En ce moment

dirupo

Par Fabrice Grosfilley dans , le 29 juin 2012 10h25 | Ajouter un commentaire

dirupo

dirupo

Par Fabrice Grosfilley dans , le 17 octobre 2011 09h58 | Ajouter un commentaire

dirupo

dirupo

Par Fabrice Grosfilley dans , le 9 septembre 2011 08h38 | Ajouter un commentaire

dirupo

dirupo

Par Fabrice Grosfilley dans , le 1 juillet 2011 06h15 | Ajouter un commentaire

dirupo

dirupo

Par Fabrice Grosfilley dans , le 3 mai 2011 09h10 | Un commentaire>

dirupo

Laisser un commentaire

  * champ obligatoire

1 réaction à “dirupo”

  1. Les avis intéressants du forum donnent un éclairage différencié sur l’avis des citoyens. Les sensibilités sont diverses. Il s’agit cependant dans un état indépendant, de prendre des décisions qui sont et restent politiques en ce sens qu’elles émanent normalement du citoyen et que ces derniers restent et sont souverains. Oui, nous avons une charge liée au nombre de ministères, cabinets, consultants, … pléthoriques qui ne sont plus reliés à la volonté du citoyen. Qui aurait dû montrer l’exemple? Qui sont ceux au pouvoir qui ne donnent aucun signe, aucun signal fort. Depuis des décennies, les gaspillages sont devenus institutionnels et le paysage politique habité de ses nombreux prévaricateurs ne peut plus faire marche arrière sinon de se saborder. Quel est l’homme d’Etat qui pourra, même s’il en a le courage, revenir à une Belgique réellement unie sans être isolé, honnis, vilipendé, cassé. La preuve sont tous ces fils de… assurant la continuité sans être pour autant compétents. Même graduellement, la main mise de la particratie héréditaire Belge a construit une toile de lois, d’administrations, d’intercommunales, d’asbl qui noyautent le pays à tel point qu’il n’est plus possible de changer notre société sans être aussitôt récupéré, réaligné aux besoins d’une économie, d’une politique du profitariat. Quelles sont les options réalistes pour améliorer cette situation même si elle ne plait pas à certains lobbies souvent devenus étrangers? L’une consiste pour la Wallonie à rejoindre la France rendant en partie inopérant le viol de notre démocratie et garantissant une stabilité à long terme. Accompagné d’un pragmatisme donnant enfin à Bruxelles le statut d’incarner l’Europe en devenant un district/Capitale. Bruxelles élargi à un diamètre structurel viable où autant la Flandre que la Wallonie donnent la chance à cette région de devenir autonome. Pour la Flandre, ayant déjà acquis la majeure partie des fonctions de la Belgique, elle en garde le nom et les fonctions, évitant ainsi la problématique de la création d’un nouveau pays. Notre économie ayant résisté jusqu’à maintenant montre néanmoins que la situation n’est suffisamment saine que pour offrir des garanties dans le temps.