Urgent

Palais de justice de Bruxelles: deux alertes à la bombe successives sèment le chaos

Les partis encaissent le choc Carrefour

Par Fabrice Grosfilley dans communication, social , le 24 février 2010 13h26 | Un commentaire>

carrefour_mnFace à un évènement qui suscite une forte émotion on guette souvent la réaction des partis politiques. Comment vont-ils réagir, quel va être leur discours, que vont ils souligner ou demander. Le fait de publier un communiqué de presse offre deux avantages : 1. c’est un moyen efficace, il permet de diffuser une information susceptible d’être reprise rapidement par tous les médias. 2. c’est une expression officielle du parti. Elle donne le « la ». Tous les mandataires peuvent ensuite s’y référer dans les différentes interviews.
Hier après midi, la première réaction au plan dévoilé par Carrefoir est  venue du coté du PS. Premier communiqué un peu après 15H. Un texte où le parti socialiste « exprime sa solidarité avec les travailleurs et appelle à limiter au maximum les dégâts sociaux ». Ce communiqué cite alternativement Elio di Rupo et le PS dans son ensemble, c’est donc à la fois « je » et « nous ». Le communiqué socialiste est surtout très critique avec le groupe Carrefour dont il dénonce le manque de vision stratégique : « il serait profondément injuste de faire porter sur les travailleurs des erreurs qui sont imputables à la direction de Carrefour. Celle-ci doit assumer ses responsabilités et limiter au maximum les dégâts sociaux »

Côté CDH deux communiqués. D’abord Joëlle Milquet, qui en tant que ministre de l’Emploi, «prend acte de l’annonce » de la direction de Carrefour,
et qui,dès le premier paragraphe, adresse un appel à toutes les parties concernées afin qu’elles entament un dialogue social ouvert.
Le texte n’est pas une tonalité de condamnation, il est plutôt déjà dans la phase suivante, celle de la négociation. Joëlle Milquet laisse d’ailleurs entendre qu’elle pourrait désigner rapidement un conciliateur social pour favoriser les discussions entre la direction de Carrefour et les syndicats.  A dire vrai on a le sentiment que la ministre Milquet a pris le pas sur la présidente Joëlle et que la communication se devait d’être empreinte de prudence. Une heure plus tard André Antoine, ministre wallon de l’emploi publie un autre communiqué , lui aussi dans un registre très ministériel. Il y annonce qu’il rencontrera dès aujourd’hui la direction de carrefour.

Côté MR pas de communiqué du parti, mais une réaction mise en avant  :celle d’Olivier Chastel en tant que président de la Fédération MR du Hainaut. Il y exprime sa désolation et sa stupéfaction. Termes forts. Le communiqué souligne que 4 hypermarchés fermeront dans la province du Hainaut et que cela aura un impact sur l’emploi. Olivier Chastel indique qu’il redoute une « casse sociale ».

Enfin Ecolo a eu hier la réaction la plus virulente  (mais aussi la plus tardive) et dénonce un chantage social de la direction de carrefour. « C’est un nouveau signe de l’échec de la politique d’emploi du gouvernement fédéral » écrit le communiqué, visant explicitement Joëlle Milquet.
On résume : le Ps très critique avec les patrons de Carrefour, le CDH en posture ministérielle, le MR qui s’inquiète pour le Hainaut, et Ecolo qui joue son rôle d’opposition. On dit parfois que tous les partis racontent la même chose. Voici un cas d’école qui nous permet de démontrer que cette affirmation est fausse : à partir du même point de départ il y avait hier 4 registres différents.

Laisser un commentaire

1 réaction à “Les partis encaissent le choc Carrefour”

  1. 1Ch. De Caevel le 24 février 2010 à 13:40

    Subtil décryptage. Comme d’hab !

Les commentaires sont actuellement fermés