En ce moment

Verhofstadt, ce gauchiste qui critique Sarkozy, irrite Reynders

Par Fabrice Grosfilley dans Autre , le 9 mai 2012 08h54 | 8 commentaires

guy

Cela commence dimanche soir. Guy Verhofstadt se félicite de la victoire de François Hollande. « Nicolas Sarkozy est un homme énergique qui a mis son énergie au service de positionnements sur la crise de la zone euro ainsi que sur Schengen particulièrement décevants (…). Avec François Hollande « s’ouvrent de nouvelles perspectives pour la gouvernance économique de la zone euro ». Je vous le traduis : la politique européenne de Sarkozy  me donne des boutons, c’est un soulagement. Guy Verhofstadt avait déjà appelé à voter pour François Bayrou au premier tour. Au parlement européen, il s’était même publiquement interrogé : « Qui est le candidat de l’extrême droite ? Marine Le Pen ou Nicolas Sarkozy ? ». La question avait déclenché un tollé. Au second tour, Verhofstadt n’avait donc pas changé d’avis. Quand on souhaite une Europe intégrée et la libre circulation des personnes, mieux vaut un président de gauche plutôt qu’un nouveau quinquennat de Nicolas Sarkozy.

a

Didier Reynders irrité

Alors bien-sûr Guy Verhofstadt n’est pas n’importe qui. Notre ancien Premier ministre est aujourd’hui le chef du groupe libéral au parlement européen. Tous ses alliés là-bas n’apprécient pas ses  prises de position. Et même en Belgique, un libéral flamand qui soutient Hollande ça fait tousser. C’est Francis Van De Woestyne dans la Libre Belgique qui rapporte l’anecdote. Lundi, au bureau du mouvement réformateur, Didier Reynders aurait sonné une charge particulièrement sévère contre Guy Verhofstadt. « Que veut-il Guy Verhofstadt ? Il se tire une balle dans le pied, le MR ne doit pas se laisser entraîner dans cette spirale », confie un participant à la réunion qui souligne que Didier Reynders a été applaudi.

a

Main dans la main il y a quelques années

Pour ceux qui ont un peu de mémoire Didier Reynders et Guy Verhofstadt ont pourtant usé et abusé de leur proximité. En 2007 par exemple, celui qui était  alors le président du mouvement réformateur et celui qui était Premier ministre sortant avaient lancé une campagne électorale avec des moments communs.  MR-VLD même combat. Reynders allait avec l’open VLD en Flandre, Verhofstadt venait soutenir le liégeois en Wallonie. On était sur la même longueur d’onde. A l’époque, les bleus du sud acclamaient le bleu du nord.  Aujourd’hui, c’est celui qui le critique qu’on applaudit.

a

Des divergences certaines

Parler d’un divorce est peut être excessif, mais il y a  donc clairement des divergences, et ce sont des divergences de fond. Guy Verhofstadt a comme priorité le renforcement de l’union européenne. Il souhaite obtenir un gouvernement économique de la zone euro et la création d’euro-obligations. Didier Reynders y est également favorable, mais à la différence de Guy Verhofstadt cela ne l’empêche pas de dormir de ne pas les obtenir.

Verhofstadt ne s’occupe que d’Europe, Reynders a toujours les pieds en Belgique.

a

Les sondages mauvais, les libéraux discrets

Les libéraux francophones sont-ils pour autant réellement mis à contre-pied ? Si vous avez suivi la campagne française vous aurez noté que le MR a  été prudent, et même un peu distant avec le président français sortant. En meeting, seuls Denis Ducarme et Alain Destexhe se sont réellement déplacés pour aller soutenir Sarkozy. Les ténors du parti sont restés discrets,  et plus la campagne avançait, plus les sondages étaient mauvais, plus leur discrétion était visible. Dimanche soir, Charles Michel a même publié un communiqué où il  saluait « avec fair-play » la victoire du candidat socialiste « Je respecte le choix des Français », écrivait-il. Les libéraux  francophones n’ont pas mouillé leur chemise pour Sarko. Ils reprochent à Verhostadt  d’avoir été nettement plus engagé. La prudence est l’inverse du panache.

Laisser un commentaire

8 réactions à “Verhofstadt, ce gauchiste qui critique Sarkozy, irrite Reynders”

  1. Sans vouloir défendre Verhofstadt, qui semble décidément avoir pété une durite, il faut admettre que Nicolas Sarkozy a peu de choses à voir avec le libéralisme. D’où la distance cohérente et bien compréhensible de Charles Michel. Nicolas Sarkozy est un conservateur de droite, ce qui n’est pas précisément la même chose qu’un libéral… Du reste, on cherchera en vain une seule action libérale lors de son mandat ! Pour les élections, qu’on ne s’y trompe pas : il n’y avait aucun candidat libéral dans les 10 présentés aux électeurs.

  2. Je comprends l’irritation de Didier REYNDERS, face aux « attitudes » de VERHFOFSTAD.
    D’un autre côté je comprends VERHOFSTAD qui a manifesté une nette préférence pour BAYROU. Forcément qu’il n’aimait pas SARKOZY, qui lui faisait bien trop d’ombre au niveau de l’UE.
    Maintenant que SARKOZY n’est plus là et qu’il a un remplaçant « insignifiant » (Fr. HOLLANDE », le sieur VERHOFSTAD, va certainement revoir sa position de Centre-gauche vers le Centre -droit. En politique c’est tellement facile de retourner sa « veste »!!!!
    (Mais toujours du bon côté, comme disait Jaques DUTRONC) !
    Mais cela ne doit pas altérer le MR, qui n’est en aucun cas tenu par les élucubrations de VERHOFSTAD!

  3. mouais … de ce que j’ai entendu, M. Holande parlait quand même d’une remise en question du Traité de Lisbonne, d’une remise en cause de l’équilibre budgétaire des Etats et un « repli » de la France sur elle-même ; un peu comme le Grand Charles en son temps. Alors une Europe intégrée, je reste sceptique … Mais attendons de voir. Suite aux prochains épisodes …

  4. Vous me décevez beaucoup Guido !! vous n’êtes même plus l’hombre de vous même !mais quelle mouche vous a piqué !! pour dire des conneries pareilles !! vous êtes passé à l’extrême -Gauche ou quoi avec votre ami Nanard ??depuis que êtes au P Européen vous tirez sur tous ce qui bouge !! n’oublie pas que tu t’appelles Guy et pas Clint ,faut pas trop regardez les Westerns …

  5. Verhofstadt, suite, après on s’étonnera qu’il y a de plus en plus de Français qui rejette l’union européenne!

  6. Il bouscule la pensée unique libérale elle qui n’envisage toujours pas de réelles mesures de contrôle et d’action pour empècher le retour des « folies financières » qui ont conduit l’économie mondiale à la catstrophe !
    L’aspect récurrent de ces excès devrait pourtant porter à agir vraiment…

  7. Reynders, bien sur du côté de l’argent, du bling-bling et des forts en geule, contre le pauvre et l’ouvrier. Encore une belle image de ce Monsieur présomptueux et fât.

  8. Que le MR se sente offusqué des propos de son ancien allié me fait bien rire, ils ont tellement du racoler ces dernières années que c’est presque devenu un parti de gauche alors jouer à la vierge effarouchée je trouve cela un peu facile. Pour qui voter à l’heure actuelle lorsqu’on est de droite en Belgique??

Les commentaires sont actuellement fermés