un sculpteur français est furieux contre la municipalité Front National de Hayange, en Moselle, car elle a décidé de repeindre en bleu sa  sculpture installée dans le centre-ville jugée « sinistre » par le maire.

 

Je vous décris l’œuvre, c’est un bloc de granit rectangulaire auquel est adossé un œuf géant, un jet d’eau sort de ce bloc et le liquide s’écoule dans une vasque sur laquelle repose le tout. A l’origine, l’œuf et la vasque étaient d’une couleur bronze tirant légèrement sur le vert. Mais voilà désormais ils ont été repeint en bleu et pas un bleu discret ou sobre, ni même un bleu « Marine ». Non un bleu clinquant qui jure avec le bloc de granit brut qui lui bien est resté tel quel…

Il y a art et art …

Le nouveau maire frontiste de Hayange, Fabien Engelmann, a dit assumer son choix et « ne pas comprendre qu’on fasse tout un pataquès » pour une œuvre, selon lui, « dont on peine à appeler ça de l’art ». « Il n’y avait rien de mal à faire ça. On a une ville assez lugubre, sinistre, on a voulu l’égayer. On a repeint le fond en bleu piscine, le reste en bleu turquoise… Ca n’était en aucun cas pour détériorer la fontaine ».

La fontaine avait été commandée en 2001 par la municipalité socialiste de l’époque à un artiste local Alain Mila qui a depuis quitté la région. C’est un de ses amis qui l’a averti de la modification qu’avait subie son œuvre. Evidement il est furieux, il a attaqué la ville devant le tribunal administratif de Strasbourg et  demandé « Qu’on enlève la peinture », en déplorant « une atteinte à tout son travail et à ses valeurs ».

La ministre de la culture aurélie Filipetti qui est aussi originaire de la région a écrit sur son compte twitter :

« Une œuvre d’art ne peut être modifiée sans accord de l’artiste. Cet incident est un appel à la vigilance. »

Sous-entendu vigilance par rapport aux décisions que prennent les nouvelles mairies FN.

Un bleu piscine.

 

Le maire assume.

Le maire ne se démonte pas, il propose même de revendre la fontaine à l’artiste en rappelant qu’elle avait couté à l’achat 9000 euros ! On voit bien l’idée : « pourquoi  payer une telle somme pour une telle installation ? »

 Voilà qui nous replonge à la merveilleuse époque où l’art moderne était qualifié d’art dégénéré  par un régime autoritaire installé en Allemagne ( de 1933 à 1945) .

Bien sûr comparaison n’est pas raison, et jamais le maire d’Hayange ne dirait quelque chose comme : « quand j’entends le mot culture je sors mon révolver ! » Il  a juste sorti sa co…

Disons sa bêtise …

Le Sarko du Loch Ness.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 28 juillet 2014 09h09 | Commentaires fermés

En France depuis le mois de Juin, c’est un peu la saga de l’été, le feuilleton qu’on retrouve à intervalle régulier dans la presse, son titre : « Sarko le retour ».  L’épisode du jour est à lire dans le Figaro.

Sarko à vélo.

Autrefois pendant l’été il y avait des classiques qui revenaient régulièrement quand les journaux étaient en mal de copie :  le monstre du loch Ness, mais aussi les soucoupes volantes

Le retour attendu, programmé, deviné, mais toujours pas effectif de Nicolas Sarkozy en politique fait désormais partie de la panoplie. Ainsi le Figaro titre ce matin en une «  comment Nicolas Sarkozy prépare son retour. »  On y apprend qu’il consulte ses amis, qu’il a fait un peu de vélo du côté du cap Nègre, et qu’il va partir quelque jours à Bali. Mais concernant son retour, rien bien tangible sinon qu’il pourrait se déclarer candidat à la présidence de l’UMP au début septembre…

Les conditions du retour.

 Il poserait d’ailleurs des conditions, pouvoir conserver ses bureaux d’ancien président rue de Miromesnil et continuer à prononcer des conférences internationales, bien payées. Rien ne s’y oppose,  quand d il était revu président de l’UDF en 1988, Giscard avait gardé ses bureaux, son secrétariat, sa voiture, ses gardes du corps. Il en dispose d’ailleurs toujours actuellement. C’est un avantage à vie pour les anciens présidents.

L’Elysée en ligne de mire.

Pour le reste la donne n’a pas changé Nicolas Sarkozy est toujours mis en examen pour corruption active, et les autres leaders de l’UMP Alain Juppé et François Fillon en tête ne souhaitent pas forcément le voir revenir car ils ont leurs propres ambitions présidentielles… et quand je dis présidentielle je ne parle pas de la présidence du parti, mais de la Fraaaance !  D’ailleurs si Nicolas Sarkozy reprend la tête de l’UMP  ce ne sera évidemment pas pour se contenter redresser ce qui est aujourd’hui une entreprise en quasi faillite, mais  bien pour revenir à l’Elysée. Pour ce faire il va devoir accepter de passer par des primaires face aux autres candidats du parti, et c’est le truc qui coince…il se serait bien vu en « deus ex machina », rappelé par le peuple en pleurs orphelin de son chef …

Hollande et ses nouvelles lunettes.

Hollande président.

En parlant de pleurs, et c’est hélas très cynique,  cet été de guerres et de malheurs aériens, donne à François Hollande l’occasion de jouer et de rejouer la partition présidentielle : pour les commémorations des deux guerres en Normandie, le 14 juillet et bientôt à Liège ; et lors des manifestations de deuils après les trois crashs aériens. Ainsi peu à peu les français s’habituent à le voir incarner la nation… surtout depuis qu’il a changé de lunette, ça lui donne un petit air de  Chirac.

Ainsi quoiqu’il arrive et quels que soient les futurs épisodes de la « saga Sarko », c’est François Hollande qui est à l’Elysée et pour près de trois ans encore…

Au fond c’est ça le vrai problème de Nicolas Sarkozy !

 

Air Algérie : Pourquoi tant de Français sur le vol ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 25 juillet 2014 09h26 | Commentaires fermés

Le crash de l’avion d’Air Algérie qui a fait 116 victimes dont une belge et 51 Français. L’appareil était parti de Ouagadougou pour rejoindre Alger, il s’est écrasé au-dessus au Mali, comment expliquer que près de la moitié des passagers étaient français ?

La réponse est dans la question  le Burkina Faso le Mali et l’Algérie sont d’anciennes colonies françaises de nombreux français y vivent et y ont  encore des intérêts, car les liens avec la France sont toujours très forts. Et puis il y a les particularités du transport aérien moderne. C’est comme l’avion de la Malaisian Airlines : pourquoi y avait-il 193 néerlandais dans un vol Amsterdam- Kuala Lumpur ? Parce que la Malaisie est une des compagnies les moins chères pour l’Asie, et que les gens qui se rendent à Bali par exemple prennent cette ligne tout comme les 100 chercheurs qui partaient à Melbourne pour le sommet sur le sida. C’est moins cher de faire Amsterdam Kuala Lumpur, puis Kuala Lumpur Melbourne que de prendre un vol direct Londres Melbourne.

Alger nœud du trafic vers la France.

 En Afrique c’est pareil plutôt que de prendre un vol direct Air France : Ouaga -Paris, assez cher, de nombreuses expatriées françaises et bi nationaux, on l’habitude de transiter par Alger. D’autant qu’Alger est une véritable plaque tournante vers la province française, sur les 51 passagers français tous n’allaient pas à Paris certains se rendaient à Lyon, d’autres à Marseille. Depuis Alger on peut prendre des vols pour les principales villes de province. Air Algérie fondée en 1947 à l’époque française, est donc historiquement une compagnie qui vole beaucoup vers la France, elle y dessert eu dizaine de destinations .

Des familles.

Enfin et c’est le plus dramatique, Laurent Fabius le ministre français des affaires étrangères l’a expliqué hier, s’il y a 51 français il n’y a que 20 familles concernées pour la plupart c’étaient des bi nationaux qui rentraient dans l’hexagone après un séjour au pays ou des expatriés français qui partaient en vacances.  On m’a signalé notamment le cas d’une dame résidant en Guyane française qui a appelé hier le N° de la cellule d’urgence à Paris, elle avait six personnes de sa famille dans l’avion, dont son fils. Vous imaginez l’horreur ! Et je pense hélas que ce ne sera pas un cas unique…

 

Et si la France était la Belgique…

Par Christophe Giltay dans Divers , le 23 juillet 2014 08h24 | Un commentaire>

 Deux mois après les élections régionales et fédérales, la Belgique est sur le point d’avoir un nouveau gouvernement dit de « coalition suédoise », car il va réunir des libéraux (bleu) des nationalistes flamands (jaune) et des démocrates chrétiens (croix). Comme le drapeau suédois.  Ce gouvernement sera très majoritairement de droite et Flamand.  Or dans les régions francophones on a voté à gauche, d’où une étrange asymétrie politique entre le nord et le sud du pays.  C’est très difficile à expliquer pour un public français,  à moins de concevoir  une France dont le régime politique serait identique à la Belgique…

 

L’un à la communauté l’autre au fédéral c’est ça la Belgique.

 

Imaginez que l’histoire ne se soit pas déroulée comme nous la connaissons.  A la fin de l’empire romain les tribus barbares se seraient stabilisées non pas sur la Meuse, la Sambre et le Rhin, mais sur la  Loire.  La frontière entre monde germain et monde latin en eût été changée.

 La France serait donc un pays où l’on parle deux langues,  au nord de la Loire l’allemand,  au sud le français, avec une particularité : à Paris, enclavée en zone allemande,  on parle très majoritairement français. Après de siècles de centralisation la France est  désormais un état fédéral composé de communauté et de région. ( Oui je sais c’est un peu délirant, mais c’est une fiction,)  et dans ce pays il vient d’y avoir des élections…

Droite au nord, gauche au sud.

Au nord de la Loire, là où parle allemand, c’est la droite qui a gagné, et au sud c’est la gauche. On forme donc dans la région nord un gouvernement de droite dirigé par Angela Merkel et au sud un gouvernement de gauche dirigé par Manuel Valls. A Paris, région autonome, on constitue une équipe de centre gauche dirigée par Anne Hidalgo !

Mais voilà il existe également un gouvernement qui réunit les francophones de Paris et du sud, sur un certain nombre de compétence  comme l’enseignement. Et ce gouvernement des « francophones unis », qu’on appelle communauté française,   il est de gauche et sera présidé par François Hollande…

Gauche en bas, droite en haut.

Maintenant reste le gouvernement central de la République,  le gouvernement dit fédéral. C’est lui qui gère les matières régaliennes : défense, justice, affaires étrangères et qui donc  représente le pays aux yeux de l’Europe et du monde. Ce gouvernement sera de droite car les gens du nord sont plus nombreux que ceux du sud. Mais il rassemble à parité des germanophones et francophones.  Il va être dirigé par : Nicolas Sarkozy…

La mosaïque suédoise.

Donc je récapitule : région nord Angela Merkel, région sud Manuel Valls, Paris Anne Hidalgo, communauté Française François Hollande, fédéral Nicolas Sarkozy !

Et il parait que tout ça va très bien marcher !

Sarcelles : une guerre importée.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 22 juillet 2014 09h18 | Commentaires fermés

La France est en Etat de choc après  les violentes émeutes de Sarcelles, qui ont notamment pris pour cible des commerces tenus par des juifs. La classe politique appelle à une mobilisation générale et  François Hollande a reçu hier les représentants de tous les cultes à l’Élysée.

 

 

Je sais le rapprochement est un peu réducteur, mais voilà …Le jour même où l’on commémorait le 72ème anniversaire de la rafle du Vel d’hiv, on a brulé des commerces juifs à Paris !  Enfin à Sarcelles dans la banlieue nord de la capitale , ville dont Dominique Strauss Kahn fut longtemps le maire et qui abrite une importante communauté juive.

 Je vois bien ce que c’est un commerce juif attaqué, il y avait des à photos dans mon livre d’histoire au collège. Le chapitre s’appelait : « la montée du nazisme. » Je ne peux pas m’empêcher de rapprocher l’image de cette pharmacie et de ce traiteur de Sarcelles de celles qu’il y avait dans mon livre d’histoire.

 Une violence contre-productive.

 C’est toute l’horreur, toute la peur qui nous étreint devant ce dérapage… J’entendais hier sur une radio française Leila Shahid représentante de la Palestine auprès de l’Europe, dénoncer avec la plus grande vigueur ces actes antisémites, disant que c’était le plus mauvais service à rendre à la cause palestinienne. Car bien sûr la voix de modérés, la voix de ceux qui ont le droit de s’insurger, cette voix est étouffée par la violence de ces casseurs minables. Alors, on l’a vu à Bruxelles, il y moyen d’unir les hommes de bonnes volonté laïcs et représentants des cultes pour accepter le débat d’idée, et même des protestations légitimes… C’est vrai que ce qui repasse à Gaza soulève le cœur, et même en Israël il y a des gens qui ne sont pas d’accord.  Mais en quoi un commerçant juif de Sarcelles en est-il responsable ?

 

Appels au dialogue.

Pour renouer le dialogue François Hollande a reçu à l’Elysée les représentants de tous les cultes. En signe d’apaisement la manifestation de mercredi sera autorisée, mais sévèrement encadrée.  Ce matin Roger Cukierman le président du Conseil représentatif des institutions juives de France et Hicham Chalghoumi  le très médiatique l’imam de Drancy lancent un appel au calme et au dialogue  dans « Le Parisien » le journal le plus lu à Paris et dans sa banlieue.

 Dans cet appel ils ont dit quelque chose de très fort : qu’il ne faudrait pas importer la guerre israélo palestinienne en Europe, mais bien exporter notre sens du dialogue au Moyen Orient…j’ai bien peur hélas qu’il s’agisse d’un vœu pieux