SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

Maggie De Block prend un coup de froid

Par Fabrice Grosfilley dans fédéral , le 2 février 2012 10h42 | 5 commentaires

imageglobe-32968865Maggie De Block était l’une des surprises du gouvernement Di Rupo. Une secrétaire d’état qu’on n’attendait pas, médecin de formation,  50 ans tout rond, assumant ses rondeurs. Députée Open VLD depuis 1999, elle avait apporté un zeste de fraîcheur au casting gouvernemental. Depuis ce moment de surprise, l’enthousiasme est un peu retombé. Maggie a commencé par dire qu’elle allait se taire, le temps d’étudier ses dossiers.  Fort logiquement on l’invite à venir sur Bel RTl, elle refuse. « Laissez-moi un mois, le temps d’étudier mes matières et d’avoir quelque chose à dire« . A priori une bonne intention, sauf que la presse people ne lui a pas vraiment laissé le temps d’entrer dans le fond des dossiers et qu’un mois et demi plus tard, ça se sent. La secrétaire d’état est apparue, très vite,  dans de très nombreux médias, mais dans la rubrique people sous l’angle de son embonpoint. Plutôt dérangeant même si les magazines en question sont largement autant fautifs que la secrétaire d’état.

A

Première gaffe

Et puis il y a eu une première gaffe. Début janvier, interview au quotidien De Morgen, journal sérieux.  « Il y a trop de demandes d’asile dans le pays« , affirme-t-elle en  substance. Maggie De Block n’est pas Maggie du Blok, mais elle a bien pour mission d’aller draguer les électeurs du coté droit. « Le nombre de demandes pour raison médicale a explosé« , souligne-t-elle dans cet entretien, avant d’estimer qu’ il y a beaucoup d’abus puisque 90% des demandes sont rejetées. L’administration  devra  la corriger 24 heures plus  : 23,5% des demandes d’asiles sont déclarées fondées. Maggie ne connait pas son dossier.

Hier, nouvelle étape. Maggie De Block se retrouve en première ligne pour la gestion des sans abris. Elle y est à deux titres. D’ abord parce qu’elle a en charge l’intégration sociale et la lutte contre la pauvreté,  ce qui recouvre  bien les sans abris dans leur ensemble. Ensuite parce qu’elle est aussi secrétaire d’Etat à l’asile et à la migration, et qu’elle est donc directement responsable de la problématique des sans-papiers ou des demandeurs d’asile en cours de procédure,  parmi lesquels on va retrouver un certain nombre de sans-abris.

A

Retournement spectaculaire

Alors bien sûr Maggie De Block ne peut pas tout régler d’un coup de baguette magique. Nommée début décembre, elle ne peut pas fin janvier avoir réponse à tout, et un secrétaire d’Etat  s’appuie sur les administrations. Pourtant on a sérieusement l’impression que Maggie De Block n’a pas vu venir l’hiver. L’arrivée du froid,  qui survient régulièrement en janvier sous nos lattitudes, les prévisionnistes météo nous l’annoncent depuis près d’une semaine. Mardi, parce qu’elles n’avaient pas obtenu de réponse, les associations avaient mobilisé les télévisions pour lancer un appel d’urgence à la secrétaire d’état. Mercredi, dans la carte blanche publiée dans le journal Le Soir, le délégué du gouvernement à l’acccueil (oui, ça existe)  Peter De Roo expliquait  que sa ministre ne voulait pas de ces nouvelles places.  Si vous prenez la seule journée d’hier, il a fallu un conseil ministériel restreint, autrement dit la pression des vice-premier minsitres, pour que Maggie décide de réunir un task force, une sorte de mini-centre de crise. Puis la secrétaire d’état  a du passer deux fois devant le parlement pour s’expliquer devant les députés. A midi, Maggie promet de trouver un toit pour tout le monde. A 18 h, elle annonce 800 places d’accueil.  Hier soir, Maggie finit sur le grill à la télévision flamande (coté francophone on l’attend toujours) où elle reconnait que 500 places sont déjà occupées. Pour quelqu’un qui 48 heures plus tôt ne voyait pas l’utilité de créer de nouvelles places c’est un retournement spectaculaire.

Ce matin les titres des journaux ne sont pas tendres :   »Une politique d’asile…de fous » pour Le Soir « Circus Asiel » pour la Gazet Van Antwerpen…. Et ce n’est pas fini. Le débat risque de rebondir encore, et si jamais on retrouvait un sans domicile fixe  mort de froid dans les prochains jours, il sera difficile de ne pas tailler un costard politique à la secrétaire d’Etat, même si c’est un peu injuste. C’est une mauvaise semaine pour Maggie.  C’est pire encore pour les sans-abris.

Laisser un commentaire

5 réactions à “Maggie De Block prend un coup de froid”

  1. Je la trouve très bien cette Maggie ,elle filtre et discerne le vrai du faux et elle a bien raison.On peut être généreux mais il faut pas abuser !!Nous ne sommes pas la seul pays pour acceuillir les demandeurs!!Allez donc voir dans les pays d’arabie saoudite ou les émirats si il y a autant de demande?

  2. « L’arrivée du froid, qui survient régulièrement en janvier sous nos lattitudes, les prévisionnistes météo nous l’annoncent depuis près d’une semaine. » Faut pas exagérer: les gens du MET(des habitués) sont prévenus de chutes de neige et se font malgré tout piéger. Laissez-lui un peu de temps. Cela tombe mal évidemment: ceux qui dorment dehors n’ont pas, eux, le temps.

  3. BRAVO Madame De Block! Vous avez réussi là où vos prédecesseurs ont lamentablement échoué, même ceux des partis proche du coeur. Comme quoi les donneurs de leçons devraient vous jalouser. Encore merci!

  4. Vas-y Maggie ! Tu as le pouvoir de tout débloquer.

  5. On tire à « boulets rouges » sur Elio de Rupo pour la « mauvaise qualité » de son néerlandais mais, ces messieurs ,dames, « non francophones » doivent retourner dans les écoles de langue car, lorsqu’on entend Maggie de Block ou Van Kwickenborn, et ses complices, « baraguiner » du français, quel désastre. Une vache espagnole cause mieux anglais que Mme De Block le français. Mesdames, Messieurs les responsables politiques du Nord, à vos cours de langue (Française) et nous pourrons discuter !!!!!! Attention, l’inverse est malheureusement vrai pour la grosse majorité des « politiciens » francophones. SCANDALEUX car ces gens doivent connaitre les deux principales langues du pays (dans un sens comme dans l’autre).

Les commentaires sont actuellement fermés