En ce moment

Le Pape derrière le rapprochement Cuba-USA.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 18 décembre 2014 13h32 | Ajouter un commentaire

Les Etats-Unis et Cuba ont annoncé la reprise de leurs relations diplomatiques rompues en 1961, le pape François a joué un rôle majeur dans cette réconciliation.

Ce fut  la deuxième surprise après l’annonce spectaculaire du dégel entre Washington et la Havane. Les deux présidents au cours de leurs discours simultanés ont remercié le pape François, Francisco chez l’un Francis chez l’autre, pour sa mission de bons offices.  

Le Vatican a confirmé hier qu’effectivement le pape avait œuvré activement pour rapprocher les deux pays. Il a notamment écrit une lettre personnelle à Barack Obama et à Raul Castro chose qu’il fait très rarement.

Régime communiste, racines catholiques.

Alors même si Cuba est un régime communiste qui a combattu la religion dans ses premières années,  l’île, ancienne colonie espagnole  reste bien une terre catholique. Sur 11 millions d‘habitants 6 se disent catholiques. Jena Paul II et Benoit XVI y ont effectué des voyages officiels en 1998 et 2012, Fidel Castro s’est lui rendu au Vatican en 1996.  Je me souviens que dans le collège où j’ai fait mes études on rappelait régulièrement aux fortes têtes soixante-huitardes que Fidel Castro était lui aussi un ancien élève des jésuites…

Dés 2013.

 Bref s’il y avait peut-être une institution capable de rétablir un pont entre l’île et le continent c’était bien l’Eglise. Bien sûr la diplomatie vaticane fait tout mezzo voce, et même dans le silence du recueillement. Les rencontre ont eu lieu discrètement, certaines au Canada qui a lui aussi été remercié par les protagonistes. Vraisemblablement le processus a commencé dès l’élection de François en mars 2013, ce qui expliquerait la poignée demain entre Barack Obama et Raul Castro aux obsèques de Nelson Mandela, il y a tout juste un an. Les choses se seraient accélérées en octobre quand  la secrétairerie d’Etat a reçu au Vatican les délégations des deux pays pour une mission de bons offices.

Retour à la politique ?

Est-ce que ce succès signifie que le pape François va comme Jean Paul II devenir un pape politique, alors qu’il se présente avant tout comme un pasteur ?  Les deux profils sont différents : Jean Paul II combattait le communisme, qui opprimait la Pologne et l’Europe de l’est,  le latino-américain François est mieux à même de comprendre sa version tropicale,  mais n’en doutez pas, quelle que soit son action elle continuera à se faire de manière feutrée. Ainsi à Strasbourg au conseil de l’Europe il y a quelques jours,  pas de déclaration spectaculaire sur la Russie et l’Ukraine. Au sujet de la Syrie le Pape n’a jamais condamné clairement le régime pour protéger les chrétiens, et récemment il n’a pas reçu le Dalaï Lama qui était à Rome avec les autres prix Nobel de la paix. pas question de compromettre le très long processus de négociation entamé avec  la Chine populaire.

Des actions symboliques.

 On se souvient néanmoins de la journée de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, décidée par le pape le 7 septembre contre une intervention militaire occidentale en Syrie. Ou encore le 8 juin 2014 l’invocation pour la paix dans les jardins du Vatican réunissant autour le Président Israélien , Shimon Peres et le président de l’autorité palestienne, Mahmoud Abbas. Une prière mais là encore pas de déclaration ou d’accord spécifique. []

L’exemple cubain prouve que la diplomatie du Vatican, l’une de plus importante au monde par le nombre de ses ambassades obtient des résultats. Mais en conformité, avec un vieux proverbe italien :

« chi va piano va sano »

 

 

Les Fins parviennent à leurs fins.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 17 décembre 2014 10h13 | Ajouter un commentaire

 

Les Fins ( Doubs)

Un conte de Noël avec une semaine d’avance, dans le Haut Doubs les 74 salariés d’une usine menacée de délocalisation ont finalement obtenu le maintien du site. Paradoxalement en réclamant leur licenciement.

Il s‘agit de l’usine TWC située aux Fins dans le Haut Doubs, non loin de la frontière Suisse et de la commune de Morteau célèbre pour ses saucisses. Cette usine fabrique des montres et des bijoux de luxe, une activité classique dans cette région. En avril la direction de l’entreprise signifie à ses salariés que leur usine va être délocalisée à Morez dans le Jura pour une question de rentabilité. Morez se situe à 110 km au sud des Fins, il faut 1h45 en voiture, sur des routes de moyenne montagne dans la région la plus froide de France. Au cœur de l’hiver des -15° – 20°  ne sont pas rares.

Trop loin !

Pas question évidement pour les ouvriers de se taper plus de trois heures de voiture tous les jours, difficile aussi de déménager dans cette région de petits bourgs  où chacun  est souvent propriétaire de sa maison. Mais le groupe qui possède l’usine est intraitable, c’est la délocalisation ou la porte. Les syndicats entreprennent  alors les démarches habituelles, essayent de prouver que le site est rentable et  que le plan de la direction ne tient pas debout. Mais comme toujours c’est en pure perte, c’est alors que les 74 salariés de l’entreprise décident ensemble d’accepter  les  licenciements, pour tous !

Surprise !

Une vraie claque pour la direction qui ne s’y attendait pas. 74 licenciements sans raison valable pour une délocalisation, en France ça se paie cash.

Résultat mardi la nouvelle tombe, le directeur général est remercié et la nouvelle direction annule le projet de  délocalisation.  Ce matin sur France Info le maire des Fins racontait que les gens étaient un peu sonnés,  car ils s’étaient préparés à être licenciés et donc à passer des fêtes pas très joyeuses, et là le Père Noël se présente avec une semaine d’avance.  Je pense qu’on va déboucher là- bas quelques bouteilles de leur déroutant mais délicieux vin du Jura.  (Je vous recommande l’Arbois blanc et son goût de noisette). A consommer  toutefois avec modération, car la direction a peu communiqué et il n’est pas exclu qu’il y ait quelques licenciements ou le non renouvellement de contrats intérimaires

Une hirondelle…

 Evidement ça ne concerne qu’une unité moyenne dans un secteur le luxe qui marche plutôt bien. On est loin  d’Arcelor Mittal !  Mais à force d’annoncer tous les jours des fermetures de sites industriels, des délocalisations sans espoir, ou des luttes sociales qui se terminent toujours par des échecs, une victoire de David contre Goliath, même ponctuelle, ça me met plutôt de bonne humeur …

 

Quand la bavette se taille.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 12 décembre 2014 16h40 | 2 commentaires

Une évolution qui est ressentie en France comme une révolution. A partir du 13 décembre  dans les rayons des supermarchés français, il n’y aura plus que trois manières de désigner les morceaux de viande… Adieu : collier, échine, bavette et araignée…

C’est une victoire de la grande distribution contre les traditions de la boucherie et même la culture française en général…

C’est un peu comme si les supermarchés arrivaient à imposer aux vignerons les appellations de cépage telle qu’on les connait aux Etats Unis. Là-bas, on ne parle pas de Château  ni de terroir,  il n’y a pas de « Cheval Blanc », ni d’ « Aloxe-Corton » mais on désigne les vins selon le type de raisin :  cabernet, cabernet sauvignon, chardonnay, chenin, gamay, pinot noir etc…

Une viande à étoiles.

 Là c’est pareil,  un arrêté de juillet 2014 prescrit qu’à partir du 13 décembre, on ne désignera plus la viande que sous la forme d’un classement par étoile, une deux ou trois étoiles, censées exprimer la tendreté ou le moelleux de la barbaque en barquette . Ainsi sur les étiquettes on trouvera steak trois étoiles, rôti deux étoiles, pot au feu une étoile. Le système est simple : trois étoiles aux morceaux à griller, une étoile pour les morceaux à bouillir et deux pour ceux à braiser. C’est bien entendu faire fi de la cuisine de notre grand-mère, des plates côtes lentement confites pour accompagner la potée aux choux …

Langue de bois.

Halte aux assassins du goût et de la langue, et pas uniquement de la langue de bœuf ! Comme disait Albert Camus, «  mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde.»

 Ainsi rien que pour vous je citerai une dernière fois, tous ces morceaux qui font le ravissement des gourmands et des gourmets, la fine bavette, le tendre onglet, l’épaisse entrecôte, l’araignée morceau du boucher comme la hampe, le filet d’aloyau, mais aussi les morceaux moins nobles mais tout aussi gouteux : collier, macreuse, souris, paleron, surlonge, flanchet, plat de cote, poire et merlan qui n’est pas forcément un poisson.

Client ou con…sommateur.

Alors bien sûr on connait la chanson, les jeunes d’aujourd’hui n’y comprendraient plus rien et simplifier les noms en les remplaçant par des étoiles, ce serait mieux renseigner le consommateur. Mais moi je dis que tout ça c’est de la daube, heureusement que les bouchers artisanaux ne seront pas tenu d’adopter cette novlangue, car contrairement à ce que certains technocrates imaginent,  tous les carnivores ne sont pas des veaux !

 

Un Alpha jet se crashe à Tours.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 11 décembre 2014 10h17 | Un commentaire>

  

Un accident rarissime en France, un avion militaire d’entraînement Alpha Jet s’est écrasé hier à Vouvray près de Tours, les pilotes se sont éjectés mais l’épave s’est écrasée  sur un foyer pour handicapés, bilan un mort et cinq blessés .

Il s’agissait d’un vol d’entrainement de nuit, avec un élève pilote et son instructeur. Ils  ont décollé vers 17H30 de la base de Tours., la BA 705.

 D’après le colonel Cyril Duvivier, commandant de la base ils ont été très vite confrontés à un incident technique, visiblement une panne de moteur,  ils volaient à ce moment-là au-dessus de l‘agglomération de Tours,  ils ont alors tout fait pour se crasher en dehors de la ville en amorçant un virage, puis ils ont dirigé l’appareil vers ce qui leur semblait une  zone sombre, inhabitée. Ils se sont alors éjectés comme le prévoit la procédure…

Un Foyer pour handicapés.

Malheureusement dans la zone sombre il y avait une institution spécialisée qui accueille des handicapés, le Foyer de la Bellangerie. L’avion désemparé a littéralement traversé le bâtiment où se trouvait 19 pensionnaires et du personnel,  le bilan est lourd un mort un homme de 63 ans qui vivait là depuis des années et 5 blessés dont un grave. Très vite les pompiers de Tours ont déployés d’importants moyen une centaine d’hommes et trente véhicules, car on redoutait un véritable carnage de l’avis général le bilan aurait pu être beaucoup plus grave. Les deux pilotes sont indemnes mais d’après le colonel Duvivier interrogé sur RTL Paris, ils sont traumatisés par les conséquences dramatiques de leur accident.

Un accident rarissime.

Une enquête  est bien entendue ouverte, Marisol Touraine  la ministre  de la santé et donc responsable du Foyer de la Bellangerie a demandé « la transparence absolue » dans l’enquête sur les circonstances de l’accident. La base aérienne de Tours, accueillait jusqu’en juillet dernier  le sens pilote belges en formation. Dans le cadre d’un accord passé en 2004 entre l’armée française et l’armée belge. Les « alpha jets » belges sont désormais basés en France et c’est en France que nos aspirants pilotes reçoivent leur formation sur jet. Une cinquantaine de belges ont été formés sur la base de Tours en neuf ans, mais l’été dernier à la suite d’une modification du programme de formation belge, nos avions et nos instructeurs  ont été transférés sur une autre base française à Cazaux dans le Sud-Ouest.  Ce  ne sont donc pas des Belges qui ont été impliqués dans cet accident…

L’avenir de la base en jeu.

Cet accident a déjà déclenché une polémique depuis de nombreuses années les riverains se plaignent des vols incessants on estime le nombre de mouvements à 50 000 par an. C’est le schéma classique : lors de son installation  la base aérienne 705 se situait en pleine campagne avant d’être progressivmeent  englobée dans l’agglomération.  Un plan prévoyait son déménagement pour 2014  mais pour l’instant rien n’était fait. On peut penser que cet accident va sceller à plus ou moins long terme le sort de cette base installée à Tours en 1915 pendant la grande guerre.

Lazarevic : les clefs de la libération.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 10 décembre 2014 10h16 | 2 commentaires

François Hollande accueillant Serge Lazarevic à Villacoublay.

L’ex-otage français Serge Lazarevic, libéré au Sahel, est rentré en France ce matin. Il a été accueilli un peu avant 8 heures par le président Hollande à l’aéroport militaire de Villacoublay. Comment expliquer cette libération par Al Qaïda au Maghreb islamique alors que le prétendu ’Etat islamique  a multiplié les exécutions d’otages ces derniers mois ?

Al Qaïda au Maghreb islamique, AQMI, n’est pas le prétendu Etat islamique  établi en Syrie et en Irak, c’est un groupe distinct, concurrent même puisque l’Etat islamique a plutôt  tendance à phagocyter les anciens groupes d’Al Qaïda. Souvenez-vous des « soldats du califat » ce mouvement algérien qui a fait allégeance à l’Etat islamique il y a quelques semaines et qui a décapité l’otage Hervé Gourdel  le 24 septembre, 48 heures à peine après sa capture.

Un appel à négocier.

Là c’est tout le contraire, dans son  dernier message vidéo publié le 17 novembre, Serge Lazarevic adressait un message au président français qui a été interprété comme une offre ultime de négociation. Les choses se sont alors accélérées, et vraisemblablement  avec les mêmes relais qui avaient permis la libération des otages de la société Areva il y a un an. C’est ce qu’on appelle la « méthode Hollande », et celle-là fonctionne, qui a permis la libération de 10 otages en deux ans. La recette est simple : passer par des acteurs locaux ! Parmi eux les présidents nigérien et malien, abondement  remerciés par les autorités françaises, mais aussi un intermédiaire clef, un ex-ministre nigérien  Mohamed Akotey qui est surtout  membre d’une des plus grandes tributs de Touaregs.  Or Serge Lazarevic était aux mains d’Abdelkrim el-Targui, l’un des rares responsables d’AQMI à être Touareg.

Une affaire de Touaregs.

  Au Sahel les questions ethniques, religieuses et politiques sont étroitement liées, Akotey aurait donc mené la, négociation à travers ses liens tribaux… et ça serait passé à Kidal la capitale des touareg au nord-est du mali. La contrepartie, la libération hier  de quatre Touaregs détenus au Mali et dont deux avait été capturé en 2011 justement pour avoir enlevé Serge Lazarevic et Philippe Verdon qui lui a été abattu d’une balle dans la tête dans  des circonstances qui restent à expliquer.  Maintenant au-delà de ces libérations une rançon a-t-elle été versée ?  C’est toute la question. Une chose est sûre la France ne verse plus de rançon directement prélevée sur le budget de l’Etat, mais rien n’empêche une entreprise, des amis, voire un gouvernement étranger, lié à la France de faire un geste…

La pression de Barkhane.

 Enfin Barkhane  l’opération militaire française au Sahel qui s’étend sur cinq pays et mobilise trois mille hommes ( dont 1700 Français) fait peser une pression forte sur AQMI,  pression d’autant plus intense que les militaires français recherchaient le dernier otage.  Il est possible qu’AQMI ait décidé de se débarrasser de Serge Lazarevic, pour se donner un peu d ‘air.

A final on se félicitera de cette libération, même si le prix est élevé… Moins d’une semaine après l’échec au Yémen d’une opération militaire américaine, où deux otages ont perdu la vie.

La belle chapka de François.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 8 décembre 2014 13h38 | Ajouter un commentaire

C’est la photo qui a fait rire la France durant tout le weekend : François Hollande en Chapka et pelisse traditionnelle du Kazakhstan photo prise lors de sa visite à Astana vendredi . Un cliché qui n’aurait pas dû filtrer et met en rage les services de l’Elysée… car depuis vendredi soir elle est devenue la risée d’Internet.

François Hollande figé dans une sorte de peignoir jaune bordé de fourrure, avec quelques broderies traditionnelles et sur la tête une chapka de la même couleur et de la même fourrure, qui le fait ressembler à un personnage de conte traditionnel russe …ou kazakh en l’occurrence !

Le contraste est accentué par le fait que le président kazakh pose à ses coté en strict costume cravate.  Il y a quelque chose de presque indécent dans cette histoire, un peu comme si l’un était déguisé et pas l’autre. D’ailleurs on voit dans le regard de François Hollande comme un peu de désarroi mêlé d’angoisse, un truc du genre «  Zut y’ a un photographe, là je suis en train de faire une connerie… »

Un passage obligé.

En fait  « il n’aurait pas pu échapper à la photo ».  Hé oui,  on ne refuse pas le cadeau d’un chef d’Etat quand on est en visite officielle. Autour de lui il n’y avait ni conseiller, ni journaliste, ni garde du corps, pour le prévenir ou le protéger. C’est le photographe officiel du président Nazarbaiev qui a pris le cliché. La photo a ensuite été publiée dans la nuit sur le compte Instagram du service de presse kazakh. » Après une intervention courroucée du service de presse de l’Elysée, l’image n’était plus disponible sur le compte Instagram officiel dès samedi matin

Mais elle avait déjà fait el tour du monde, et sur le web on l’a décliné de mile façons, Hollande en père Noël, en Obélix etc…

Du sur mesure !

Un élément aurait pu avertir l’entourage du Président : avant  la visite, les services kazakhs avaient demandé le tour de tête de François Hollande. Bien sûr pour le fabriquer la toque sur mesure…l’erreur de communication est d’autant plus condamnable que les autres chefs d’Etat en visite n’ont pas eu droit au même honneur.  Pas de photos de Merkel ou de Poutine en pareil accoutrement, du moins pas au Kazakhstan et pas dans ce contexte.

La chapka jusqu’à la lie.

Vous me direz il y a peut-être quelque chose de moral  dans cette histoire ! Il n’y aucun doute sur la motivation d‘un  président français qui se rend au Kazakhstan, ce n‘est pas pour visiter Astana cette capitale émiratico-stalinienne, poussée en 20 ans en plein désert, et qui raflé à Liège l’expo universelle de 2017. C’est bien entendu pour signer des contrats dans ce pays qui regorge  de pétrole et de minerais divers. Quand on va faire la danse du ventre devant un dictateur, il ne  faut pas s’étonner qu’il vous arrive des trucs bizarre… et encore, ç’aurait pu être pire ! Heureusement pour François Hollande  que Maurice Chevalier n’est plus à la mode depuis longtemps, sinon on aurait entendu les chansonniers fredonner avec gourmandise :

« …Avez-vous vous vu le nouveau chapeau de zozo ?  C’est un chapeau, un chapeau rigolo ….»

Sarko doit-il renoncer à ses privilèges ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 5 décembre 2014 09h21 | Un commentaire>

A peine revenu en politique, Nicolas Sarkozy concentre de nouveau toutes les attaques contre lui. Hier des députés socialistes lui ont demandé de renoncer à ses privilèges d’ancien président.

Le statut des anciens président a été précisé dans une lettre que Laurent Fabius, alors premier ministre a envoyée à Valery Giscard d’Estaing en 1985. Ce n’est donc pas une loi mais une sorte de tradition. Les ex-présidents disposent  d’un traitement d’environ 6000 euros brut par mois, d’un appartement de fonction dans lequel il y aussi un bureau. De 7 collaborateurs, secrétaire, directeur de cabinet, archivistes.  De 6 gardes du corps, de 2 chauffeurs et de 2 personnels de maison pour l’appartement. Ils disposent d’une voiture de fonction et voyagent gratuitement en première classe aussi bien en avion qu’en bateau et en train sur les compagnies nationales. L’ensemble de ces avantages est chiffré à 1,5 million d‘euros par an et ce pour chaque ancien président. (On comprend qu’Albert II se plaigne de ses 900 000 euros)

Conseil constitutionnel.

Par ailleurs la constitution de 1958 prévoit que les anciens présidents de la République sont membres à vie du conseil constitutionnel, avec un traitement de 12 000 euros brut par mois. Mais Nicolas Sarkozy a renoncé à siégé au conseil et donc ne touche pas ce salaire.  Enfin les anciens présidents occupent un rang protocolaire élevé, juste derrière le président en fonction le premier ministre et els pré »disent des assemblée.  Dans l’ordre de préséance VGE est ainsi le 5ème personnage de l’Etat, Chirac le 6me  et Sarkozy le 7ème, par ordre d’ancienneté.

 Il est vrai que tout cela est prévu pour des présidents retraite. Et qu’on pourrait demander à Nicolas Sarkozy de renoncer à ces privilèges le temps de son retour en politique, pour les retrouver quand sera réellement à la retraite comme Chirac par exemple.

Le précédent VGE.

Mais il y a un précédent : Giscard qui a refait une carrière politique après l’Elysée. Il s’est fait élire député, président de région et président de son parti. Or il a toujours conservé ses privilège, sauf  bien sûr le conseil constitutionnel puisqu’il y incompatibilité entre siéger dans ce conseil et occuper une fonction élective. Donc Giscard était dans la situation actuelle de Nicolas Sarkozy et ça n’a jamais gêné personne. Par ailleurs les ex-premiers ministres disposent de privilèges, moins il important mais comparables, voiture, garde du corps, locaux. Et là il y en a plein en activité, Juppé, Fillon Raffarin, Villepin…mais aussi Fabius, Jospin, Rocard…

Un usage mesuré ?

Au final  il y a peu de chance que Sarko se dépouille de ses privilèges d’autant qu’ils représentent essentiellement des avantages  en nature plutôt qu’en argent. En revanche on pourrait imaginer une séparation entre son univers d’ex chef d’Etat et celui de président de l’UMP, que par exemple ses voyages au nom de l’UMP soient payés par le parti, et que ses bureaux et ses collaborateurs rémunérés par l’Etat,  ne servent pas à une activité politique.

 Non, le vrai scandale s’il y en a un, c’est qu’il continue à prononcer des conférences à 100 000 dollars.  Or visiblement il n’a pas du tout l’intention d’y renoncer.  

Créteil : Une agression antisémite.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 4 décembre 2014 11h08 | Ajouter un commentaire

Créteil quartier du port.

Cette affaire scandalise la France. Un couple a été séquestré lundi à Créteil, près de Paris, la jeune femme violée et leur appartement cambriolé, un acte aggravé par son caractère antisémite. Les trois agresseurs avaient ciblé ce couple car ils pensaient qu’être juif signifiait « avoir de l’argent ».

Lundi matin, trois individus cagoulés et armés se présentent au domicile d’une famille juive à Créteil, dans le quartier du port. Ce quartier est  une banlieue mixte composée à 50% de petits immeubles et de maisons individuelles, un quartier de petits employés et de fonctionnaires avec quelques problèmes de sécurité,  mais on n’est pas dans une banlieue particulièrement sensible.

Antisémitisme brutal et primaire.

 Les parents et le fils cadet sont absents, à la maison il y a le fils ainé Jonathan  21 ans et sa copine de 19 ans. Ils ouvrent la porte et sont tout de suite agressés violemment.  Un des voleurs enfonce un pistolet dans la gorge du garçon et crie «  vous les juifs vous avez de l’argent où est l’argent ? » Jonathan racontera plus tard que pendant toute la durée de l’agression les trois hommes répétaient sans cesse : « vous les juifs vous avez de l’argent planqué chez vous, vous ne mettez pas l’argent à la banque… » et autres clichés imbéciles qu’on croirait sortis d’une  feuille de propagande antisémites datant du 19ème siècle .

Vol, violence et viol.

Dans l’appartement ça  se passe mal, le garçon est brutalisé,  sa compagne emmenée dans la chambre et violée. Après une peu plus d’une heure de calvaire, les voleurs s’enfuient en emportant, bijoux, carte de crédit, ordinateur, téléphone portables et divers objet de valeur.  Une fois libéré le jeune couple appelle la police qui réagit très vite : vers 16 heures une patrouille  repère trois hommes dans une voiture garée dans une commune voisine. A bord des jeunes de Créteil connus pour des vols des violences et du trafic de stups, des voyous de 18 ,19 ans.  Deux sont arrêtés,  le troisième prend la fuite et se constituera prisonnier un peu plus tard…

Extrême gravité.

  Les faits sont graves en eux-mêmes, le viol est un crime. Mais ils sont aggravés par le caractère antisémite de leur démarche. Ils ont effectué des repérages, suivi la famille, ils se sont renseignés sur leur profession, toujours dans l’idée que des juifs étaient forcément riches. Ils auraient également agressé il y quelques temps un vieux monsieur de 70 ans à son domicile pour les mêmes raisons. Tant et si bien que le juge d’instruction devrait les a mis  en en examen pour : « vol avec arme, extorsion accompagnée de violence et à raison de l’appartenance religieuse de la victime, séquestration et viol en réunion. »  On peut imaginer qu’il y aura de nombreuses années de prison à la clef. D’autant que cette affaire rappelle celle d’ Ilan Halimi ce jeune juif séquestré torturé et assassiné par la bande Youssouf Fofana, le gang des barbares, il y a 8 ans. 

Heureusement cette fois il n’y a pas eu mort d’homme, mais on reste sidéré devant cet océan de violence, de médiocrité et de bêtise.  

Marine le Pen incontournable ?

Par Christophe Giltay dans Divers , le 2 décembre 2014 11h28 | Ajouter un commentaire

 

La réélection de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP a occulté ce weekend  une autre réélection, celle de Marine Le Pen, reconduite présidente du Front National avec 100% des voix, et 17 abstentions. La fille de Jean Marie le Pen apparaît désormais comme incontournable pour la future élection présidentielle.

« Un score … risible, soviétique, caricatural et révélateur… » Voilà comment le quotidien le monde qualifiait la réélection de Marine le Pen à la tête de son parti. C’en serait tout à fait risible, sauf qu’on oublie que Nicolas Sarkozy en 2004 avait été porté la tête de l’UMP avec un score presque aussi caricatural de 85%, et que dimanche les analystes déclaraient doctement que ses 64% et de poussières étaient un mauvais résultat indigne du grand retour.

Abraracourcix !

C’est tout le paradoxe de la politique française, on réclame sans cesse plus de démocratie, plus de débat, plus d’ouverture…Mais au final comme dans le village d’Astérix ce qu’aiment les Gaulois, c’est avoir un chef, un vrai.  Pour autant  Marine Le Pen peut-elle affirmer qu’elle est sure de figurer au second tour  de  la prochaine présidentielle ? Je vais cous faire une réponse de normand : pt’ êt ben qu’oui, pt’êt ben qu’ non ! Certes les sondages d’aujourd’hui la donnent qualifiée, mais ce ne sont que des sondages, la photographie d’un moment. Souvenez-vous deux ans avant la précédente présidentielle c’est DSK qui était donné vainqueur.

On connait la suite. ( La suite du Sofitel bien sûr.)

Les atouts de Marine.

Marine Le Pen, possède deux atouts par rapport à François Hollande et Nicolas Sarkozy, en apparence, et ce n’est qu’une apparence, elle n’est pas contestée dans son camp, en témoigne ces 100%.  Elle est donc assurée de concourir en 2017,  alors que Nicolas Sarkozy et peut être même François Hollande seront probablement soumis à des primaires (quoique…on verra…)  Ensuite comme elle ne préside pas un parti de gouvernement, elle peut à pratiquement  dire n’importe quoi sur n’importe quel sujet, et capitaliser les échecs des uns et de autres. Je dis bien des uns et des autres quelque soit leur gouvernement , car de fait le Front National est devenu le catalyseur de toute les frustrations françaises : revers économique, perte de repère, dilution de l’identité. Dans ce monde complexe Marine le Pen peut tenir un discours simple voire simpliste, à côté duquel tout message gouvernemental apparait come un salmigondis fait de compris et de renoncements. Certes Nicolas Sarkozy aussi aime bien lui aussi  les formules à l’emporte-pièce,  mais il a déjà été au pouvoir, et son discours n’a plus la fraicheur de 2007.  Cause toujours Nico tu m’intéresses ! Je le regardais l’autre jour à la télévision, et je me disais que lui-même n’avait plus trop l’air d’y croire…

Et si l’on zappait la revanche ?

Rêvons un peu !  Et si les deux bateleurs, Nico et François, prenaient conscience que leur temps est passé. Qu’après 30 ans de cirque politique Saxo et Pipo quittaient la piste, et nous épargnaient la revanche promise.   Que dans leurs fonctions respectives de grand chef des bleus et grand chef de roses, ils décident  de faire preuve de sagesse et plutôt que de se relancer, favoriser l’accouchement  d’une nouvelle génération ? Les Français ont-ils vraiment envie  de Hollande, de Sarko, ou même d’Alain Juppé et de Martine Aubry ? Tous en politique depuis les années 80 !

Et si face à Marine le Pen le PS et l’UMP présentaient d’autres profils, et pourquoi pas des jeunes femmes, comme Anne Hidalgo ou NKM (ou d’autres) … Mais je ne crois pas que les chefs Gaulois soient prêts à ça…

 

 

 

Tempête sur le Mistral.

Par Christophe Giltay dans Divers , le 26 novembre 2014 09h13 | 3 commentaires

Le Dixmude, navire français de la classe Mistral.

A cause de la situation en Ukraine la France a reporté hier « jusqu’à nouvel ordre » la livraison du premier navire militaire Mistral commandé  par la Russie, une décision accueillie avec prudence à Moscou.

La situation est donc très difficile pour  François Holland partagé entre sa fidélité à  l’OTAN et les intérêts économiques de la France. D’abord le coût de ce contrat 1,2 milliards d’Euros, si le marché était finalement annulé  ce serait une perte terrible  pour l’Etat et le constructeur des deux navires commandés. Ensuite la Russie demanderait  des dédommagements qui pourrait s’élever à 200 millions d’euros supplémentaires,  enfin la France se verrait discréditée en tant que fournisseur international sur le marché de l’armement, puisqu’elle n’aurait pas tenu ses promesses…

Des navires imposants.

  Les navires de la classe Mistral ne sont pas de simples patrouilleurs ce sont des vaisseaux énormes, plus haut par exemple que le porte avion Charles de Gaulle.  Ils font 199 mètres de long soit les deux tiers de la tour Eiffel,  ils peuvent emporter 16 hélicoptères et 450 hommes. Les Mistral seraient très utiles à la flotte russe qui ne compte  plus qu’un seul porte avion et pas de porte hélicoptère.  C’est probablement  pour cette raison que la réaction russe reste pour l’instant modérée.  Moscou n’a pas entamé de poursuite par ce que le kremlin espère encore que la livraison se fera tôt… ou tard.

A tort ou à raison ?

A l’Assemblée Nationale, hier à Paris, le débat faisait  rage et il traversait les clivages politiques. En gros certains à gauche comme à droite reprochaient à François Hollande d’avoir obéi comme un caniche  aux injonctions des Etats Unis ou de l’Otan. Mais d’autres à gauche comme à droite  estimaient en revanche qu’il avait fait preuve de courage en ne livrant pas ces navires tant que la situation ne s’est pas clarifiée en Ukraine. En clair tant qu’on n’aura pas la certitude que la Russie s’est retirée des combats entre l’armée ukrainienne et les séparatistes du Donbass.

Le problème c’est qu’il faut réfléchir à plus longue échéance. Certes il y a cette terrible crise de l’Ukraine, mais il n’y a aussi rien en dehors des réalités, surtout en géopolitique. La Russie est là, à nos portes, et elle le restera, et l’Europe doit composer avec elle ne serait-ce  que pour son gaz.

Mistral contre Soyouz ?

 Ironie de l’histoire, il y a 48 heures on saluait l’arrivée sur la station orbitale de la première spationaute  italienne Samantha Cristoforetti, d’un astronaute américain, Terry Virts et d’un cosmonaute Russe, Anton Chkaplerov.  Un équipage véhiculé par un Soyouz russe, aujourd’hui seul vaisseau spatial habité capable de rejoindre l’ISS.  

Ce serait quand même un peu fort que les Français ne livrent pas les Mistral, alors que les Américains continuent à voler en Soyouz…

 Hé oui ,c’est compliqué de composer avec l’âme russe, slave et byzantine à la fois…

Je me demande si pour y voir clair François Hollande ne devrait relire un peu de Dostoïevski, par exemple « Les possédés » ou  « Les frères Karamazov ».

Non, mieux ! « Crime et châtiment… »