Il y a donc à nouveau une pensée alternative en Flandre

Par Fabrice Grosfilley dans Autre, nva, parlement, vld , le 9 décembre 2011 10h17 | 23 commentaires

deweal

Quel contraste ! Rappelez-vous, l’an dernier, Bart De Wever était l’acteur majeur des négociations. Quand il donnait la position de la N-VA, c’était la position de la Flandre et les autres partis flamands n’avaient qu’à s’aligner. Si Bart De Wever bloquait, c’est toute la Flandre qui bloquait.

Hier à la Chambre, on a donc vécu une petite révolution copernicienne, mais ce n’était pas celle que les orateurs vantaient dans leurs interventions. La Belgique tourne et la Flandre a changé d’axe, c’est Patrick Dewael le chef de groupe de l’Open VLD qui joue les Galilée. Il est en forme Patrick. On se rappelle de lui comme ministre de l’intérieur puis comme président de la chambre. Un proche de Guy Verhofstadt. Et là, chef de groupe ça lui réussit plutôt bien.

Hier, la journée a commencé par l’intervention de Jan Jambon, le chef de groupe de la N-VA. « Un gouvernement taxateur dominé par les francophones », rugit-il, et, paraphrasant Magritte, « ceci n’est pas un gouvernement et ceci n’est pas notre Premier ministre ». Au moins, comme ça, les choses sont claires.

Quand Patrick Dewael monte à la tribune au nom de l’Open VLD c’est donc d’abord pour répondre aux critiques du nationaliste. Et il s’emporte Patrick, il fulmine même : « Il y a des limites à l’indécence politique . A Vollezelle, ce fameux lieu où Elio di Rupo et Bart De Wever se sont rencontrés en secret après les élections, vous aviez offert le poste de Premier ministre à Elio Di Rupo. A l’époque vous n’exigiez même pas de revoir la loi de financement. En politique il faut savoir à un moment donné mettre les mains dans le cambouis. Si vous n’êtes pas capable de faire des compromis restez chez vous« .

Applaudissements à tout rompre. Patrick Dewael explique que c’est grâce à la famille libérale MR et Open VLD que le texte du formateur est finalement devenu buvable pour les Flamands. Sur les bancs N-VA on rigole. « Je connais bien ces rires, ce style qui n’est pas très loin de celui adopté par les gens qui sont assis à vos côtés », réplique alors Patrick Dewael qui montre du doigt les députés Vlaams Belang. Associer aussi clairement la N-VA à l’extrême droite, aucun homme politique flamand ne l’avait osé jusqu’ici. Si Wouter Beke, président du Cd&V avait indiqué la semaine denière que la N-VA, dont la projet de budget était le secret le mieux gardé de la rue la loi, devait prendre garde si elle ne voulait pas ressembler davantage au Belang qu’à la Volksunie, c’est un pas supplémentaire qui vient d’être franchi. On peut en tenir pour preuve la réaction de Bart De Wever dans la soirée: « Patrick Dewael parle comme un homme à demi-ivre ». Classe. L’illustration parfaite que la N-VA ne débat pas du fond mais vise les hommes. En dessous de la ceinture s’il le faut.

Avant Patrick Dewael, le chef de groupe du CD&V avait déjà été un peu dans la même tonalité. On l’a un peu moins entendu qu’onze Patrick, il a moins de style et moins de poids. C’était sa première intervention en tant que chef de groupe. Raf Terwingen, c’est son nom, a succédé à Servais Verherstraeten qui est devenu secrétaire d’Etat il y a 48 heures. Mais déjà, il critique lui aussi la N-VA, en estimant que l’accord de gouvernement fédéral était conforme à l’accord de gouvernement flamand, et que si l’on soutenait l’un, on ne pouvait pas critiquer l’autre. Une manière de rappeler que la N-VA est dans la majorité flamande, et qu’elle n’a pas décidé d’en sortir.

Hier, on a même entendu des députés traiter leurs collègues de la N-VA de menteurs, d’hypocrites, de populistes. Quel contraste avec ce que nous entendions il y a un an. Quand les mêmes députés nous expliquaient qu’il ne servait à rien de critiquer la N-VA parce qu’elle avait le vent en poupe, qu’elle représentait la volonté du bon flamand de base, que s’en distancier était contre-productif. La N-VA n’est donc plus l’alpha et l’omega de la pensée politique flamande. On espère que les journalistes et les leaders d’opinon vont embrayer. Pour les francophones, qui, comme l’auteur de ce blog, s’étonnaient de l’absence de pensée alternative en Flandre, ça fait du bien.

Laisser un commentaire

23 réactions à “Il y a donc à nouveau une pensée alternative en Flandre”

  1. Espérons que toute la Flandre suivra les idées de P. Dewael et laissera enfin de côté tous ces partis d’extrême droite pour rehausser l’idée que le monde se fait du peuple néerlandophone belge.

  2. ils commencent finalement a voire claire dans le petit jeu de la nva , ce partit n est que bon a critiquer alors que les autres ont pris leurs responsabilités et réussi a former a un gouvernement,moi je dis nva buiten …

  3. Ca fait du bien, en effet, de voir la classe politique flamande cesser de trembler devant les séparatistes guidés par la seule ambition d’un Etat flamand quoiqu’il en coûte.
    Les haineux vont-ils être délaissés par une Flandre moins « naïve »?

  4. Bravo,
    Il est tant que nos ministres réagissent,la devise de la Belgique n’est-elle pas l’union fait la force?
    Je suis née en Belgique de père Belge et de mère Française et mon beau-père (Anglais) et son frère se sont battu dans la région d’Ypres pendant la geurre,le frère de mon beau-père y a même perdu la vie.Malgrès cela nous sommes pas les bienvenue en Belgique car Francophone.Cela se passe de commentaires n’est-ce pas M. de Weveer…..Peut-être a t il sauvé quel’un de votre famille?
    Merci de la reconnaissance.

  5. Voila que le costume chic et pas cher se refait entendre, serait-il préoccupé par ses congénères soucieux de ne pas collaborer?

  6. Soyons clair, cette défiance des partis traditionnels Flamands envers la NV-A place la NV-A dans l’opposition.
    Que diot la NV-A et dans quelles circonstances ? : « le Flamand est trop taxé »…
    Que pense le Flamand moyen: « Oui, mon panier de la ménagère diminue à vue d’oeil »…
    Résultat, nous avons un parti devenu d’opposition qui récolte actuellement 35% des voies…
    Question : après que la crise « le plus dur est devant nous » ait fait son travail dans les cervelles…pour qui pensez-vous que les Flamands voterons ?…la réponse est claire, mathématique, sociologique et certaine …la NV-A …

  7. Il semble que les politiques flamands décents aient enfin compris qu’il n’y a pas d’avenir pour eux dans le suivisme aveugle de la N-VA. Enfin (un peu tard mais mieux vaut tard que jamais).

  8. 8jacques roelandts le 9 décembre 2011 à 12:38

    Bravo à fabrice grosfilley et à tous les citoyens belges ayant le sens des responsabilités et de la NATION … on a enfin des flamands logiques qui en ont marre de cèder devant les extrémistes … Bravo !
    signé : JR belge & bilingue et fier de l’être./

  9. enfin quelqu un qui ose dire et defier le parti NVA de BAR DE WEVER magnifique je le felicite ,

  10. Quand va t’on arrêter de perdre son énergie dans des débats stériles. Le plus important dans un pays est que chacun travaille pour le bien de tous, dans la mesure de ses possibilités et de ses compétences. Qu’il soit flamand ou wallon. On a parfois l’impression qu’il vaut mieux être étranger dans son propre pays que faire partie de l’autre communauté linguistique.
    Je ne pense pas que ce soit les « gens » qui pensent ainsi mais plutôt les gouvernants qui pointent du doigtles « problèmes »(parce qu’il y en a évidemment) en oubliant tout ce qui va bien dans notre beau pays.

  11. Rassurant en effet, mais quel dommage c’est uniquement en Flandre que la démocratie semble se réveiller. En francophonie, nous en sommes toujours à la pensée unique. Je n’ai toujours pas digéré la remarque de madame Onckelinckx en août selon laquelle les partis flamands avaient la particularité de devoir faire face à une opposition, ce qui sous-entend clairement sa non existence en Wallonie et à Bruxelles.

  12. Fabrice,
    Ne serait-il pas temps de changer la vieille photo (en haut de cette page)qui ne serait plus valable depuis longtemps sur votre carte d’identité?

    Pas fondamental, mais révélateur.

  13. Sorry mais je ne fais plus confiance à aucun flamand.

  14. enfin ils se réveillent, surtout que les élections approchent et qu’à force de mentir, la NVA engrange des points, sont borné et aveugles les flamands pas grave le réveil sera la gueule de bois carabinée et il sera trop tard pour eux car les belges auront fait leurs choix……

  15. bravo, félicitation monsieur Dewael pour votre pertinence et votre jugement tout à fait réaliste.

  16. Enfin le peuple flamand commence à se rendre compte qu’il a été manipulé. Tous ces braves gens n’ont plus envie de porter le nom des extrémistes. Bientôt Bart se roulera par terre à Matongé avec les autres et alors tout le monde aura compris !

  17. Et à quand une pensée alternative en Wallonie?

  18. ca ne passe jamais quand ce n’est pas juste…

  19. Comme c’était prévisible! Preuve d’un courage sans borne, qui lorsque la NVA pouvait infléchir les décisions, apporter une pression bien nécessaire, il n’y a pas eu l’ombre d’une contestation ou même de propositions pour répondre aux besoins élémentaires des citoyens (imaginez le résultat qu’aurait été ce budget et cette réforme avec d’un côté des demandeurs de rien et de l’autre une envie toujours présente, vous le constaterez bien vite, d’une autonomie spoliatrice).

    Et maintenant, réfugiés derrière un gouvernement totalement soumis aux pressions extérieures, accouchant d’une réforme tape à l’oeil et pliée par une particratie qui arrive encore une fois à tromper, inverser les valeurs, ils sont tous, chiens hurlants, à vilipender la NVA. Essayez au moins d’avoir l’honnêteté de reconnaître les mérites, d’avoir une lecture un peu différenciée et simplement de ne pas vous laisser tromper. Votre journalisme ne s’en trouve pas grandit.

    En agissant ainsi, ils s’octroient tous les bénéfices d’une réforme inique qui tente encore de s’approprier les avantages de l’état tout en refusant les devoirs de ce dernier vis-à-vis des citoyens. Et vous vous faites les chantres de cette négation des droits et devoirs de l’élémentaire et pourtant essentielle souveraineté d’un peuple. Et ils se disent défenseurs des faibles, protecteurs des innoncents, pourfendeurs des prédateurs alors qu’ils pratiquent le mensonge, la traitrise, le reniement et le viol de nos fondements. Bravo!

  20. 20Michel van Roosendael le 13 décembre 2011 à 22:00

    Je ne peux que féliciter les Flamands qui respectent les autres,échangent leurs idées, sont capables de compromis,… et surtout n’oubliez pas Messieurs du Nord qu’il y a des centaines de milliers de Flamands qui vivent heureux en Wallonie et vous jugent…

  21. “Je connais bien ces rires, ce style qui n’est pas très loin de celui adopté par les gens qui sont assis à vos côtés”, réplique alors Patrick Dewael qui montre du doigt les députés Vlaams Belang. Hier, on a même entendu des députés traiter leurs collègues de la N-VA de menteurs, d’hypocrites, de populistes. Classe. L’illustration parfaite que l’Open VLD ou Fabrice Grosfilley ne débatent pas du fond mais visent les hommes. En dessous de la ceinture s’il le faut.

  22. critiquer la N-VA parce qu’elle avait le vent en poupe, qu’elle représentait la volonté du bon flamand (de base ou niais)si “Patrick Dewael parle comme un homme à demi-ivre”.bartsy lui parle comme un moulin à vent dont l’aile tourne dans le vide….mais, gare quand il lancera l’engrenage..pour moudre le grain…..il ne restera que  »l’ivraie  »ou  » li vraiy  »..extremiste…

  23. J’espère que les partis démocratiques néerlandophones pourront continer sur cette voie,et repouser les natinalistes néerlandophones, mais ma crainte est l’intelligence de jeu de Mr De Wever, la haine est si facile a utiliser de nos jours.

Les commentaires sont actuellement fermés