En ce moment

Le gouvernement wallon se retire à Bastogne pour réfléchir à la réforme de l’Etat

Par Fabrice Grosfilley dans wallonie , le 23 août 2011 17h33 | 7 commentaires

wallons2

L’information devrait faire l’objet d’un communiqué dans les prochaines heures : les membres du gouvernement de la fédération Wallonie Bruxelles se retrouveront ce jeudi et vendredi pour une « mise au vert » et la première réunion de rentrée du gouvernement. L’idée était dans l’air depuis le mois de juillet, mais le contenu des discussions vient juste d’être arrêté.

Coté contenu ce sera du lourd. Le but de ces deux jours de séminaires sera d’ « identifier et intégrer de nouvelles compétences dans le cadre de la réforme de l’Etat » et de préparer un ajustement des trajectoires budgétaires pour répondre aux demandes du fédéral pour les prochaines années (il faut économiser 22 milliards au total, une petite partie de l’effort – 5 milliards- doit être supporté par  les entités fédérées, ce qui impose à  la région wallonne et la fédération de réduire leur déficit). La trajectoire imposerait donc de trouver au moins 1 milliard 5 d’ici 2015, date à laquelle la fédération et la région wallonne doivent être à l’équilibre. Le gouvernement wallon souhaiterait même pouvoir atteindre cet objectif dès 2014 pour montrer sa bonne volonté. En clair les ministres des entités francophones prennent les devants et commencent à penser « réforme de l’Etat » alors que celle-ci est toujours en négociation.  Comme on sait que les futures compétences transférées (en cas d’accord) ne seront pas financées intégralement (les régions recevront 90% des montants des politiques concernées, 10% restent dans les caisses du fédéral) ou que certains incitants fiscaux (en économie d’Energie par exemple) vont être supprimés ou revus à la baisse, il va falloir se creuser les méninges.

Les travaux débuteront dès jeudi matin. Ils seront suivi d’un conseil des ministres en bonne et due forme jeudi après-midi  ou l’on devrait aborder les quotas CO2 d’Arcelor Mittal, une conférence de presse à la clef.

Coté contenant, on fera dans le ludique. La mise au vert sera organisée à Bastogne, un clin d’œil à Benoit Lutgen dont ce sera l’une des dernières grandes réunions. La soirée de jeudi sera consacrée à une « activité sportive  ou ludique » pour permettre de respirer un peu au milieu de deux journées studieuses. La teneur exacte de l’activité reste confidentielle pour l’instant…

Laisser un commentaire

7 réactions à “Le gouvernement wallon se retire à Bastogne pour réfléchir à la réforme de l’Etat”

  1. la région wallone ne posséde pas de batiment a namur , pour y réfléchir ????

  2. Gouverner c’est prévoir. Certes!

    Ce qui me semble étonnant, c’est de travailler en se basant sur une négociation qui vient de commencer et où les présidents de partis sont dans les prémices (explications nécessaires après un an de réflexions, c’est bien étrange) et où les résultats sont loin d’être fixés.

    A moins que, comme le laissent entendre certains négociateurs et même le formateur, il n’est pas question de sortir de cette note (qui pourtant n’est ni à prendre, ni à laisser). Alors purquoi avoir refusé une note à 90% acceptable et, elle aussi, ni à prendre, ni à laisser voilà plus d’un an? La différence de réduction des mandataires et de leurs salaires serait-elle la cause de ce refus (5% contre 65%)?

    N’est-il pas temps, au lieu de faire croire à la transparence dans la discrétion, de mener un débat devant ceux qui furent élus pour des sujets qui nous impliquent tous. Ceux à qui il est nécessaire de réexpliquer pendant un an sont-ils à même d’apporter une solution? Et a contrario, les parlementaires, nos représentants, sont-ils encore nécessaires si de telles orientations sont prises sans un débat par une brochette d’optimistes hillares?

    La stratégie, quasi séculaire, de saucissonner les dossiers (pour un problème sociétale et non pas sectoriel) permet à ces prévaricateurs une écriture incompréhensible de notre avenir et ainsi de garder une main mise totale sur la vie des citoyens. L’effort pédagogique, quand il existe, doit-être antérieur à la décision et pas le contraire.

  3. Je me demande si cela aurait quelque chose à voir avec la resistance historique qu’à conduit cette ville en 44 face à « l’envahisseur »…

  4. bastogne, oui, c’est la ou il reste un vestige de l’armée en wallonie…..en cas d’attaque ,la riposte sera assurée …

  5. Le général Marshall n’y est-il pas allé avant eux en … 1944 ?

  6. Qu’ils n’oublient pas que Bastogne est mondialement reconnue pour son « nuts ».
    Pas question que des gauchistes viennent entacher cette réputation.

  7. 7Bruyr Emile le 24 août 2011 à 17:29

    C’est une excellente initiative d’aller au « vert ». Dans le privé c’est assez fréquent.Toutefois, dans le privé, on est forçé de prendre des vraies décisions et pas des « donnant-donnant »comme il
    est d’usage dans le milieu politique.
    Courage!ne fuyez-pas SVP!!!!

Les commentaires sont actuellement fermés