SiteSelector

Pas encore de compte RTL?
X

Pour gérer votre compte, veuillez cliquer "Vers mon compte"


Pour vous déconnecter, veuillez cliquer "Se déconnecter"

2
Messages X
  • Pas de nouveaux messages actuellement.

L’effort francophone porte sur les dépenses

Par Fabrice Grosfilley dans budget, wallonie , le 6 mars 2012 13h31 | 5 commentaires

Le conclave wallon s’est terminé hier soir  sur un cocorico : mission accomplie. Les minitres de la région wallonne et de la fédération wallonie-bruxelles ont donc bien trouvé 252 millions d’euros comme promis pour rester dans les clous de ce qui est permis (pour rappel l’équilibre n’est prévu qu’en 2015).

Comment feront-ils ?  D’abord en recalculant certaines recettes (236 millions). Pas de nouvelles taxes mais l’activation de dividendes liés à l’activité des aéroports de Bierset et Charleroi via la Sogepa  (la région, actionnaire, se fait payer pour ses participations et espère toucher pas loin de 2 millions), ou une révision à la hausse d’une taxe sur les captages d’eau (décidée l’an dernier, mais pas toujours intégrée par les sociétés de distribution,  on l’aurait sous-estimée de 3 millions), ou de divers subsides européens. Au total le chapitre recettes est en hausse de 16 millions.

L’essentiel de l’effort (236 millions) portera donc sur les dépenses. L’enseignement (7 milliards sur les 9 milliards que pèse la fédération) et le plan marshall 2.vert étant immunisés, tous les autres département vont devoir se serrer la ceinture. Ce sera le cas principalement pour les dépenses non obligatoires (communication, études diverses), mais plus globalement pour tous les budgets on va faire la chasse au gaspi. Si l’inflation est prévue à 2,7% (3% selon la toute dernière estimation du bureau du plan),  pour les administrations wallonnes elle sera ainsi limitée à 2%. Cela veut dire concretement que tous les départements ou organismes subsidiés par la Wallonie ou par la fédération vont devoir raboter leurs dépenses pour respecter ce plafon « inflation bloquée »poste par poste. Chaque ministre est libre de proposer des mesures alternatives pour autant qu’il aboutisse au même montant d’économies.

En ce qui concerne les fonctionnaires les minsitres annoncent qu’on ne touchera pas à l’émploi ni à l’indexation des salaires. Certains  postes laissés vacants par des départs volontaires  ou des départs en retraites pourraient ne pas être remplacés.

Laisser un commentaire

5 réactions à “L’effort francophone porte sur les dépenses”

  1. Monsieur Grosfilley, vous oubliez une chose que votre interlocuteur de ce matin, Ruddy Demotte, a mentionnée et qui m’a fait bondir : des investissements seront faits, mais non PAYES !!! Traduction : on passe commande mais on paiera plus tard, lorsqu’on aura des sous. Vous pouvez dès lors anticiper le chapelet de faillites qui sera généré par cette brillante politique de relance économique ! Si c’est ça, faire des économies en Wallonie, je n’ai probablement pas les même notions de gestion que nos politiciens…

  2. 2erik tenurb le 6 mars 2012 à 16:35

    A la lecture de ce nouveau paquet de mesures je me dois d’avouer que je ne comprends plus nos Ministres , qui manifestement se cassent le crâne tant que possible à gratter les fonds de tiroir pour boucler le budget sans pour autant penser une seconde à des mesures structurelles qui pourraient apporter gros à court terme.
    Quelques conseils de ma part ( sans pour autant penser à de nouvelles taxes !!):
    - augmenter les revenus cadastraux des biens immeubles qui servent uniquement à louer des chambres pour étudiants ( =kots ) puisque les revenus locatifs réels qu’en retirent les propriétaires sont en disproportion , voire discordance totale avec la détermination du revenu cadastral actuel .Peu importe le soi-disant indexation annuelle du revenu cadastral où la partie de revenus locatifs déclarée dans dans déclaration IPP.Dans les quartiers universitaires on trouve facilement des propriétaires qui louent des kots pour étudiants à une moyenne de400 à 500 euros par mois . Et il y a certains qui disposent de plusieurs dizaines de ces  » kots  » …;
    - réintroduire le système de précompte professionnel ambulant, supprimé au niveau fédéral voici il y a plusieurs années déjà .Pourtant ça aussi pourrait rapporter gros pour les caisses de la Région , vu le grand nombre de faux commerçants qui étalent et vendent leurs marchandises chaque W-E sur les marchés aux puces dans de nombreuses villes du pays;
    - une meilleure collaboration entre la Justice et les services de perception (fédéraux ou régionaux )vis-à -vis des personnes ou sociétés qui ne payent pas correctement la taxe de circulation ou de roulage. Tout simplement en saisissant la plaque d’immatriculation. Plusieurs de dizaines de millions d’euros ne sont effectivement pas perçus chaque année et admis en non-valeurs .
    -revoir de manière drastique la matière des privilèges , plus particulièrement ceux accordés aux impôts régionaux ( peut s’avérer très important dans le cadre de dévolution d’une faillite , répartition proportionnelle de vente entre créanciers privés ou publics, etc )

  3. Bien, moi je crois qu’ils ont trop vitre crié victoire, nos élus wallons…. puisque l’Etat fédéral vient de décider de se débarasser des « compétences usurpées ». Donc, messieurs les ministres régionaux wallons, vous devez recommencer l’exercice et trouver 250 millions d’économies de plus.
    On s’imagine aisément que ce sera toujours le petit salarié qui sera le didon de la farce, mais au moins , l’Etat fédéral pourra dire, ce n’es pas moi, ce sont eux qui ont pris des mesures impopulaires…
    De toute façon, on y repensera lors des prochaines élections, communales dans 7 mois et fédérales en 2014 (pour autant que le gouvernement tienne jusque là)!!!
    A bon entendeur…….

  4. 4Fabrice Grosfilley le 7 mars 2012 à 07:38

    Merci pour ces 3 réactions, qui lancent un vrai débat et qui justifient de garder un espace ouvert aux commentaires (j’avoue que je suis parfois fatigué des réactions populistes et racistes postées ici, et sachez que j’écarte celles que je juge les plus indignes). Deux précisions :
    - Coch : si j’ai bien compris il s’agit de différer le paiement de travaux dont la réalisation a pris du retard, ce qui est le cas par exemple du contournement de Couvin.
    - Whootan : vous avez raison sur le principe, mais le montant de 250 millions est à diviser entre les différentes entités fédérées. Pour les francophones se sera de l’ordre d’une centaine de millions.

  5. Extrait de votre interview :

    -FG : Ca veut dire qu’il y a des investissements qui sont reportés ?
    -RD : Ca veut dire qu’il y a des investissements qui vont s’exécuter, mais à un rythme plus lent que nous l’avions prévu au départ.
    -FG : Ca veut dire qu’il y a des travaux, concrètement, que pouvaient attendre certains citoyens, qui ne vont pas être clôturés cette année, mais qu’on va reporter sur l’année prochaine ?
    -RD : Ca veut dire que LES PAIEMENTS de ces travaux vont être RALENTIS. En d’autres termes, on n’est pas ici devant des ordres, on va dire : « faites pas ça », hein. Non, non, on a remarqué que le rythme auquel les paiements sont effectués est plus lent que ce qu’on avait prévu.

    Je traduis donc : les investissements seront faits, mais les paiements seront ralentis… Entrepreneurs, fuyez la RW si vous voulez vivre !

Les commentaires sont actuellement fermés