« Les Républicains » en toute légalité

Par Christophe Giltay dans Divers , le 27 mai 2015 09h56 | Ajouter un commentaire

 La justice française a décidé que l’UMP pouvait adopter comme nouveau nom l’expression   » les Républicains. » Saisi par quatre partis de gauche et 143 citoyens dont certains se nomment « Républicain », le tribunal de grande instance de Paris a estimé que les troubles et les dommages invoqués par les plaignants n’étaient pas démontrés. 

sarko facebook 2

C’était la fête hier soir dans le camp de Nicolas Sarkozy. En meeting au Havre l’ex-président s’est réjoui de la décision et il a immédiatement contre-attaqué en essayant de ridiculiser François Hollande  » je savais qu’on allait en voir de belles avec « moi je », mais ce que j’ignorais c’est qu’il voulait choisir lui-même le nom de notre parti ! ».

Vous imaginez la salle chavirant de bonheur…

Tous républicains.

Pourtant ce n’était pas gagné d’avance ce n’est pas tant le mot républicain utilisé comme adjectif qui pose problème, il y a déjà eu un Parti Républicain en France dirigé par Francois Léotard dans les années 90. Mais c’est l’expression «  les Républicains » qui fâche certains, comme s’il n’y avait que les UMP  qui l’étaient …

En fait République c’est l’autre nom de la France, en France depuis la fin du XIXème siècle l’immense majorité de la population s’est ralliée à la République. Le dernier ( et jusqu’à présent le seul) candidat royaliste à l’élection présidentielle, Bertrand  Renouvin a recueilli 0,17% des voix en 1974.

D’ailleurs pour désigner la France on dit indifféremment la France ou la

République …

Si l’on compare à la Belgique c’est un peu comme si un parti décidait de s’appeler « les Belges »… « Les Belges ont décidé »,  « Les Belges estiment » … et les autres ?

Les valeurs républicaines…

Mais bon puisque la justice n’y a rien trouvé à redire, va pour «  les Républicains ».

Maintenant s’appeler « les Républicains »  en France ce n’est pas anodin, le terme véhicule toute une série de valeurs spécifiques. Et qui sotn sujettes à interprétation.  Ainsi dans un meeting du 7 novembre 2014 Nicolas Sarkozy expliquait ce qu’il y avait, selon lui , de différent entre la démocratie et la République :

La République ce n’est pas que la démocratie.

« La démocratie,( disait Nicolas Sarkozy) c’est le multipartisme, les élections libres, la liberté d’expression, sans doute les droits de l’homme. C’est fondamental, mais la République, c’est autre chose.

La République, c’est une morale, une morale de l’homme et du citoyen. La démocratie peut être compatible avec le communautarisme, la République, non ! La République ne reconnait aucune communauté. Elle n’accepte aucune minorité. Parce que la République ne reconnait que des citoyens égaux en droits et en devoirs. Dans la République, il n’y qu’une seule communauté qui vaille, c’est la communauté nationale ! »

La République indissociable de la Nation.

 Cette interprétation rigoureuse du sens de la République vise bien entendu le FN, qui cherche à récupérer les valeurs républicaines à son profit.

Quant aux solistes ils ont songé un moment sous l’impulsion de Manuel Valls à changer de nom pour s’appeler peut être : le parti démocrate. On aurait eu ainsi en France comme aux Etats unis une opposition entre républicains et démocrates. Il parait que François Hollande n’est pas pour.

Il craint peut être que Ségolène Royal se prenne un jour pour Hillary Clinton.

Pas de Mac Do pour Montorgueil.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 mai 2015 13h05 | Ajouter un commentaire

Vous vous souvenez peut être du démontage du Mac Donald de Millau par José Bové en 1999. On pensait les choses apaisées entre le N°1 du fast food et la République…pas du tout ! La problématique s’est déplacée à Paris.  Soutenu par la Mairie, un collectif refuse l’arrivée du géant américain dans le quartier historique Sentier-Montorgueil.

mac do

 

Il faut  dire qu’il fait fort Ronald ! Il envisage d’installer son cirque au coeur d’un des vieux plus quartiers de paris à deux pas des Halles. Entre « Le rocher de Cancale » où venaient souper Balzac et Stendhal et la maison Stohrer pâtissier fournisseur de la cour…de Louis XV !

Haro sur le burger !

Alors évidemment le hamburger au milieu des troquets branchés et des maisons de bouche, on touche au cœur du cœur du problème. En 12 ans Mac Do a démarché le commerces un à un et tout le monde a toujours refusé de leur vendre le fond ou  le pas de porte . Pas plus rue Montorgueil que rue des petits carreaux.

Mais voilà un prioritaire a finalement céder aux sirènes américaines, au coin de la rue Réaumur. Pour vous donner une idée ce n’est pas très loin de Beaubourg, et c’est dans cette rue que ce situait le quotidien France soir. Le projet envisage un  Mac Do géant sur trois étages…

Depuis les bobos poussent des cris d’orfraies.  « C’est la fin des haricots ! » lance dans le figaro Antoine  Debièvre cofondateur du collectif… « Pas de Mac Do dans le quartier… »

Unanimité politique.

Et il n’est pas seul ! Le maire vert de l’arrondissement  est contre mais aussi Pierre Lellouche le député UMP du quartier. Sans compter tous les commerçants traditionnels qui parlent d’une « verrue » qui braderait l’âme et l’identité de ces vieilles rues… En fait l’idée est d’éviter la banalisation de ce quartier, où l’on ne retrouve pas (pour l’instant) toutes les enseignes de tous les franchisés, de tous les centres villes de toutes les villes de France. Ici chaque maison a encore son identité …

Mais  Au-delà de l’argument patrimonial,  il y a aussi un argument  de santé publique qui lui pourrait bien faire mouche. Ce Mac Do géant serait installé en face d’une école et à proximité de 6 autres établissements scolaires.  Et voilà l’ombre de la malbouffe qui se profile.

Hidalgo s’en mêle.

La mairie de Paris de Paris a refusé le permis de construire mais Mac Do qui s’est adressé à la justice a obtenu satisfaction devant les tribunaux. La ville devra réexaminer le projet.  Mac Do considère cette opposition comme totalement injuste car depuis l’affaire de Millau en 1999, les Mac Do de France se sont franchement francisés. La couleur est passée du rouge au vert, on y trouve des salades et même des sandwichs baguettes. L’américain a compris que pour séduire les Français il faut faire français… Mais voilà ce qui est devenu acceptable par exemple sur la grand place de Lille, ne l’est pas au cœur du sentier.

Un loi anti-Mac Do ?

La bataille pourrait se déplacer sur le plan législatif. Deux projets de lois qu’on pourrait appeler « anti Mac Do » vont être déposés. Le premier prévoira la possibilité pour une vile de préempter les commerces vides et donc d’avoir un contrôle sur ceux qui les rachètent. La deuxième plus radicale envisage l’interdiction des fast food à proximité d’un établissement scolaire…

Le genre de lois qu’adorent les adultes et que détestent les enfants …

Peut-on sauver Palmyre ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 22 mai 2015 10h17 | Ajouter un commentaire

De nombreuses voix se sont élevées en France après la prise de Palmyre par l’organisation Etat islamique qu’on appelle aussi Daesh. Avec cette question lancinante : pourquoi n’est- on pas intervenu pour empêcher ça ?  Et pouvons-nous encore le faire ?  

Palmyre 2

Parmi les multiples réactions je vous citerai celle de Jack Lang, l’ancien ministre de la culture, qui est aujourd’hui le directeur de l’Institut du Monde Arabe à Paris :

Nous découvrons que Palmyre, cette cité antique éblouissante, cette cité magique, qui est l’expression une des plus fortes de la civilisation gréco-latine, vient d’être occupée par Dasht.»

«Que ont-ils en faire ?» «Si comme à leur habitude ils détruisent, ce sera un acte d’une barbarie inouïe. Ce sera l’effacement de ce qui constitue un trésor de l’humanité. […] Ce sont des voyous. Ce sont des barbares. Ce sont d’horribles tueurs et destructeurs.»

Que faire ?

Alors vous me direz pourquoi la coalition alliée n’a-t-elle pas bombardé massivement Daesh pour l’empêcher d’avancer vers Palmyre ? Tout simplement parce qu’à Palmyre face à Daesh, il y a l’armée régulière Syrienne et que ni les Américains ni les Européens ne veulent apporter une assistance, même indirecte, au régime syrien.

Cette situation nous montre bien la complexité de ce qui passe là-bas. On n’a pas d’amis sur le terrain en fait ou si peu…

L’orient compliqué.

D’un côté Daesh et d’autres djihadistes comme les multiples filiales d’Al Qaïda ou le Front Al Nosra qui parfois s’affrontent ou parfois s’allient.

Dans l’autre les camps les chiites avec Bachard el-Assad soutenu par l’Iran, les milices chiites irakiennes et le Hezbollah libanais. C’est pas non plus nos copains… Imaginez qu’on donne des armes aux Chiites et qu’elles se retrouvent dans les mains du Hezbollah vous verrez la tête des Israéliens ! Quant à l’armée régulière Irakienne à majortié chiite et entrainées par les Américians, elle va de débâcles en déroutes, en abandonnant à l’organisation Etat islamique le matériels sophistiqué offert par l’OncleSsam !

Les Kurdes.

Alors bien sûr il y a les Kurdes c’est d’ailleurs à la frontière du Kurdistan que Daesh connait se principaux revers. Mais les Kurdes sont les adversaires des Turcs, qui sont nos alliés dans l’OTAN… Des Turcs d’ailleurs dont l’attitude n’est pas très claire notamment sur la relative facilité accordée aux combattants européens qui rejoignent Daesh via la Turquie…

L’ASL

Il y a enfin l’Armée Syrienne Libre sur laquelle on fondait tant d’espoir, une armée laïque encadrée par des officiers dissidents. C’était l’interlocuteur idéal pour les occidentaux. Elle n’existe pratiquement plus sous sa forme initiale, et s’est associée à des groupes djihadistes comme le Front al Nosra, au nom de la lutte commune contre Bachar el-Assad. En clair il n’y a plus de laïques sur le terrain. C’est Chiites contre Sunnites et Islamistes divers.

Intervenir au sol ?

Faut-il intervenir directement au sol ? Entre occidentaux, comme en Irak ou en Afghanistan ? On a déjà donné ! Nos opinions opubliques n’accepteraient pas les pertes,  et les Américains ne se sont pas retirés d’Irak pour y revenir en masse…

Voilà pourquoi à moins d’un miracle Palmyre, la cité de la mythique reine Zénobie, vestige exceptionnel du monde antique sera peut-être bientôt  livrée aux bulldozers de fanatiques ignares…

 

Cannes : un « talon gate » au festival

Par Christophe Giltay dans Divers , le 20 mai 2015 16h37 | Ajouter un commentaire

La polémique enfle à Cannes après un article d’un magazine britannique, qui assure que plusieurs femmes n’ont pu monter les marches lors d’une projection parce qu’elles portaient des talons plats, car les talons hauts seraient obligatoires.  Le Festival nie avoir donné cette consigne.

 

cannes sharon

Alors info ou intox ? La rumeur s’est emballée ces derniers jours, et sur internet on a même vu circuler une photo de Kate Blanchet qui aurait été obligée de soulever sa robe pour montrer qu‘elle était en talons…

D’après le magazine britannique Screen un groupe de femmes qui portaient des ballerines en strass se sont vues interdire l’accès à la projection officielle de Carol, de Todd Haüynes, dimanche soir, parce que la hauteur de leurs talons de chaussures n’était pas suffisante.

Démenti.

Démenti formel du délégué général du Festival, Thierry Frémaux, qui répondu au producteur Marc Missionier sur Twitter qui lui demandait si c’était vrai : « Pas du tout. Et la rumeur selon laquelle le Festival exige des talons hauts pour les femmes sur les marches est infondée. Pour les marches, le règlement n’a pas changé : « Smoking, tenue de soirée ». Aucune mention sur les « talons ». »

Et c’est vrai ! Vous pouvez vérifier sur le site du festival. On y évoque juste des smokings pour les hommes et des tenues de soirée pour les dames. Il n’y est même pas mentionné que les hommes doivent porter une nœud papillon avec leur smoking. D’ailleurs Mathias Schoenaert a monté les marches en smoking, cravate… et talons plats !

De nombreux témoignages.

Pourtant le tweet de Thierry Frémaux a immédiatement déclenché une foule de témoignages, cités notamment par Télérama : en voici quelques-uns

Sur le compte Twitter de la boîte de production et de distribution britannique Indépendant, on peut lire : « Notre responsable des ventes et une autre salarié ont été refoulées de la première de Carol pour manque d’audace au niveau des chaussures. » De son côté Une étudiante à l’université de New York déclare : Je confirme. J’ai eu du mal à rentrer, à cause de mes chevilles je ne peux pas porter de talons. J’aurais compris s’il s’agissait de baskets, mais c’était de jolies chaussures en cuir. »Ou encore cette étudiante en cinéma « Je me suis vue refuser l’entrée pour Sea of Trees parce que je ne portais pas de talons. Ravie d’apprendre que c’était infondé. »

Enfin la BBC cite elle le cas de la productrice Valeria Richter, amputée d’une partie du pied gauche qui affirme qu’elle a été refusée à quatre reprises au bas des marches, pour talon non conforme.

Zèle ou fantasme ?

Le festival persiste et signe il n’a jamais donné d’instruction à ce sujet. On peut donc pense qu’il s’agit d’un excès de zèle de la part de certains responsable de l’accueil, du protocole ou de la sécurité peut être portés par leurs fantasmes…

Ou est-ce tout simplement la démonstration de l’efficacité de ce qu’on appelle les « légendes urbaines ». Vous n‘imaginez pas le nombre de truc que les gens pensent obligatoires ou interdis au nom de règlements qui tout simplement n’existent pas.

Et si Sarko ?

C’est le genre de rumeur qui n’aurait jamais circulé à l’époque où Nicolas Sarkozy était Président de la République. Vous imaginez… Carla et lui montant les marches, avec leur look habituel : elle en ballerines, et lui en talons…

 

Luz quitte Charlie Hebdo

Par Christophe Giltay dans Divers , le 19 mai 2015 09h20 | Ajouter un commentaire

L’après attentat continue à faire des vagues à Charlie Hebdo, une journaliste a failli être licenciée et le dessinateur Luz a confirmé qu’il allait quitter l’hebdomadaire en septembre.

charlie 179 2

 

« Dans quelques mois, je ne serai plus Charlie Hebdo, mais je serai toujours Charlie. »

Voilà comment le dessinateur Luz résume sa situation personnelle, dans une longue interview accordée au journal Libération. A la une de ce journal un autoportrait du dessinateur, il est assis à sa table de dessin, mais il manque la moitié de la tête emportée par une balle…. En fait ce qui est arrivé à plusieurs de ses copains.

Tempête sur Charlie.

Ces derniers jours , il y a eu la convocation préalable à un licenciement de la journaliste Zineb El Rhazaoui, annulée finalement. Elle a fait partie il y a quelques semaines avec Luz et le docteur Patrick Pelloux de la fronde qui réclamait une meilleure répartition des parts dans le journal, désormais très riche. Il y a donc quelque chose qui ne tourne plus très rond à Charlie, mais compte tenu du traumatisme on peut comprendre… c’est humain…trop humain ! Charlie a toujours fait dans l’exagération.

Luzy s’explique dans libé.

« Faire le numéro vert (celui avec Mahomet, en couverture) c’était très bien. Après, il y a eu une volonté collective de continuer très vite. Moi, j’avais besoin de temps, mais j’ai suivi par solidarité, pour laisser tomber personne. Sauf qu’à un moment donné, ça a été trop lourd à porter. Il n’y avait plus grand-monde pour dessiner : je me suis retrouvé à faire trois unes sur quatre. Chaque bouclage est une torture parce que les autres ne sont plus là. Passer des nuits d’insomnie à convoquer les disparus, à se demander qu’est-ce que Charb, Cabus Honoré, Tignous auraient fait, c’est épuisant. »

Alors il a dessiné pour lui un album intime : « Catharsis » qui sort aujourd’hui et dont le titre est transparent, catharsis en grec ça veut dire purification. C’est un peu son journal de bord de l’après 7 janvier

Ni lâche, ni héros.

Quant à ceux qui le critique, et l’accuse de lâcheté comme l’ex compagne de Charb Jeannette Bougrab, il répond assez durement qu’il n’est pas un héros. Et que d’ailleurs jamais les types de Charlie ne se sont pris pour des héros.

C’est là tout le paradoxe… ils sont devenus à leur corps défendant les symboles planétaires de la liberté d’expression, alors qu’il a peu encore ils revendiquaient leur irresponsabilité de sales gamins. Ils avaient même en septembre 2012 publié deux éditions parallèles, l’une titrée : un journal responsable, et l’autre un journal irresponsable. La première affichait une couverture toute blanche, et l’autre montrait un homme préhistorique inventant l’humour avec de l’huile et du feu… comprenez : l’humour c’est explosif !

Mais voilà hélas l’humour leur a prêté à la gueule. Et Luz porte en lui la tristesse et peut être la culpabilité de l’éternel survivant.

L’amour.

Au final dans Libé le dessinateur dit tout simplement qu’après ce qu’il a vécu dessiner l’actualité ne l’intéresse plus. Il n‘a plus envie de faire de l’humour sur l’éventuel retour des écologistes au gouvernement… ça n’a plus d’importance, il s’en fout…

Et puis un peu plus loin il explique que le meilleur remède :

C’est le cul et l’amour !

Gourmet, Charles Michel et BHL entrent au Larousse.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 mai 2015 07h59 | Ajouter un commentaire

Le Petit Larousse 2016  accueillera cinquante-six nouvelles personnalité dans ses pages cultures et 150 nouveaux mots dans sa partie dictionnaire. Olivier Gourmet y côtoiera Bernard Henri Levy et vous pourrez désormais y évoquer avec Charles Michel le caractère zénifiant de la bistronomie.

flore

A tout seigneur tout honneur plusieurs Belges vont entrer dans les pages du Larousse. De leur vivant car contrairement à ce qu’on pense parfois il ne faut pas être passé de l’autre côté pour figurer dans le dictionnaire. En toute logique et comme tous ses prédécesseurs le premier ministre Charles Michel, avec lui l’acteur Olivier Gourmet et le chocolatier Pierre Marcolini, figureront désormais au panthéon du dictionnaire… ils y entrent en compagnie d’autres gourmets : le pâtissier Pierre Hermé et le chef étoilé Alain Passard (qui à travaillé à Bruxelles dans sa jeunesse), et d’autres artistes comme Michael Caine, Michael Cimino, Gisèle Casadesus, Lynda Lemay, Pierre Richard…Liste non exhaustive.

BHL et Malala.

On notera l’entrée de l’historien Marc  Ferro, et de la jeune prix Nobel pakistanaise Malala, peut être la benjamine du Larousse, puisqu’elle a 17 ans. Un nom fait beaucoup, de bruit celui de Bernard Henri  Levy, alias BHL ! Je vous entends déjà me dire : « Ah bon il n’y était pas déjà ? » hé bien non ! Comme quoi le Larousse ne se fie pas uniquement au nombre de passages à la télévision. Interrogée sur le pourquoi de ce choix Carine Girac, directrice du département dictionnaires chez Larousse, a donné une définition générale de l’impétrant : « une personne qui a œuvré pour la culture et le savoir, avec l’idée de pérennité. » Je pense que c’est la pérennité qu’il faut retenir : 40 ans de présence médiatique, BHL c’est presque un monument historique à lui tout seul.

Crudivore et bistronomie.

Côté vocabulaire vous saurez désormais tout sur le Crudivore à la fois nom et adjectif : «se dit d’une pratique alimentaire consistant à ne consommer, en principe, que des aliments crus», ou de la Bistronomie : « cuisine raffinée et inventive, de type gastronomique servie dans un restaurant simple, non étoilé. » ( Bref un bistro gatronomique…)

L’électrosensibilité n’est plus taboue, c’est un peu le mal du siècle, et vous avez désormais le loisir, en toute légitimité, de truffer vos discours de néologismes à la mode tels que : clivant, surréagir,  glamouriser et rétropédaler… tout en étant  zénifiant ce qui ne veut pas dire ennuyeux ( lénifiant) mais «qui calme et qui apaise. »

Et après ça vous pourrez comme BHL,  avoir « Avoir le melon » en toute immodestie .

Selfie ? Egoportrait !

Bien que toujours imprimé sur papier, le Larousse, fait une large place aux nouvelles technologies, ainsi vous n’ignorerez plus rien du community manager, ni du selfie… même si dans ce cas le vénérable dictionnaire préconise plutôt l’emploi du québécois egoportrait ( autoportrait narcissique).

Mais il est vrai qu’egoportrait c’est plus clivant !

Trierweiler : Hollande et Royal sont indissociables

Par Christophe Giltay dans Divers , le 13 mai 2015 09h09 | 2 commentaires

Valérie Trierweiler a la rancune tenace. Alors que son best-seller «  Merci pour le moment » sort ce mercredi en édition de poche, l’ex-première dame, redevenue simple journaliste, a accordé  une interview au journal « Le Parisien ». Une interview dans laquelle elle continue à régler ses comptes avec François Hollande et Ségolène Royal…

 

Valérie Trierweiler en Inde

Valérie Trierweiler en Inde

Cette interview n’est pas sans me rappeler un célèbre entretien télévisé de la princesse Diana où elle évoquait indirectement Camilla Parker Bowles. En fait l’idée est un peu la même : François Hollande ne s’est vraiment détaché de Ségolène Royal. Pas pour la gaudriole mais pour quelque chose de beaucoup plus important et qu’ils partagent depuis les bancs de l’ENA, la politique !

Un couple politique.

« Je m’incline. » Dit Valérie Trierweiler au Parisien … « Ils sont indissociables. Cela dépasse leurs enfants. Tous les deux partagent un goût immodéré pour la politique. Le pouvoir est leur raison de vivre, leur obsession commune. L’enjeu a longtemps été de savoir lequel des deux accéderait à l’Elysée. C’est tranché. Lorsqu’en 2005, leur rivalité a pris le pas sur leur complicité, j’ai servi d’instrument pour la conquête du pouvoir. J’ai été naïve. Ce n’est pas ce sang-là qui coule dans mes veines. J’ai cru à cet amour, mais il n’y avait pas de place pour une autre femme dans cette histoire. Maintenant, ils peuvent se retrouver et s’entraider. Et utiliser à leur profit les médias et le pouvoir dont ils raffolent l’un comme l’autre. » J’ai souvent flingué l’ex première dame, mais là je trouve que son analyse ne manque pas de pertinence. La seule chose qui me chagrine pour elle, c’est que, soit disant journaliste politique, elle aurait pu s’en rendre compte plus tôt. Vous me direz l’amour est aveugle et comment aurait-elle pu résister au sex appeal ravageur de François Hollande ?

La vice-présidente.

Une chose est sure Ségolène Royal, N° 3 du gouvernement derrière Valls est Fabius, est de plus en plus présente aux côté du président de la République. Elle était aux premières loges lors de son voyage aux caraïbes ces derniers jours. Et la semaine dernière elle faisait la une de l’Obs, avec ce titre «  la vice-présidente ».

Très souvent l’ex-couple déjeune le dimanche à l’Elysée avec leurs quatre enfants, et comme Julie Gayet reste dans l’ombre, Ségolène Royal joue un peu les premières dames de substitution. D’ailleurs il parait qu’elle apprécie beaucoup Julie Gayet. Peut-être parce que contrairement à Valérie Trierweiler, Julie Gayet a compris dans quel film elle jouait….(elle n’est pas actrice pour rien ) .

Objectif 2017.

Comme le dit fort justement la journaliste Valérie Trierweiler, tout ça fait bien entendu partie de la stratégie de François Hollande pour remporter la présidentielle de 2017. Ségolène Royal qui est restée très populaire dans toute une partie de la gauche pourrait être un appui non négligeable contre Nicolas Sarkozy ou Marine le Pen. En fait il y a un peu du couple Clinton dans ces deux-là, sauf que les Clinton sont restés ensemble, malgré les batifolages de Bill…

Enfin Valérie Trierweiler, qui a déjà vendu 750 000 exemplaires de son livre, ( bingo ! ) répète dans son interview au Parisien que François Hollande appelle les pauvres les « sans dents »…

Plus elle le répète et plus je me dis qu’elle a décidément plus d’une… dent contre lui !

Comandante Hollande !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 12 mai 2015 08h47 | Ajouter un commentaire

C’est la grande surprise du voyage de François Hollande dans les caraïbes, le président français a rencontré hier soir à Cuba, Fidel Castro,  le «Lider Maximo». Une rencontre tenue secrète jusqu’à l’ultime seconde.

che Hollande

Au moment où on l’introduisait dans la villa de Fidel Castro, François Hollande aurait du rencontrer les Français de Cuba à l’ambassade de France. D’où la surprise des expatriés quand cSégolène Royal a lu le discours du président, qu’il a fallu attendre plus d’une heure ! Car François Hollande a passé 50 minutes avec le « Lider Maximo. » Une rencontre familiale pour le vieux révolutionnaire de 88 ans, malade depuis 2006 et dont la dernière apparition publique datait de début avril. Autour de lui son épouse, ses fils et même un arrière-petit-fils. C’est d’ailleurs un des fils de Fidel qui a pris les quelques photos qui ont immortalisé la rencontre…

 De Fidel à Raul.

Un peu plus tard quand François Hollande a rencontré le président actuel Raul Castro , ce dernier lui a demandé des nouvelles de son frère. Il a répondu : « ça va mais il a un peu mal au genou gauche ». Sourire de Raul 83 ans qui a fait remarquer que chez les Castro on vivait vieux….

Il y a dix ans cette rencontre aurait fait couler beaucoup d’encre, aujourd’hui elle plus figure d’anecdote que d’autre chose, d’autant que François Holland est peu suspect d’avoir soutenu les aspects le plus sombres du régime castrist . En 2003 il avait d’ailleurs signé une tribune dénonçant la «dictature» de Cuba après le «printemps noir» et l’arrestation de 75 opposants. Disons qu’ il a visité Fidel comme un monument historique : «  Fidel Castro, c’est l’histoire de Cuba, c’est l’histoire du monde».

Pas de polémique.

On est loin de l’époque où les rencontres entre Danièle Mitterrand et Fidel Castro, qu’elle embrassait publiquement sur la joue, déclenchaient la polémique en France. D’autant que François Hollande n’est pas de la génération de gauche qui a vécu sous le charme de la révolution cubaine. En 1959 il avait 5 ans !

Disons que ce geste fait à la fois plaisir à François Hollande et au peuple cubain. D’ailleurs les hommes d’affaires français se réjouissent de leur visite dans l’ile où ils ont signé de nombreux contrats. Sans surprise les dissidents font un peu la gueule, mais en général dans ce genre de visite, on fait passer discrètement quelques noms en faisant savoir l’on serait très heureux que telle ou telle personne connaisse un sort meilleur. On saura dans quelques jours si effectivement la visite de François Hollande a porté ses fruits de ce côté-là également.

La entrañable transparencia…

Quant au bénéfice qu’il pourrait en tirer sur le plan intérieur,  son entourage ne se fait pas d’illusion… Marisol Touraine sa ministre de la santé a lancé hier aux journalistes : « vous savez aujourd‘hui pour 95% des Français Che Guevara c’est un tee shirt ! »

Les 5% qui restent pourront toujours se repasser avec nostalgie l’ode célèbre de Carlos Puebla au Che : « Hasta la victoria siempre ! »

Sarko reste en examen

Par Christophe Giltay dans Divers , le 8 mai 2015 10h02 | Ajouter un commentaire

Les ennuis judiciaires ne sont pas finis pour Nicolas Sarkozy. Hier la Cour d’appel de Paris, a validé la procédure ayant provoqué la mise en examen de l’ancien président, de son avocat  et d’un ancien haut magistrat.

sarko facebook 2

Je vous rappelle l’histoire en deux mots, l’an dernier Nicolas Sarkozy a été mis en examen parce que par l’intermédiaire de son avocat Thierry Herzog, il aurait cherché à corrompre un haut magistrat Gilbert Azibert. Objectif obtenir des informations sur le dossier Bettencourt dans lequel on l’accusait d’avoir touché de l’argent au black pour financer sa campagne électorale.

Le magistrat Azibert aurait demandé l’intervention de Nicolas Sarkozy pour obtenir un poste prestigieux à Monaco. Sarkozy n’est pas par intervenu, Azibert n’a rien obtenu mais la justice enquête quand même. C’est l’intention qui compte.

La bonne écoute.

Hier la Cour d’Appel de Paris se penchait sur les écoutes téléphoniques qui ont permis de lever ce lièvre. Les avocats de Sarkozy espéraient beaucoup d’une annulation globale de la procédure… et bang ! C’est tout le contraire la cour d’appel valide et Sarko reste inculpé. Alors rassurez-vous il va se pourvoir en cassation et le feuilleton continue, mais il garde bel et bien accroché à ses basques une casserole dont il se passerait volontiers.

Du bon et du mauvais.

Maintenant est-ce vraiment un problème politique ?  Pas vraiment à court terme, car bien entendu tous les militants de l’UMP, les futurs « Républicains » sont persuadés que cet acharnement judiciaire est dû à un complot ourdi par les socialistes ! D’ailleurs c’est bien connu tous les magistrats sont de gauche. Donc le parti va faire bloc autour de son chef, y compris ses principaux opposants internes, Juppé et Fillon, un peu contraints et forcés à la solidarité. Sarkozy peut donc se frotter la main, faute d’opposants le congrès de l’UMP le 30 mai sera un succès et la transformation du parti en « les Républicains » est maintenant assurée dans la joie et la bonne humeur.

Calendrier électoral ou judiciaire ?

Dans un second temps, cette mise en examen reste une épée de Damoclès, d’autant que compte tenu des rythmes de la justice, s’il devait y avoir procès il interviendrait en 2017, juste avant la prochaine présidentielle, et les prétoires ne sont pas les endroits le plus adaptés pour mener campagne. Si l’on rajoute à cela le fait que son ex directeur de communication à l’Elysée Franck Louvrier a passé la journée d’hier en garde à vue à cause de l’affaire Pygmalion, on se dit que Nicolas Sarkozy a quand même des soucis à se faire.

L’exemple Chirac.

D’un autre côté quand on voit les couronnes que la postérité tresse aujourd’hui à Jacques Chirac… Des fois je me dis que pour peu qu’ils soient habiles, les électeurs aiment bien les politiques pas tout à fait blancs bleus…

Chirac : putain 20 ans !

Par Christophe Giltay dans Divers , le 7 mai 2015 10h49 | Ajouter un commentaire

Il y a vingt ans exactement et au terme d’une campagne épique, Jacques Chirac devenait président de la République. Une élection surprise et une véritable résurrection, car au début de la campagne tous les sondages accordaient une large victoire à Edouard Balladur.

chirac_portrait_officiel2

 

Je me souviens très bien de ce matin du 7 mai 1995…Un joli soleil, une petite migraine due à une nuit trop courte… Avec le cameraman Victor Simal et  le stagiaire du bureau de Paris, un certain Michel de Maegd, on avait travaillé tard dans un Paris embouteillé par les partisans de Chirac, les Champs Elysées complétement bloqués pendant des heures ! J’avais dû abandonner la voiture de RTL sur un trottoir et rentrer à pied.

Et ces jeunes gens qui partout mangeaient des pommes …

Mangez des pommes !

C’était le coup e génie de cette campagne, avoir  choisi un pommier comme symbole… Et peu à peu les pommes avaient envahi le paysage chiraquien, les producteurs en faisaient livrer des cageots entiers dans les meetings. Et sur Canal + la marionnette de Chirac dans les « Guignols de l’info » répétait à tout bout de champ : « mangez des pommes ! ».

En trois mois Jacques Chirac avait réussi à renverser complètement son image. Seul, abandonné de tous et notamment de Nicolas Sarkozy rallié à Balladur, il apparaissait en février comme  un « has been », ringardisé par le premier ministre, sérieux, compétent, doctoral.

La trahison d’Edouard.

Edouard Balladur, son « ami de trente ans »,  lui devait pourtant sa fonction. En 1993 quand la droite avait remporté les élections législatives, Jacques Chirac chef du RPR principal parti de droite n’a pas voulu vivre une seconde cohabitation avec François Mitterrand. Il en avait trop bavé entre 86 et 88. Il avait alors envoyé Edouard Balladur au feu, à Matignon. Mais en deux ans celui-ci s’était constitué une stature au point de se croire un destin Elyséen. Tout le monde y croquait d’ailleurs, d’où des défections par dizaines, il ne restait à Chirac que quelques fidèles, Juppé, Debré et Baroin son porte-parole qui à l’époque avait l’air d’un gamin… mais il avait gardé le parti !

Les notables c’est bien, les électeurs c’est mieux !

Je me souviens avoir assisté aux deux premiers meetings des candidats de droite.

Balladur au pavillon Baltard, public BCBG, messieurs en lodens, dames en bijoux… Chœur des esclaves du Nabucco de Verdi, très classe…

Chirac au parc des expositions de Versailles public populaire, musique tonitruante, et le candidat arrivant come un boxeur au choeur de la foule précédé par un drapeau français. J’entends encore un militant me dire : « Chirac c’est un vrai mec, Balladur c’est un bourgeois ! »

Hé oui pour gagner une présidentielle il ne suffit pas d’être soutenu par l’establishment politico médiatique, il faut aussi des électeurs …

Doudou dans les choux.

La claque fut d’autant plus rude  pour Balladur qu’il ne s’est même pas qualifié pour le second tour. Au premier tour  c’est Jospin le socialiste qui avait créé la surprise en terminant en tête : 1 Jospin, 2 Chirac, 3 Balladur, éliminé !

Vous vous souvenez peut être de la tronche de celui qu’on surnommait Doudou quand, l’œil mauvais, il a intimé le silence à ses troupes qui huaient Chirac ce soir-là : «  je vous demande de vous arrêter ! »… «  je vous demande de vous arrêter ! »

20 ans plus tard jacques Chirac reste l’homme politique préféré des français…Pourquoi ? Peut-être  parce que comme le disait une dame l’autre jour sur France 2 : « Il a pas fait grand-chose, mais il était sympa ! »